Yvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Ivoire (homonymie) et Yvoire.
Yvoir
La maison communale
La maison communale
Blason de Yvoir
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Bourgmestre Monin Ovide
Majorité MR-cdH-PS
Sièges
LB2006
La relève
19
13
6
Section Code postal
Yvoir
Dorinne
Durnal
Évrehailles
Godinne
Houx
Mont
Purnode
Spontin
5530
5530
5530
5530
5530
5530
5530
5530
5530
Code INS 91141
Zone téléphonique 082/083
Démographie
Gentilé Yvoirien(ne)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
9 339 (1er janvier 2014)
49,5 %
50,5 %
164 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
23,09 %
61,73 %
15,18 %
Étrangers 4,55 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 10,86 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 506 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 19′ N 4° 52′ E / 50.317, 4.86750° 19′ Nord 4° 52′ Est / 50.317, 4.867  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
56,84 km2 (2005)
46,85 %
32,12 %
17,59 %
3,45 %
Localisation
Situation de la commune dans l'arrondissement et la province de Namur
Situation de la commune dans l'arrondissement et la province de Namur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Yvoir

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Yvoir
Liens
Site officiel yvoir.be

Yvoir (en wallon Uwar) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Namur, ainsi qu’une localité où siège son administration.

Au 1er juillet 2005, la population totale de cette commune était de 8 276 habitants (4 031 hommes et 4 265 femmes).

Le Bocq longeant la maison communale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il subsiste aujourd'hui les ruines du château médiéval de Poilvache datant des XIIIe et XVe siècles, surplombant la Meuse et dominant le village de Houx. Il occupa une position stratégique au Moyen Âge aux confins de la principauté de Liège et du comté de Namur, lors de la guerre de la Vache.

La région connut une industrie florissante entre le XVIe et le XXe siècle : métallurgie, carrières, eaux[1].

C'est à Houx et à Yvoir le dimanche 12 mai 1940 en fin d'après midi, que les Allemands de la Voraus-Abteilung Werner (Oberst Paul Hermann Werner), avant garde de la 5e Panzerdivision (Max von Hartlieb-Walsporn) mais temporairement sous contrôle de la 7e Panzerdivision (Erwin Rommel), atteignirent la Meuse, étant ainsi la première formation allemande parmi celles engagées dans les Ardennes à atteindre le fleuve[2]. Voyant le pont encore intact, les automitrailleuses allemandes tentent de s'en emparer ; mais le pont est défendu par un peloton et demi du 5e régiment de chasseurs ardennais[Note 1], disposant notamment d'un canon antichar de 47 mm ATK qui repousse l'attaque, et sous le feu allemand l'un des défenseurs parvient à activer le dispositif de destruction du pont, y laissant sa vie, l'explosion du pont entraînant dans la Meuse une automitrailleuse allemande (avec son équipage) immobilisée dessus par le canon antichar[2]. Werner doit ainsi faire rechercher à ses unités un autre passage sur la Meuse : elles le trouveront à Houx[2].

Isolé sur la rive droite où il venait de passer juste avant l'arrivée des Allemands qu'il ignorait, le colonel Tachet, commandant le 129e RI, est tué[2].

Le lendemain matin, à 4h30 les Allemands du II./Schützen-Regiment 13 (de la 5. Panzer-Division) essayent de traverser la Meuse au sud d'Yvoir sur des canots pneumatiques[3]. Les mitrailleuses françaises réagissent et coulent les canots, avec leurs occupants qui sont trop lourdement équipés[3]. Voyant qu'elle tourne à l'échec, Von Hartlieb annule l'opération ; ses troupes ont en effet obtenus plus de succès à Houx où elles ont établi une tête de pont[3].

La commune d'Yvoir fut créée en 1976. Elle résulte de la fusion des anciennes communes d’Yvoir (qui avait déjà intégré précédemment Évrehailles et Houx en 1964), Godinne (qui comprenait Mont depuis 1964), Purnode, Dorinne, Durnal et Spontin[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Yvoir est située dans le Condroz, au centre de la Région wallonne; le village de Spontin en est le centre géographique.

La commune est articulée autour de deux cours d'eau, perpendiculaires entre eux: le Bocq et la Meuse. Le Bocq, affluent de la Meuse en rive droite, est bordé sur ses deux rives par des villages ruraux de plateau tels Évrehailles, Dorinne, Durnal, Mont et Purnode. La Meuse, qui marque la frontière avec la commune d'Anhée à l'ouest, est bordée par les localités de Godinne, Houx et Yvoir. Cette dernière entité, qui est le centre administratif de la commune, est située au confluent des deux cours d'eau. De plus, la Meuse laisse apparaître légèrement en amont du confluent l'île d'Yvoir, qui est la seule île à fonction touristique du pays[5].

À l'est de la commune, l'E411 (Namur-Luxembourg) dessert les villages de Durnal et de Spontin.

Yvoir est entourée par les communes d'Anhée à l'ouest, Dinant au sud, Profondeville au nord-ouest, Assesse au nord-est et Ciney à l'est.

La superficie totale est de 56,84 km2, ce qui donne une densité de population de 145,35 habitants par km².

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Gare d'Yvoir
  • Près de l'école communale : le monument aux morts, le monument Tachet des Combes.
  • Un ancien maka à l'entrée du parc.
  • De nombreux anciens hôtels au quartier de la gare et dans le centre, au temps de la splendeur du tourisme.
  • Quelques vestiges des anciennes forges entre Yvoir et Bauche. Voir surtout le moulin de Bauche, souvenir de la 12° forge d'Yvoir.
  • Un magnifique hôtel de Ville.
  • Liste du patrimoine immobilier classé d'Yvoir
  • L'ile d'Yvoir  : d'une longueur de 400 m, d'une largeur de 100 m, elle couvre une superficie de 2.5 ha dont la moitié est dévolue au tourisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Outre ces troupes Belges, il y a aussi des Français : une section de la 2e compagnie du 125e régiment d'infanterie qui défendent le pont avec un canon antichar de 25 mm à cinquante mètre en aval.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du tourisme de la commune
  2. a, b, c et d Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 197 à 200
  3. a, b et c Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 216-217
  4. L'entité d'Yvoir au XX° siècle, tome 2
  5. Gothatribe Belgique
L'église Saint-Éloi (1763)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]