Dr. Dre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Dre » redirige ici. Pour les directions régionales françaises, voir DRE.

Dr. Dre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dr. Dre à un concert en 2012

Informations générales
Surnom Dre
Nom de naissance Andre Romelle Young
Naissance 18 février 1965 (49 ans)
Compton, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Producteur, compositeur, rappeur
Activités annexes Acteur, Entrepreneur, beatmaker
Genre musical Rap West Coast, gangsta rap, gangsta funk, rap hardcore
Instruments Voix, synthétiseur, boîte à rythmes, échantillonneur, clavier
Années actives depuis 1984
Labels Kru-cut record(1982–1987)
Ruthless Records (1987–1991)
Death Row Records (1991–1996)
Aftermath Entertainment (Depuis 1996)
Site officiel drdre.com

Dr Dre, de son vrai nom Andre Romelle Young, (né le 18 février 1965 à Compton, Californie – ) est un producteur, rappeur, compositeur, acteur, arrangeur musical, beatmaker, entrepreneur et ancien DJ américain.

Dr Dre a largement contribué à populariser le gangsta rap, sa ville natale Compton et la culture hip-hop californienne en général. Il a produit une multitude d'artistes[1] comme Snoop Dogg, Eminem, The Game, 2Pac[2], Mary J. Blige, les Pussycat Dolls ou le pianiste Burt Bacharach[1]. Il est aussi très célèbre pour avoir été un des leaders du groupe N.W.A à travers les trois labels Ruthless Records, Death Row Records et Aftermath Entertainment. Il est considéré par certains artistes tels que Nas et 50 Cent comme le plus grand producteur de hip-hop de tous les temps[3],[4],[5].

Dr Dre est également le créateur du G-funk[6]. Il a été le premier producteur de hip-hop à recevoir un Grammy Award comme producteur de l'année en 2001[7],[8]. Son album solo The Chronic est certifié quadruple disque de platine tandis que 2001 est six fois disque de platine aux États-Unis[9].

World Class Wreckin' Cru[modifier | modifier le code]

À 17 ans, après que sa mère lui a offert une platine de DJ, il devient DJ dans le club The Eve AfterDark, il prend alors le pseudonyme « Dr J », en référence à son joueur de basket favori, Julius Erving. Au club, il rencontre son futur acolyte à la production, Antoine Carraby (DJ Yella). Peu de temps après il change son nom en Dr Dre, un mélange de son prénom et celui de Dr J, se référant à lui-même comme le Master of Mixology. En 1984, il intègre, en compagnie de DJ Yella et de sa sœur, Mona Lisa, le groupe électro-hop World Class Wreckin' Cru. Ses fréquentes absences de l'école mettent en péril sa position en tant que plongeur de son équipe de natation. Après sa deuxième année de lycée, il fréquente l'école des adultes de Chester High School à Compton, en suivant les exigences de sa mère pour lui obtenir un emploi ou pour poursuivre ses études. Après une brève participation à la radio du lycée, il abandonne pour de bon les cours pour pouvoir se concentrer sur la réalisation des compilations du groupe. Par la suite il commence à produire un grand nombre d'artistes de la scène locale : Ice-T, Coolio ainsi que le groupe CIA (le premier groupe de Ice Cube).

N.W.A[modifier | modifier le code]

En 1986, Dr Dre et Ice Cube collaborent ensemble pour enregistrer des chansons pour Ruthless Records, un label de rap local fondé par le rappeur et dealer Eric Wright (Eazy-E) et son manager Jerry Heller. Par la suite Eazy-E invite Dr Dre, Ice Cube, DJ Yella et Michel'le (petite amie de Dr Dre) à signer sur son label. C'est ainsi que se forme le groupe N.W.A., composé de Eazy-E, Dr Dre, Ice Cube, MC Ren, DJ Yella et Arabian Prince. L'année suivante, ils sortent en guise de premier album, la compilation N.W.A. and the Posse réunissant le groupe à d'autres artistes de la scène locale (The Fila Fresh Crew, Dr Rock, Ron-De-Vu, Fresh K).

En 1988, sort Straight Outta Compton, qui connaît une vive controverse notamment à cause du titre Fuck tha Police où le groupe dénonce le racisme et la violence des forces de l'ordre de Los Angeles. Tous les thèmes sont abordés : la violences des gangs (Gangsta, Gangsta), le racisme (Express Yourself) », la drogue (Dopeman) et les filles faciles (I Ain't tha 1). Straight Outta Compton tourne une page dans l'histoire du hip-hop en popularisant un nouveau genre, le gangsta rap. Un mois après la sortie de cet album, Dr Dre et DJ Yella produisent le premier album d'Eazy-E, Eazy Duz It. Après ces deux énormes succès, Dr Dre est chargé de produire tous les albums solo des artistes du label, dont : JJ Fag (Supersonic), Michel'le (Michel'le), The D.O.C. (No One Can Do It Better)[10] et celui de Jimmy Z (Muzical Madness).

Death Row Records et The Chronic[modifier | modifier le code]

Après l'album Efil4zaggin (1991), il revoit ses négociations avec Eazy-E et leur manager Jeryll Heller qui se soldent par un refus, ce qui conduit Dr Dre à quitter le groupe en compagnie de D.O.C et de sa petite amie Michel'le. Par la suite, Dr Dre s'associe avec Suge Knight pour monter son propre label, Death Row Records.

Le premier album de Dr Dre, The Chronic, sort en 1992 sur lequel apparaît pour la première fois Snoop Doggy Dog (aujourd'hui Snoop Lion). Ce dernier fait alors partie du groupe 2-1-3 avec Warren G (demi-frère de Dre) et Nate Dogg (cousin de Snoop Dogg). Grâce aux singles Nuthin' but a 'G' Thang, Let Me Ride (qui fut primé par un Grammy Award[8]) et Fuck with Dre Day (où Dr Dre règle ses comptes avec Eazy-E et Tim Dog[11]), l'album devient multi disque de platine[9] et se place dans le top 10 des albums les mieux vendus aux États-Unis en 1993[12]. Peu de temps après, Dre travaille sur l'album Doggystyle de son protégé Snoop Doggy Dogg, l'album devient no 1 du classement Billboard 200[9]. En 1995, Knight demande à Dr Dre d'annuler l'enregistrement de son nouvel album solo, The Chronic 2, pour permettre à toute l'équipe de travailler sur celui de leur nouvel artiste 2Pac. La chanson California Love était d'ailleurs prévue pour The Chronic 2[réf. nécessaire].

Aftermath Entertainment[modifier | modifier le code]

Suite à son départ de Death Row Records, il décide de s'exiler à Philadelphie, où il sympathise avec le groupe The Roots, et rencontre de nombreux jeunes talents (Mel-Man, Last Emperor, Eve, Maurice Wilcher) ainsi que Scott Storch, ancien membre de The Roots.

De retour en Californie, il forme un nouveau label, Aftermath Entertainment. Sur la première compilation sortie fin 1996, Dr. Dre Presents... The Aftermath, il tente de changer son image avec Been There, Done That. L'album n'obtient pas un très grand succès, mais devient tout de même disque de platine[13].

La découverte d'Eminem et 2001[modifier | modifier le code]

Avec ce premier revers, les doutes viennent le hanter, d'autant que sa collaboration avec le supergroupe de Nas, The Firm, a également eu du mal à décoller. Dre tombe alors sur la démo d'un jeune rappeur de Détroit du nom d'Eminem. Il le signe rapidement sur son label et ils enregistrent The Slim Shady LP, qui sort en février 1999 et connaît le succès[14].

Quelques mois plus tard, Dr Dre sort son deuxième album studio, 2001. Épaulé par Mel-Man à la production ainsi que de Hittman et Eminem pour l'écriture des textes, il a pu se concentrer sur la réalisation et la structure de l'album. Il fait également appel à beaucoup d'anciens partenaires pour réaliser des featurings. L'album remporte un grand succès, il se place no 2 du classement Billboard 200[15], et devient multi disque de platine[9]. Sur le morceau Forgot About Dre, en affirmant que lorsqu'un artiste n'arrive pas à vendre ses albums, c'est Dr Dre, le « docteur », qu'on lui conseille, Dre répond à ses détracteurs, notamment ses anciens collaborateurs du label Death Row Records, qui déclaraient sa carrière terminée.

Pour fêter le succès de l'album, il organise une tournée de 45 dates en 2000, le Up In Smoke Tour, avec les rappeurs Snoop Dogg, Eminem, Nate Dogg, Xzibit et Ice Cube[16].

L'après 2001[modifier | modifier le code]

Après le succès de son album, il produit la quasi-totalité du deuxième album d'Eminem The Marshall Mathers LP (2000) et, par la suite, assure la production des albums d'artistes comme : Busta Rhymes, Jay-Z, Eve, Mary J. Blige, Gwen Stefani, Xzibit, Burt Bacharach...

En 2001, il est élu deuxième artiste derrière le groupe U2 ayant gagné le plus d'argent dans l'année[17].

Eminem et lui découvrent ensuite 50 Cent et produisent son album Get Rich or Die Tryin'. Dre continue ensuite de produire les albums d'Eminem et collabore également à Buck the World de Young Buck.

En 2005, Dre produit notamment le morceau How We Do sur l'album The Documentary de son nouveau protégé, The Game[16]. Dans une interview pour le magazine Rolling Stone en avril 2005, Kanye West a déclaré que Dr Dre était l'un des plus grands artistes de tous les temps[18] .

Detox[modifier | modifier le code]

Dès 2004-2005, Dr Dre annonce qu'il sortira un dernier album personnel, intitulé Detox[19]. Lors des MTV Video Music Awards 2007 à Las Vegas, Dr Dre en entrant sur scène affirme « Detox is coming » (« Detox arrive »). Cette annonce fut faite aux côtés de Mary J. Blige qui lui rendait hommage pour sa carrière de rappeur et de producteur. Selon les récents dires de Snoop Dogg, Detox serait terminé et n'attend plus que Dr Dre Dre finalise la liste des titres pour sortir[20].

Un premier clip extrait de l'album Detox est sorti, en décembre 2010, intitulé Kush, réunissant Dr Dre, Snoop Dogg et Akon (qui remplaça Nate Dogg, hospitalisé à cause d'une commotion cérébrale). En février 2011 sort un second extrait intitulé I Need a Doctor avec Eminem et Skylar Grey[21]

Fin novembre 2011, Dr Dre annonce dans une vidéo qu'il laisse tomber Detox pour une durée indéterminée. En effet, il préfère se consacrer à sa famille et aux artistes de son label, Slim the Mobster et Kendrick Lamar[22].

En avril 2012, le Doc a organisé un concert au festival de Coachella, en Californie. Sur scène, il a chanté ses plus grands classiques comme Nuthin' but a 'G' Thang, Forgot About Dre, Still D.R.E., The Next Episode et ses nouveaux morceaux, Kush et I Need a Doctor accompagné comme toujours par son acolyte Snoop Dogg, mais aussi Eminem, 50 Cent et Tony Yayo, Kurupt, Warren G, Wiz Khalifa et son protégé, Kendrick Lamar. Cet incroyable concert fut accompagné par de nombreux hommages, notamment celui de Nate Dogg, décédé le 15 mars 2011, Snoop Dogg a donc interprété ses quelques classiques du G-funk accompagné par Warren G et Kurupt. Un autre hommage incroyable et improbable a été fait, celui de Tupac Shakur représenté sous forme d’hologramme, très réaliste interprétant Hail Mary et 2 of Amerikaz Most Wanted avant de disparaître de la scène du Coachella.

Cependant, Snoop Dogg a confié récemment à Tim Westwood, un célèbre interviewer britannique spécialisé dans le hip-hop, que Dr Dre avait remis sur le tapis le sujet Detox, et ce dernier a même affirmé à Snoop Dogg que l'album, devenu une légende, sortirait mi-juillet. Tim Westwood l'a révélé dans une de ces récentes vidéos sur YouTube.

Dr Dre et ses nègres littéraires[modifier | modifier le code]

Le premier rôle de Dr Dre n'a jamais été véritablement rappeur. Il est clairement un producteur de musique en premier lieu. Ainsi il est courant qu'il fasse appel à des nègres littéraires (ghostwriters en anglais) qui lui écrivent ses textes.

Il est important de savoir que les livrets qui accompagnent les albums de musique américaine ne donnent habituellement pas le nom précis du parolier d'une chanson. En effet toute personne participant à une chanson est officiellement créditée comme auteur (writer), même s'il n'a rien à voir avec les paroles.

Pour ses textes, Dr Dre demande à des rappeurs de son entourage de s'en occuper comme il l'explique dans une interview du magazine américain Scratch[23]. C'est par exemple Jay-Z qui a partiellement écrit Still D.R.E..

Entrepreneur[modifier | modifier le code]

En juillet 2008, Dr Dre a sorti ses casques audio, les Beats by Dr Dre. Ils sont fabriqués par la société Monster[24]. Il a aussi prévu de se lancer dans les spiritueux avec le cognac Aftermath Cognac et la vodka Aftermath Vodka qu'il devrait sortir en même temps que son album Detox[25].

Début 2014, des rumeurs persistantes annoncent que la célèbre firme américaine Apple serait intéressée pour le rachat de la marque Beats by Dr Dre pour approximativement 3 milliards de dollars, faisant par conséquent de Dr Dre le premier rappeur milliardaire au monde. Le 27 mai 2014, Apple annonce l'achat de la marque Beats by Dr Dre pour un total de 3 milliards de dollars. 2,6 milliards seront versés dès la finalisation de la transaction et le reste en paiements ultérieurs[26].

Fortune[modifier | modifier le code]

D'après le magazine Forbes, Dr Dre est, en 2011, avec plus de 125 000 000 $, l'un des rappeurs les plus riches du monde, derrière Jay Z et Sean J. Combs et devant les rappeurs Birdman et 50 Cent[27]. En 2012, il est premier du classement des musiciens les mieux payées avec 110 000 000 $ devançant Roger Waters (Pink Floyd) et Elton John[28].

En 2014, sa fortune est estimée à 780 millions de dollars. Ce qui fait de lui le rappeur le plus riche au monde. Suite au rachat de la société Beats Electronics par Apple pour plusieurs milliards de dollars, Dr Dre devient le premier rappeur milliardaire.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1996 il se marie avec Nicole Threatt (ancienne femme du basketteur Sedale Threatt) avec qui il a eu un fils (Truth) en 1997 et une fille (Truly) en 2001.

Il a aussi cinq autres enfants : Curtis alias Hood Surgeon avec Lisa Johnson né en 1981, Manaj[29] née en 1985, Tyra née en 1987[réf. nécessaire], André Jr. (1988-2008) avec Janita Porter et Marcel qu'il a eu avec la chanteuse Michel'le en 1991.

Son fils, Andre Young Jr. a trouvé la mort le 23 août 2008 à son domicile, en Californie à l'âge de 19 ans, probablement d’une overdose d’opioïde (héroïne et/ou morphine)[30].

Dr Dre est un supporter du club de football anglais de Liverpool. Il a expliqué que son intérêt pour ce club mythique date de sa collaboration avec le footballeur John Barnes à la fin des années 1980.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Dr. Dre.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations, mixtapes et bandes originales[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Concrete Roots
  • 1996 : First Round Knock Out
  • 1996 : Back'n the Day
  • 1996 : Dr. Dre Presents... The Aftermath
  • 2002 : Chronicle: Best of the Works
  • 2002 : Chronicles: Death Row Classics

Albums en collaboration[modifier | modifier le code]

Avec World Class Wreckin' Cru[modifier | modifier le code]

  • 1985 : World Class
  • 1986 : Rapped in Romance

Avec N.W.A[modifier | modifier le code]

Principaux titres[modifier | modifier le code]

Liste des titres les plus populaires de Dr Dre en tant qu'artiste principal.

Liste des titres les plus populaires de Dr Dre en tant qu'artiste invité.

En tant que producteur, producteur exécutif[modifier | modifier le code]

Filmographie et DVD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.dr-dre.com/info/production.php
  2. http://wmdeez.wordpress.com/2007/08/02/dr-dre-kanye-west-produce-tracks-for-lil-wayne/
  3. http://www.theboombox.com/2009/02/03/nas-to-appear-on-detox-calls-dr-dre-best-producer-of-all-ti/
  4. http://www.rapbasement.com/50-cent/080508-50-cent-talks-about-working-with-dr-dre-on-detox.html
  5. http://www.aftermathmusic.com/blog/?page_id=225-dj-whoo-kid-interview-speaks-on-dr-dre
  6. http://allmusic.com/cg/amg.dll?p=amg&sql=11:wpfqxqt5ldhe~T1
  7. http://www.imdb.com/name/nm0236564/bio
  8. a et b http://allmusic.com/cg/amg.dll?p=amg&sql=11:wpfqxqt5ldhe~T52
  9. a, b, c et d http://www.riaa.com/goldandplatinumdata.php?resultpage=1&table=SEARCH_RESULTS&action=&title=&artist=Dr.%20Dre&format=ALBUM&debutLP=&category=&sex=&releaseDate=&requestNo=&type=&level=&label=&company=&certificationDate=&awardDescription=&catalogNo=&aSex=&rec_id=&charField=&gold=&platinum=&multiPlat=&level2=&certDate=&album=&id=&after=on&before=on&startMonth=1&endMonth=2&startYear=1958&endYear=2008&sort=CertificationDate&perPage=25
  10. http://www.thaformula.com/doc_ruthless_to_death_row_thaformula_music.html
  11. http://www.azlyrics.com/lyrics/drdre/fuckwitdreday.html
  12. http://www.nytimes.com/1994/01/12/movies/the-pop-life-849405.html?scp=22&sq=%22Dr.+Dre%22&st=nyt
  13. http://www.riaa.com/goldandplatinumdata.php?resultpage=1&table=SEARCH_RESULTS&action=&title=DR.%20DRE%20PRESENTS...%20THE%20AFTERMATH&artist=&format=&debutLP=&category=&sex=&releaseDate=&requestNo=&type=&level=&label=&company=&certificationDate=&awardDescription=&catalogNo=&aSex=&rec_id=&charField=&gold=&platinum=&multiPlat=&level2=&certDate=&album=&id=&after=on&before=on&startMonth=1&endMonth=1&startYear=1958&endYear=2008&sort=Artist&perPage=25
  14. http://allmusic.com/cg/amg.dll?p=amg&searchlink=EMINEM&sql=11:0xfpxqyjldke~T1
  15. http://allmusic.com/cg/amg.dll?p=amg&sql=11:wpfqxqt5ldhe~T5
  16. a et b http://www.slate.com/id/2114375/
  17. http://www.rollingstone.com/news/story/5933378/u2_dre_highest_earning_artists
  18. http://www.rollingstone.com/news/story/7235469/the_immortals__the_greatest_artists_of_all_time_54_dr_dre
  19. http://www.kdbuzz.com/index.php?2009/01/19/296-l-album-le-plus-attendu-depuis-que-le-hip-hop-existe-dr-dre-detox
  20. http://www.rapbasement.com/dr.-dre/snoop-dogg-talks-dr-dre-s-detox-confirms-recording-tracks-for-dre-s-new-album.html
  21. Dr Dre : le clip Kush
  22. [1]
  23. http://www.scratchmagazine.com/
  24. http://www.beatsbydre.com/
  25. http://www.mtv.com/news/articles/1592232/20080806/dr_dre.jhtml
  26. (en) « Apple agrees deal to buy Dr Dre's Beats headphones firm for $3bn », The Telegraph (consulté le 20 juin 2014)
  27. (en) Zack O'Malley Greenburg, « The Forbes Five: Hip-Hop's Wealthiest Artists 2011 », Forbes,‎ 3 septembre 2011 (lire en ligne).
  28. Raphaël Bosse-Platière, « Dr Dre, le musicien le mieux payé de l'année 2012 », Le Figaro,‎ 30 novembre 2012 (lire en ligne).
  29. http://illseed.com/2008/07/20/dr-dres-daughter-makes-dvd-about-him/
  30. http://www.ramdam.com/rap-rnb-soul/overdose-pour-le-fils-de-dr-dre/