Alfred Sohn-Rethel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred Sohn-Rethel (né le 4 janvier 1899 à Neuilly-Sur-Seine, mort le 6 avril 1990 à Brême) était un philosophe allemand, spécialiste d'épistémologie et proche du marxisme critique de l'École de Francfort avec qui il a collaboré. Il a, notamment, introduit dans le débat marxiste/marxien la notion d '« abstraction réelle ».

Pensée[modifier | modifier le code]

Le projet de Sohn-Rethel tout au long de sa vie, a été de rapprocher l'épistémologie de Kant de la critique de l'économie politique de Marx. Quand les gens échangent des matières premières ils font abstractions des spécificités réelles de celles-ci. Seulement la valeur de ces marchandises est importante. Cette abstraction est appelée " abstraction réelle " parce qu'elle a lieu sans un effort conscient, si quelqu'un est conscient de cela ou pas est sans importance. Sohn-Rethel pense que ce type d'abstraction est la base réelle de la pensée formelle et abstraite. Toutes les catégories kantiennes comme l'espace, le temps, la qualité, la substance, l'accident, le mouvement, ainsi de suite, sont implicites à l'acte d'échange dans sa forme contemporaine. Les lecteurs de Marx ne seront pas entièrement étonnés par une telle généalogie, puisque Marx lui-même a suggéré que les idées de liberté et d'égalité, au moins comme nous les connaissons jusqu'ici, sont enracinées dans l'échange de marchandises. Le travail de Sohn-Rethel sur la nature de " l'abstraction réelle " a été prolongé et étendu par des auteurs d'Arena (la coopérative de publication d'Australien), en particulier sur cette idée qu'une analyse sociale et historique post-marxiste puisse être fondée sur le concept d'abstraction réelle. Le courant allemand de réinterprétation de la théorie critique de Marx appelé la " wertkritik " (la critique de la valeur) autour des revues Krisis, Exit, et des théoriciens Robert Kurz ou Anselm Jappe, fait également référence à ce concept et à l'œuvre de Sohn-Rethel, ainsi que le philosophe français Jean-Marie Vincent, par certains aspects proche de ce dernier courant.

Le deuxième domaine où Sohn-Rethel a fait des contributions importantes, a été l'étude des politiques économiques qui ont favorisé la montée du nazisme allemand. Il a insisté sur les différences entre les factions différentes de capitalistes, les industries prospères près de Brüning et les industries moins fructueuses près du Front Harzburger (Hugenberg, Hitler) à savoir le charbon, la construction et l'acier - à l'exception de Krupp. L'endossement du compromis entre l'industrie et les grands agrariens à l'assemblée générale de l'IG Farben en 1932 a frayé la voie à la dictature, selon Sohn-Rethel.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Geistige und körperliche Arbeit, Suhrkamp, Francfort, 1970.
  • Warenform und Denkform, Suhrkamp, Francfort, 1971.
  • Das Geld, die bare Münze des Apriori, Wagenbach, Berlin, 1976.

Publication en français[modifier | modifier le code]

  • La pensée-marchandise, éditions le croquant, avril 2010, préface d'Anselm Jappe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Jean Lassègue, "Sohn-Rethel : Intellectual and Manual Labour (compte-rendu du livre)".

Clément Homs, " À propos du livre d'Alfred Sohn-Rethel, La pensée-marchandise ".

Articles connexes[modifier | modifier le code]