Blaireau japonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Meles anakuma

Le Blaireau japonais (Meles anakuma) est une espèce de la famille des Mustélidés. Ce blaireau asiatique a été longtemps considéré comme une simple sous-espèce (Meles meles anakuma) du blaireau eurasiatique (Meles meles), à présent réduit aux seuls blaireaux européens[2],[3]. On ne le rencontre qu'au Japon dont il est l'une des espèces endémiques.

Il y est dénommé « anaguma » (ou « ours de trou »), un mot générique qui désigne tous les mésocarnivores masqués[4] dont deux autres espèces de mammifères de taille proche, régulièrement piégées par les agriculteurs : le Chien viverrin japonais dit « Tanuki » (bien connu des amateurs de dessins animés et de contes folkloriques japonais) et le raton laveur (espèce introduite d'origine nord-américaine et devenue envahissante au Japon).

En 2017, suite à une forte augmentation du piégeage et des abattages de blaireaux japonais (alors qu'une mode pour la viande de blaireau est développée par certains restaurants de Tokyo), des scientifiques membres de l'UICN ont émis des alertes sur les risques pour l'espèce[4]. dont la population actuelle est génétiquement peu diversifiée[5]

Comparaison illustrée du Blaireau européen (en haut), asiatique (centre) et japonais (en bas)

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon l'arbre phylogénétique reconstruit pour cette espèce, toutes les populations japonaises de Meles meles se sont différenciées à partir de populations continentales (de régions situées entre le lac Baïkal et l'Europe de l'Est.

Les distances génétiques entre les populations japonaises de blaireau sont bien plus réduites qu'avec ces populations-sources ; et leurs structures géographiques ne reflètent pas les distances géographiques entre localités d'échantillonnage.

Les populations de cette espèce dans les îles principales japonaises (Honshu, Shikoku et Kyushu) ne sont pas génétiquement variées. Une hypothèse est qu'elles se sont formées récemment (peut-être après le dernier maximum glaciaire, ou qu'elles aient subi un goulet d'étranglement de population.

Cette espèce a été scientifiquement décrite pour la première fois en 1844 par le zoologiste néerlandais Coenraad Jacob Temminck (1778-1858).

Il fait partie des espèces qui peuvent s'approcher des habitations et être nourri par l'Homme ou profiter des poubelles pour se nourrir, par exemple dans les banlieues de Tokyo[6]

Description[modifier | modifier le code]

Le blaireau japonais est plus petit (longueur moyenne :79 cm pour le mâle, et 72 cm pour la femelle) que le blaireau européen et il présente moins de dimorphisme sexuel (sauf pour la taille des canines)[7]. Sa queue mesure de 14 à 20 cm de longueur. Les adultes pèsent généralement de 4 à 8 kg.

Ce mammifère a les membres courts et les pattes avant garnies de puissantes griffes creuses, plus longues que celles des pattes postérieures. Le mâle possède un os pénien (baculum)[8].

Le poil est gris-brun sur le dos et plus court et sombres sur le ventre. La face présente des rayures noires et blanches caractéristiques de l'espèce, mais moins nettes que chez le blaireau européen. Le tour des yeux est foncé. Le crâne est proportionnellement plus petit que celui du blaireau européen[7].

Éthologie[modifier | modifier le code]

Les études avec radiotracking ont montré que cet animal qui vit en petits groupes familiaux est territorial et nécessite pour se nourrir de pouvoir prospecter un vaste territoire[9]. Le jeûne mâle reste 26 mois auprès de sa mère (de moins en moins après 15 mois environ, avant de définitivement quitter la cellule familiale pour aller fonder une nouvelle famille). Les jeunes femelles s'émancipent elles après seulement 14 mois[9]. Une étude de 3 ans ayant porté - dans la ville de Yamaguchi sur 12 femelles de blaireaux japonais a conclu à un territoire moyen de 44 +/-25,4 hectares alors que les mâles suivis prospectaient eux un territoire beaucoup plus grand 158 +/- 98,8 hectares

Le terrier a généralement 2 à 3 entrées et parfois 5 ou plus[9].

