Portail:Corée

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Corée
8 475 articles de Wikipédia sont actuellement consacrés à Corée.

Présentation

Locator map of Korea.svg
Buryeongsa.jpg

S'étendant sur environ 220 000 km2 en Asie du Nord-Est, la péninsule coréenne abrite une civilisation plurimillénaire, distincte de celles de ses puissants voisins chinois et japonais : l'existence du premier royaume coréen, de la période Ko-Chosŏn, est attestée dès le IVe siècle av. J.-C. La culture coréenne traditionnelle a été marquée par la double influence du confucianisme, présent depuis le Ier siècle après J.-C, et du bouddhisme, introduit en Corée à partir du IVe siècle.

Après l'occupation japonaise de la Corée (1910-1945), le « pays du Matin calme » a été divisé en deux États, institués en 1948 : au sud, la République de Corée est, depuis 1993, une démocratie libérale à économie de marché, qui s'est affirmée comme la onzième puissance économique mondiale ; au nord, la République populaire démocratique de Corée est, selon sa Constitution, un État socialiste fondé sur les idées du juche.

Les 78 millions de Coréens du Nord, du Sud et de la diaspora constituent un groupe ethnique et linguistique homogène : la langue coréenne utilise un alphabet spécifique, appelé hangeul.

Politique

Panmunjeom from north 2005 2.jpg

Corée du Nord Drapeau de la Corée du Nord

Corée du Sud Drapeau de la Corée du Sud

Relations inter-coréennes Drapeau de Corée Corée unifiée

Géographie et administration

Baitou Mountain Tianchi.jpg

Corée du Nord Drapeau de la Corée du Nord

Corée du Sud Drapeau de la Corée du Sud

Culture et sport

Corée

Corée du Nord Drapeau de la Corée du Nord

Corée du Sud Drapeau de la Corée du Sud

Informations générales

Korea (orthographic projection).svg
Politique
  • 34e et dernier roi de la période Goryeo (918–1232 et 1270–1392) : Gongyang
  • 26e et dernier roi de la période Joseon et premier empereur de la Corée (1392–1897) : Kojong
Géographie et administration
Démographie

Lumière sur...

Le Samguk sagi est le plus ancien récit historique à nous être parvenu.

L'historiographie de la Corée désigne l'étude des méthodes et des hypothèses formulées dans l'étude et l'écriture de l'histoire de la Corée.

Les premières productions écrites sont l'œuvre d'historiens chinois. Sima Qian est le premier entre le IIe et Ier siècles av. J.-C. à produire une histoire du pays dans son Shiji, suivi par d'autres jusqu'au VIe siècle. Le plus ancien document coréen est la stèle de Kwanggaet'o érigée en 414 par le fils du roi Kwanggaet'o Wang. L'existence de livres d'Histoire lors de la période des Trois royaumes est avérée, mais aucun document ne nous est parvenu. La période Koryŏ qui suit fournit les deux premiers écrits encore accessibles, le Samguk sagi publié en 1145-1146, et le Samguk Yusa rédigé entre 1274 et 1308. Tous deux s'inspirent de modèles chinois équivalents, mais introduisent aussi des éléments de la mythologie coréenne comme l'empereur mythique Tangun.

L'époque Joseon qui s'étend de 1392 à 1897 voit une institutionnalisation de l'écriture de l'Histoire se mettre en place. Sur le modèle de ce qui se fait en Chine, les principes néo-confucéens sont appliqués pour compiler des annales couvrant le règne de chaque souverain. Des productions couvrant les périodes antérieures sont aussi publiées à l'initiative du pouvoir, comme le Koryŏ-sa en 1451 pour l'époque Koryŏ, et le Dongguk Tonggam en 1485 pour l'ensemble de l'histoire du pays. La seconde moitié de la période voit l'émergence de travaux indépendants notables, initiés par des lettrés de l'école Silhak comme An Chŏng-bok.

L'occupation du pays par l'Empire du Japon lors de la première moitié du XXe siècle voit le développement de plusieurs écoles historiographiques. Les Japonais mettent un cadre institutionnel conforme à leurs méthodes de travail et forment plusieurs générations d'historiens coréens. Un groupe nationaliste se développe aussi derrière des personnalités comme Shin Chae-ho et An Chae-hong, le plus souvent liés aux mouvements indépendantistes. Le marxisme est lui introduit dès les années 1920 et Paek Nam-Un est la principale figure du mouvement.

La partition du pays après la guerre de Corée de 1950-1953 entraîne la division des historiens par écoles, les nationalistes restant au sud, et les marxistes rejoignant le nord. Ces derniers développent une école dynamique dont la progression est enrayée au début des années 1980 pour des raisons politiques. Au sud, le pouvoir du président Syngman Rhee limite l'apparition de travaux trop critiques jusqu'en 1960, et les deux décennies au pouvoir du président Park Chung-hee orientent l'écriture de l'Histoire dans une tendance nationaliste. Ce n'est que vers le début des années 1990 que de nouvelles tendances voient le jour, sans devoir composer avec un climat politique trop marqué.

Le Saviez-vous ?

Photo de qualité

Cascade des iles Jeju (définition réelle 3 240 × 2 028*)
Cascade des iles Jeju
(définition réelle 3 240 × 2 028)

Le projet

N'hésitez pas à vous joindre au Projet:Corée pour améliorer les articles de ce portail.

Portails par pays

Pays d'Asie
Autres

1 État non indépendant mais reconnu par l'ONU.

1 État indépendant occupé militairement, non reconnu par l'ONU.

2 territoires extérieurs australiens.

2 provinces spéciales de la Chine.

4 États majoritairement non reconnus.

Portails connexes

Sur Wikimédia

Corée, sur Wikinews

Corée sur Wikinews
Actualités

Corée, sur Wikisource

Corée sur Wikisource
Livres numérisés

Corée, sur Wikilivres

Corée sur Wikilivres
Textes et manuels

Corée, sur Wikiversité

Corée sur Wikiversité
Ressources pédagogiques

Corée, sur Commons

Corée sur Commons
Images et médias

Corée, sur Wikidata

Corée sur Wikidata
Données brutes

Corée, sur Wikivoyage

Corée sur Wikivoyage
Guide de voyage