Acide aminé essentiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un acide aminé essentiel ou indispensable (en anglais, IAA), est un acide aminé qui ne peut être synthétisé de novo par l'organisme (généralement humain) ou qui est synthétisé à une vitesse insuffisante, et doit donc être apporté par l'alimentation, condition nécessaire au bon fonctionnement de l'organisme.

Les acides aminés[modifier | modifier le code]

Chez l'Homme, on compte huit acides aminés essentiels : le tryptophane, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la thréonine, la valine, la leucine et l'isoleucine. Deux autres, l'histidine et l'arginine, sont dits semi-essentiels car seuls les nourrissons ont besoin d'un apport exogène (on les trouve dans le lait maternel). La cystéine, la glycine et la tyrosine sont parfois nécessaires à certaines populations qui ne sont pas capables de les synthétiser en quantité suffisante. Par exemple, les personnes atteintes de phénylcétonurie doivent minimiser l'absorption de phénylalanine, or cet acide aminé est précurseur de la tyrosine : cette dernière ne peut alors plus être synthétisée et devient essentielle.

Le concept d'essentialité doit toutefois être relativisé[1] : en effet, certains acides aminés classés non essentiels peuvent être considérés essentiels lorsque le corps ne les synthétise pas suffisamment, en raison d'une condition physiologique et/ou d'un dérèglement organique ou fonctionnel[2].

Nom Doses journalières recommandées
pour les adultes
selon l'OMS, la FAO et l'UNU
(mg/kg)
Valeurs pour un adulte de 70 kg
(mg)
F Phénylalanine (avec la tyrosine)
25
1 750
L Leucine
39
2 730
M Méthionine (avec la cystéine)
15
1 050
K Lysine
30
2 100
I Isoleucine
20
1 400
V Valine
28
1 960
T Thréonine
15
1 050
W Tryptophane
4
280
H Histidine[3]
10
700

La liste des acides aminés essentiels varie d'espèce en espèce, vu que différents métabolismes sont en mesure de synthétiser des substances différentes.

La distinction entre acides aminés essentiels ou non-essentiels n'est pas très claire, puisque certains acides aminés essentiels permettent de synthétiser d'autres acides aminés essentiels. Par exemple, la méthionine et l'homocystéine (acides aminés soufrés), peuvent être convertis l'un en l'autre mais pas synthétisés de novo dans l'organisme humain. De même, la cystéine peut être produite à partir de l'homocystéine mais pas synthétisée directement. L'ensemble des acides aminés soufrés est donc parfois considéré comme un seul et même groupe d'acides aminés nutritionnellement équivalents. De même, l'arginine, l'ornithine et la citrulline, qui se convertissent l'un en l'autre dans le cycle de l'urée sont placés dans le même groupe.

Sources des acides aminés essentiels[modifier | modifier le code]

Les denrées alimentaires déficientes en acides aminés essentiels sont une pauvre source des protéines équivalentes, comme le corps tend à déaminer les acides aminés obtenus, en convertissant les protéines en graisses et glucides[réf. nécessaire]. Pour cette raison, un équilibre des acides aminés essentiels est nécessaire pour un haut degré d'utilisation nette des protéines, qui est le rapport de masses d'acides aminés convertis en protéines par rapport aux acides aminés fournis.

L'utilisation nette des protéines est profondément influencée par le contenu en acide aminé limitant (l'acide aminé essentiel trouvé en la plus faible quantité dans cette denrée), et plus ou moins influencée par la récupération des acides aminés essentiels dans le corps. Il est donc judicieux de mélanger les denrées qui présentent une faiblesse différente dans leurs distributions d'acides aminés essentiels. Cela limite les carences lors de la production de protéines, la perte d'azote par déamination et accroît l'utilisation nette des protéines.

Tous les acides aminés sont présents dans les aliments contenant des protéines, qu'ils soient d'origine animale ou végétale, cependant ils ne le sont pas dans les proportions optimales nécessaires au métabolisme, certains acides aminés étant limités selon le régime. Lorsqu'un acide aminé d'un aliment (en grammes pour 100 grammes d'aliment) est limitant il faut augmenter la ration de manière à ce que l'acide aminé limité se retrouve dans les proportion minimales optimales (ainsi tous les autres acides aminés essentiels seront apportés en quantité supérieure ou égale à la quantité nécessaire et la carence est évitée). Le tableau ci-dessous montre les acides aminés limitants de quelques aliments; ce ne sont pas toujours les mêmes qui limitent, d'où l'intérêt de faire des associations du genre « céréales-légumineuse », ainsi qu'on peut le trouver dans le régime végétarien.

Source de protéines Acide aminé limitant
froment lysine
riz lysine et thréonine
maïs tryptophane et lysine
pois méthionine
bœuf méthionine et cystéine
lactosérum aucun

Les paires alimentaires[modifier | modifier le code]

Dans les pratiques alimentaires, on distingue :

Dans les pratiques alimentaires traditionnelles, les repas principaux comportent une paire constituée d'une graine L-M+ et d'une graine L+M- (ce qui est le plus souvent indiqué comme paire céréale/légumineuse).

Zone géographique Graine L-M+ Graine L+M-
Méditerranée froment pois chiche, etc.
Mésopotamie engrain pois
Inde riz lentille
Andes maïs haricot, amarante
Louisiane riz haricot rouge
Europe du Nord avoine pois
Afrique millet, sorgho haricot
Extrême-Orient riz soja, mungo

Il existe des graines qui sont à la fois L+ et M+, le quinoa qui est une chénopodiacée, ainsi que la graine de cannabis, le chènevis.

Moyens mnémotechniques[modifier | modifier le code]

Pour retenir les dix acides aminés essentiels, adjoints à deux autres considérés comme semi-essentiels, il suffit de retenir la phrase suivante : « Hystérique, le très lyrique Tristan fait vachement méditer Iseult, archi niaise. »

  • Hystérique : histidine (acide aminé semi-essentiel)
  • le : leucine
  • très : thréonine
  • lyrique : lysine
  • Tristan : tryptophane
  • fait : phénylalanine
  • vachement : valine
  • méditer : méthionine
  • Iseult : isoleucine
  • archi niaise : arginine (reconnu plus tardivement)

Autre exemple, plus court : « Il fait trop d'histoires, leur valise d'argent ment. » Cette phrase est dérivée du code à trois lettres des acides aminés essentiels : Ile-Phe-Trp-His-Thr-Leu-Val-Lys-Arg-Met.

Rappel : l'arginine est un acide aminé semi-essentiel, indispensable chez le nourrisson.

On peut aussi utiliser la phrase « Mets le dans la valise, il fait trop d'histoires d'argent. » : Met-Leu-Val-Lys-Ile-Phe-Trp-His-Thr-Arg.

On peut aussi penser à FILM TV KW (les codes à une lettre)[4].

On peut aussi penser à HLM VIL PTT (histidine, leucine, méthionine, valine, isoleucine, lysine, phénylalanine, thréonine, tyrosine).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D. Darmaun, Que reste-t-il du concept d'acides aminés essentiels ? (résumé), 1997
  2. (en) Protein and amino acid requirement in human nutrition - Report of a Joint WHO/FAO/UNU Expert Consultation
  3. L'histidine a été acceptée à partir du 1985 comme AAE pour les adultes.
  4. D'après Quentin Genet, « Les acides aminés : mon bonheur », Hachette, 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]