Étrépigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étrépigny
L'église et le château
L'église et le château
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton Canton de Flize
Intercommunalité Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières / Sedan.
Maire
Mandat
Francis Quenelisse
2014-2020
Code postal 08160
Code commune 08158
Démographie
Population
municipale
261 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 07″ N 4° 45′ 17″ E / 49.6853, 4.7547 ()49° 41′ 07″ Nord 4° 45′ 17″ Est / 49.6853, 4.7547 ()  
Superficie 4,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Étrépigny

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Étrépigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étrépigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étrépigny

Étrépigny est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 10 km au sud-est de Charleville-Mézières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Appartenant autrefois au comté de Rethel, on en trouve la première mention en 1252. Il compte aujourd'hui un peu plus de 200 habitants et s'étend sur 423 hectares. Altitude moyenne : 196 mètres.

Situé dans un repli des crêtes pré-ardennaises, sa rue principale aligne des maisons caractéristiques en pierre de Dom prolongées par une allée de marronniers vénérables débouchant sur le château et l'église, hauts symboles de l'histoire peu banale de la localité.

De 1689 à 1729 en effet, l'église eut pour curé Jean Meslier qui eut à se plaindre du châtelain, l'accusant en chaire de vérité de maltraiter les paysans. Non content de faire sonner systématiquement de la trompe de chasse sous les verrières de l'église pendant les offices, Messire Anthoine de Touilly, chevalier, seigneur de Cléry, Saint-Martin-sur-Barre et Pouilly, obtint aisément l'appui de l'évêque de Reims, Mgr de Mailly, pour réprimander le petit curé qui se le tint pour dit… jusqu'à sa mort où, sous forme d'un manuscrit de plus de mille pages il laissait à ses paroissiens un testament philosophique, véritable bombe à retardement qui n'éclatera qu'à la Révolution française.

Si la minuscule église du XIIe siècle est toujours celle qui vit ces événements, le château en revanche ne montre plus que quelques vestiges de ce qu'il fut sous l'Ancien Régime. La bâtisse actuelle fut érigée en 1825 par un autre personnage illustre : Louis Lefèvre-Gineau, physicien et député, à qui l'on doit d'avoir, en 1799, défini la masse du kilogramme. Mais cet édifice a été un moment abandonné. Aujourd'hui, il est rénové en partie, et habité par son propriétaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-Marc Migeot[1]    
2014 en cours Francis Quènelisse    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 261 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
165 174 177 228 238 264 273 285 279
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
281 259 257 257 260 248 228 209 234
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
230 187 186 189 169 158 165 183 161
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
154 231 217 217 263 261 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011