Cyril Collard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Collard.

Cyril Collard

Naissance 19 décembre 1957
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Décès 5 mars 1993 (à 35 ans)
Paris
Profession Acteur, scénariste, réalisateur, écrivain, musicien
Films notables Les Nuits fauves
Séries notables Le Lyonnais

Cyril Collard, né le 19 décembre 1957 à Paris et mort le 5 mars 1993 à Paris, est un acteur, réalisateur, écrivain et musicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le 16e arrondissement de Paris de Claude Collard, ingénieur connu pour son engagement dans le milieu du judo, et de Janine Chokier, ex-mannequin, Cyril Collard était un enfant sage dans un milieu bourgeois, fréquentant l'école Saint-Exupéry de Versailles, puis le collège de Passy-Buzenval de Rueil-Malmaison, en compagnie de René-Marc Bini, tous deux furent bons élèves.

À seize ans (juin 74), il obtient son baccalauréat, avec mention bien, et s'inscrit en math sup au lycée Hoche de Versailles.

En 1977, à l'issue de sa deuxième année de Math Spé, il est admis par le concours Centrale-Supélec comme élève-ingénieur à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille), où son rêve de faire du cinéma n'était pas bridé. Parallèlement, son travail d'écriture s'intensifiait et il donne même des textes à une revue d'élèves-ingénieurs baptisée Fourre-tout[1]. En 1979, il décida d'abandonner ses études d'ingénieur et revint dans la région parisienne.

Il participa à la création du groupe de rock CYR avec Sylvain Rondy et René-Marc Bini. Avec le titre Février 2004, il remporte un franc succès dans le milieu du rock parisien.[réf. nécessaire]

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1988, il réalisa un court-métrage avec le chorégraphe Angelin Preljocaj intitulé Les Raboteurs[2], inspiré du tableau de Gustave Caillebotte.

À la fin des années 1980, Cyril Collard créa pour Antenne 2 la série télévisée Le Lyonnais, diffusée à partir de 1990, dont il dirigeait l'un des épisodes. Il était projeté sur le devant de l'actualité avec son film Les Nuits fauves en 1992, tiré de son roman éponyme, où il expliquait au grand jour la menace du sida. L'année suivante, il meurt de cette même maladie à l'âge de trente-cinq ans, quelques jours avant la cérémonie des César où son film fut couronné de quatre César, dont celui du meilleur film.

Sur le modèle de Jean Genet, dont il appréciait particulièrement la littérature et la vie, Cyril Collard avait développé une poésie très crue et témoigné des difficultés posées par l'usage du préservatif sans toutefois encourager le barebacking. Quelques pages ont trait à la pédophilie.

Post-mortem[modifier | modifier le code]

Un an après sa mort, des journalistes ont ouvert une polémique sur ses multiples contaminations[3]. Il fut accusé, aussi bien à tort qu'à raison, d’avoir volontairement transmis le virus du sida à ses partenaires en refusant de se protéger[4]. La presse avait été particulièrement frappée par le témoignage poignant de l'écrivain Suzanne Prou, dont la petite-fille aurait été contaminée par Cyril Collard, alors qu'elle avait dix-sept ans[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Année Titre En tant que Note
Réalisateur Scénariste Acteur Producteur
1982 Grand huit Fait Fait Court-métrage
1983 À nos amours Fait Le rôle de Jean-Pierre, mari de Sandrine Bonnaire
1986 Alger la blanche Fait Fait Fait Court-métrage, coécrit avec Jean-Marie Guillaume
Prix Méliès du Meilleur court-métrage (1987)
Nomination – César du Meilleur court métrage de fiction (1987)
Mariage blanc Fait Téléfilm de Peter Kassovitz
Le Petit Docteur Fait Série télévisée, épisode 4 : La Piste de l'homme roux
1987 Coté Nuit Fait Court-métrage de Jean-Baptiste Huber
1988 Les Raboteurs Fait Fait Collaboration avec le chorégraphe Angelin Preljocaj
1990 Le Lyonnais Fait Fait Série télévisée, épisode 9 : Taggers
1992 Les Nuits fauves Fait Fait Fait Prix d'Audience du Meilleur film (1992)
Prix FIPRESCI (1992)
Grand prix du jury du Meilleur film en compétition (1992)
César du Meilleur film (1993)
César de la meilleure première œuvre (1993)
Nomination – César du meilleur réalisateur (1993)
Nomination – César du meilleur scénario original ou adaptation (1993)
1995 Raï Fait Coécrit avec Thomas Gilou et d'autres

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Et puis moi. L'ange sauvage,
Serrant le corps d'une gazelle brûlante,
J'attends de la colère des Dieux
Ou de la beauté des diables
Qu'elles envahissent mon monde mourant,
Qu'elles extirpent la pourriture
Des pores de ma peau sirupeuse
Et la jettent en pâture
Aux chiens du port,
Leur poil comme un duvet de misère
Caressé par les mains rugueuses
Des marins pressés par le temps.
Et moi l'ange sauvage
Je m'avance dans la fumée d'un quai désert,
Je découvre des carcasses de métal
Et des manèges abandonnés,
Pont d'un cargo,
Grand nord, mers de glace
L'ange sauvage devient ange déchu
et termine simple mortel au coin d'un bar. » (Quatrième de couverture de L'Ange sauvage)
  • « Je suis vivant ; le monde n'est pas seulement une chose posée là, extérieure à moi-même : j'y participe. Il m'est offert. Je vais probablement mourir du sida, mais ce n'est plus ma vie : je suis dans la vie. » (Les Nuits fauves)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fourre-tout (notice BnF no FRBNF343672060).
  2. Les Raboteurs, Musée d'Orsay, production de Virginie Herbin.
  3. Bruno Peuchamiel, « Polémique glauque sur la vie privée de Cyril Collard », L’Humanité,‎ 16 avril 1994 (lire en ligne).
  4. Françoise Giroud, Journal d'une parisienne.
  5. Michèle Leloup, « Collard peut-il reposer en paix ? », L’Express,‎ 2 mars 1995 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]