Couvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couvains.
Couvin
Photo prise à Couvin
Photo prise à Couvin
Blason de Couvin
Héraldique
Drapeau de Couvin
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Bourgmestre Raymond Douniaux (PS)
Majorité PS-MR-IC
Sièges
PS
CVN
MR
IC
ECOLO
23
7
7
4
4
1
Section Code postal
Couvin
Aublain
Boussu-en-Fagnes
Brûly
Brûly-de-Pesche
Cul-des-Sarts
Dailly
Frasnes-lez-Couvin
Gonrieux
Mariembourg
Pesche
Petigny
Petite-Chapelle
Presgaux
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
5660
Code INS 93014
Zone téléphonique 060
Démographie
Gentilé Couvinois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
13 923 (1er janvier 2014)
48,67 %
51,33 %
67 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
21,22 %
60,89 %
17,89 %
Étrangers 3,70 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 22,04 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 10 959 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 03′ N 4° 29′ E / 50.05, 4.48350° 03′ Nord 4° 29′ Est / 50.05, 4.483  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
206,93 km2 (2005)
38,10 %
52,50 %
6,70 %
2,70 %
Localisation
Situation de la ville au sein de l'arrondissement de Philippeville et de la province de Namur
Situation de la ville au sein de l'arrondissement de Philippeville et de la province de Namur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Couvin

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Couvin
Liens
Site officiel couvin.be

Couvin (en wallon Couvén) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur et faisant partie de l'arrondissement de Philippeville. Située en Calestienne et frontalière avec la France, Couvin a été le berceau de la fabrication des raquettes de tennis Donnay. Couvin est le chef-lieu du canton regroupant sa propre commune et celle de Viroinval.

C'est la deuxième commune de Belgique pour ce qui est de la superficie avec 206,93 km².

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Couvin se situe au sud de la Belgique, à l'extrême sud-ouest de la province de Namur, dans l'arrondissement de Philippeville et à proximité de la France qu’elle jouxte au sud. La ville se situe à 65 km au sud-ouest de Namur, 110 km au sud de Bruxelles et à 250 km au nord-est de Paris. La commune est, pour ce qui est de la superficie, la deuxième de Belgique avec ses 206,93 km2, la première étant Tournai. Elle jouxte la province de Hainaut à l'ouest et le département des Ardennes au sud.

Couvin possède plusieurs lieux-dits dont le Fonds-de-l'Eau, qu'elle partage avec la section de Pesche, et la Platinerie. La vieille ville est logée en partie sur une des nombreuses falaises de la Calestienne, tandis que le faubourg Saint-Germain, qui tient son nom de l'ancienne église Saint-Germain détruite dans les années 1830-1840 et qui se trouvait sur l'actuelle Place Général Piron, se situe au pied de la même falaise dont il est séparé par l'Eau Noire.

Communes limitrophes de Couvin
Chimay, Froidchapelle, Cerfontaine Cerfontaine, Philippeville Philippeville, Viroinval
Chimay Couvin Viroinval
Chimay, Canton de Rocroi Canton de Rocroi Viroinval, Canton de Revin

Topographie[modifier | modifier le code]

La commune est à cheval sur 3 ensembles géographiques, la Fagne au nord, la Calestienne au centre, et l'Ardenne au sud. La ville de Couvin se situe sur la Calestienne, la vieille ville s'étant établie sur une de ses nombreuses falaises. La ville culmine à une altitude de 210 mètres tandis que la commune atteint des altitudes allant de 160 mètres à 390 mètres, respectivement en Fagne et en Ardenne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 2 cours d'eau principaux : l'Eau Noire et l'Eau Blanche, et par de nombreux ruisseaux dont le Ry de Rome, le Ry d'Aisne, le ruisseau de la Forge du Prince qui se jetteront dans l'Eau Noire, et la Brouffe qui quant à elle, se jettera dans l'Eau Blanche. L'Eau Noire prend sa source au plateau de Rocroi et s'étend sur 42 km. Elle passe dans la partie ardennaise de la commune de Couvin et de Chimay, traverse Couvin du sud au nord, et se sépare en deux branches dont une à l'air libre et l'autre dans les grottes de Neptune ou grottes de l'Adugeoir. Les deux branches se rejoignent au centre de Nismes par la suite. L'Eau Blanche quant à elle, prend sa source aux environs de Chimay, passe dans les sections d'Aublain, de Boussu-en-Fagne, et Mariembourg pour terminer sa course près de Nismes. Après, les deux rivières vont se rejoindre non loin de Dourbes donnant ainsi naissance au Viroin qui se jettera par la suite dans la Meuse à Vireux-Molhain. Le fait que la commune soit parcourue sur l'ensemble de son territoire par ces deux rivières implique qu'elle fait entièrement partie du bassin de la Meuse. Les grottes de l'Adugeoir où passe l'Eau Noire tiennent leur nom du lieu-dit de la section de Petigny où elle se trouve, l'Adugeoir. Plus tard on renommera ces grottes pour les appeler Grottes de Neptune, leur nom actuel. Les grottes ont été découvertes dans les années 1890 et servent aujourd'hui de site touristique. Le barrage du Ry de Rome à Petigny est une réserve en eau potable et sert de promenade apaisante pour les visiteurs autour du lac sur une distance de 5 kilomètres. La surface du lac occupe 26,45 hectares [1].

Climat[modifier | modifier le code]

L'ensemble de la commune a un climat très varié dû à la différence environnementale entre le sud, avec les Ardennes, et le nord, avec la Fagne. La ville de Couvin, entre ces 2 zones géographiques, a un climat tempéré océanique dégradé grâce à la proximité de l'océan Atlantique tout en étant assez reculée dans les terres.

