Utagawa Kuniyoshi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Utagawa Kuniyoshi est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Utagawa, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste) Kuniyoshi.
Utagawa Kuniyoshi
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Edo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Edo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Utagawa Kuniyoshi (歌川 国芳, Utagawa Kuniyoshi?), né le , et mort le , est l'un des derniers grands maîtres japonais de l'estampe sur bois ('ukiyo-e').

Kuniyoshi Utagawa, Japan, Women 8.jpg

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un teinturier sur soie, il nait en 1797 sous le nom de Yoshizo. Dans sa jeunesse, il assiste probablement son père, fournissant les dessins des pièces à teindre, et s'oriente ainsi tout naturellement vers le monde de l'art.

Il étudie d'abord avec Kuninao, et certaines de ses œuvres attirent l'attention d'un des grands maîtres japonais de l'estampe, Toyokuni, qui l'admet dans son atelier en 1811, et dont il devient l'un des principaux élèves. Il reste en apprentissage jusqu'en 1814, date à laquelle il prend le nom de Kuniyoshi et s'installe comme artiste indépendant.

Comme d'autres artistes de l'école Utagawa, il commence en réalisant des impressions pour les théâtres, mais ne rencontre pas le succès public. Il vit alors plusieurs années difficiles, devant aller, pour gagner de quoi vivre, jusqu'à réparer et revendre des tatami usagés[réf. souhaitée].

Il rencontre par hasard Kunisada Utagawa, qui avait été son condisciple et menait alors une vie prospère. Estimant que son propre talent artistique était supérieur à celui de Kunisada, il en fut encouragé à redoubler d'efforts[réf. souhaitée]. Kunisada et Kuniyoshi, entre lesquels il n'y avait nul ressentiment, devaient plus tard collaborer sur plusieurs séries.

Il produit alors plusieurs triptyques héroïques qui sont bien reçus, et, en 1827, il commence la série qui devait lui assurer la reconnaissance: les Suikoden, ou Cent-huit héros chinois. Le succès suit dans plusieurs domaines: au début des années 1830, il produit d'excellents paysages et, dans les années 1840, de nombreuses triptyques de bijin et de héros.

Il est également connu pour ses dessins de chats, qui étaient ses animaux préférés. Un dessin de son élève Kyosai montre l'atelier de Kuniyoshi plein de chats. Lui-même en trace des dessins qui montrent une étonnante sympathie avec ses chats, et il les représente volontiers dans les recoins de ses estampes sous le moindre prétexte.

En 1842, la réforme Tenpo, destinée à faire valoir la morale traditionnelle dans le monde du théâtre et des beaux-arts, interdit les images représentant courtisanes, geishas ou acteurs. Bien qu'arrêté, Kuniyoshi s'en sort avec une amende.

Dans les années 1850, la qualité de ses œuvres commence à décliner. Le grand tremblement de terre de 1855, après lequel, rentrant tardivement chez lui, il avait été donné pour mort par sa famille et les membres de son atelier, marque la fin de sa grande période. Souffrant de maladie et de dépression, il produit dorénavant peu. Il meurt à Edo, en 1861.


Influence sur les artistes[modifier | modifier le code]

Gustave Courbet (1819-1877) s'est inspiré du nishiki-e "Huit vues de la province d'Ōmi(1833) de Kuniyoshi pour le cadrage de "L'Origine du monde". Le graveur japonais jouait sur la graphie du nom de ce site proche de Kyoto pour le transformer en sexe féminin à l'anatomie très précise. Celui-ci est dessiné comme un port vers lequel navigue une petite embarcation sur une mer de chair blanche.

L'écrivain Champfleury (1821-1889) a copié sans le savoir une caricature de chats costumés dessinée par Kuniyoshi pour son ouvrage dédié aux chats ("Les Chats - Histoire, moeurs, observations, anecdotes - 1869).

Kuniyoshi a aussi influencé Henri Rivière (1864-1951), collectionneur passionné d'estampes, qui a réalisé aussi de nombreuses gravures sur bois, en s'appropriant la technique, la thématique et le style des graveurs japonais.

Claude Monet, qui avait commencé sa collection d'estampes japonaises dès l'age de 16 ans, avait acquis 231 estampes dont 12 de Kuniyoshi qui ont décoré les murs de sa propriété de Giverny.

