Amabie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une Amabie, imprimée sur un kawara-ban (1846)[1].

Amabie (アマビエ?) est un yōkai anthropomorphe avec trois jambes, qui sort de la mer et prophétise soit une abondante récolte, soit une épidémie.

Il semble que ce soit une variante du amabiko (アマビコ?, 海彦, 尼彦, 天日子, 天彦, あま彦, également amahiko) autrement connu sous le nom amahiko-nyūdo (尼彦入道?) ou arie (アリエ?), des créatures représentées comme des singes, des oiseaux ou sans torse (comme des céphalopodes), et généralement à trois pattes.

Légende[modifier | modifier le code]

Une amabie est apparue dans la province de Higo (préfecture de Kumamoto) selon la légende, vers le milieu du quatrième mois, en l'an Kōka 3 (mi-) à l'époque d'Edo. Un objet brillant avait été repéré dans la mer, pendant plusieurs nuits. Le responsable de la ville s'est rendu sur la côte pour enquêter et a vu l'amabie. Selon le croquis réalisé par ce fonctionnaire, elle avait des cheveux longs, une bouche comme le bec d'un oiseau, était couverte d'écailles jusqu'au cou et avait trois pattes. S'adressant au fonctionnaire, elle s'est identifiée comme une amabie et lui a dit qu'elle vivait en pleine mer. Elle a ensuite livré une prophétie: « Il y aura une bonne récolte pendant six ans à partir de l'année en cours ; si une maladie se propage, montrez une image de moi à ceux qui tombent malades et ils seront guéris. » Ensuite, elle est retournée à la mer. L'histoire a été imprimée dans un kawara-ban (un bulletin imprimé), avec son portrait, et c'est ainsi que l'histoire s'est diffusée au Japon[2],[3],[1].

Le groupe des Amabiko[modifier | modifier le code]

Il a été conjecturé que cette amabie était simplement une erreur de copie pour "amabiko", une créature yōkai similaire. Comme l'amabie, l'amabiko est une créature prophétisante à plusieurs pattes qui prescrit l'affichage de son portrait pour se défendre contre la maladie ou la mort.

On connaît au moins neuf récits d' amabiko ou amahiko (尼彦?) (var. japonais : 海彦, 天彦) existant (en comptant l'amabie)[4]. Quatre décrivent des apparitions dans la province de Higo, un mentionne Amabiko Nyūdo (尼彦入道?) dans la province voisine de Hyuga (Préfecture de Miyazaki), deux sont localisés dans la province d'Echigo au nord[5].

Version sans torse[modifier | modifier le code]

Un manuscrit illustré d'une rencontre en 1844 à Echigo montre un amabiko semblable à un céphalopode, composé d'une tête avec trois longs appendices qui en sortent, sans torse. Il a « des cheveux courts qui poussent sur tout son corps, y compris son visage, avec des oreilles de type humain, des yeux ronds et une bouche légèrement saillante ». La créature a annoncé la mort de 70% de la population japonaise cette année-là, mais ce pourrait être évité avec l'usage de son image[4].

Amabiko (尼彦?) peint à la main par Kōichi Yumoto (ja).

Version ressemblant à un singe[modifier | modifier le code]

Un amabiko (尼彦?) ressemblant à un singe apparaît dans une peinture de la province de Higo appartenant à Kōichi Yumoto (ja)[4], une autorité dans l'étude de ce yōkai [4]. Le texte qui l'accompagne raconte qu'un certain Shibata Hikozaemon a entendu des cris de singes la nuit, a voulu les voir et a découvert cet amabiko[4]. Yumoto insiste sur le fait que cette peinture représente un quadrupède[4]. Mais il existe aussi des copies imprimées en série d'amabiko ressemblant à des singes, avec un texte d'accompagnement très similaire: toutefois, ils n'ont que trois pattes, comme le rapporte le Yūbin Hōchi Shinbun (ja), dans un article du [4]. Selon les deux types de documents, ce singe a été observé à Mana-kōri (眞字郡?), un comté inexistant dans la province de Higo[4].

Amabiko-no-mikoto[modifier | modifier le code]

L'Amabiko-no-mikoto (天日子尊, the holy Amabiko?) a été repéré dans une rizière à Yuzawa, Niigata, comme l'a rapporté le Tokyo Nichi Nichi Shimbun daté du . L'illustration du journal, un peu grossière, représente une créature à quatre pattes ressemblant à une poupée daruma, sans poils[4]. Cet exemple est différent des autres puisqu'il n'a pas été découvert dans la mer mais dans une rizière humide, qu'il professait servir les dieux célestes (du shinto), et qu'il a reçu le titre impérial divin de -mikoto[4].

Arie[modifier | modifier le code]

L'arie (アリエ?) est une créature similaire, apparue dans le comté Aotori-kōri, de la province de Higo, selon le journal Kōfu Nichinichi Shimbun, daté du , bien que ce rapport ait été réfuté par un autre journal[4].

Yōkai similaires[modifier | modifier le code]

Yamawarawa (山童?).

Le yamawarawa (en) (« enfant de la montagne ») du folklore des Îles Amakusa hanterait les montagnes. Sa capacité de prophétie indique qu'il appartient au même genre que l'amabie.

D'autres yōkai très différents en apparence ont la capacité de prédire le futur, comme le kudan (ja), la jinjahime (ja) ou « princesse du sanctuaire », la hōnen gamé (豊年亀?), « la tortue de l'année de récolte exceptionnelle », et la « femme tortue ».

