Ernest-Auguste III de Hanovre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernest-Auguste.

Ernest-Auguste III de Hanovre (17 novembre 1887, Penzing – 30 janvier 1953, château de Marienburg), fut le dernier duc régnant de Brunswick (1913-1918),

Romeo et Juliette en Europe du Nord[modifier | modifier le code]

Ernest-Auguste, duc de Brunswick
Victoria-Louise de Prusse, duchesse de Brunswik-Lunebourg
Le duché de Brunswick au sein de l'Empire Allemand

Membre de la Maison de Hanovre qui régna conjointement sur le Hanovre et sur la Grande-Bretagne et son empire de 1714 à 1901, Ernest-Auguste III de Hanovre était l'arrière-petit-fils d'Ernest-Auguste Ier de Hanovre duc de Cumberland et Teviotdale lequel, en vertu de la loi salique, succéda en 1837 à son frère Guillaume IV du Royaume-Uni sur le trône de Hanovre tandis que leur nièce commune Victoria Ière prenait possession du trône Britannique.

Ernest-Auguste Ier mourut en 1851 et son fils aîné lui succéda sous le nom de Georges V de Hanovre, 2ème duc de Cumberland et Teviotdale. En 1866, ayant pris parti pour l'Autriche dans la guerre qui opposait cet empire à la Prusse, il vit ses états annexés par cette dernière. Il se réfugia avec sa famille en Autriche et ses fils, bien que protestants, firent carrière dans l'armée autrichienne.

Toujours victorieuse, mais cette fois contre la France, la Prusse reconstitua un Empire allemand sous sa direction en 1871 et son roi Guillaume Ier fut proclamé empereur. Cependant Georges V, se drapant dans sa dignité outragée, ne reconnut pas le nouvel état des choses. Il mourut en 1878 et son fils Ernest-Auguste II de Hanovre, 3eme duc de Cumberland et Teviotdale, hérita, à défaut du trône, des sentiments prussophobes de son père. Il conclut une brillante union en épousant la même année la princesse Thyra de Danemark, sœur de la princesse de Galles et de l'épouse du tsarévitch. Ils eurent trois fils et trois filles.

Le Danemark avait lui aussi été victime des appétits prussiens dans les années 1860 et les sentiments de la famille royale danoise à l'égard de l'empire des Hohennzollern n'étaient pas meilleurs que ceux des Hanovre.

Aussi, en 1884, quand mourut le dernier duc de Brunswick dont les terres étaient enclavées dans le Royaume de Prusse, et dont Ernest-Auguste II était l'héritier, la puissante Prusse refusa-t-elle que le duché tombe entre les mains d'une maison ennemie et nomma successivement plusieurs régents prussophiles.

Certes, les Hanovre prussophobes, devenus avec le temps cousins par alliance du roi d'Angleterre, empereur des Indes et du tsar de Russie, vivaient en exil en Autriche mais leurs filles se mariaient brillamment en Allemagne compliquant les protocoles et les représentations, l'aînée, Louise épousa en 1900 le prince héritier Maximilien de Bade, la benjamine, Alexandra épousa en 1904 le grand-duc Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin, frère de la reine du prussophobe Danemark et dont une autre sœur, Cécilie, épousa l'année suivante le Kronprinz. La cadette, Olga, resta célibataire.

Entretemps, l'empereur Guillaume Ier était mort en 1888, suivi de près par son fils Frédéric III qui, à son tour, avait laissé le trône à son fils le très autoritaire Guillaume II.

Amour et restauration[modifier | modifier le code]

Cependant les relations entre les deux dynasties n'évoluèrent pas et la crise constitutionnelle qui en découlait durait depuis près de 30 ans quand, le 20 mai 1912, le prince Georges, fils aîné d'Ernest-Auguste II, se tua dans un accident d'automobile à l'âge de 32 ans. C'était le second des six enfants du duc de Cumberland et Teviotdale qui mourait prématurément après le prince Christian, mort à 16 ans d'une péritonite, en 1901. Le Kaiser, père de neuf enfants (dont huit fils), fit alors preuve d'une délicatesse inhabituelle en envoyant une lettre de condoléances à un prince certes ennemi et en exil mais qui était néanmoins son parent.

À son tour, le duc de Cumberland envoya le dernier fils qui lui restait, Ernest-Auguste, 24 ans, présenter ses remerciements au Kaiser. À cette occasion, le jeune homme rencontra la princesse Victoria-Louise de Prusse, 19 ans, neuvième enfant et seule fille du Kaiser. Les deux jeunes gens se plurent et voulurent s'épouser au grand dam de leurs familles respectives.

Un accord fut finalement trouvé, le duc de Cumberland reconnaissait l'empire allemand et renonçait au trône de Brunswick en faveur de son fils tandis que la Prusse permettait au jeune prince Ernest-Auguste, une fois devenu gendre du Kaiser, d'accéder au trône de Brunswick, ce qui faisait de la princesse Victoria-Louise une souveraine.

Entre deux mondes[modifier | modifier le code]

La cérémonie se déroula un an après l'accident qui avait couté la vie au prince Georges, le 24 mai 1913. Ce fut la dernière réunion de famille des souverains européens avant la Première Guerre mondiale à l'issue de laquelle la plupart d'entre eux allaient perdre leur trône, voire la vie.

Ernest-Auguste et Victoria-Louise eurent cinq enfants :

  1. Ernest-Auguste IV de Hanovre (1914 – 1987) ;
  2. Georges-Guillaume de Hanovre (1915-2006), épousa en 1946 la princesse Sophie de Grèce (sœur de Philip Mountbatten) ;
  3. Frederika de Hanovre (1917 – 1981), reine des Hellènes, épousa Paul Ier de Grèce (1901-1964) ;
  4. Christian de Hanovre (1919 - 1981), épousa en 1963 Mireille Dutry née en 1946, ils divorcent en 1976 ;
  5. Guelf de Hanovre (1923 – 1997), épousa en 1960 Alexandra, princesse zu Isemburg ;

Durant la Première Guerre mondiale, le duc de Brunswick obtint le grade de général de division dans l'armée prussienne. En 1917, son père, 3e duc de Cumberland et Teviotdale et prince britannique de la Maison de Hanovre, vit tous ses titres et honneurs britanniques confisqués par le roi George V du Royaume-Uni parce qu'il était dans le camp de l'Allemagne. Le duc de Saxe-Cobourg-Gotha connut pour la même raison la même humiliation.

En octobre 1918, son beau-frère, le prince Maximilien de Bade, libéral, fut nommé chancelier du Reich mais il était trop tard pour mettre en œuvre les réformes nécessaires. Consécutivement à la défaite et à l'instar du Kaiser, son beau-père, et des souverains allemands, le duc Ernest-Auguste III de Brunswick dut abdiquer et se réfugia à nouveau avec sa famille en Autriche, à Gmunden. Il prit alors le titre de duc de Brunswick-Lunebourg.

Peu avant la Seconde Guerre mondiale, le duc et sa famille furent autorisés à revenir en Allemagne. La famille ducale s'installa à Blankenburg. Devenu à la mort de son père (1923) le chef de la maison de Brunswick et de sa branche cadette survivante la maison de Hanovre, il maria en 1938 sa fille Frédérika au prince Paul de Grèce qui devint roi en 1947.

Il ne semble pas que le gendre du Kaiser ait été un fervent partisan du régime nazi. Il est possible que le duc et la duchesse crurent d'abord les fausses promesses d'Adolf Hitler de rétablir l'ordre en Allemagne en restaurant la monarchie.

Si leurs fils servirent dans l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, ils firent ce que devaient faire tous les allemands de leur âge.

A priori, comme le Kaiser, le duc et la duchesse de Brunswick-Lunebourg se ravisèrent assez rapidement et leur fils aîné fut un temps soupçonné d'avoir participé à l'attentat visant le dictateur en 1944.

La famille dut fuir Blankenburg en 1945 pour échapper à l'avancée des troupes soviétiques. Cousins du roi d'Angleterre, le duc et la duchesse s'installèrent en zone britannique à Marienburg près de Hanovre.

Le duc Ernest-Auguste y mourut en 1953.

Le duc et la duchesse de Brunswick-Lunebourg sont les grand-parents de l'actuelle reine Sophie d'Espagne et de l'ex-roi Constantin II de Grèce.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ernest-Auguste III de Hanovre appartient à la Maison de Hanovre issue de la Maison de Brunswick (Brunswick-Lüneburg), elle-même issue de la Maison d'Este descendante des ducs de Toscane. Il est aussi le grand-père de l'actuel chef de la Maison royale de Hanovre le prince Ernest-Auguste de Hanovre (1954-) (Ernest-Auguste V de Hanovre).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest-Auguste III de Hanovre porte le numéro Brunswick XXVII 6 dans l'ouvrage L'Allemagne dynastique, t. III : Brunswick-Nassau-Schwarzbourg, Michel Huberty, Alain Giraud et F. et B. Magdelaine, 1981, chez l'un des auteurs, Le Perreux, 607 p. (ISBN 2-901138-03-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Précédé par Ernest-Auguste III de Hanovre Suivi par
régence
Drapeau du duché de Brunswick Duc de Brunswick
1913-1918
Précédé par Ernest-Auguste III de Hanovre Suivi par
Ernest-Auguste II de Hanovre
Chef de la maison de Brunswick et de la lignée subsistante de Hanovre
1923-1953
Ernest-Auguste IV de Hanovre