Bathyscaphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bathyscaphe Trieste

Les bathyscaphes sont des engins sous-marins d'exploration abyssale.

En service de 1948 à 1982, ils ont été les seuls engins capables d'atteindre les plus grandes profondeurs (-10 916 mètres, dans la fosse des Mariannes, le 23 janvier 1960). Aujourd'hui, seuls des engins télécommandés (ROV), tels le Nereus ou le Victor 6000, sont capables d'atteindre de tels endroits[1]. Inventé par le professeur Auguste Piccard, un bathyscaphe est constitué d'une lourde cabine sphérique en acier, pouvant accueillir deux ou trois passagers, suspendue à un flotteur rempli d'essence légère qui compense le poids de l'ensemble selon le principe d'Archimède. Le bathyscaphe descend par gravitation et remonte en lâchant du lest.
En raison de leur taille et de leur poids, les bathyscaphes ne pouvaient être embarqués et devaient être remorqués par leur navire d'accompagnement. Ils ont été remplacés par des submersibles plus petits et plus maniables (sphère en acier à haute limite élastique ou en alliage de titane et flotteur en composite).

Le mot bathyscaphe, inventé par le professeur Piccard en 1946, vient du grec bathus (profond) et de skaphos (barque). Antérieurement, le professeur Piccard avait utilisé le mot thalassosphère pour nommer son invention.

Records[modifier | modifier le code]

, 13h06 : le bathyscaphe USS Trieste atteint la profondeur record de 37 800 pieds (11 521 mètres), valeur des indicateurs internes[2]. Cette valeur a plus tard été corrigée et ramenée à environ 35 800 pieds (10 916 mètres dans la fosse des Mariannes).

Description[modifier | modifier le code]

L'habitacle, réduit au minimum pour minimiser le poids tout en étant capable de résister aux très fortes pressions abyssales (1 000 bar à 10 000 m) est constitué d'une sphère en acier d'un diamètre intérieur d'environ deux mètres et d'une épaisseur de neuf à quinze centimètres suivant la profondeur opérationnelle maximale. Le flotteur, construit en acier et en aluminium, contient une essence plus légère que l'eau. Pour éviter son écrasement durant la plongée, le flotteur est ouvert dans sa partie basse pour équilibrer les pressions interne et externe. De ce fait, la structure est relativement légère. L'essence a été choisie parce qu'économique et liquide, alors que les gaz sont trop compressibles pour une plongée très profonde. Des silos en forme d'entonnoirs ouverts à leur extrémité inférieure contiennent de la grenaille de fonte servant de lest. En régime normal l'écoulement de grenaille est bloqué par le champ magnétique produit par des électro-aimants. Les volumes d'essence et de grenaille sont ajustés pour que le bathyscaphe en immersion ait un poids nul. En surface, des ballasts remplis d'air assurent sa flottaison.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Contrairement au sous-marin militaire, conçu pour se déplacer sur le plan horizontal et pour équilibrer en plongée son poids avec la poussée d’Archimède, le bathyscaphe est pratiquement dépourvu de propulsion (il n'est doté que de petites hélices actionnées par des moteurs de faible puissance) et descend en immersion, étant « plus lourd que l'eau ».

Pour amorcer la descente, les ballasts sont purgés de leur air et se remplissent d'eau de mer, ce qui a pour effet d'augmenter le poids de l'engin (qui devient ainsi supérieur à la poussée d'Archimède). Au cours de la descente l'essence du flotteur se comprime, ce qui diminue la flottabilité; l'alourdissement résultant est alors compensé par un largage équivalent de lest, commandé par la coupure du courant électrique alimentant les électro-aimants.
Sur le fond les hélices de manœuvre permettent de petits déplacements.
Pour remonter, on largue du lest.
Ce dispositif de largage par coupure de courant agit dans le sens de la sécurité puisqu'en cas de défaillance électrique le bathyscaphe ne peut ainsi que s'alléger et remonter.