L'amabie est considérée comme un type de sirène, dans certains milieux, mais comme l' amabie est également reconnue pour sa capacité à repousser la peste, elle devrait être considérée comme une divinité selon certains plutôt que comme une simple créature mythologique.

D’après Matthew Meyer, tous ces yōkai sont apparus lors de l’ère Meiji (1868-1912), lorsque le Japon s'est ouvert au reste du monde après des décennies d'isolation, ce qui a apporté de nouvelles maladies, comme le choléra[6]. Ainsi, un autre yōkai à trois jambes et ressemblant à une sirène, mais cornu et tenant des boules de lumière, serait apparu sur une plage de la province de Bingo (préfecture de Hiroshima depuis l'ère Meiji), en 1846, pour annoncer une épidémie[7].

Yōkai annonçant une épidémie dans la province de Bingo en 1846.

Shigeru Mizuki[modifier | modifier le code]

Amabie a été reprise dans les anthologies de yōkai de Shigeru Mizuki. Elle a sa statue près du Mizuki Shigeru Memorial Museum[8].

En 2020[modifier | modifier le code]

Lors de l’épidémie de COVID19, Amabie est devenu un thème populaire sur Twitter au Japon[9],[1]. Après la publication en ligne, par la bibliothèque de l'université de Kyoto, d'un document historique datant de 1846 et présentant un dessin d'Amabie, le yōkai est devenu viral. Le hashtag #Amabiechallenge a été créé pour regrouper les représentations d'Amibie déessinées par les internautes[1],[3]. Des dessinateurs de manga (ex. : Chika Umino, Mari Okazaki et Toshinao Aoki) ont ainsi publié sur les réseaux sociaux leur version dessinée d'Amabie[10]. Son image a aussi été utilisée sur le site internet du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales[11],[1], sur des bonbons[12], sur des éventails uchiwa[13] ou sur des pâtisseries traditionnelles[1],[14], parfois avec humour[15].

Utilisation d'Amabie lors de l’épidémie de COVID19.

Atsuko Nishida, créatrice du personnage Pikachu, a dessiné un ema représentant un faon blanc et Amabie pour le sanctuaire Kasuga Taisha de Nara[16].

Ryan Holmberg, historien, spécialiste de la BD, explique la popularité d'Amabie par l'optimisme qui peut ressortir de son histoire et par le fait qu'elle permet de parler du virus sans en montrer son image, qui serait pour ainsi dire taboue[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f AFP, « Amabie, une étrange créature surgie des eaux, revient pour protéger les Japonais du Covid-19 », Le Figaro, (consulté le 22 novembre 2020).
  2. Nagano (2005), p. 24, 4–6.
  3. a et b Philippe Mesmer, « Japon : le soudain retour à la mode de la créature Amabie, censée protéger des épidémies », L'Express, (consulté le 22 novembre 2020).
  4. a b c d e f g h i j et k Nagano (2005).
  5. Nagano (2005), p. 8, 24–26.
  6. (en) C. Voon, A Healing Spirit From 19th-Century Japan Is Back to Face COVID-19, Atlas Obscura, ).
  7. (en) R. Iwama, Another plague-predicting Folklore creature found in late Edo period records in Japan, Mainichi Shinbun, ).
  8. a et b (en) Ryan Holmberg, Corona Cartoons, Japan, The Comics Journal ).
  9. (en) JijiPress, Edo Period Ghost "Amabie" Popular in Japan amid Virus Crisis, nippon.com, ).
  10. (en) H. Kosaka, Plague-predicting Japanese folklore creature resurfaces amid coronavirus chaos, The Mainichi, ).
  11. Site officiel du ministère (voir Une créature folklorique « yôkai » appelle les jeunes japonais à plus de discipline vis-à-vis de l’épidémie, nippon.com, ).
  12. (en) M. Nagaya, Candy designed after epidemic fighting folklore character tastes success in Tokyo, The Mainichi, ).
  13. A. Kawahira, Fans featuring plague-fighting folklore character Amabie debut in Kyoto, The Mainichi ).
  14. (en) Kaho Shimokobe, Sweets designed after Japanese folklore creature to end epidemic debut in north Japan, The Mainichi, ).
  15. (en) R. Thomas, Meet Amabie: the pandemic-defeating monster bringing hope to Japan, The Guardian, ).
  16. (en) T. Okada, Plague-fighting prayer tablets offered at Kasuga Taisha shrine, Asahi Shinbun ().

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenji Murakami (村上健司), (ed.), Yōkai jiten 妖怪事典 [dictionnaire des yōkai], 毎日新聞社, p. 23–24, (ISBN 978-4-620-31428-0), 1999.
  • [PDF] (en) Eishun Nagano (長野栄俊), 予言獣アマビコ考—「海彦」をてがかりに (Yogenjū amabiko—amabiko wo tegakari ni), [« Consideration on prophetic beast amabiko—using umibiko as hint »], Jakuetsu Kyōdoshi Kenkyū (若越郷土研究), 49 (2): 1–30, 2005.
  • (ja) Kōichi Yumoto, 日本幻獣図鑑 (Nihon genjū zukan) [« Créatures imaginaires du Japon »], Kawaide Shobo,‎ , 164 p. (ISBN 978-4-309-22431-2)
  • (ja) Kōichi Yumoto, Meiji yōkai shimbun [« 明治妖怪新聞 »], Kashiwa Shobo,‎ , 196–198 p. (ISBN 978-4-7601-1785-7).
  • 『日本の幻獣-未確認生物出現録- 企画展解説図録』 川崎市民ミュージアム 2004年.