Expédition Antarctic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cscr-featuredtopic silver.svg Cet article fait partie d'un « bon thème ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antarctique (homonymie).
Otto Nordenskjöld, chef de l'expédition.

L’expédition Antarctic ou expédition antarctique suédoise fut l'unique expédition suédoise en Antarctique du début du XXe siècle. Elle fut menée entre 1901 et 1904, lors de l'âge héroïque de l'exploration en Antarctique, par le suédois Otto Nordenskjöld, chef d'expédition, et le norvégien Carl Anton Larsen, commandant du navire Antarctic, à destination de la péninsule Antarctique. L'expédition est contemporaine des expéditions Gauss allemande et Discovery britannique. À l'instar de l'expédition Endurance britannique[1], elle est marquée par le naufrage du navire et les efforts de survie de ses membres.

Expédition[modifier | modifier le code]

Départ[modifier | modifier le code]

L’Antarctic, 1901.

Commandée par le géologue suédois Otto Nordenskjöld[2] — neveu de l'explorateur Adolf Erik Nordenskiöld qui découvrit le passage du Nord-Est[2] —, l'expédition était secondée par le norvégien Carl Anton Larsen, capitaine du navire Antarctic, qui disposait d'une expérience passée en mer de Weddell avec une reconnaissance entre 1892-1893 sur le Jason dans le cadre de la chasse à la baleine[2]. Seize marins et huit scientifiques faisaient partie de l'expédition[2]. Le 16 octobre 1901, l’Antarctic quitte Göteborg, en Suède, à destination du Sud[2].

Passage par l'Argentine[modifier | modifier le code]

Sur son chemin vers l'Antarctique, l’Antarctic fait escale à partir du 15 décembre 1901 à Buenos Aires[2] où le gouvernement argentin fournit des provisions et de l'essence à condition qu'un jeune officier de marine argentin, le lieutenant José Sobral, rejoigne l'expédition[2]. Nordenskjöld s’empressa d'accepter cet échange favorable pour son projet[2]. L'artiste américain Frank Wilbert Stokes rejoint également le navire[2]. Le 21 décembre 1901, l’Antarctic quitte l'Argentine et atteint les îles Shetland du Sud le 11 janvier 1902[2].

Mission[modifier | modifier le code]

La terre de Graham dont le cap Longing, l'île James-Ross, le groupe des îles Joinville et l'archipel Palmer ont été explorés. L'expédition permet notamment de statuer, contrairement à ce qui était pensé à l'époque, que la terre de Louis-Philippe était reliée à la côte de Danco et que le détroit d'Orléans se poursuivait dans le détroit de Gerlache[2], zone déjà brièvement explorée par l'expédition antarctique belge.

Le détroit Antarctic, découvert par Jules Dumont d'Urville mais non nommé, fut baptisé d'après le navire[2]. L'expédition se poursuit vers l'île Paulet, le golfe Erebus and Terror, l'île Seymour et l'est de la côte d'Oscar II avant que le navire ne remonte plus au nord à partir du 1er février 1902[2]. L'île Snow Hill fut choisie pour hiverner et le navire, après avoir déposé son équipement, est reparti pour les îles Malouines[2] afin de ne pas être bloqué par la glace tandis que Nordenskjöld et cinq personnes restèrent sur place[2]. L'équipe subit un hiver avec des conditions météorologiques particulièrement dures[2].

Naufrage de l’Antarctic[modifier | modifier le code]

Article connexe : Antarctic (bateau).
Carte de la péninsule Antarctique avec la côte de Nordenskjöld en rouge.

Au retour du navire le navire fut pris dans la glace de novembre 1902 à février 1903[2]. Trois hommes, dont Johan Gunnar Andersson, sont débarqués dans la baie de l'Espoir pour tenter de rejoindre l'équipe de Nordenskjöld sur l'île Snow Hill[2]. Le navire finit par couler le 12 février 1903, et l'équipage de Larsen se replie, après deux semaines d'avancée périlleuse le 28 février 1903[1], sur l'île Paulet après avoir récupéré une partie des provisions[2]. Là, ils survivent difficilement, se nourrissant de manchots[2],[1].

Les trois hommes débarqués, parviennent à rejoindre Nordenskjöld[2] et permettent la réunion des équipes dans la baie de l'Espoir.