Bathyscaphe animation.gif
  • Le bathyscaphe flotte et se prépare à la plongée.
  • Le bathyscaphe augmente son poids en remplaçant le volume des ballasts par de l'eau de mer. Il descend car la poussée d'Archimède est inférieure au poids.
  • Le bathyscaphe est posé sur le fond. La poussée d'Archimède est égale ou légèrement inférieure au poids.
  • Le bathyscaphe lâche du lest et remonte. La poussée d'Archimède est supérieure au poids.
Bathyscaphe Trieste sphere.jpg

Illustration : Sphère du Trieste fabriquée àTerni en Italie. On peut remarquer le hublot et, tout autour, les douze sorties pour les câbles électriques et les tuyaux hydrauliques; en haut à gauche, l'extrémité inférieure d'un silo à grenaille avec sa commande électromagnétique


Les différents bathyscaphes[modifier | modifier le code]

Bathyscaphe Années de service Constructeur Utilisateur Profondeur accessible Déplacement
FNRS 2 1948 FNRS (Belgique) Auguste Piccard (Suisse) 4 000 m 40 tonnes
FNRS 3 1954-1961 FNRS (Belgique)
Marine nationale (France)
Marine nationale
et CNRS (France)
4 000 m 90 tonnes
Trieste 1954-1964 Auguste Piccard (Italie, Suisse) Auguste et Jacques Piccard (Suisse)
US Navy
sphère Terni  : 4 000 m
sphère Krupp : 11 000 m
125 tonnes
150 tonnes
Archimède 1961-1974 Marine nationale (France) Marine nationale
et CNRS puis CNEXO (1969-74)
11 000 m 200 tonnes
Trieste II 1964-1966 US Navy US Navy première version : 4 000 m 200 tonnes
1966-1983 US Navy US Navy dernière version : 6 000 m 300 tonnes

Le FNRS 2[modifier | modifier le code]

Après une interruption due à la Seconde Guerre mondiale, le professeur suisse Auguste Piccard de l'université de Bruxelles reprend ses travaux sur un engin d'exploration abyssale. En 1948, il conçoit son premier bathyscaphe et le baptise FNRS 2 en reconnaissance envers le Fonds National de la Recherche Scientifique, organisme belge qui l'a toujours soutenu. Les fonds, suffisants pour un premier submersible, ne permettent pas la construction d'un bathyscaphe élaboré. Le FNRS 2 n'a pas de puits d'accès pour l'équipage depuis la surface et le flotteur, réduit à la fonction d'enveloppe à essence, n'a pas la structure adaptée pour un remorquage en haute mer.

La sphère, composée de deux hémisphères, a été coulée puis tournée aux Usines Émile Henricot (Belgique). Elle pèse 11 tonnes et résiste à une immersion de 4 000 mètres. Son diamètre intérieur est de 2 mètres. Son épaisseur est de 9 centimètres portée à 15 centimètres près des deux hublots. Ces derniers sont tronconiques et fabriqués en polyméthacrylate de méthyle. Le flotteur est constitué de sept réservoirs totalisant 30 mètres cube d'essence protégés par une carène en tôle de fer d'un millimètre d'épaisseur. Le bathyscaphe est assemblé à Anvers (Belgique) par la « Mercantile Marine Engineering Cie ».

Sans avoir été testé, le FNRS 2 embarque pour Dakar (Sénégal) où la Marine nationale française prête son concours, puis il est dirigé vers les îles du Cap-Vert au large desquelles vont être réalisés les essais. Une première plongée à 25 mètres va rapidement montrer les limites des choix qui ont été faits. Les premiers passagers (Auguste Piccard et l'académicien Théodore Monod) sont enfermés dans la sphère alors que le bathyscaphe est encore à bord du Scaldis, son bâtiment support. Le FNRS 2 est mis à flot puis commence la longue et délicate manœuvre du remplissage des réservoirs à essence. Après une plongée effective d'un quart d'heure, il faut exécuter les manœuvres inverses. Les passagers ne sont libérés qu'au bout de douze heures. Le second essai, réalisé quelques jours plus tard sans passager, envoie le submersible à 1 380 mètres de profondeur en automatique. Au retour, la mer qui a changé ne permet pas les manœuvres d'embarquement. C'est avec un flotteur définitivement endommagé que le bathyscaphe fut remorqué jusqu'à la côte puis remonté à bord et termina cette campagne d'essais.

Le FNRS 2 a démontré la validité du bathyscaphe et aussi la nécessité de construire un submersible qui doit être remorqué. Néanmoins, n'ayant pas eu de record humain, l'opinion publique est assez partagée. Le concept du bathyscaphe ne devra sa survie qu'à la détermination du professeur Piccard et à l'intérêt que lui portent quelques officiers de la Marine nationale française.

