Éditions de l'Encyclopédie des Nuisances

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Encyclopédie des Nuisances)
Aller à : navigation, rechercher
Éditions de l'Encyclopédie des Nuisances
Repères historiques
Création 1991
Fondateur(s) Jaime Semprun
Fiche d’identité
Forme juridique SARL unipersonnelle
Statut Éditeur indépendant
Siège social Saint-Front-sur-Nizonne
Drapeau de la France France
Direction Sofia de Semprun-Roy[1]
Spécialité(s) Essais de critique sociale
Titre(s) phare(s) Essais, articles, lettres de George Orwell

L'Obsolescence de l'homme de Günther Anders

L'Abîme se repeuple de Jaime Semprun

La Société industrielle et son avenir de Theodore Kaczynski

Défense et illustration de la novlangue française de Jaime Semprun

Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable de René Riesel et Jaime Semprun

Langue(s) de
publication
Français
Diffuseur(s) Les Belles Lettres

Les éditions de l'Encyclopédie des Nuisances sont une maison d'édition française fondée en 1991[2] par Jaime Semprun à Paris comme prolongement de la revue et du groupe Encyclopédie des Nuisances (EdN) dont quinze fascicules ont paru entre 1984 et 1992.

Cette maison d'édition publie exclusivement des textes de critique sociale analysant l'évolution de la société moderne dans une optique anti-industrielle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La revue Encyclopédie des Nuisances, sous-titrée Dictionnaire de la déraison dans les arts, les sciences et les métiers (en référence à l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et D'Alembert), se situait dans la lignée de l'Internationale situationniste, bien que de façon critique. Les principaux rédacteurs en étaient Jaime Semprun, Miguel Amoros, Pierre Lepetit (1935-1989), Guy Bernelas (auteur de La Robe de Médée. Considérations sur la décimation des abeilles), Jacques Fredet, François Martin, Pascal Moatti (auteur de La Fin de Muromachi), Jacques Philipponneau, Christian Sébastiani et Jean-Pierre Gomez.

Guy Debord contribua à la rédaction de quelques textes de cette revue[3],[4] (Abat-faim, Ab irato et Abolir) avant de prendre ses distances suite à une polémique lancée involontairement par Jean-Pierre Baudet[5],[6]. Après cette polémique, le projet de publication aux Éditions Champ libre d'un recueil de textes de l'EdN est abandonné[7].

La maison d'édition publie exclusivement des textes de critique sociale analysant l'évolution de la société moderne dans une optique anti-industrielle. Elle publie les ouvrages d'auteurs tels que George Orwell (en coédition avec les éditions Ivrea), Günther Anders, William Morris, René Riesel, Bernard Charbonneau, Walter Benjamin ou Lewis Mumford.

Les livres qu'elle édite sont composés sur linotype avec des caractères en plomb dans l'une des dernières imprimeries françaises qui pratiquent ce type de travail[8].

Catalogue[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

« Les éditions prolongent l'activité critique de la revue Encyclopédie des Nuisances, dont quinze fascicules sont parus entre 1984 et 1992. Ses rédacteurs avaient affirmé d'emblée que les qualifiait tout particulièrement, pour critiquer les progrès de l'aliénation dans la société moderne, de n'être d'aucune manière des savants ou des spécialistes de quoi que ce soit, mais de partir au contraire "du sentiment immédiat de dépossession devant la science et la technique", et "de la révolte qu'elle inspire". Devenus éditeurs, ils n'en sont pas pour autant devenus des professionnels de l'édition, et c'est manifestement tant mieux, puisque les divers textes publiés depuis 1993 sont tous — jusqu'aux Essais, articles, lettres d'Orwell, disponibles en anglais dès 1968 et jamais traduits — de ceux que tend à proscrire l'actuel système éditorial, où priment, de la fabrication à la distribution, des intérêts économiques aussi destructeurs dans ce domaine que partout ailleurs.

On remarquera qu'il s'agit justement de textes qui, chacun à leur façon, s'emploient à dire "dans quelle sorte de monde nous vivons". » [réf. nécessaire]

Encyclopédie des Nuisances[modifier | modifier le code]

15 fascicules publiés entre novembre 1984 et avril 1992

  • Fascicule 1, novembre 1984 : Discours préliminaire
  • Fascicule 2, février 1985 : Histoire de dix ans
  • Fascicule 3, mai 1985 : Ab absurdo - Abadie - Abaissement
  • Fascicule 4, août 1985 : Abandon - Abaque - A bas !
  • Fascicule 5, novembre 1985 : Abasoudir - Abat-faim - Abattage
  • Fascicule 6, février 1986 : Abâtardissement - Abattage - Abbé - Abdelkader - Abderrahman - Abdication - Abécédaire
  • Fascicule 7, mai 1986 : Abeille - Abélard - Aberration - Abêtissement
  • Fascicule 8, août 1986 : Abîme
  • Fascicule 9, novembre 1986 : Ab irato - Abjection - Abjuration - Ablation
  • Fascicule 10, février 1987 : Ablette - Ablution - Abnégation - Aboiement - Abois
  • Fascicule 11, juin 1987 : Abolir - Abolition - Abolitionniste - Abomination - Abondance
  • Fascicule 12, février 1988 : Abonnir - Aborder
  • Fascicule 13, juillet 1988 : Aborigène - Aborner - Abortif - Abou Simbel - Aboulie - Aboutissants - Aboutissement
  • Fascicule 14, novembre 1989 : Ab ovo
  • Fascicule 15, avril 1992 : Abracadabra - Abracadabrant - Abramboé - Abrégé - Abrenuntio

Éditions de l'EdN[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sofia De Semprun-Roy, gérante des éditions de l'EdN
  2. Encyclopédie des Nuisances, fascicule 15, avril 1992, page IV.
  3. Guy Debord, Œuvres, collection Quarto, Gallimard, 2006.
  4. Guy Debord, Correspondance, volume 6, Fayard, 2007.
  5. Guy Debord, Correspondance, volume 7, Fayard, 2008.
  6. Jean-François Martos, Correspondance avec Guy Debord, « Le fin mot de l'histoire », 1998.
  7. Guy Debord, Correspondance, volume 6, Fayard
  8. Éric Conan, « Jaime Semprun, le décès de l'immédiatique éditeur d'Orwell », Marianne2, 21 août 2010.
  9. Les Sanctuaires de l’abîme - Chronique du désastre de Fukushima, éditions de l' Encyclopédie des Nuisance, 2012
  10. Présentation d'Allemands - Une série de lettres, bldd.fr, 21 novembre 2012

Liens[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]