Subaru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Subaru (homonymie).

Subaru

Description de l'image  Fuji Heavy Industries.svg.
Création Le 7 juillet 1953
Dates clés Première voiture en 1954
1968, création de Subaru of America
Fondateurs Drapeau : Japon Kenji Kita
Drapeau : Japon Chikuhei Nakajima
Personnages clés Chikuhei Nakajima
Forme juridique SA
Slogan Confidence in Motion
Siège social Drapeau du Japon Ōta, Gunma (Japon)
Direction Drapeau : Japon Ikuo Mori (PDG)
Actionnaires Toyota
Activité Industrie automobile
Produits Voiture
Société mère Fuji Heavy Industries
Effectif 11 998
Site web www.subaru.fr
Chiffre d’affaires en augmentation ¥ 1452,2 milliards (avril 2010 à mars 2011)[1]

Subaru est un constructeur automobile japonais, né en 1956, faisant partie du groupe Fuji Heavy Industries et connu pour son modèle emblématique, la Subaru Impreza.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Subaru est le nom japonais d'un amas d'étoiles de la constellation du taureau, désigné Pléiades en Occident, et qui signifie « se réunir ». Six des étoiles de cet amas sont visibles à l'œil nu mais environ 250 peuvent être distinguées à l'aide d'un télescope. Le premier président du groupe « Fuji Heavy Industries », Kenja Kita, eut l'idée d'appeler cette nouvelle marque automobile Subaru en référence au rachat par Fuji Heavy Industries de six des douze compagnies de la compagnie aéronautique Nakajima lors de sa dissolution. Kita vit à travers le nom Subaru le symbole idéal pour exprimer l'unification de ces six compagnies au sein de Fuji Heavy company.

Histoire[modifier | modifier le code]

Subaru est une division à part entière de la compagnie japonaise Fuji Heavy Industries. En 2005, General Motors, qui possédait 20 % du capital, a revendu ses parts à Toyota, qui détient désormais 16,5 % de Fuji Heavy Industries.

Nakajima Aircraft, qui mit au point de nombreux moteurs d’avion, prit le nom de Fuji Sangyo Co. Ltd. après la Seconde Guerre Mondiale, puis de Fuji Heavy Industries (FHI).

Subaru 1500, alias P-1

En février 1954, Fuji Heavy Industries annonce un prototype automobile appelé P1, baptisé Subaru 1500 l'année suivante lors de son lancement. La voiture était dotée de la première structure monocoque japonaise. La 1500 cumulait les qualités mais malheureusement les ventes ont dû être suspendues à cause des difficultés d'approvisionnement en équipements et surtout à cause des carences du réseau de distribution.

Néanmoins, elle a fourni une excellente base pour le développement les années suivantes, à partir de 1956, des modèles 360 et 1000. Cette année marqua le point de départ de la marque Subaru.

Subaru 360 de 1958

En 1958 Subaru lança un petit coupé, la 360, qui faisait appel aux technologies de réduction de poids et d’autres technologies utilisées dans l’aviation.

La Subaru 360 développait la puissance de 18 ch pour 385 kg. Le moteur consistait en un bicylindre de 356 cm3 (d’où son nom), placé à l’arrière du véhicule à l’instar de la Fiat 500 apparue quelques années plus tard. Elle pouvait atteindre la vitesse de 83 km/h.

Quatre ans plus tard, en 1962, apparut la Subaru 1000. C’est avec elle que commença la tradition du moteur moteur à plat, encore perpétuée aujourd’hui. Plus grande (3,90 m contre 2,99 m), elle se montrait également plus puissante, son moteur 4-cylindres de 977 cm3 se targuant de 55 ch.

En 1965, Subaru exportait pour la première fois ses voitures aux États-Unis.

  • 1953 : Création de Fuji Heavy Industries, maison mère de Subaru.
  • 1956 : Création de la marque Subaru.
  • 1958 : Sortie du premier modèle de Subaru, la Subaru 360.
  • 1965 : Sortie de la Subaru 1000, premier modèle bénéficiant du moteur à plat et première voiture japonaise à traction fabriquée en grande série.
  • 1968 : Fondation de Subaru of America, début des exportations vers les États-Unis.
  • 1972 : Subaru commercialise la transmission intégrale à 3 différentiels sur son break Leone. Les quatre roues motrices deviennent un argument de vente en termes de sécurité active.
  • 1989 : La Subaru Legacy arrive sur le marché. Elle représente un tournant dans la gamme de la marque avec des prestations nettement en hausse par rapport à la Leone. La motorisation s'étend du 1,6 L de 90 ch au 2 L suralimenté de 220 ch (RS). La transmission intégrale est disponible en option dès le début de gamme, et est de série sur le haut de gamme.
  • 1990 : Subaru s'engage en rallye avec la Legacy.
  • 1992 : L'Impreza remplace la Leone. Les moteurs de la Legacy sont repris avec l'ajoût d'un 1,6 L de 90 ch. La transmission intégrale est en option sur le moyen de gamme et en série sur le haut de gamme.

