Guillaume Depardieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Depardieu.

Guillaume Depardieu

Description de cette image, également commentée ci-après

Guillaume Depardieu en 2005.

Nom de naissance Guillaume Jean Maxime Antoine Depardieu
Naissance 7 avril 1971
Paris (France)
Nationalité France française
Décès 13 octobre 2008 (à 37 ans)
Garches (France)
Profession Acteur
Chanteur
Films notables Tous les matins du monde
Les Apprentis
...Comme elle respire
Aime ton père
Pola X

Guillaume Depardieu, né Guillaume Jean Maxime Antoine Depardieu le 7 avril 1971 et mort le 13 octobre 2008, était un acteur de cinéma français, fils des acteurs Élisabeth Guignot et Gérard Depardieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Depardieu.

Guillaume Depardieu est né le 7 avril 1971 dans le 14e arrondissement de Paris. Il est le fils des acteurs Gérard Depardieu et Élisabeth Guignot (ex Depardieu). Il est aussi le frère aîné de l'actrice Julie Depardieu, le demi-frère de Roxanne Depardieu, fille de l'actrice Karine Silla-Pérez, et le demi-frère de Jean Depardieu, fils de la comédienne Hélène Bizot.

Enfant, son père l'emmène avec lui quelquefois sur des plateaux de tournage et le fait figurer dans quelques-uns de ses films : Pas si méchant que ça de Claude Goretta en 1974, Jean de Florette de Claude Berri en 1986 et Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau en 1990.

Il vit une adolescence perturbée par différents problèmes, notamment la toxicomanie. Il fréquente durant cette période l'École Saint-Martin-de-France (lycée) à Pontoise . À l'âge de 17 ans, en 1988, il est condamné à trois ans d'emprisonnement pour usage, importation et trafic d'héroïne[1]. Il est incarcéré à la Maison d'arrêt de Bois-d'Arcy. Après dix huit mois d'incarcération il obtiendra une libération conditionnelle. Il sera condamné par la suite à plusieurs reprises pour outrages, rébellions et pour diverses infractions routières.

Guillaume Depardieu était un « garçon distilbène », dont les caractéristiques alléguées sont dépressions sévères, anxiété, troubles du comportement alimentaire, alcoolisme, schizophrénie, etc. : « Quand ma mère était enceinte de moi, elle prenait du Distilbène.». Mais aucun lien de causalité n'a été avéré dans son cas.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1991, âgé de vingt ans, il joue son premier grand rôle dans le film Tous les matins du monde d'Alain Corneau où il incarne le joueur de viole de gambe Marin Marais jeune, tandis que son père occupe le rôle de celui-ci après son accession à la Cour de Louis XIV . Il se reconstruit et enchaîne une trentaine de films avec un certain succès.

Guillaume Depardieu au festival de Cannes 1996.

En 1995, une valise tombée d'un véhicule sous le tunnel de Saint-Cloud le fait chuter de moto. Il est hospitalisé à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches pour une grave blessure au genou. Il y reste un an, subit de nombreux traitements et dix-sept interventions chirurgicales, au cours desquelles il contracte deux types de staphylocoques dorés[2]. Durant son hospitalisation, il est influencé par sa sœur Julie, passionnée de musique classique, et écrit un opéra. Il écrit également des dizaines de chansons, comme « À force de » pour Barbara[2],[3].

En 1995, il est à l'affiche du film Les Apprentis de Pierre Salvadori, pour lequel il obtient le César du meilleur espoir masculin en 1996[2],[4]. En 1997, il tourne le film Marthe avec l'actrice Clotilde Courau.

Le 30 décembre 1999, après avoir partagé un temps la vie de l'actrice Clotilde Courau, il épouse la comédienne Élise Ventre (1973) avec laquelle il a une fille, Louise Depardieu (née en 2001).

En 2001, Guillaume incarne un fils rejeté, ancien toxicomane, qui kidnappe son père, écrivain célèbre, dans Aime ton père de Jacob Berger.

En 2003, âgé de trente-deux ans, après huit ans de souffrance que les antibiotiques et la morphine ne soulagent plus, il décide de se faire amputer la jambe droite[1] et poser une prothèse efficace pour marcher à nouveau. Cette intervention se fera à l'hôpital des Charmilles dans la commune de Valenton.

Il crée la Fondation Guillaume-Depardieu à Bougival dans les Yvelines, où il vit près de sa mère, pour regrouper les témoignages et représenter les 800 000 cas annuels dont 10 000 cas fatals d'infection nosocomiale. Il attaque l'État et l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches pour « acharnement thérapeutique »[2] et comme victime d'infection nosocomiale, d'abord devant la Justice française, puis devant la Cour européenne.

Guillaume Depardieu est condamné le 17 septembre 2003 par le tribunal correctionnel de Lisieux dans le Calvados à neuf mois de prison avec sursis, dix-huit mois de mise à l'épreuve avec obligation de soins, 5 000 € d'amende et 3 000 € de dommages-intérêts pour avoir tiré un coup de feu après une altercation avec un admirateur[5] dans une rue de Trouville-sur-Mer, le 22 août[6].

En 2004, il fait éditer un livre-entretien, Tout donner, coécrit avec Marc-Olivier Fogiel[1],[2]. L'année suivante, il crée avec deux amis, Steve Berto et Ludovic[7], la marque de vêtements Otherwise ainsi qu’un site du même nom[8] ; cette marque propose notamment des tee-shirts issus du commerce équitable et en coton bio. Guillaume était en effet très impliqué dans la défense de l'environnement et très engagé : selon Steve Berto, il souhaitait avoir à terme une usine de vêtements dont l’intégralité de la production serait effectuée en Afrique.

En 2006, après son divorce, il est à l'affiche du film Célibataires de Jean-Michel Verner, comédie romantique dans l'air du temps aux côtés de l'actrice Olivia Bonamy.

En septembre 2013, sort le premier single "Je mets les voiles" extrait de l'album Post Mortem, coécrit avec François Bernheim qui sera disponible en novembre[9].

Décès[modifier | modifier le code]

Alors qu'il tourne en Roumanie depuis plusieurs semaines L'Enfance d'Icare d'Alex Iordăchescu, avec Alysson Paradis, l'acteur contracte une pneumonie et une nouvelle infection à un staphylocoque doré, résistant à la méticilline, qui l'oblige à être rapatrié à l'hôpital de Garches. Il y meurt le 13 octobre 2008, trois jours après avoir contracté la maladie[4]. Il est inhumé au cimetière de Bougival.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Collaboration[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Guillaume Depardieu, l'écorché vif de Olivier Delcroix et Emmanuèle Frois paru le 14 octobre 2008 dans le Figaro
  2. a, b, c, d et e Guillaume Depardieu, une vie à jouer avec le feu d'Isabelle Regnier, nécrologie de Guillaume Depardieu parue dans Le Monde du 14 octobre 2008
  3. Guillaume Depardieu : les vertiges d’un sale gosse d’Elsa Vigoureux paru dans le Nouvel Observateur le jeudi 18 septembre 2003
  4. a et b « L'acteur Guillaume Depardieu est mort », Le Point, 13 octobre 2008.
  5. Cinemovies
  6. Guillaume Depardieu au tribunal publié dans le site Dépêche.fr le 9 septembre 2003
  7. Coupures de presse sur le site d’Otherwise
  8. Site de la marque Otherwise
  9. Guillaume Depardieu : macabre marketing, sur lefigaro.fr, consulté le 14 septembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens contextes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :