Expédition Aurora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aurora.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Opération Aurora.
Mawson's Huts, le camp de base de l'expédition.
Le blizzard du cap Denison est très puissant.

L’expédition Aurora ou expédition Mawson, officiellement appelé Australasian Antarctic Expedition, est une expédition australienne en Antarctique. Elle fut menée entre 1911 et 1914 par Douglas Mawson dans le cadre de l'exploration et de la cartographie d'une partie quasiment inexplorée de la côte de l'Antarctique située au Sud de l'Australie, entre le cap Adare et Gaussberg[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

L’Aurora à quai.

Mawson choisi de monter sa propre expédition malgré la proposition de Robert Falcon Scott alors en train de préparer l'expédition Terra Nova[2]. Scott avait été impressionné de sa participation à l'expédition Nimrod d'Ernest Shackleton mais Scott ne pouvait inclure les objectifs de l'Australien dans les siens[1].

Mawson exposa ses plans lors d'un voyage en Europe en février 1910[1].

Préparations[modifier | modifier le code]

Financement[modifier | modifier le code]

L'Australian Association for the Advancement of Science, la Royal Geographical Society et les gouvernements des pays du Commonwealth of Nations apportèrent une contribution financière à l'expédition et une souscription publique fut organisée[1].

Les hommes et le navire[modifier | modifier le code]

Douglas Mawson, responsable de l'expédition.

Les hommes choisis par Mawson furent essentiellement sélectionnés dans des universités australiennes et néo-zélandaises[1]. Parmi les membres de l'expédition se trouvent Mawson, le photographe Frank Hurley, le responsable de la base ouest Frank Wild, le géologue Charles Hoadley, le capitaine du navire Aurora John King Davis, le météorologue Cecil Madigan, Xavier Mertz et Belgrave Edward Sutton Ninnis.

L’Aurora fut le navire de l'expédition.

L'expédition[modifier | modifier le code]

Départ et lieu d'arrivée[modifier | modifier le code]

L’Aurora quitta Hobart le 2 décembre 1911[3]. Après l'entrée dans le pack et avoir longé la côte proche de la Terre Adélie, le navire mouilla à cap Denison[3] dans la Baie du Commonwealth.

Camp de base[modifier | modifier le code]

Un groupe de dix-huit hommes[3] monta la base principale sur place, la Mawson's Huts, sans se douter que le blizzard rend particulièrement la vie difficile dans cette zone. En effet, le blizzard y souffle 285 jours par an[3].

Le navire continua vers l'ouest le long de la côte pour établir une base secondaire la banquise de Shackleton. Ce deuxième groupe de huit hommes dirigé par Frank Wild cartographiera 250 miles de côtes, découvrant notamment un lieu de reproduction de manchots à l'instar du cap Crozier près de l'île Hasswell[3]. Une autre petite base fut établie sur l'île Macquarie.

Le drame[modifier | modifier le code]

Au cours d'un parcours en traîneau, le traîneau tiré par Ninnis tomba dans une crevasse. L'explorateur, six chiens et le traîneau contenant la plupart de la nourriture fut perdu. Les survivants, Mawson et Mertz ont commencé un voyage de retour, au cours duquel ils mangeaient les autres chiens pour se nourrir. Mertz devenu délirant à cause du scorbut et finalement mort pendant le retour, laissa Mawson seul survivant. Hypothermie, quasi-famine et épuisement constituent les raisons les plus probables de la mort de Mertz. Des chercheurs ont envisagé, bien plus tard, un surdosage toxique en vitamine A provenant du foie des huskies. Mawson est rentré à la base, malade également, avec quelques échantillons géologiques, mais avec une réserve alimentaire minime pour faire les venteux 160 km jusqu'à la Mawson's Huts. Selon Edmund Hillary, ce dernier voyage est le plus impressionnant des voyages en solitaire en Antarctique[4].