Nuvola apps kweather.png Climat de la région de Couvin (Source IRM)
Mois J F M A M J J A S O N D Moyenne annuelle
Températures (°C) (sous abri, moyennes) 1,2 2,2 4,4 7,8 11,4 14,4 16,2 15,9 13,4 9,3 4,9 1,8 8,6
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 64 52 54 56 65 71 76 73 67 68 67 68 781

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de la caverne de l'Abîme est occupé dès la préhistoire. Des fouilles archéologiques ont mis au jour des monnaies romaines et les restes d'un ancien cimetière mérovingien ce qui permet d'affirmer une présence humaine dans les premiers siècles de notre ère[2].

La ville est mentionnée pour la première fois en 872 sous le nom de "Cubinium", son territoire est alors occupé par les moines de Saint-Germain-des-Prés. Elle fit ensuite partie du comté de Hainaut de 996 à 1096,

Le 16 juin 1096, le Prince-évêque de Liège Otbert achète Couvin et toutes ses dépendances à Baudouin II de Hainaut pour financer son départ en croisade. Couvin devient ainsi une des 23 Bonnes Villes de la principauté de Liège, située dans le quartier de l'Entre-Sambre-et-Meuse.
Elle devient alors également capitale de sa châtellenie regroupant la commune actuelle et Nismes (aujourd'hui dans la commune de Viroinval) et dont on fait mention pour la première fois en 1218. La châtellenie délimite le territoire à l'extrême sud-ouest de la Principauté de Liège par ses frontières avec le comté de Hainaut et la France. La charge de châtelain revient au seigneur de Chimay jusqu'en 1565, année durant laquelle, le Prince-Évêque la rachète et la délègue à un bailly.

Aux XIIIe et XIVe siècles, Couvin participe activement aux luttes sociales qui agitent la principauté, ce qui lui vaudra d'être incendiée en 1408 lors de la révolte des villes contre l'évêque Jean de Bavière. Elle fait partie des signataires de la Paix de Fexhe en 1316.

En 1554, la ville est assaillie et brûlée une nouvelle fois puis occupée durant cinq ans par les troupes du roi de France Henri II[3] . Au XVIIe siècle, la ville étant située sur le lieu de passage, elle souffrira notamment des ravages causés par des mercenaires engagés par les Espagnols. Le Grand Condé prend la ville en 1643. En 1673, elle est de nouveau occupée par les Français qui démantèlent le château fort. Ils l'occupent encore en 1696, 1707, 1711 et 1747.

Le 12 mai 1793[4], Couvin devint française et fit partie du département des Ardennes. En 1815, au Second Traité de Paris, elle fut rattachée au Royaume des Pays-Bas en même temps que Mariembourg, Fagnolle, Bouillon et Philippeville.

Gravure d'une vue de Couvin par Remacle Le Loup
vue de Couvin vers 1735 par Remacle Le Loup

Durant le Moyen Âge, Couvin possède sa foire et son marché franc, ainsi qu'une halle. L'activité principale est à l'époque le travail du fer. L'annexion par la France en 1793 favorise la prospérité de la ville dont les forges alimentent alors les fabriques de canons. C'est d'ailleurs à Couvin que fut construit le premier haut-fourneau à coke d'Europe.

Lors de la révolution belge, le 26 septembre 1830, les volontaires Couvinois unis à ceux de Binche, Fontaine-l'Évêque et de Gosselies attaquent les Hollandais à Vilvorde et les poursuivent jusque Eppegem. À la suite de cela, la ville reçu comme 95 autres villes et villages belges, le 27 septembre 1832, des mains du Roi Léopold 1er un drapeau d'honneur portant en lettres d'or A la commune de Couvin. La patrie reconnaissante.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville be Couvin (Namur).svg
Les armoiries de la ville sont basées pour le fond pour le sceau des échevins de 1789 et pour l'écusson central sur l'insigne de la Brigade Piron
Blasonnement : Écartelé : aux 1 et 4 d'or, aux 2 et 3 d'azur, sur le tout l'écusson de sable à la croix latine de gueules à la tête de léopard d'or[5].



Transports[modifier | modifier le code]

La ville est traversée du nord au sud par la route nationale 5 qui fait partie de la E420, qui la relie à Charleroi et à Charleville-Mézières, et d'ouest en est par la route nationale 99.

La gare ferroviaire SNCB est située au bout de la ligne 134 qui va jusque Mariembourg pour ensuite rejoindre la ligne 132, qui la relie à Philippeville et Charleroi, et la ligne 156, qui la relie à Anor et Hermeton-sur-Meuse. Couvin dispose également de bus, notablement vers Chimay, Charleroi et Namur.

Curiosités locales[modifier | modifier le code]

La région compte de nombreux attraits touristiques :

Activités[modifier | modifier le code]

  • une piscine
  • des terrains de tennis
  • des terrains de football et le club de football Royale Entente Sportive Couvin-Mariembourg
  • un cinéma
  • un théâtre
  • des bars
  • des restaurants
  • un centre sportif, "Le Couvidôme"
  • une radio "Flash fm" Fréquences 88.4 fm
  • un Centre culturel agréé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Centre Culturel Christian Colle

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.guider.be/article/les_dix_barrages_de_taille_importante_en_belgique.html
  2. http://www.fabrice-muller.be/liege/histoire/bonnes-villes/couvin.html
  3. http://www.archeostage.com/publications/eglise_st_lambert_1991-1998.htm
  4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Ardennes_(d%C3%A9partement)
  5. http://www.ngw.nl/int/bel/c/couvin.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]