Caroline de Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caroline.

Caroline de Monaco

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Caroline de Monaco, princesse de Hanovre en 2009.

Titres

Héritière présomptive du trône de Monaco

6 avril 200510 décembre 2014
(9 ans, 8 mois et 4 jours)

Prédécesseur Albert, marquis des Baux
Successeur Jacques, marquis des Baux

Héritière présomptive du trône de Monaco

23 janvier 195714 mars 1958
(1 an, 1 mois et 19 jours)

Prédécesseur Antoinette, baronne de Massy
Successeur Albert, marquis des Baux
Biographie
Titulature cf. Titulature complète
Dynastie Maison Grimaldi
Nom de naissance Caroline Louise Marguerite Grimaldi
Naissance 23 janvier 1957 (57 ans)
Monaco (Monaco)
Père Rainier III de Monaco
Mère Grace Kelly
Conjoints 1) Philippe Junot (1978-1980)
2) Stefano Casiraghi (1983-1990)
3) Ernst August de Hanovre (depuis 1999)
Enfants Deuxième lit :
Andrea Casiraghi
Charlotte Casiraghi
Pierre Casiraghi
Troisième lit :
Alexandra de Hanovre
Résidence Palais de Monaco
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Héritiers présomptifs du trône de Monaco

La princesse Caroline de Monaco (Caroline Louise Marguerite Grimaldi), née le 23 janvier 1957 à Monaco, est un membre de la famille princière monégasque. Par mariage, elle est princesse de Hanovre, duchesse de Brunswick et Lunebourg.

Elle est la fille aînée du prince Rainier III et de la princesse Grace de Monaco. Elle a été baptisée le 3 mars 1957. Elle est troisième dans l'ordre de succession au trône de Monaco.

Formation[modifier | modifier le code]

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

En 1979, elle est nommée par ses parents présidente du Comité national monégasque de l'Année internationale de l'enfant. Elle fonde en 1981 l'association « Jeune, j'écoute », un service d'écoute téléphonique pour jeunes en détresse.

Suite au décès de sa mère, la princesse Grace, en 1982, elle reprend la présidence du Garden Club de Monaco, du comité d'organisation du Festival des arts de Monte-Carlo et de la Fondation Princesse-Grace-de-Monaco. La Fondation Princesse Grace de Monaco est très active en France : présence dans une trentaine d'hôpitaux pédiatriques (organisation de classe hôpital ou de maisons pour les parents), achat de fauteuils roulants pour des personnes démunies, financement du 1/3 du budget de trois grands laboratoires, etc.

En 1985, la princesse Caroline annonce officiellement la création de la Compagnie des ballets de Monte-Carlo, exauçant un vœu de sa mère.

Depuis 1988, elle est présidente du conseil d'administration et du conseil littéraire de la Fondation Prince-Pierre-de-Monaco.

En avril 1993, la princesse Caroline est nommée présidente de l'Association mondiale des amis de l'enfance (AMADE) fondée par sa mère, trente ans plus tôt, qui mène de nombreuses actions à travers le monde : création d'une quinzaine de maisons d'accueil aux Philippines, création d'un lieu d'accueil à côté de la prison de Phnom Penh (Cambodge) pour les enfants incarcérés avec leurs parents détenus, création d'une école hôtelière pour les orphelins au Burundi, construction d'une maison d'accueil pour les délinquants au Brésil, formation de chirurgiens du Laos pour pouvoir opérer les bébés atteints de malformation faciale, etc. À côté de ce soutien concret et financier, l'AMADE encourage le monde politique à renforcer les lois internationales pour défendre les enfants.

Le 2 décembre 2003, elle a été nommée par le directeur général de l'UNESCO ambassadrice de bonne volonté en reconnaissance de son engagement personnel en faveur de la protection de l'enfance et de la famille et de sa contribution à la promotion des programmes de l'UNESCO pour l'éducation des jeunes filles et des femmes.

Le 20 mai 2006, elle se voit remettre le Prix Children's Champion 2006 par le président du Comité américain de l'UNICEF, en reconnaissance de son engagement en faveur de l'enfance en danger, notamment comme présidente de l'AMADE.

Depuis le décès de sa tante la princesse Antoinette de Monaco le 18 mars 2011, la princesse Caroline est devenue la doyenne de la famille Grimaldi.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Elle épouse en premières noces Philippe Junot (né dans le 17e arrondissement de Paris le 19 avril 1940) à Monaco, civilement le 28 juin 1978 et religieusement le 29 juin 1978. Le divorce est prononcé par un tribunal monégasque le 9 octobre 1980. Une demande d'annulation du mariage religieux est introduite par Caroline de Monaco en cour de Rome en 1981, et suite à une longue procédure, le pape Jean-Paul II constate officiellement la nullité du mariage religieux le 1er juillet 1992[1].

Elle se marie une seconde fois civilement avec Stefano Casiraghi le 29 décembre 1983 au Palais de Monaco. Il décède le 3 octobre 1990 dans un accident de motonautisme. Ils ont trois enfants :

Ces enfants issus de ce deuxième mariage sont reconnus légitimes en regard de l'Église par le pape Jean-Paul II le 25 février 1993, décision rendue publique début avril 1993 et confirmée le 5 avril 1994 bien qu'issus d'un mariage purement civil : le constat de nullité du premier mariage de Caroline étant postérieur au décès de Stefano Casiraghi, décès qui a seul empêché tout mariage religieux ; Caroline avait fait une demande au pape en ce sens le 2 juillet 1992 dès le constat de nullité de son premier mariage. Ces enfants issus de ce second mariage étaient du reste déjà légitimes selon le droit monégasque du fait du mariage civil de leurs parents.

Son troisième mari est le prince Ernst August de Hanovre, chef de la maison de Hanovre. Le mariage civil eut lieu à Monaco le 23 janvier 1999 et une fille est issue de cette union :

Titulatures et décorations[modifier | modifier le code]

Elle est Grand-croix de l'ordre de Saint-Charles, la plus haute distinction monégasque. Elle est aussi depuis 2005, Commandeur de l'Ordre du Mérite Culturel (Ordonnance Souveraine n° 254 du 9 novembre 2005).

Héritière présomptive du trône de Monaco[modifier | modifier le code]

À sa naissance, elle fut héritière présomptive des titres de son père, avant de céder sa place à son frère Albert un an plus tard.

La princesse Caroline — ainsi que sa descendance — aurait perdu tout rang successoral sans la réforme de 2002 de la Constitution de Monaco de 1962 et de son article 10, réforme initiée par Rainier III de Monaco quelques années avant sa mort, et qui ouvre la succession aux frères et sœurs du prince souverain défunt ainsi qu'aux descendants légitimes de ces derniers. Sans cette réforme, la principauté de Monaco se serait retrouvée dépourvue de tout héritier à l'avènement d'Albert II le 6 avril 2005.

Du 6 avril 2005 au 10 décembre 2014, elle est pour la seconde fois en première position dans l'ordre de succession monégasque, juste devant ses deux fils (Andrea et Pierre) puis ses filles (Charlotte et Alexandra). Elle perd sa première place dans l'ordre de succession au trône et son statut d'héritière présomptive, après la naissance des jumeaux Jacques de Monaco et Gabriella, les enfants légitimes d'Albert II et de son épouse Charlène. À ce jour, elle est donc troisième dans l'ordre de succession au trône de Monaco.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ordre de succession au trône de Monaco[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armoiries de Monaco et Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Junot (nécrologie), Xavier Ternisien, Le Monde, 27-28 juillet 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]