Hibernation : Avec des variations selon le climat local, les individus subissent une hibernation et d'importantes variations saisonnières de poids corporel. De mi-décembre à février le blaireau peut presque cesser toute activité. Les mâles adultes hibernent en solitaire pendant que les femelles hibernent seules ou avec leur progéniture[10]. Le temps passé en hibernation varie de 42 à 80 jours (60 jours en moyenne)[10]. Certains individus changent de terrier pendant l'hibernation.
un enregistreur de température corporelle implanté par voie intrapéritonéale a montré que de novembre et avril au sein d'un groupe de jeunes hibernant avec sa mère un poids corporel chutant de 5,3 kg à 3,6 kg (perte de poids de 32,1%) alors que la température corporelle variait de 32,0 à 39,8 °C (35,1 °C en moyenne en décembre, de 34,8 °C en moyenne en janvier, 35,9 °C en moyenne en février, de 37,1 °C en mars et 37,4 °C en avril)[10].

Écologie[modifier | modifier le code]

Du point de vue de l'écologie fonctionnelle le rôle du blaireau (et de ses importants terriers) dans son environnement est encore mal cerné.

Une étude japonaise récente a mis en évidence des interrelations positives entre cervidés et Blaireaux[11]. Au japon (comme en Europe et dans certaines partie d'Asie) d'importantes populations de cervidés se sont (re)constituées depuis quelques décennies ; une première étude avait déjà démontré qu'à Oku-Nikko (Japon), une densité élevée des cervidés avait des « effets en cascade » sur d'autres espèces dont le raton-laveur[12] et divers autres mammifères carnivores/omnivores[11].
Ces effets étant encore mal cernés, des chercheurs ont examiné les régimes alimentaires des blaireaux japonais, selon qu'ils soient d'un côté ou l'autre d'une clôture anti-cerf, tout en comparant l'abondance des carnivores à l'intérieur et à l'extérieur de la clôture[11]. Selon leurs résultats publiés en 2014, les populations de vers de terre et de certains insectes bénéficient fortement de la présence d'une densité élevée des chevreuils : Des restes de vers et de ces insectes sont retrouvés en bien plus grande quantité dans les excréments de blaireaux à l'extérieur de la clôture anti-cervidés, dans ce cas là où la densité des cerfs était de 13,5 individus/km2 associée à une densité relative du blaireau de 0,16 (contre 2,3 cervidés par km2 et une densité relative de blaireaux de seulement 0,01)[11] ; Un test statistique a montré que cette relation est significative). Une densité élevée des chevreuils modifie le réseau trophique et contribue à un habitat plus riche en vers de terre et en insectes, favorisant des densités de nourriture des carnivores omnivores plus élevées[11].

Répartition et dynamique des populations[modifier | modifier le code]

Carte du Japon presque entièrement colorée
Carte théorique d'aire naturelle de répartition de l'espèce (presque tout le Japon)

Populations : état, pressions et réponses[modifier | modifier le code]

Cette espèce est en 2017 encore considérée par l'UICN comme assez commune[7]. Sa chasse est légale (dans le respect du droit japonais de la chasse) et traditionnelle, mais elle est supposée avoir fortement diminué depuis les années 1970[7].

Synergies de menaces[modifier | modifier le code]

Plusieurs menaces sur l'espèce se sont récemment additionnées, laissant craindre une future classification en espèce menacée :

  • Ce blaireau est comme toutes les espèces mobiles confrontées à une fragmentation écopaysagère par les routes et au phénomène de roadkill[13] ;
  • sa diversité génétique est faible[5], ce qui pourrait le rendre plus vulnérable à certaines maladies ou parasitoses (par exemple véhiculées par les tiques[14]) ;
  • son aire de répartition théorique est l'ensemble du Japon, mais elle à récemment diminuée[7].
    Elle ne couvrait plus que 29 pour cent du pays en 2003 (soit une diminution de 7% dans les 25 dernières années)[7] ;
  • le foncier artificialisé et agricoles augmentent au détriment de ses territoires ;
  • en 2016-2017 des milliers de blaireaux ont été tués lors de campagnes de piégeages et de mise à mort bien plus intenses que les années précédentes, a priori sans justificiations[15],[4].
  • il doit aussi faire face à la concurrence du raton-laveur qui a été introduit au japon ;

Augmentation récente du piégeage et des mises à mort de blaireaux sur l'île de Kyushu (Japon)[modifier | modifier le code]

Les agriculteurs de l'île de Kyushu traquent, piègent et tuent régulièrement cette espèce. La plupart des agriculteurs japonais considèrent cet animal comme « nuisible » ou déprédateur[15].

