Jean III de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean III de Bavière
Image illustrative de l'article Jean III de Bavière
Titre
Prince-évêque de Liège
13891418
Prédécesseur Arnould de Hornes
Successeur Jean de Wallenrode
Duc de Bavière-Straubing
14171424
Prédécesseur Guillaume II
Successeur Louis VII
Henri XVI
Ernest Ier
Biographie
Date de naissance 1373
Date de décès 1424
Père Albert Ier de Hainaut
Mère Marguerite de Brzeg

Jean III de Bavière

Jean de Bavière (1373 - 1424) fut Prince-évêque de Liège de 1389 à 1418, puis duc de Bavière-Straubing de 1417 à 1424.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean de Bavière était le fils cadet d'Albert de Bavière, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, le petit-fils de l'empereur Louis IV de Bavière ainsi que le frère de Guillaume IV de Hainaut,…. À peine âgé de 17 ans, il fut choisi pour succéder à Arnould de Hornes dans l'évêché de Liège et fut intronisé en grande pompe en juillet 1390. Il reçut ensuite, moyennant dispense pontificale, le sous-diaconat, le seul ordre qui lui fut jamais conféré.

Dès le début de son règne, il s'attira l'hostilité de ses sujets liégeois, soucieux de maintenir leurs privilèges et coutumes. De plus, l'élu refusait d’entrer plus avant dans les ordres pour devenir évêque. Au bout de quelques années d'un règne agité, il dut se retirer à Maastricht (1402) alors que les autres villes choisissaient Henri de Perwez, sire de Hornes, comme mainbour. Autoritaire, Jean de Bavière se brouilla rapidement avec ses sujets. Encouragés par l'inaction de celui-ci, ses opposants persécutèrent ses partisans et proclamèrent même sa déchéance en 1406. Le fils du mainbour, Thierry de Perwez, fut choisi comme évêque et ses troupes assiégèrent Maastricht dans l'hiver 1407- 1408. La maison de Bavière ne pouvait tolérer ces humiliations : l'élu fut secouru par son frère, Guillaume IV de Hainaut, et par son beau-frère, Jean sans Peur, duc de Bourgogne. La bataille décisive eut lieu près de Tongres, dans la plaine d'Othée, en septembre 1408. Les rebelles furent écrasés, huit mille Liégeois périrent dans la bataille, dont le mambour et son fils. Suite à cette victoire, la Paix des vainqueurs supprima toutes les institutions communales liégeoises et Jean de Bavière exerça dès lors un pouvoir sans limites. Après sa restauration, Jean de Bavière ordonna de terribles représailles qui lui valurent le surnom de Jean sans Pitié. La veuve du mainbour fut même précipitée dans la Meuse.

Sceau de Jean III
Monnaie d'argent de Jean de Bavière

L'élu gouverna ensuite la principauté en maître absolu jusqu'à ce que son frère, Guillaume IV de Hainaut, meurt en 1417 sans héritier mâle. Jean de Bavière conçut alors le projet de s'emparer de l'héritage de sa nièce (Jacqueline de Bavière). Il abdiqua de l'évêché de Liège et parvint à se faire reconnaître comme comte de Hainaut, de Hollande, de Zélande et de Frise par l'empereur Sigismond dont il épousa la nièce, Élisabeth de Goerlitz, duchesse engagère de Luxembourg et veuve d'Antoine de Bourgogne, duc de Brabant. Il s'entendit ensuite avec Jean IV de Brabant (fils du précédent), époux de Jacqueline de Bavière, qui lui céda, malgré l'opposition de sa femme et des États de Brabant, la Hollande, la Zélande et la Frise (1420). Jacqueline de Bavière, qui conservait le Hainaut, se sépara alors de son mari et rechercha l'alliance du roi d'Angleterre en épousant son frère, le duc de Gloucester. Elle revint ensuite sur le continent à la tête d'une armée anglaise pour tenter de reconquérir son héritage (octobre 1423). Jean de Bavière, qui tenait encore la Hollande, mourut sur ces entrefaites à Delft, sans héritier (janvier 1424).

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]