Ex nihilo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ex nihilo est une expression latine signifiant « à partir de rien ». Elle est souvent utilisée en conjonction avec un terme exprimant une idée de création, comme dans « création ex nihilo », signifiant littéralement « création à partir de rien », par opposition à une « creatio ex materia », création à partir d'un matériau ou d'un substrat préexistant.

Cette expression apparaît dans la formulation "ex nihilo nihil fit", "rien ne vient de rien", et se retrouve en science avec le premier principe de la thermodynamique (conservation de l'énergie).

Origine[modifier | modifier le code]

Un débat anime toute l'Antiquité tardive, la patristique et la philosophie médiévale pour déterminer :

  1. comment concevoir cette « création à partir de rien »
  2. s'il s'agit d'un article de foi ou d'une connaissance rationnelle. L'alternative à la création ex nihilo est le dualisme (le créateur, comme le démiurge du Timée de Platon, intervient sur un chaos préexistant qui peut lui résister).
La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Il est certainement vain de chercher dans les récits bibliques (Genèse 1) ou même les écrits sapientiaux (Sagesse 1, 13 et 2,2) une affirmation venant soutenir la thèse métaphysique de la création ex nihilo. Le caractère allégorique des ces écrits ne s'y prête pas. Le passage souvent allégué du Second livre des Maccabées (7, 28) se déroule dans un contexte dramatique : une mère console ses enfants conduits au supplice, en les exhortant à la confiance dans le Créateur de qui tout dépend :

« Je ne sais comment vous avez apparu dans mes entrailles ; ce n’est pas moi qui vous ai gratifiés de la vie et de l’esprit ; ce n’est pas moi qui ai organisé les éléments qui composent chacun de vous. Aussi bien le Créateur du monde, qui a formé le genre humain et qui est à l’origine de toute chose, vous rendra-t-Il, dans sa miséricorde, et l’esprit et la vie, parce que vous vous méprisez maintenant vous-mêmes pour l’amour de ses lois […] mon enfant, regarde le ciel et la terre et vois tout ce qui est en eux, et sache que Dieu les a faits de rien et que la race des hommes est faite de la même manière. »

— Desclée de Brouwer, 2 M, 7, 22-28, trad. École biblique de Jérusalem, Paris 1975, p. 711

Le moment est sans doute mal choisi pour donner une leçon de métaphysique sur l’alternative entre création à partir de rien et transformation d'un matériau préexistant. Néanmoins, l’exhortation à la confiance dans la puissance réparatrice du Créateur est justifiée si absolument tout lui est soumis, si tout dépend de lui. C’est le commentaire avisé que fait Feuerbach : « De quelle autre manière […] l’immortalité, la béatitude peuvent-elles être assurées[1], que par la création, i.e. la complète dépendance de la nature par rapport à un être, dont la puissance est toute-puissance […] ? »[2]

Le concept de création ex nihilo peut donner lieu au moins à deux interprétations, selon la place de la préposition ex  : non ex aliquo = pas à partir de quelque chose/ ex non aliquo = à partir d'un « non-quelque chose ». C’est la remarque proposée par Thomas d'Aquin : « Cette préposition ex peut inclure la négation introduite par le terme nihil, ou être incluse en elle »[3]. À partir de là, philosophes et mystiques débattront, de Bonaventure à Heidegger en passant par Maître Eckhart, sur les ressources du néant qui, le cas échéant, nous constituerait (selon Bergson, c'est une erreur fondamentale de faire du néant un quelque chose, car le néant est précisément rien, il n'est point quelque chose : il n'existe pas).

Sens moderne[modifier | modifier le code]

Cette expression a pour équivalent anglais from scratch, employée notamment dans le jargon de la programmation informatique, comme dans Linux From Scratch.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. zur Gewissheit gebracht
  2. Theogonie nach den Quellen des classischen, hebräischen und christlichen Alterthums, 32. Die Schöpfung aux nichts, Sämtliche Werke, neu herausgegeben von Wilhelm Bolin und Friedrich Jodl, Band IX, Frommann Verlag Günther Holzboog, Stuttgart-Bad Cannstatt 1960, p. 245
  3. Somme de Théologie, Ia, Quaest. 45, art. 1, Resp., ad 3.