Victor de Laprade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laprade.
Victor de Laprade

Pierre Martin Victor Richard de Laprade, né à Montbrison le 13 janvier 1812 et mort à Lyon le 13 ou 14 décembre[1] 1883, est un poète, homme de lettres et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victor de Laprade fut professeur à la Faculté des Lettres de Lyon, membre de l'Académie française en 1858 et député du Rhône de 1871 à 1873. Il fut lauréat de l'Académie en 1849 et en 1885.

Ses poésies sont inspirées par Chateaubriand et Lamartine par son attachement à la religion et à la royauté. Il était l'ami intime du philosophe Antoine Blanc de Saint-Bonnet à qui il dédia plusieurs poèmes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Les Parfums de Madeleine (1839)
  • Odes et poèmes (1840)
  • Psyché, poëme (1841)
  • Poèmes évangéliques (1852)
  • Idylles héroïques (1858)
  • Les Voix du silence (1864)
  • Pernette (1868)
  • Contribution au deuxième Parnasse contemporain (1869) : le poème Le Faune.
  • Poèmes civils (1873)
  • Contribution au troisième Parnasse contemporain (1876) : les deux poèmes Adieux aux Alpes et La Patrie.
  • Le Livre d'un père (1877)
  • Œuvres complètes (6 volumes, Éditions Lemerre, 1878-81) : I.— Psyché, Odes, Harmonies. II.— Les Symphonies, Idylles héroïques. III.— Poèmes civiques, Tribuns et courtisans. IV.— Pernette, Le Livre d'un père. V.— Poèmes évangéliques. VI.— Les Voix du silence, Livre des adieux.
Prose
  • Des habitudes intellectuelles de l'avocat (1840)
  • Questions d'art et de morale (1861)
  • Le Sentiment de la nature avant le Christianisme (1866)
  • Chez les modernes (1868)
  • Éducation libérale (1873)

La Bibliothèque historique de la ville de Paris conserve ses œuvres manuscrites et imprimés, livres, coupures de presse et notamment deux états manuscrits du poème Psyché.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Mort « jeudi soir [donc le 13 décembre 1883], à onze heures et demie, rue de Castries » selon le Petit journal daté du 16 décembre 1883 (article explicitement daté du 15 décembre 1883) ;
    mort « hier soir, vers minuit » selon Le Figaro daté du 15 décembre 1883 (article non daté sans doute écrit le 14 décembre 1883) ;
    mort le « 14 décembre 1884 » selon le site de l’Académie française.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :