Gespunsart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gespunsart
Le centre du village à Gespunsart.
Le centre du village à Gespunsart.
Blason de Gespunsart
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton de Nouzonville
Intercommunalité Communauté d’agglomération de Charleville-Mézières / Sedan.
Maire
Mandat
Dominique Deruisseaux
2014-2020
Code postal 08700
Code commune 08188
Démographie
Population
municipale
1 097 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 20″ N 4° 49′ 46″ E / 49.8222, 4.829449° 49′ 20″ Nord 4° 49′ 46″ Est / 49.8222, 4.8294  
Superficie 21,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Gespunsart

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Gespunsart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gespunsart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gespunsart

Gespunsart est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gespunsart est un village implanté dans une clairière de la forêt des Ardennes, dans un ancien nid de rivière datant de millions d'années. Cette rivière empruntait l'actuel parcours de la Goutelle.

Ce village fait partie de la région Champagne-Ardenne à 15 kilomètres à l’est de Charleville-Mézières et à 4 kilomètres de la frontière belge.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La dénomination la plus ancienne, que l’on retrouve est celle de Gébuinsart (Gebuinisartum) c’est-à-dire le sart de Gébuin. Le nom de Gébuin est fort commun au moyen âge. On le trouve entre autres dans la chanson de Roland, parmi ceux des compagnons de Charlemagne.

Gebunisardum (1081), Gesprunsart (1264)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

A quelle époque précise remonte Gespunsart. Ce sart de Gébuin, ce premier défrichement de la forêt, qui devait donner naissance à un bourg important ?

Nous devons renoncer à le savoir, faute de monuments contemporains. Mais ce qu’il nous est permis d’assurer, c’est que Gébuinsart existait déjà vers l’an 800 au temps de Charlemagne.

Au IXe siècle, ce petit coin des Ardennes paraît avoir été le théâtre d’une grande agitation et la mémoire populaire s’est plu à le peupler de légendes héroïques. Ce serait ainsi dans ces montagnes que se retirèrent les quatre fils Aymon, en lutte contre Charlemagne.

Gespunsart a connu une période de gloire grâce à ses clouteries entre la fin du XVIIIe siècle et début du XIXe siècle. En 1789 (année de la Révolution française) le village comptait 250 feux et 1 059 habitants, mais surtout 300 maîtres cloutiers et 325 compagnons, 27 maîtres voituriers et 28 compagnons, et encore 11 armuriers et 8 cabaretiers. Il y avait aussi un curé, un vicaire, un maître d’école, un notaire, un arpenteur royal, un chirurgien, une sage-femme, un receveur des traites foraines, un poste de douaniers et plusieurs gardes-forestiers.

En 1920, les préfectures relaient l’initiative de l’Union des grandes associations françaises pour l’essor national présidée par le Président de la République Raymond Poincaré : adopter un village sinistré. En Isère, les cantons de La Mure et Valbonnais se voient proposer Gespunsart. Entre 1920 et 1923, les villages de La Mure, Mayres, Savel et La Motte-Saint-Martin recueillent des fonds pour cette commune occupée par les Allemands. L’argent collecté servit à rétablir l’électricité, à restaurer l’église (cloches, orgues), les lavoirs et à élever un monument aux morts.

On dit que Arthur Rimbaud aurait été gardé en nourrice à Gespunsart.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gespunsart Blason De sinople au cyclamor crénelé de douze merlons d'or enfermant une fleurs de lys d'argent, au chef du même chargé d'une bande de gueules côtoyée de deux cotices du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2003 novembre 2006 Gilbert Charbonelle DVD  
décembre 2006 en cours Dominique Deruisseaux DVD Réélu pour le mandat 2014-2020

Gespunsart a adhéré à la charte du Parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 097 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 140 1 196 1 247 1 441 1 618 1 907 1 982 2 100 2 192
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
2 104 2 147 2 236 2 224 1 972 1 822 1 750 1 834 1 747
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 755 1 514 1 638 1 538 1 408 1 136 1 210 1 299 1 287
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 -
1 163 1 176 1 141 1 125 1 156 1 153 1 100 1 097 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait de Jules Leroux instituteur à Gespunsart

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La fontaine Malbrought, on ne connait pas son origine.
  • Splendide église Saint-Rémy du XVIIIe siècle à deux clochers. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1984[6].
  • Nombreux lavoirs.
  • Anciens moulins.
  • Ancienne gendarmerie.
  • La chapelle du Saint-Lieu et les trois croix.
  • Les brasseries Hellé.

Transport[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Gespunsart

Le village se trouvait sur la ligne de chemin de fer d'intérêt local de Nouzonville (Ardennes) á Pussemange (Belgique) du réseau des Chemins de fer départementaux des Ardennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2, Librairie Droz,‎ 1996, 1385 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), p. 964
  2. (fr) « Les maires de Gespunsart », sur www.francegenweb.org (consulté le 17 juin 2010)
  3. Création du PNR des Ardennes
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Église Saint-Rémy », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Pierre-Louis Péchenard, Histoire de Gespunsart, A. Pouillard, 1877 - 350 p. & G. Lenoir, 1906, 354 p.
  • Charles Bruneau, Notes sur le patois de Gespunsart, dans Revue d'Ardenne & d'Argonne : scientifique, historique, littéraire et artistique, Sedan : Société d'études ardennaises « La Bruyère », janv-fèv. 1911, p.437 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]