Andrea Moda Formula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andrea Moda Formula
logo

Discipline Formule 1
Localisation Drapeau de l'Italie Italie
Dirigeants et pilotes
Président Drapeau de l'Italie Andrea Sassetti
Directeur Drapeau de l'Italie Andrea Sassetti
Pilotes Alex Caffi
Enrico Bertaggia
Roberto Moreno
Perry McCarthy
Caractéristiques techniques
Châssis Andrea Moda C4B
Andrea Moda S921
Moteurs Judd V10 à 72°
Pneumatiques Goodyear
Résultats
Début en CM F1 1992, GP d'Afrique du Sud
Dernier GP 1992, GP de Monaco
GP disputés 13 (1 départ)
Points marqués 0
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 0
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

Andrea Moda Formula était une écurie inscrite en Formule 1, et ayant participé à seulement quelques Grands Prix au cours de la saison 1992.

Historique[modifier | modifier le code]

Après cinq années d'insuccès en Formule 1, Enzo Coloni, lassé, abandonne la discipline-reine et revend en 1991 son écurie de Formule 1 à Andrea Sassetti qui possède une firme confectionnant des accessoires de mode en cuir tendance « hard », Andrea Moda.

Sassetti est également propriétaire d'une chaîne de discothèques en Italie et l'univers fermé de la Formule 1 conçoit mal son intrusion dans le sport automobile. Afin de participer au championnat, Andrea Sassetti souhaite simplement adapter un moteur V10 Judd en lieu et place du moteur V8 Cosworth sur le châssis de la Coloni C4 de la saison précédente. Ainsi naît la Andrea Moda C4B, transformation de la Coloni C4.

Grands Prix[modifier | modifier le code]

Les Andrea Moda C4B sont refusées à l'inspection technique du premier Grand Prix du championnat du monde en Afrique du Sud. En effet, Sassetti a inscrit son écurie sous le nom d'Andrea Moda Formula et non de Coloni ; or, selon un règlement de la FISA, toute nouvelle écurie doit concevoir son propre châssis : la FISA considère Andrea Moda Formula comme une nouvelle équipe et non comme l'héritière de Coloni, suite à un problème de détention de droits. De plus Sassetti n'a pas réglé la caution d'engagement de 100 000 dollars US due à la FIA par tout nouvel engagement en championnat.

Dans l'impossibilité d'aligner ses monoplaces au départ d'un Grand Prix, Sassetti est contraint de faire appel aux services du bureau d'études britannique Simtec (qui deviendra plus tard Simtek et entrera en Formule 1 sous son propre nom en 1994) dans le but de remplacer le châssis Coloni 1991 par un châssis inédit Andrea Moda 1992. Simtec dépoussière un ancien projet BMW jamais concrétisé pour servir de base à la monoplace 1992 et Sassetti inscrit deux voitures en championnat pour Alex Caffi et Enrico Bertaggia. Toutefois Simtec ne garantit la livraison des châssis que pour le Grand Prix d'Espagne, début mai. Andrea Moda risque donc une amende de la FISA pour non-présentation de ses monoplaces aux premiers Grands Prix de la saison.

Sassetti se présente malgré tout au Grand Prix du Mexique avec deux coques nues, quelques éléments de carrosserie, deux moteurs, des éléments de suspension, deux transmissions et des caisses de transport. L'équipe évite l'amende puisque les monoplaces sont présentes bien que dans l'impossibilité de parcourir le moindre kilomètre.

Au Grand Prix suivant du Brésil, les monoplaces sont assemblées in extrémis vingt minutes avant le début de la séance de pré-qualification. Alex Caffi et Enrico Bertaggia, pilotes initialement sous contrat ont préféré déserter l'écurie, conscients qu'ils venaient de se fourvoyer. Roberto Moreno tente alors de se pré-qualifier sans succès avec une monoplace qui ne boucle que deux tours. La seconde voiture n'est pas autorisée à rouler car Andrea Moda a recruté le pilote Perry McCarthy qui n'a pas sa superlicence[1].

Après le fiasco du Brésil, l'équipe italienne effectue des essais à Imola, non concluants car Moreno tombe en panne d'alimentation après seulement un tour aux essais du Grand Prix d'Espagne. Mc Carthy a finalement obtenu sa superlicence mais son employeur veut le limoger, alors qu'il n'a jamais roulé, pour rembaucher Bertaggia, qui n'a fait aucun tour de piste lui non plus. La FISA convoque Sassetti pour lui faire remarquer qu'il a déjà effectué ses deux changements de pilotes autorisés par le règlement. Finalement McCarthy peut prendre part aux essais : son moteur cale dès la sortie des stands et ne redémarrera jamais à temps pour le départ.

Ni McCarthy, sur bris de transmission, ni Moreno, trop lent ne peuvent se qualifier.

Le Grand Prix de Monaco fournit enfin l'occasion pour une Andrea Moda de disputer une course. Moreno réussit l'exploit de se qualifier en 26e position, McCarthy restant sur la touche. Le Brésilien abandonne au 11e tour, sur bris de soupape, après des ennuis de boîte de vitesses et de roulement de fusée le samedi.