Des écologues et mammalogistes dénoncent une pratique devenue excessive, s’apparentant à un massacre dépourvu de sens, se déroulant « sans conseil scientifique ni planification stratégique » et qui pourrait conduire à une « crise écologique »[15] (Par exemple dans la préfecture de Kagoshima le nombre officiel de blaireau tués a dépassé 4 000 en 2016, ce qui pourrait entraîner un effondrement de leur population, d’autant que la viande de blaireau semble de plus en plus à la mode dans les restaurants japonais[15]).

Les autorités locales encouragent de plus en plus la chasse aux « ravageurs » en espérant ainsi augmenter la productivité des cultures, tout en reconnaissant ne pas en faire de suivi et sans tenir compte de leurs fonctions utiles dans l’agrosystème.
Les autorités locales offrent une somme équivalent à 25 US dollars par queue de blaireau (ou carcasse photographiée) ce qui encourage les piégeurs à multiplier leurs prises (dont la viande peut par ailleurs être revendue en « gibier sauvage » dans certains restaurants de Tokyo, sans contrôle vétérinaire d’hygiène concernant les zoonoses ou parasitose[16] que les animaux sauvages peuvent véhiculer[4] ou le plomb toxique que la viande pourrait contenir).
Le gouvernement de Kagoshima a confirmé que 4 534 blaireaux avaient été déclarés abattus en 12 mois de mars 2015 à mars 2016, tout en avouant ne pas faire de suivi de leurs populations ou des dégâts qu’ils font. Le nombre de blaireau tué durant cette campagne est 70% plus élevé que lors de la campagne précédente, et plus élevé d’un ordre de grandeur que la précédente[15].

À ce rythme le blaireau japonais pourrait disparaitre à moyen terme ré-alerte en juin 2017 Yayoi Kaneko (écologue à l'Université d'agriculture et de technologie de Tokyo) ;
Il a avec deux autres écologues (Christina Buesching et Chris Newma de l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni), soulevé ce problème dans la revue Nature [17], via un article titré « Japon : Massacre injustifié du blaireau japonais » « (https://www.nature.com/nature/journal/v544/n7649/full/544161a.html) [4]. Le gouvernement japonais devrait réguler les pratiques de piégeage et d’abattage et imposer des bases scientifiques et des critères de soutenabilité à ces pratiques, disent les scientifiques. « Les prélèvements justifiés devraient alors être planifiés, réglementés, surveillés pour l'efficacité et soumis aux contrôles du bien-être des animaux » [18]. Alexei Abramov (chercheur membre de l'Académie des sciences de Russie de Saint-Pétersbourg, qui est aussi évaluateur du statut du blaireau japonais au regard de la Liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) plaide aussi en faveur d’un suivi scientifique et craint de devoir bientôt classer cette espèce parmi les espèces menacées (jusqu’à environ 70% des blaireaux de Kagoshima auraient été abattus ces derniers années, ce qui peut aussi être source de dérive génétique). Le biologiste espagnol Guillem Molina-Vacas (Université de Barcelone) estime qu’il existe effectivement un risque pour cette espèce, soulignant un exemple de l'histoire du Japon qui n'inspire pas la confiance : Au dix-neuvième siècle, les agriculteurs japonais ont été autorisés à utiliser de la strychnine pour empoisonner une sous-espèce du loup gris (Loup de Hokkaido ou loup d’Ezo) ce qui a rapidement conduit à l’extinction totale de cet animal. "Cet exemple ne devrait pas être répété" ajoute-t-il[15].

Controverse sur la légalité des abattages[modifier | modifier le code]

Kaneko estime qu'ils sont devenus illégaux car excessif et non fondé sur des arguments scientifiquement évalués.
Hors dérogation visant la chasse ou la protection des cultures, ce blaireaux est théoriquement protégés par la loi japonaise[4]. Habituellement, environ 200 blaireaux étaient tués par an pour toute la préfecture de Kagoshima sur l'île de Kyushu dans ce cadre, mais « inexplicablement » ce chiffre est passé à plus de 4 000 blaireaux lors de la dernière campagne[4].

