The Washington Times

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Washington Times
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 100 000 ex.
Date de fondation 1982
Ville d’édition Washington

Rédacteur en chef Wesley Pruden
ISSN 0732-8494
Site web The Washington Times

The Washington Times est un quotidien publié à Washington. Il a été fondé en 1982 comme alternative conservatrice au Washington Post par les membres de l'Église de l'Unification, connue sous le nom de secte Moon. Paul Weyrich, l'un des chefs de file de la nouvelle droite, désigne le Washington Times comme un « antidote » au libéralisme de son « concurrent » le Washington Post : « Le Washington Post était devenu très arrogant et ses journalistes se contentaient seulement de déterminer quelles étaient pour eux les nouvelles dignes d'intérêt pour le lecteur. De plus ils ne couvraient pas beaucoup de sujets d'actualité. Le Washington Times a obligé le Post à rapporter beaucoup de choses dont ils n'auraient pas parlé si le Times n'existait pas. »

Un de ses journalistes les plus connus Bill Gertz est renommé pour avoir produit bon nombre de scoops ayant trait aux services secrets américains, dont beaucoup d'ailleurs se sont révélés être faux.

La Washington Times Corporation publie aussi le Noticias Del Mundo à New York, et le mensuel The World&I. L'hebdomadaire Insight, qui n'existe plus aujourd'hui, a fourni des informations complémentaires sur le procès de harcèlement sexuel dont était victime Paula Jones de la part de Bill Clinton. La fondation Washington Times a aussi sponsorisé des ateliers sur la moralité, comme un récent[Quand ?] forum « Dieu et Paix » organisé par le révérend Moon, le sénateur Richard G. Lugar, et des personnalités de la Maison-Blanche, et a également offert un don à la bibliothèque présidentielle George H. W. Bush.

Le Washington Times a un tirage d'environ 100 000 exemplaires par jour, contre environ 700 000 pour le Washington Post. Il ne faut pas le confondre avec le Washington Times fondé en 1893, devenu plus tard le Washington Times-Herald et qui a fusionné avec le Washington Post en 1954.

Relations avec l'Unification Church[modifier | modifier le code]

Pour l'Unification Church le révérend Sun Myung Moon est le véritable fondateur du Washington Times. Le 16 juin 1997 lors d'une cérémonie célébrant les 15 ans du quotidien le révérend Moon revenait sur les origines du quotidien :

« Il y a quinze ans, alors que le monde était à la dérive, ballotté par l'onde tumultueuse de la Guerre Froide, je fondais le Washington Times pour concrétiser l'ardent désir de Dieu de sauver ce monde. Depuis ce moment, je me suis consacré au développement du Washington Times, en espérant que ce pays béni (l'Amérique) remplirait sa mission en construisant une nation divine. J'étais seul dans ma lutte, faisant face à d'énormes obstacles. Méprisé, je consacrais tout mon cœur et toute mon énergie pour permettre au Washington Times de grandir en tant qu'institution journalistique vertueuse et responsable. »

L'Unification Church a maintenu à flot le journal alors qu'il perdait de l'argent uniquement pour faire entendre sa voix dans le paysage américain. En 2003, The New Yorker déclarait qu'un milliard de dollars avait été dépensé depuis les origines du journal. Beaucoup affirment que la création du Washington Times n'est qu'un moyen pour l'Unification Church de gagner une influence politique à Washington et ces personnes de mentionner l'achat de l'agence de renseignements UPI en 2001 qui donna à l'Unification Church un siège de presse sur Air Force One. Le Washington Times était aussi le journal préféré du président Ronald Reagan.

Bien que propriété de l'Unification Church, le quotidien revendique son indépendance face à l'Église, et se targue également de ne pas propager directement les enseignements de l'Église. En plus de son appui à diverses organisations conservatrices chrétiennes, il se préoccupe d'autres sujets tels que la liberté religieuse pour l'ensemble de la communauté chrétienne, la non-ingérence du gouvernement dans la vie familiale, si ce n'est pour décourager la formation de familles gays, combattre la pornographie et autres violations de valeurs qui sont les siennes. Le Washington Times déclare ne pas faire de prosélytisme direct pour l'Unification Church.

Indépendance éditoriale[modifier | modifier le code]

Des critiques ont affirmé que le Washington Times n'était en fait que la voix de l'Unification Church, en remarquant que les pages du journal sont souvent en accord avec ses actions.

Alors que les reporters du Washington Times affichaient avec fierté leur indépendance vis-à-vis de l'Église, les déclarations du fondateur les mettaient dans une situation difficile à tenir. Le révérend Moon avait une fois déclaré que « Le Washington Times deviendrait l'instrument qui propagerait la parole Dieu dans le monde ».

Parfois, le journal a été en désaccord manifeste avec la position de l'Église. Notamment lors de l'invasion de l'Irak à laquelle l'Église s'est toujours opposée. Le 3 mai 2003, l'éditorial déclarait : « Le temps est venu pour le président d'annoncer publiquement que la décision du gouvernement des États-Unis d'envahir l'Irak a pour seul but un changement de régime ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]