Rallye[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Subaru World Rally Team.
La Subaru Legacy de compétition lors des rallyes de 1990 à 1993

Après quelques engagements anecdotiques d'une Subaru Leone turbo en rallye-raid, Subaru rejoint le WRC en 1990 avec la Subaru Legacy.

L'année suivant son lancement, la Legacy participe au Safari Rally avec cinq véhicules dans le groupe A et un dans le groupe N. Les débuts sont prometteurs avec une 6e place en groupe A et une 8e place en groupe N.

Par la suite, Subaru finit en tête huit fois d'affilée dans le groupe N. En 1991, Subaru termine 3e au rallye de Suède.

En 1992, l'équipe Subaru décroche la 2e place au rallye de Suède et termine 2e et 6e au rallye britannique. Puis en 1993, la Legacy remporte la 1er place au rallye de Nouvelle-Zélande.

L'histoire de l'Impreza dans le rallye débute en 1993. Elle a été introduite en championnat du monde des rallyes pour remplacer la Legacy. Avec un empattement plus court, plus légère, et dotée du même moteur, sa vivacité et son agilité sont en nette hausse par rapport à sa devancière.

L'homologation en Groupe A imposant de produire au moins 2 500 exemplaires d’un véhicule de série pour en extrapoler une version course, Subaru commercialise une version très performante de son Impreza : la WRX (ou GT Turbo en France). Moteur 4 cylindres à plat turbocompressé de 2 litres de cylindrée et 16 soupapes, une transmission intégrale (50/50) permanente et un physique aguicheur : aidé par ses victoires en WRC, le mythe Impreza est né.

Subaru remporte trois fois de suite le titre constructeur avec son modèle Impreza, successivement en 1995, 1996 et 1997 et trois fois le titre pilote en 1995 (Colin McRae), 2001 (Richard Burns) et 2003 (Petter Solberg). Les succès de Subaru en rallye ont eu des répercussions réelles sur les ventes de l’Impreza, qui représente plus de 50 % des Subaru vendues.

En 1997, l'Impreza est passée à la nouvelle règlementation World Rally Car du championnat du monde des rallyes, devenant la première voiture de ce type à remporter un rallye mondial (Rallye Monte-Carlo avec Piero Liatti).

Le modèle Impreza a été aligné dans ces trois générations successives : GC/GF/GM (1993 à 2000), GD/GG (2001 à 2008) et finalement GE/GH/GR (2008). Après 19 années de présence au plus haut niveau du rallye, Subaru World Rally Team se retire du championnat du monde à la fin de l'année 2008, en raison des résultats mitigés des dernières années et d'un contexte financier délicat.

Formule 1[modifier | modifier le code]

En 1990, Subaru, qui vient de prendre 51 % des parts de l'écurie Coloni souhaite s'engager en Formule 1 pour démontrer son savoir-faire technique en compétition de haut niveau. Toutefois, n'étant pas en mesure de développer un moteur de F1 dès le début du championnat, il sous-traite un Flat 12 à Motori Moderni en attendant de développer son propre V12 pour le courant de la saison. Après des premiers résultats désastreux (huit non-préqualifications en autant de GP), Subaru, conscient de s'être fourvoyé et ne voulant pas ruiner sa réputation sportive, abandonne le projet.

Subaru F12 Moteur engagé en 1990 : 12 cylindres à plat à 180°, 4 arbres à cames en tête, 5 soupapes par cylindre, injection directe. Cylindrée : 3 500 cm3, longueur : 668 mm.

Écurie ayant couru en Subaru : Coloni (1990).

Caractéristiques des produits[modifier | modifier le code]

Les Subaru se distinguent des autres voitures par leur groupe motopropulseur original. Les modèles Subaru sont pour la plupart mus par des moteurs « boxer ». Dans cette configuration plus efficace que les les précédentes, les cylindres sont opposés horizontalement, à quatre ou six cylindres, placés en porte-à-faux avant (en avant des roues avant) et reliés à une transmission intégrale à prise constante. Les modèles à boîte manuelle disposent d'un différentiel central avec visco-coupleur alors que le système de la boîte automatique est constitué d'un embrayage multidisque à contrôle électronique.