Le FNRS 3[modifier | modifier le code]

Le FNRS 3 exposé à Toulon

Pendant les mois qui suivent les plongées du FNRS 2, l'avenir du bathyscaphe est incertain. Le flotteur est détruit, la sphère est entreposée à Toulon (France). En 1950, une convention est signée entre le Fonds National de la Recherche Scientifique belge (FNRS), propriétaire de la sphère, et la Marine nationale française. Le FNRS contribuera au financement d'un nouveau bathyscaphe qui sera construit à l'arsenal de Toulon. Le submersible sera baptisé FNRS 3 et après trois plongées profondes appartiendra à la Marine nationale. L'ingénieur Pierre Willm est nommé responsable du projet et le capitaine de corvette Georges Houot est nommé commandant du bathyscaphe. Le professeur Piccard est nommé conseiller technique mais ne dirige plus le projet. Les conditions de travail devenant de plus en plus difficiles entre la Marine nationale et lui, Auguste Piccard quitte le projet en 1952. Un "laboratoire du bathyscaphe" est alors créé par le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) français et prend en charge la réalisation de l'instrumentation scientifique du bathyscaphe.

La sphère utilisée par le FNRS 3 est celle du FNRS 2. Le flotteur est réalisé par l'arsenal de Toulon. Sa silhouette rappelle celle d'un sous-marin classique. La longueur est de 16 mètres et la largeur est de 3 35mètres. Il est constitué de treize réservoirs dont deux d'équilibrage et un de largage, totalisant près de 80 mètres cube d'essence. Il possède une baignoire où débouche le puits d'accès à la sphère et il est équipé d'ailerons stabilisateurs disposés de part et d'autre de celle-ci.

Pendant l'été 1953, Georges Houot (pilote) et Pierre Willm (ingénieur) commencent les essais du FNRS 3 en Méditerranée. Ils atteignent rapidement 2 100 mètres. Avec cette série de plongées, le FNRS 3 est officiellement transféré à la France le 24 septembre 1953. En janvier commence une campagne au large de Dakar (Sénégal) qui culmine avec une plongée à 4 050 mètres le 15 février 1954, ce qui constitue un record et la plongée la plus profonde du FNRS 3. Après trois heures de plongée, le fond est atteint. Un film de Jacques Ertaud, Profondeur 4050, retrace l'histoire de cette première plongée. Ce record tiendra six ans avant d'être détrôné en 1960 par le bathyscaphe américain Trieste. Dans les années qui suivent, de nombreux scientifiques travaillent à bord du bathyscaphe.

En 1960 le FNRS 3 est désarmé après avoir effectué 80 plongées opérationnelles.

Le FNRS 3 a permis aux scientifiques de descendre à grande profondeur pour y effectuer leurs recherches alors que jusque là ils ne pouvaient opérer que depuis la surface. Avec ce submersible, la Marine nationale française a acquis la technologie qui lui permettra un peu plus tard de construire un bathyscaphe qui pourra descendre jusqu'aux plus grandes profondeurs. Ce sera l'Archimède.

Le Trieste[modifier | modifier le code]

Le professeur Piccard travaille sur le projet FNRS 3 lorsqu'en 1952, il reçoit d'industriels italiens la proposition de construire un autre bathyscaphe. L'incompréhension grandissante qui s'était installée entre la Marine nationale française et le professeur, le décide à accepter. Auguste Piccard dirige la construction d'un nouveau submersible qui est baptisé Trieste en l'honneur de la ville italienne qui accueille le projet. Ce bathyscaphe est financé par l'Italie et la Suisse.

La sphère, de forme identique à celle du FNRS 2, est forgée aux aciéries de la « Società per l'Industria e l'Elettricità » à Terni (Italie). Le flotteur en acier doux est construit par les « Cantieri Riuniti dell' Adriaco » à Trieste. Il est de forme cylindrique avec des étraves aux extrémités. Sa longueur est de 15,10 mètres et son diamètre est de 3,50 mètres. Ses treize réservoirs, dont un de largage, peuvent contenir 110 mètres cube d'essence. Les étraves servent de caissons à air pour améliorer la flottabilité en surface. La coque extérieure a 5 millimètres d'épaisseur et les séparations intérieures sont en tôle ondulée de 3 millimètres. Son poids est de 15 tonnes. Le flotteur est traversé par une cheminée d'accès à la sphère qui débouche sur un kiosque cubique. Il est équipé d'une dérive et de quilles internes. L'ensemble du bathyscaphe est assemblé par la « Navalmeccanica » à Castellammare di Stabia (Italie).

Les premiers essais sont réalisés avec l'aide de la Marine nationale italienne durant l'été 1953. Une première plongée profonde emmène Auguste Piccard et son fils Jacques à 1 080 mètres. Quelques jours plus tard, le 30 septembre 1953, le Trieste atteint 3 050 mètres au large de l'île de Ponza. C'est la dernière plongée du professeur qui désormais laissera le pilotage du bathyscaphe à son fils. Pendant les années 1954 et 1955, les Piccard améliorent le sumersible mais faute de moyens, aucune plongée profonde ne sera effectuée. En 1956, des fonds suisses et l'aide de la Marine nationale italienne permettent de reprendre les plongées profondes. C'est à cette époque que la Marine nationale des États-Unis commence à s'intéresser au Trieste. Une convention est signée avec l'ONR (Office of Naval Research, USA) pour une exploitation commune du bathyscaphe pour la saison 1957. À l'issue de cette fructueuse campagne, un nouvel accord est signé en 1958. Le Trieste est transféré à la Marine américaine et Jacques Piccard conserve un contrôle sur les plongées. Chargé sur un cargo, le bathyscaphe gagne San Diego en Californie. En 1959, le Trieste effectue quelques plongées mais surtout est modifié en vue d'une plongée dans la fosse des Mariannes.

L'objectif étant d'atteindre 11 000 mètres de profondeur, l'élément essentiel à changer est la sphère Terni. Une nouvelle sphère est fabriquée par Krupp. Ne pouvant tourner deux hémisphères, la firme allemande forge la sphère en trois pièces : un anneau et deux calottes. Elle pèse 13 tonnes. Son épaisseur est de 12 centimètres renforcée à 18 centimètres autour des hublots. Le diamètre intérieur est de 1,94 mètre. Son aménagement est réalisé par les «Ateliers de Constructions Mécaniques» de Vevey (Suisse). Pour compenser le poids de la nouvelle cabine et du lest supplémentaire, le flotteur est allongé à 17,60 mètres, ce qui porte le volume d'essence à près de 130 mètres cube.

Jacques Piccard (de face) et Don Walsh (en bas) à bord du Trieste.
Le Trieste au-dessus de la fosse des Mariannes

Plongée historique du 23 janvier 1960 : Fosse des Mariannes, -10 916 mètres.

En octobre 1959, le bathyscaphe Trieste équipé de sa nouvelle sphère, est transporté par cargo sur la base navale de Guam proche de la fosse des Mariannes. Les essais le conduisent à des profondeurs records de 5 530 et 7 025 mètres. Malgré le déplacement d'une des calottes, le Trieste réparé est jugé apte à plonger. Remorqué pendant quatre jours jusqu'au site de Challenger Deep, une dépression de sept kilomètres sur deux qui est connue pour être probablement l'endroit le plus profond du globe, le Trieste est rapidement préparé par Jacques Piccard et le lieutenant Don Walsh. Le à 8 heures 23, le bathyscaphe quitte la surface, hésite sur les thermoclines à faible profondeur puis descend à la vitesse d'un mètre par seconde. Les courants, donc la dérive, sont inconnus. Par sécurité, la vitesse est réduite à 60 centimètres par seconde à huit mille mètres, puis à 30 centimètres par seconde au-dessous de neuf mille mètres. À 13 heures 06, le Trieste se pose sur le fond de la fosse des Mariannes. La pression est de 1 156 atmosphères; le calcul donne une profondeur de 10 916 mètres à plus ou moins cinquante mètres. Un poisson passe devant le hublot. Cela confirme qu'une vie évoluée existe au plus profond des océans. Jacques Piccard et Don Walsh, les deux hommes les plus profonds du monde, observent et réalisent le programme d'expériences prévu. Une demi-heure plus tard, en larguant de la grenaille, l'équipage amorce la remontée. La vitesse augmente progressivement pour atteindre 1,5 mètre par seconde. À 16 heures 56, le Trieste est de retour en surface.