L'avion de l'expédition[modifier | modifier le code]

L'expédition apporte avec elle un avion monoplace qui est le premier fabriqué par la firme Vickers[5]. C'est encore le début de l'aviation et l'appareil est l'un des premiers à voler dans le monde[5]. Prévoyant d'effectuer le premier vol au-dessus de l'Antarctique[5], l'avion est malheureusement abîmé avant son arrivée sur le continent lors d'un vol d'essai en Australie[5]. L'avion équipé de skis est toutefois emmené, sans ailes, afin de tracter grâce à son moteur de lourdes charges[5]. Néanmoins, le résultat du « tracteur des neiges » est décevant car le moteur souffrait des basses températures[5]. L'appareil avait donc été abandonné au cap Denison[5].

Une expédition australienne de la Mawson's Huts Foundation partit sur les traces de Mawson en 2009 et 2010, a retrouvé la carcasse de l'avion grâce à des appareils à résonance magnétique nucléaire et à un coup de chance[5]. L'appareil, encore visible en 1975[5], était pris dans les glaces et la marée basse du jour de l'an, a permis de découvrir partiellement l'avion[5]. Des pièces de l'avion seront ramenées en Australie[5], probablement pour être exposées.

Postérité[modifier | modifier le code]

Fin 2013 début 2014, le MV Akademik Chokalski réalise une expédition-croisière organisée par le climatologue Chris Turney de l'université de Nouvelle-Galles du Sud sur les traces de l'expédition Aurora[6]. Le brise-glace se retrouve bloqué dans les glaces de la baie du Commonwealth une dizaine de jours avec 52 passagers à son bord[6]. Plusieurs autres navires brise-glace sont déroutés pour l'aider[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Douglas Mawson, The Home of the Blizzard, the Story of the Australasian Antarctic Expedition, 1911-1914
    • Douglas Mawson, Au pays du Blizzard, Éditions Paulsen,‎ 2009, 512 p.
  • (en) Lennard Bickel, Mawson's Will: The Greatest Polar Survival Story Ever Written, Hanover, Steerforth press, coll. « Biography / Antarctic history »,‎ 2000, 272 p. (ISBN 978-1-58642-000-0)
  • (en) Carmen Bredeson, After the Last Dog Died: The True-Life, Hair-Raising Adventure of Douglas Mawson and His 1912-1914 Antarctic Expedition, National Geographic Society,‎ 2003, 64 p. (ISBN 978-0792261407)
  • Bertrand Imbert et Claude Lorius, Le grand défi des pôles, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard »,‎ 1987 (réimpr. 2006), 224 p. (ISBN 9782070763320)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Biographie de Douglas Mawson, south-pole.com
  2. (en) Douglas Mawson - 1882-1958, coolantarctica.com
  3. a, b, c, d et e (Bertrand Imbert et Claude Lorius, Le grand défi des pôles, p. 96)
  4. Lennard Bickel, Mawson's Will: The Greatest Polar Survival Story Ever Written, p. Couverture et préface
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Et la Lune bleue mit à mal la cryonie de l'avion centenaire », Le Monde,‎ 3 janvier 2010 (consulté le 3 janvier 2010)
  6. a, b et c Stéphane Foucart, « Colère des scientifiques contre la croisière piégée dans l'Antarctique », Le Monde,‎ 3 janvier 2014 (consulté le 7 janvier 2014)
Bon thème
17 articles
           Bon article Âge héroïque de l'exploration en Antarctique - Expéditions
Amundsen Expedition at South Pole.jpg
Expédition antarctique belge (1897-1899)
Bon article Expédition Southern Cross (1898-1900)
Bon article Expédition Discovery (1901-1904)
Expédition Gauss (1901-1903)
Expédition Antarctic (1901-1903)
Bon article Expédition Scotia (1902-1904)
Première expédition Charcot (1903-1905)
Article de qualité Expédition Nimrod (1907-1909)
Seconde expédition Charcot (1908-1910)
Expédition antarctique japonaise (1910-1912)
Bon article Expédition Amundsen (1910-1912)
Expédition Filchner (1911-1913)
Expédition Aurora (1911-1914)
Article de qualité Expédition Terra Nova (1910-1913)
Article de qualité Expédition Endurance (1914-1917)
Bon article Expédition Shackleton-Rowett (1921-1922)