Auguste Rodin s'est passionné tardivement pour le japonisme, seulement à partir de 1890 (découverte des estampes japonaises chez les frères Goncourt et visite des expositions des gravures en 1890 et 1893). Il a acquis plus de 200 gravures, livres, albums et dessins dont 44 feuilles de Kuniyoshi. Les estampes achetées par Rodin étaient conservées dans des portfolios.

Un lien peut être noué entre ses œuvres et l'art du manga ou la bande dessinée européenne prouvant ainsi que son imagination dépasse les codes de son temps.


Élèves[modifier | modifier le code]

Il eut d'assez nombreux élèves, dont le principal, Yoshitoshi, devait être le dernier grand graveur japonais.

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Jeux et caricatures[modifier | modifier le code]

Kuniyoshi déploie un talent manifeste dans le pastiche et dans les estampes humoristiques. Entre 1842 et 1846, il est interdit de publier des estampes représentant des courtisanes, des geishas ou des acteurs en raison de l'application des réformes Tenpō par le shogunat pour assurer un contrôle des moeurs.

Le monde de l'édition a été particulièrement touché par ces mesures coercitives car ce type d'estampes constituait l'essentiel de la production.

Kuniyoshi profita de cette censure pour exercer son art dans la caricature. Trois types de caricatures peuvent être distingués. Le premier regroupe les portraits d'acteurs qui prennent la forme d'un animal ou d'un objet. Ces portraits mettaient en valeur un des traits dominants des acteurs.

Le deuxième rassemble des personnifications d'animaux et des monstres. Kuniyoshi témoignait d'un profond intérêt pour les animaux notamment pour les chats dont il avait une connaissance intime de leur mode de vie. Ces caricatures ne peuvent être limitées à des personnifications car elles permettent aussi de prendre connaissance des activités des habitants de l'époque.

Le troisième réunie des caricatures en forme de puzzle.

Plusieurs caricatures de Kuniyoshi reposent sur l'accumulation d'une multitude d'éléments d'une même catégorie à l'intérieur d'un motif unique ou cachés dans les contours d'une ombre chinoise (série "Images en miroir", "Jeux d'ombres")

Paysages au bord de l'eau[modifier | modifier le code]

Les estampes de paysages de Kuniyoshi, très différentes de celles d'Hokusai et d'Hiroshige, sont caractérisées par un style éminemment moderne à l'époque par son angle de vue photographique. Elles témoignent d'une étude approfondie de la représentation des ombres et de la lumière dans l'art occidental. Elles représentent non seulement les paysages mais aussi les personnes dans leur quotidien. Sa représentation des corps gagne en réalisme à la différence du style de l'ukiyo-e traditionnel.

Il s'est inspiré pour en réaliser certaines d'un ouvrage encyclopédique en 1682 du hollandais Johan Nieuhof ("Gedenkwaerdige Zee En Lantreize. Door de Voornaemste Landschappen van West en Oostindien"- Voyages remarquables sur mer et sur terre. Le paysages les plus importants des Indes occidentales et orientales.) dans lequel les fruits et les insectes sont dessinés en très gros plan.En employant les caractéristiques de la gravure sur bois, il inaugure une nouvelle peinture de paysage. Kuniyoshi démontre ainsi sa curiosité en se formant à un ensemble de techniques graphiques, à une époque où il était difficile et couteux d'acheter des livres publiés en Europe.

Réception des œuvres de Kuniyoshi par les critiques d'art[modifier | modifier le code]

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, la gravure japonaise fait l'objet d'études. Seuls les graveurs Utamaro, Hokusai et Hiroshige sont jugés dignes d'intérêt, leurs productions étant une source d'inspiration pour les artistes européens (notamment les peintres impressionnistes). La plupart des critiques d'art de l'époque n'appréciaient pas les œuvres de Kuniyoshi (dégénération, décadence sont des termes associés à sa pratique artistique). Kuniyoshi est donc tenu à l'écart de la mode du japonisme décoratif.