Après ces records de plongées, le Trieste est rééquipé de la sphère Terni, le condamnant à ne plus dépasser 4 000 mètres. Il participe à la recherche du sous-marin nucléaire américain USS Thresher (SSN-593) coulé dans l'Atlantique nord, puis est désarmé en septembre 1963 pour laisser la place au Trieste II.

L'Archimède[modifier | modifier le code]

La mise à l'eau le 28 juillet 1961
Archimède et le Marcel Le Bihan

La réussite et la fiabilité du FNRS 3 ainsi que l'intérêt porté par les scientifiques à l'étude des fonds marins profonds amènent le commandant Georges Houot et l'ingénieur du génie maritime Pierre Willm à envisager dès 1955 la construction d'un nouvel appareil : il devra être capable d'atteindre les fonds les plus profonds de la planète (11 000 mètres dans la fosse des Mariannes, Pacifique), d'être plus manœuvrant afin d'être remorqué plus facilement et d'offrir plus d'espace pour les scientifiques.

En novembre 1955 les membres du Comité du Bathyscaphe émirent le vœu que cet engin soit construit. La Marine demanda alors à Willm et Houot de faire l'étude d'un avant-projet et de chiffrer le coût de la construction. En 1958 l'argent nécessaire ayant été réuni (avec participation de la Belgique grâce au Professeur Dubuisson) la construction fut lancée à Toulon.

Le nouveau bathyscaphe, initialement nommé B 11 000 (B pour Bathyscaphe) car il pouvait atteindre des fonds de 11.000 mètres, fut finalement baptisé "Archimède" et mis à l'eau le .
Ses caractéristiques sont les suivantes : longueur 22,1 mètres, largeur 5 mètres, hauteur 8 mètres; la sphère a un diamètre intérieur de 2,10 mètres, une épaisseur de 15 centimètres et comporte 3 hublots, le flotteur comporte 20 réservoirs d'essence (171 000 litres) et un réservoir d'essence largable (3 700 litres).

La gabarre de mer de la marine nationale Marcel Le Bihan assure la mise en œuvre et le soutien de l' Archimède.
Le commandant Houot commande ce que l'on appelle désormais le "groupe des Bathyscaphes".

Après des essais satisfaisants en Méditerranée, s'est alors posé le choix de la fosse marine pour tester l'appareil aux grandes profondeurs. Pour des raisons budgétaires et politiques, il se porta sur la fosse des Kouriles au nord du Japon. En effet, un navire océanographique soviétique y avait détecté des fonds de 10 500 mètres (en réalité on constatera que la profondeur ne dépasse pas 9 500 mètres).

Le 15 juillet 1962 Houot et Willm effectuent la première plongée à grande profondeur de l'Archimède. Ils touchent le fond à 9 200 mètres et y restent 3 heures. Dans les jours suivants ont lieu d'autres plongées d'essais dont une permit d'atteindre un fond à 9 500 mètres.

Désormais l'Archimède était opérationnel et il a pu alors être régulièrement utilisé pour des travaux de recherche scientifique.

De 1962 à 1974 lArchimède a effectué 208 plongées opérationnelles sur les plaines abyssales et dans les grandes fosses du globe (Méditerranée, Japon, Porto Rico, Grèce, Madère et Açores). LArchimède fut d'abord piloté par le commandant Houot (65 plongées) puis par les officiers en second O'Byrne, de Froberville (qui prendra en 1970 le commandement du Groupe des Bathyscaphes), de Guillebon et Harismendy). 38 chercheurs de disciplines et nationalités diverses ont pu plonger pour réaliser des programmes scientifiques.

En 1974, l'Archimède a participé à l'Opération FAMOUS (French American Middle Ocean Undersea Survey), expédition franco-américaine d'exploration géologique de la dorsale médio-atlantique [3].

Le Trieste II[modifier | modifier le code]

Après la première campagne de plongées du Trieste sur l'épave du Tresher en 1963, un nouveau flotteur est construit en 1964 et le bathyscaphe ainsi remis à neuf mais toujours équipé de la sphère Terni est baptisé Trieste II. Les performances opérationnelles en sont toutefois si faibles qu'en 1966, la Navy décide de remplacer à la fois sphère et flotteur. La nouvelle sphère est calculée pour descendre à 6 000 mètres. Avec un déplacement de 300 tonnes, cette nouvelle version du Trieste II en fera le plus gros bathyscaphe jamais construit. Utilisé exclusivement par la Navy pour ses besoins propres, iI sera baptisé DSV-1 après le grand carénage de1970 et sera définitivement retiré du service en 1980.

Lieux d'exposition[modifier | modifier le code]

Bathyscaphe Musée Ville Pays Spécificités  
FNRS 2 Ce bathyscaphe n'existe plus.  
FNRS 3 Tour Royale Toulon France  
Trieste US Navy Museum Washington, DC USA avec la sphère Krupp. La sphère Terni est exposée à proximité
Archimède Cité de la Mer Cherbourg France  
Trieste II Naval Undersea Museum Keyport (État de Washington) USA dernière version avec la sphère 6 000 mètres

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • Vers 1905 : Auguste Piccard, jeune étudiant suisse, a l'idée d'une invention qu'il ne nomme pas encore bathyscaphe.
  • Fin des années 1930 : Auguste Piccard, devenu professeur à la Faculté des Sciences de Bruxelles (Belgique), commence ses travaux sur un engin d'exploration à grande profondeur.
  • Après une interruption due à la Seconde Guerre mondiale, le Pr Piccard reprend ses travaux avec un financement du FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique, Belgique).
  • 19 octobre 1948 : Première plongée d'un bathyscaphe. Le FNRS 2 descend à 25 m pour essai avec Auguste Piccard et Théodore Monod à son bord au large de l'île de Boa Vesta (Cap-Vert).
  • 3 novembre 1948 : Le FNRS 2 descend en automatique et sans équipage à la profondeur de 1 380 m au large de l'île de Fogo (Cap Vert). La preuve est faite de la viabilité du bathyscaphe. Au retour, le flotteur est définitivement avarié lors du remorquage.
  • 9 octobre 1950 : Une convention est signée entre le FNRS (Belgique) et la Marine nationale (France) pour la construction d'un nouveau bathyscaphe avec la sphère du FNRS 2. La convention précise que le nouvel engin portera le nom de FNRS 3 et appartiendra à la Marine Nationale après trois plongées.
  • Début 1952 : Auguste Piccard reçoit d'industriels italiens la proposition de fabriquer un autre bathyscaphe. La rupture qui couvait avec la Marine Nationale française est consommée. Le Trieste sera italo-s-uisse.
  • 2 juin 1953 : Mise à l'eau du FNRS 3.
  • 1er août 1953 : Mise à l'eau du Trieste.
  • 6 août 1953 : Première plongée profonde du FNRS 3. Georges Houot et Pierre Willm atteignent 750 m.
  • 26 août 1953 : Première plongée profonde du Trieste. Auguste et Jacques Piccard atteignent 1 080 m au sud de l'île de Capri (Italie).
  • 24 septembre 1953 : La Belgique transfère le FNRS 3 à la France.
  • 30 septembre 1953 : Plongée du Trieste à 3 150 m au large de l'île de Ponza (Italie). C'est la dernière plongée du professeur Auguste Piccard à bord de son invention.
  • 27 janvier 1954 : Plongée la plus profonde en automatique et sans équipage du FNRS 3 à 4 100 mètres.
  • 15 février 1954 : Plongée la plus profonde avec équipage du FNRS 3 à 4 050 m (Houot et Willm).
  • Février 1957 : Signature entre Auguste Piccard et l'ONR (Office of Naval Research, USA) d'une convention en vue de collaborer à l'exploitation du Trieste.
  • Début 1958 : Le Trieste est cédé à la marine des USA, Jacques Piccard reste collaborateur.
  • 9 novembre 1959 : Première plongée du Trieste modifié en vue d'atteindre 11 000 m. La sphère fabriquée par Terni (Italie) est remplacée par la sphère fabriquée par Krupp (Allemagne). Le flotteur a sa capacité augmentée.
  • 21 janvier 1960 : Dernière plongée du FNRS 3. Celui-ci a effectué 93 plongées en sept ans de service. Il sera remplacé par l'Archimède.
  • 23 janvier 1960 : Plongée du Trieste à 10 916 m dans la fosse des Mariannes (Challenger Deep). Jacques Piccard et Don Walsh détiennent le record de la plongée la plus profonde. À la remontée, la sphère Krupp va se déformer et devenir inutilisable. Le Trieste retrouvera la sphère Terni.
  • 28 juillet 1961 : Mise à l'eau de l'Archimède.
  • 24 octobre 1961 : Première plongée profonde de l'Archimède. (Houot et Willm à 600 m).
  • 25 juillet 1962 : L'Archimède atteint la profondeur de 9 545 m dans la fosse des Kouriles. C'est sa plongée la plus profonde. L'équipage est composé de O'Byrne (pilote), Henri Germain Delauze et du Pr Sasaki (Japon).
  • 1er septembre 1963 : Dernière plongée du Trieste.
  • 13 février 1964 : Première plongée du Trieste II (première version).
  • 14 août 1964 : Plongée la plus profonde du Trieste II. Il atteint 2 240 m durant la recherche d'un sous-marin nucléaire américain, le USS Thresher (SSN-593), dans l'Atlantique nord.
  • 31 mars 1967 : Dernière plongée du Trieste II (première version).
  • 4 avril 1968 : Première plongée du Trieste II (DSV 1) avec une nouvelle sphère "6 000" m.
  • 23 juin 1973 : Plongée la plus profonde du Trieste II (DSV 1) à 6 060 m à Cayman Trench.
  • 31 août 1974 : Dernière plongée de l'Archimède à l'issue de l'opération FAMOUS. Ce bathyscaphe a effectué 226 plongées en treize ans.
  • 27 août 1979 : Plongée la plus longue des Trieste avec une durée de 24 heures et 44 minutes.
  • 7 octobre 1983 : Dernière plongée du Trieste II (DSV 1).
  • 26 mars 2012  : James Cameron atteint le fond de la fosse des Mariannes à 10 898 m lors d'une plongée en solitaire à bord du mini sous-marin Deep challenger[4]

Notes[modifier | modifier le code]

  • Le mot bathyscaphe est employé par certains dans le sens de sous-marin d'exploration profonde même si ce dernier ne fait plus appel à la technologie conçue par le Pr Piccard.
  • Le FNRS ou FNRS 1 n'est pas un bathyscaphe. C'est le nom du ballon stratosphérique avec lequel le professeur Piccard battit les records d'altitude en 1931 et 1932 : 16201 mètres Le premier bathyscaphe, fruit de sa deuxième collaboration avec le FNRS, porte le numéro 2.
  • l'URSS a aussi construit un bathyscaphe, l'AS-7 projet 1906 Poisk-6, qui a connu une vie éphémère.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Piccard, Au fond des mers en bathyscaphe, Arthaud, Paris, 1954. Le FNRS 2 et le Trieste par l'inventeur du bathyscaphe.
  • Georges Houot et Pierre Willm, Le bathyscaphe, Éditions de Paris, Paris, 1954. Le FNRS 3.
  • Théodore Monod,Plongées profondes : bathyfolages, Julliard, Paris, 1954
  • La Découverte sous-marine, Éditions Bourrellier, 1959 ASIN B0018195MO
  • Jacques Piccard, Profondeur 11 000 mètres, Arthaud, Paris, 1961. Le Trieste et la plongée la plus profonde.
  • Philippe Tailliez, Nouvelles plongées sans câble, Arthaud, Paris, 1967
  • Georges Houot, 20 ans de bathyscaphe, Arthaud, Paris, 1971. Le FNRS 3 et l'Archimède par leur pilote.
  • Le bathyscaphe - à 4500 m. au fond de l'océan ASIN B0000DVJS0
  • Bathyscaphe le à 4050 m au fond de l'océan ASIN B0000DP36O
  • 2000 FATHOMS DOWN ASIN B001947NIS
  • Gary E. Weir, An ocean in common, Texas A&M University press, College Station, 2001
  • Jean Jarry, L'aventure des bathyscaphes, Gerfaut, Paris, 2003. L'histoire de la conquête des grandes profondeurs et l'épopée des trois bathyscaphes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goudet, Jean-Luc. Futura-Sciences. Il y a 50 ans, Jacques Piccard au plus profond du monde. 23 janvier 2010. Consulté le 24 janvier 2010
  2. Une plongée record, vidéo de la plongée du 23 janvier 1960 à voir sur le site officiel de Rolex.
  3. « La campagne FAMOUS : L'opération Famous, trente ans déjà. », sur Ifremer.fr (consulté le )
  4. Cameron, Fossett, Branson : qui sont ces millionnaires aventuriers de l'extrême ? La Dépêche, 26 mars 2012