Gianni Morbidelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morbidelli (homonymie).

Gianni Morbidelli

{{{alternative}}}

Gianni Morbidelli en 2008.

Date de naissance 13 janvier 1968 (46 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Italie Pesaro, Marches, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie italien
Années d'activité 1990-1992, 1994-1995, 1997
Qualité Pilote automobile
Équipe BMS Scuderia Italia
Minardi F1 Team
Arrows Footwork Ford
Red Bull Sauber Petronas
Nombre de courses 70 (67 départs)
Pole positions 0
Podiums 1
Victoires 0

Gianni Morbidelli (né le 13 janvier 1968 à Pesaro en Italie) est un pilote automobile italien. Il a notamment participé à 67 Grands Prix de Formule 1 entre 1990 et 1997.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Gianni est le fils de Giarcarlo Morbidelli qui vient de fonder la marque de moto Morbidelli. En conséquence le jeune Gianni vit au milieu des motos de compétition que son père engage en championnat du monde dans les années 1970. Sa carrière en sport automobile débute comme souvent par du karting. Il devient vice-champion du monde junior en 1982. Trois ans plus tard, il remporte la Coupe EUR-AM et termine à la troisième place du championnat asiatique. Il s'engage dans le championnat d'Italie de Formule 3 en 1987. Il remporte sa première victoire la saison suivante, et remporte le titre en 1989 avec 6 victoires.

La Formule 1[modifier | modifier le code]

La Scuderia Ferrari l'engage en 1990 en tant que pilote-essayeur. Il profite même de l'absence d'Emanuele Pirro, malade, pour disputer les deux premiers Grands Prix de la saison, à Phoenix (non-qualifié) et à Interlagos (14e), avec Dallara-Scuderia Italia. Parallèlement aux essais avec Ferrari, il est engagé dans le championnat de F3000. Il termine 3e à Pau et remporte sa première victoire à Enna-Pergusa, là même où il avait décroché sa première victoire en F3. En fin de saison, il remplace Paolo Barilla chez Minardi au Japon et en Australie, ce qui lui permet de décrocher sa place en tant que pilote-titulaire avec l'écurie italienne en 1991, désormais motorisée par le V12 Ferrari, en plus de son poste de pilote-essayeur chez Ferrari. La saison sera malgré cela difficile, sa monoplace n'étant que peu performante et surtout pas fiable. Il termine néanmoins 8e au Brésil puis 7e à Mexico. Alain Prost limogé par Ferrari au soir du Grand Prix du Japon, Gianni Morbidelli le remplace en Australie. Qualifié 8e, il est 6e avant que la course ne soit définitivement interrompue à cause de la pluie. La moitié des points étant attribué, il termine le championnat 1991 avec un demi-point. Il repart en 1992 avec Minardi, associée à Lamborghini. La saison ne sera guère plus concluante, ses meilleurs résultats étant une 7e place au Brésil et une 8e place en France. Sans gros sponsor, il ne réussi pas à conserver sa place en Formule 1 et est contraint de se replier sur le championnat d'Italie des voitures de tourisme, avec Alfa Romeo. Il effectue son retour dans la discipline reine l'année suivante, chez Arrows, l'écurie dirigée par Jackie Oliver. Il abandonne à douze reprises, mais termine dans les points en Allemagne (5e) et à Spa (6e). Il ne dispute qu'une partie de la saison 1995, remplacé malgré sa 6e place au Canada par son compatriote Max Papis du Grand Prix de Grande-Bretagne au Grand Prix d'Europe, au Nürburgring. Il patiente jusqu'au Grand Prix du Pacifique en s'engageant à nouveau dans le championnat de voitures de tourisme et remporte deux victoires, toujours à Enna-Pergusa. Abandonnant à Aida et à Suzuka, il réalise l'exploit de terminer à la 3e place du Grand Prix d'Australie, profitant de l'abandon des favoris, mais terminant à deux tours sur vainqueur du jour, Damon Hill. Sans volant en 1996, il devient pilote-essayeur et réserviste de l'équipe Jordan et participe en parallèle à trois manches du championnat d'Italie de voitures de tourisme avec BMW. L'année suivante, il redevient pilote-essayeur Ferrari et est appelé par Sauber, motorisée par Ferrari, après le Grand Prix de Monaco pour remplacer Nicola Larini. L'expérience sera mitigée, Gianni se fracturant le bras avant le Grand Prix de France. Remplacé par l'argentin Norberto Fontana, il revient en Hongrie, mais ne parviendra jamais à terminer dans les points. Mal rétabli, il laissera de nouveau son baquet à Fontana pour le dernier Grand Prix de l'année, à Jerez.

Après la Formule 1[modifier | modifier le code]

Gianni Morbidelli sur une Volvo S40 à Brands Hatch en 1998 en BTCC
Gianni Morbidelli sur une Alfa Romeo 156 à Curitiba, en WTCC en 2006

L'expérience Sauber restera la dernière pour Gianni en Formule 1. Il participe en 1998 au championnat BTCC avec une Volvo S40 du team TWR, avant de s'engager dans le championnat EUROSTC en 2000 à nouveau chez BMW et de remporter cinq victoires, terminant le championnat à la 3e place. Il en remportera une autre en 2001 à Estoril. En 2002, il ne dispute que quatre courses dans le championnat ETCC avec une BMW du team néerlandais Carly, participe à l'American Le Mans Series et à quatre autres courses dans le Super Challenge Diesel avec Seat (1 victoire aux 2h de Varano). Il revient dans le championnat ETCS en 2003 avec Seat Italie. En 2004, il dispute six courses dans le championnat du monde FIA GT avec une Ferrari. Il participe à deux autres courses de ce championnat en 2005, à Brno avec une Lamborghini et aux 24 heures de Spa avec une Ferrari. En 2006, il participe au championnat du monde des voitures de tourisme avec Alfa Romeo, il parviendra à monter à deux reprises sur le podium et termine quatorzième du championnat. Il participe dès 2008 au tout nouveau Speedcar Series, championnat de stock car asiatique[1], qu'il remporte en 2009.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1990 BMS Scuderia Italia
SCM Minardi Team
Dallara 190
M190
Cosworth V8 Pirelli 3 0 n.c.
1991 Minardi F1 Team
Scuderia Ferrari SpA
M191
643
Ferrari V12 Goodyear 16 0,5 24e
1992 Minardi F1 Team M191B
M192
Lamborghini V12 Goodyear 15 0 n.c.
1994 Arrows Footwork Ford FA15 Cosworth V8 Goodyear 16 3 22e
1995 Arrows Footwork Hart FA16 Hart V8 Goodyear 10 5 14e
1997 Red Bull Sauber Petronas C16 Petronas V10 Goodyear 7 0 n.c.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autosports - Toute l'actualité de la F1

Lien externe[modifier | modifier le code]