Au Grand Prix du Canada, l'écurie italienne se fait encore remarquer : Sassetti explique qu'un orage s'est abattu sur Londres au moment où l'avion allait décoller et que le commandant de bord a exigé que l'on décharge plusieurs caisses de fret par mesure de sécurité et, manque de chance, ce sont ses caisses qui ont été sacrifiées. L'équipe Brabham, également motorisée par Judd, prête son moteur de rechange aux ingénieurs d'Andrea Moda pour l'installer sur le seul châssis présent sur place et destiné à Moreno, qui rate sa pré-qualification.

Le Grand Prix de France se déroule dans des conditions difficiles puisqu'une grève des transporteurs routiers paralyse les grands axes routiers du territoire. Toutes les écuries réussissent tant bien que mal à rejoindre le circuit sauf une, Andrea Moda Formula. Théoriquement Sassetti peut invoquer le cas de force majeure pour sa non-présence à l'épreuve mais, preuve de l'amateurisme de l'équipe, il prévient par télé-copieur Bernie Ecclestone et non les représentants officiels du circuit. L'écurie est condamnée à 400 000 dollars US d'amende et continue à se discréditer aux yeux de tous.

Roberton Moreno et Perry McCarthy se retrouvent tous deux non pré-qualifiés.

Au Grand Prix d'Allemagne, seul Moreno tourne en qualification pour tenter de se classer (sans succès) pendant la majeure partie de la séance, ce qui étaye les soupçons que l'écurie ne dispose en fait que d'un seul châssis roulant pour deux inscriptions en championnat.

Il en est de même au Grand Prix de Hongrie. Andrea Moda Formula sentant le souffle du boulet, envoie vite McCarthy prendre le volant du mulet de Moreno à deux minutes de la fermeture des stands, sans pour autant berner les officiels ; la FISA lui donne un avertissement : l'équipe devra aligner normalement deux voitures à Spa sous peine de sanctions financières lourdes.

En Belgique, l'écurie n'a pas à affronter l'épreuve des pré-qualifications suite au retrait de Brabham. Mais les monoplaces ne peuvent se qualifier : Moreno casse son moteur et McCarthy n'arrive pas à conduire une monoplace dont le châssis a subi deux crash-tests FISA[2] et a perdu toute rigidité. Le pire est à craindre lorsqu'un huissier vient saisir du matériel, Sassetti n'ayant pas payé un fournisseur. Il indique à l'huissier que les pièces réclamées ne peuvent être saisies car fournies par un autre sous-traitant ; et Sassetti de présenter à l'officier des factures témoignant de sa bonne foi. Le lendemain, les gendarmes se présentent dans le paddock pour inculper Sassetti de faux et usage de faux et l'incarcèrent à Liège.

Suite à cette triste affaire, et bien que finalement Sassetti soit blanchi de tout soupçon de fraude fiscale, la FISA publie le 8 septembre un communiqué annonçant que le Conseil Mondial décide, sur proposition du Bureau Permanent de la Commission F1, d'exclure définitivement l'équipe Andrea Moda Formula, avec effet immédiat, au titre de l'article 166 qui prévoit l'exclusion du championnat pour nuisance à sa réputation.

Sassetti ne s'avoue pas vaincu et fait pénétrer illégalement ses camions dans le paddock de Monza, son Grand Prix national. S'il réussit à décharger son matériel dans les stands, les voitures, elles, ne sont pas autorisées à prendre le départ ; c'en est fini de la courte et triste histoire Andrea Moda Formula en Formule 1.

En 1993, l'écurie y tente un retour avec le projet d'écurie Bravo Grand Prix et le pilote Jordi Gené mais faute de commanditaires sérieux, le projet avorte. Andrea Moda deviendra par la suite sponsor de l'écurie Euromotorsport engagée dans le championnat CART.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie Andrea Moda Formula en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1992 Drapeau : Italie Andrea Moda Formula Andrea Moda C4B
Andrea Moda S921
Judd V8 Goodyear Drapeau : Italie Alex Caffi
Drapeau : Italie Enrico Bertaggia
Drapeau : Brésil Roberto Moreno
Drapeau : Royaume-Uni Perry McCarthy
12 0 Non classé


Tableau synthétique des résultats de l'écurie Andrea Moda Formula en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1992 Andrea Moda
Formula
Andrea Moda C4B
Andrea Moda S921
Judd GV V10 Goodyear AFS MEX BRÉ ESP SMR MON CAN FRA GBR ALL HON BEL ITA POR JAP AUS 0 Non classé
Alex Caffi Ex Forf
Enrico Bertaggia Ex Forf
Roberto Moreno Npq Npq Npq Abd Npq Forf Npq Npq Nq Nq
Perry McCarthy Ex Npq Npq Npq Npq Forf Npq Ex Npq Nq

Légende : ici

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La super-licence est indispensable pour piloter en F1. Elle doit être attribuée par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), après examen du dossier et du palmarès du pilote qui la demande.
  2. La règle de sécurité de la FIA impose un essai de choc aux voitures des écuries voir Crash Test en F1

Lien externe[modifier | modifier le code]