Secours[modifier | modifier le code]

Article connexe : ARA Uruguay.

Une opération de sauvetage est montée en 1903 par le gouvernement argentin de Julio Argentino Roca avec la corvette Uruguay commandée par Julián Irízar pour récupérer les membres de l'expédition[1]. La présence de José Sobral a probablement été un facteur qui influença le gouvernement argentin à mettre rapidement en place ce sauvetage. L’Uruguay a réussi à ramener les membres de l'expédition.

Postérité[modifier | modifier le code]

Malgré de grosses difficultés, comme le naufrage de l’Antarctic, l'expédition est considérée comme une réussite scientifique.

Deux îles clés de l'Antarctique sont associées à l'expédition : la première est l'île Snow Hill où Otto Nordenskjöld et cinq de ses collègues ont passé deux hivers (l'un d'eux prévu et le second forcé par le naufrage du navire) et la seconde est l'île Paulet où l'équipage du navire a été bloqué de février 1903 à novembre 1903.

José Sobral ayant passé deux années avec Nordenskjöld à l'île Snow Hill, il est devenu le premier Argentin à hiverner en Antarctique.

Le détroit Antarctic fut baptisé d'après le navire Antarctic[2], la barrière de Larsen d'après Carl Anton Larsen et plusieurs lieux comme le glacier Nordenskjöld d'après Otto Nordenskjöld.

Membres de l'expédition[modifier | modifier le code]

D'après le site Web coolantarctica.com[3] :

  • Gustaf Åkerlundh : matelot
  • Axel Andersson : cuisinier
  • Johan Gunnar Andersson / K. A. Andersson : zoologiste
  • F. L. Andreassen : second capitaine
  • Ole Johnsen Björnerud : forgeron
  • Gösta Bodman : météorologiste, hydrographe
  • S. A. Duse : lieutenant, cartographe
  • Erik Ekelöf : médecin, bactériologiste
  • Toralf Grunden : matelot
  • H. J. Haslum : second maître
  • Wilhelm Holmberg : pompier
  • Carl Johanse : pompier
  • Ole Jonassen : musher
  • Anders Karlsen : mécanicien principal
  • George Karlsen : second mécanicien
  • Carl Anton Larsen : capitaine de l’Antarctic
  • Otto Nordenskjöld : chef de l'expédition
  • Axel Ohlin : zoologiste
  • Ole Olansen : matelot
  • Axel R. Reinholdz : troisième maître
  • G. F. Schönbäck : steward
  • Carl Skottsberg : botaniste
  • José María Sobral : sous-lieutenant, assistant dans les travaux scientifiques
  • Frank Wilbert Stokes : artiste
  • Anton Olsen Ula : bosco
  • Ole Christian Wennersgaard : matelot

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Otto Nordenskjöld, Antarctica: or, Two years amongst the ice of the South Pole, Macmillan, 1905.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Carl Anton Larsen - a Remarkable Forerunner of Shackleton », sur jamescairdsociety.com (consulté le 4 mars 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u et v « Otto Nordenskjöld, 1869-1928 », sur south-pole.com (consulté le 2 mars 2011)
  3. (en) « Otto Nordenskjöld, "Antarctic" Swedish Antarctic Expedition 1901 - 1904 », sur coolantarctica.com (consulté le 2 mars 2011)
Bon thème
17 articles
           Bon article Âge héroïque de l'exploration en Antarctique - Expéditions
Amundsen Expedition at South Pole.jpg
Expédition antarctique belge (1897-1899)
Bon article Expédition Southern Cross (1898-1900)
Bon article Expédition Discovery (1901-1904)
Expédition Gauss (1901-1903)
Expédition Antarctic (1901-1903)
Bon article Expédition Scotia (1902-1904)
Première expédition Charcot (1903-1905)
Article de qualité Expédition Nimrod (1907-1909)
Seconde expédition Charcot (1908-1910)
Expédition antarctique japonaise (1910-1912)
Bon article Expédition Amundsen (1910-1912)
Expédition Filchner (1911-1913)
Expédition Aurora (1911-1914)
Article de qualité Expédition Terra Nova (1910-1913)
Article de qualité Expédition Endurance (1914-1917)
Bon article Expédition Shackleton-Rowett (1921-1922)