Éris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éris (homonymie).

Dans la mythologie grecque, Éris (en grec ancien Ἔρις / Éris) est la déesse de la Discorde.

Mythe[modifier | modifier le code]

Selon Hésiode, elle est fille de Nyx (la Nuit) et donne naissance seule, comme sa mère, à de nombreux enfants, tous méchants et malfaisants : Ponos (la Peine), Léthé (l'Oubli), Limos (la Faim), Phonoi et Makhai (les Meurtres et les Combats), Dysnomie et Até (l'Anarchie et le Désastre), Algea (les Douleurs), Hysminai (les Mêlées), Androktasiai (les Tueries), Neikea (les Querelles), Amphilogiai (les Disputes), Pseudologoi (les Mensonges) et Horkos (le Serment) qui veille sans cesse sur les serments qu'il sanctionne, comme il punit sans pitié le parjure volontaire. Dans l'Iliade, elle est la sœur d'Arès, dieu de la Guerre ; elle l'accompagne dans ses combats et tient en main l'emblème de la guerre. Homère la décrit ainsi (IV, 440-443) :

« […] la Discorde infatigable,
Tout à la fois compagne et sœur de l'homicide Arès,
Qui d'abord se dresse timidement, mais qui bientôt
Touche du front le ciel et de ses pieds foule la terre. »

Elle peut sans doute être assimilée à Ényo, citée au chant V.

Cependant Éris représente aussi l'aspect positif de l'émulation : au chant XI de l'Iliade, Zeus l'envoie réveiller l'ardeur au combat des chefs grecs (XI, 3-14) ; c'est elle aussi qu'Héraclès choisit lorsqu'il rencontre deux femmes au début de ses exploits selon Hésiode.

Furieuse de ne pas avoir été invitée aux noces de Thétis et Pélée, elle y jette une pomme d'or portant l'inscription « Pour la plus belle » (Ἡ καλὴ λαϐέτω / Hê kalề labétô). Cette « pomme de discorde » se révélera fatale, puisque c'est elle qui provoquera indirectement la guerre de Troie (pour plus d'information, voir Jugement de Pâris et Discordianisme pour une interprétation différente de ce mythe).

Éris et Arès seront à la tête des Lapithes lors de leur guerre contre les centaures.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son nom a donné naissance au terme « éristique », l'art de la controverse.

Le personnage d'Éris a également été repris comme thème central du discordianisme, religion moderne humoristique apparue dans les années 1950 aux États-Unis.

Éris est l'antagoniste du film Sinbad : La Légende des sept mers, sorti en 2003. Elle est tout à fait fidèle à son rôle de déesse du Chaos.

Elle est également l'ennemie des Chevaliers du Zodiaque dans Éris : La Légende de la pomme d′or.

En 2006, le nom Éris fut accordé à la planète naine (136199) Éris, à cause de la controverse que sa découverte avait déclenchée au sujet de la définition du terme planète.

Sources[modifier | modifier le code]