Longtemps associées à une image plutôt terne, en raison des premiers modèles plus renommés pour leur durabilité que pour leur performance, les Subaru projettent une tout autre image grâce aux nombreuses victoires de la marque en Championnat du monde des rallyes. Les Subaru vendues actuellement en Europe et en Amérique du Nord sont presque toutes équipées d'une transmission intégrale, spécialité de la marque depuis les années 1970. De nombreux moteurs de la gamme sont équipés de turbocompresseur.

Certaines Subaru comme les Impreza WRX STi sont équipées du Driver Control Centre Differential (DCCD). Le DCCD est un système de contrôle du différentiel central qui gère la répartition du couple entre le train avant et arrière. Le conducteur peut choisir le mode de fonctionnement du DCCD, avec un mode automatique et 6 réglages manuels. Depuis 2008, la répartition du DCCD a été largement améliorée et il dispose de 3 modes automatiques.

Modèles anciens[modifier | modifier le code]

Siège social de Subaru à Tokyo.
  • Subaru 360, premier modèle de la marque, mini voiture
  • Subaru Vivio, citadine
  • Subaru R1/R2, citadines (keijidosha) nées respectivement en 2004 et 2003 et dont la production a été arrêtée en 2010.
  • Subaru G3X Justy, cousine de la Suzuki Ignis, fabriquée en Hongrie. Production arrêtée en 2006
  • Subaru Justy, petite voiture lancée en 2007, cousine de la Daihatsu Sirion, appelée « Daihatsu Boon » ou « Toyota Passo » au Japon
  • Subaru Sambar, microvan de 3,52 m équipé d'un moteur 3 cylindres 1,1 L. Connu sous le nom de Vanille en France ou Libero en Allemagne ou encore Domingo ou Wagon 4WD.
  • Subaru Pleo, citadine lancée en 1998, uniquement vendue au Japon. Production arrêtée en 2008.
  • Subaru Dex, petite voiture vendue au Japon entre novembre 2008 et fin 2011. Il s'agit d'une Toyota bB et Daihatsu Coo (Materia en Europe) rebadgée.
  • Subaru Leone Berline, coupé, break et break surélevé vendus dans les années 1980, initiatrice du succès de Subaru aux États-Unis.
  • Subaru Loyale, première familiale 4 portes et hatchback 4WD début 90, sur base de Leone.
  • Subaru Alcyone/XT Coupé équipé d'un 4 cylindres boxer turbocompressé vendu à partir de 1985. remplacé par le SVX
  • Subaru Alcyone/SVX, coupé équipé d'un moteur 6 cylindres à plat vendu dans les années 1990
  • Subaru Baja, moitié pickup, moitié berline, basé sur la plateforme de la Outback II (Legacy) avec une suspension sport, parfois un moteur turbo, une boîte de vitesses séquentielle et une benne de pickup extensible à l'intérieur de l'habitacle
  • Subaru Traviq, monospace compact, jumeau de la première génération de l'Opel Zafira, diffusé uniquement au Japon

Modèles actuels[modifier | modifier le code]

Garage Subaru de Tokorozawa
  • Subaru Pleo, keijidosha relancée en 2010 au Japon. Auparavant modèle 100 % Subaru, il s'agit désormais d'une Daihatsu Mira rebadgée.
  • Subaru Stella, keijidosha lancée en 2006, uniquement vendue au Japon.
  • Subaru Lucra, keijidosha lancée en avril 2010, uniquement vendue au Japon. Il s'agit d'une version rebadgée de la Daihatsu Tanto Exe.
  • Subaru Sambar, apparenté à l'ancien Subaru Vanille, uniquement vendu au Japon.
  • Subaru Trezia, version rebadgée de la deuxième génération du petit monospace Toyota Ractis (Toyota Verso-S en Europe).
  • Subaru Impreza, berline compacte ; base du modèle utilisé en WRC. Dernier renouvellement : automne 2011.
  • Subaru Exiga, break familial à 7 places, long de 4,74 m et lancé au Japon en juin 2008.
  • Subaru Legacy, modèle familial disponible en break et en break tout-chemin (alors dénommé « Outback »). Dernière génération présentée au salon de New York en avril 2009.
  • Subaru Outback, variante tout-chemin du break de la Legacy.
  • Subaru Forester, tout-chemin (SUV) renouvelé en 2012.
  • Subaru B9 Tribeca, SUV de grande taille, prioritairement destiné aux États-Unis et au Canada mais aussi diffusé en Europe. Restylé fin 2007 et alors rebaptisé simplement Tribeca.
  • Subaru XV, tout-chemin issu de la dernière génération d'Impreza présenté au salon de Francfort le 13 septembre 2011.

Prototypes[modifier | modifier le code]

  • Subaru BRZ Prologue, présentée au salon de Francfort le 13 septembre 2011. Elle présente la nouvelle architecture d'une sportive à propulsion, future Subaru BRZ, développée conjointement avec Toyota.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]