De son côté la Kagoshima juge ces opérations conformes à une loi du ministère japonais de l'environnement permettant la lutte contre les ravageurs qui peuvent alors être piégés et chassés (par des personnes possédant une licence à jour). La préfecture affirme compiler les données sur les blaireaux, données qui lui sont remontées par les rapports des chasseurs et piégeurs agréés.
Mais Kaneko soutient que, parce que cet abattage est devenu excessif, il ne respecte pas les prescriptions du ministère japonais de l'environnement.

En 2017, un porte-parole du ministère japonais de l'environnement (souhaitant garder l’anonymat) a confirmé que ces abattages sont autorisés. Il a aussi précisé que « le ministère n'était pas tenu au courant par des informations détaillées des opérations récentes conduites sur l'île de Kyushu »[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 24 juin 2013
  2. Mammal Species of the World, consulté le 24 juin 2013
  3. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0444518770), 9780444518774. 857 pageRechercher dans le document numérisé
  4. a, b, c, d, e, f et g Christina D. Buesching, Yayoi Kaneko & Chris Newman (2017) « Japan: Unjustified killing of badgers in Kyushu» ; Nature ; 544, 161 (13 avril 2017) ; doi:10.1038/544161a, mis en ligne le 12 avril 2017 (résumé)
  5. a et b Kurose, N., Kaneko, Y., Abramov, A. V., Siriaroonrat, B., & Masuda, R. (2001). Low genetic diversity in Japanese populations of the Eurasian badger Meles meles (Mustelidae, Carnivora) revealed by mitochondrial cytochrome b gene sequences. Zoological Science, 18(8), 1145-1151.
  6. Kaneko, Y. (2005). Body weight and size change of the Japanese badger (Meles meles anakuma) caused by local people's feeding in suburb of Tokyo. Honyurui Kagaku (Mammalian Science], 45, 157-164.
  7. a, b, c, d, e et f Kaneko, Y., Masuda, R. & Abramov, A.V. (2016) Meles anakuma ; IUCN Red List of Threatened Species | volume= 2016 ; page = e.T136242A45221049 ; IUCN; | http://www.iucnredlist.org/details/136242/0 ; DOI:10.2305/IUCN.UK.2016-1.RLTS.T136242A45221049.en , consulté 22 octobre 2016
  8. Baryshnikov, G. F., Bininda-Emonds, O. R., & Abramov, A. V. (2003). Morphological variability and evolution of the baculum (os penis) in Mustelidae (Carnivora). Journal of Mammalogy, 84(2), 673-690.
  9. a, b et c Tanaka, H., Yamanaka, A., & Endo, K. (2002). Spatial distribution and sett use by the Japanese badger, Meles meles anakuma. Mammal Study, 27(1), 15-22
  10. a, b et c Tanaka H (2006) Winter hibernation and body temperature fluctuation in the Japanese badger, Meles meles anakuma. Zoological science, 23(11), 991-997 (résumé).
  11. a, b, c, d et e Seki, Y., Okuda, K., & Koganezawa, M. (2014). Indirect effects of sika deer on Japanese badgers. Mammal Study, 39(4), 201-208 (résumé)
  12. Seki Y & Koganezawa M (2013). Does sika deer overabundance exert cascading effects on the raccoon dog population ? . Journal of forest research, 18(1), 121-127 (résumé).
  13. Ceia‐Hasse, A., Borda‐de‐Água, L., Grilo, C., & Pereira, H. M. (2017). Global exposure of carnivores to roads. Global Ecology and Biogeography, 26(5), 592-600.
  14. Yamauchi, T., Yano, S., Yamamoto, T., Yamamoto, E., & Miyamoto, T. (2013). Ticks (Acari: Ixodidae) from medium-sized to large mammals in Ehime Prefecture, Japan. Experimental and applied acarology, 60(2), 263-270 (résumé).
  15. a, b, c, d, e, f et g Hornyak Tim (2017) Ecologists warn of Japanese badger cull 'crisis' ; Population crash feared amid a fad for badger meat (Des écologues mettent en garde contre une «crise» de la lutte contre le blaireau japonais ; Un effondrement de la population est à craindre, alors qu’une mode apparait pour la viande de ce blaireaux), Nature, 9
  16. Hancox, M. (1980). Parasites and infectious diseases of the Eurasian badger (Meles meles L.): a review. Mammal review, 10(4), 151-162 (résumé).
  17. Numéro du 13 avril 2017
  18. voir Nature 543, 18-19, 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]