Il faut attendre 1890 pour que Kuniyoshi connaisse la célébrité en France lorsque Jules Chéret ( 1836-1932) s'est servi d'une de ses œuvres pour l'affiche de la rétrospective de l'estampe japonaise organisée à l'École des Beaux Arts de Paris par Siegfried Bing (1838-1905). Ce dernier, industriel et céramiste allemand, était aussi un marchand d'art spécialisé dans le japonisme et avait ouvert un magasin en 1878 spécialisé dans les arts de l'extrême orient à Paris. De mai 1888 à 1891, il avait publié une revue mensuelle rédigée en français, en anglais et en allemand intitulée "Le Japon artistique. Documents d'art et d'industrie" qui avait mis en valeur les œuvres de Kuniyoshi.

L'exposition parisienne de 1890 a présenté parmi 700 estampes une vingtaine d'estampes de Kuniyoshi notamment des figures d'acteurs, des paysages et des études de chats.

Siegfried Bing organisa une exposition en 1903 en mettant en valeur trois graveurs japonais : Hokusai, Hiroshige et Kuniyoshi.

Tadamasa Hayashi (1853-1906) a aussi contribué à la renommée de Kuniyoshi. Marchand d'art, il avait servi d'informateur notamment auprès d'Edmond de Goncourt pour ses études sur les estampes (les Goncourt avaient acquis de nombreuses œuvres de Kuniyoshi ).

Les 10 dernières années du XIXe siècle sont caractérisées par de grandes ventes publiques de collections des premiers amateurs d'estampes japonaises avec la publication de nombreux catalogues à ces occasions comme celle de Louis Gonse (1846-1921), directeur de la Gazette des Beaux Arts.

Hommage dans les musées[modifier | modifier le code]

Même si Kuniyoshi est moins célèbre qu'Hokusai, Utamaro ou Hiroshige, de nombreux musées en France possèdent ses œuvres acquises lors de ventes publiques ou par le leg de collectionneurs (musée des Beaux Arts de Nancy et de Rouen). Il est à noter qu'en 1961, le Victoria and Albert Museum de Londres a rendu hommage à Kuniyoshi pour le centenaire de sa mort.

Séries d'estampes[modifier | modifier le code]

Chats suggérés par les 53 stations du Tokaido.

Kuniyoshi aurait produit environ dix mille estampes, parmi lesquelles se trouvent des suites comme :

  • Biographie illustrée abrégée du Fondateur (vers 1831)
  • Vues fameuses de la capitale de l'est (vers 1834)
  • Héros Suikoden de notre pays (vers 1836)
  • Histoires de femmes sages et vertueuses (vers 1841-1842)
  • Cinquante-trois parallèles pour le Tokaido (1843-1845) (avec Hiroshige et Toyokuni III)
  • Vingt-quatre parangons de la piété filiale (1843-1846)
  • Miroir des vingt-quatre parangons de la piété filiale (1844-1846)
  • Six fleuves de cristal (1847-1848)
  • Vingt-quatre parangons chinois de la piété filiale (vers 1848)
  • Soixante-neuf stations le long du Kisokaido (1852)
  • Portraits de samuraïs de la loyauté véritable (1852)
  • Vingt-quatre généraux de la province de Kaï (1853)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Basil William Robinson, Kuniyoshi (Victoria and Albert, London, 1961)
  • (en) Basil William Robinson, Kuniyoshi: The Warrior Prints (Cornell University, Ithaca, 1982)
    Contient la liste exhaustive de ses gravures.
  • (en) Robert Schaap, Timothy T. Clark, Matthi Forrer, Inagaki Shin'ichi, Heroes and Ghosts: Japanese Prints by Kuniyoshi 1797-1861 (Hotei, Leiden, 1998)
    Ouvrage fondamental sur Kuniyoshi
  • (en) Merlin C. Dailey, David Stansbury, Utagawa Kuniyoshi: An Exhibition of the Work of Utagawa Kuniyoshi Based on the Raymond A. Bidwell Collection of Japanese Prints at the Springfield Museum of Fine Arts (Museum of Fine Arts, Springfield, 1980)
  • (en) Merlin C. Dailey, The Raymond A. Bidwell Collections of Prints by Utagawa Kuniyoshi (Museum of Fine Arts, Springfield, 1968)
  • Yuriko Iwakiri, Kuniyoshi, le démon de l'estampe, [catalogue de l'exposition du 30 septembre 2015 au 17 janvier 2016 à Paris au Petit Palais], Paris Musées, 2015, (ISBN 978-2759603015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :