Cette page est proposée comme article de qualité. Cliquez pour voter.

Mont Nantai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Nantais.
Mont Nantai
Vue du mont Nantai et du lac Chūzenji.
Vue du mont Nantai et du lac Chūzenji.
Géographie
Altitude 2 486 m[1]
Massif Monts Nikkō (Honshū)
Coordonnées 36° 45′ 55″ nord, 139° 29′ 27″ est[1]
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kantō
Préfecture Tochigi
Ascension
Première 782 par Shōdō Shōnin
Voie la plus facile versant sud
Géologie
Roches Andésite, basalte, dacite
Type Volcan gris
Activité Endormi
Dernière éruption 7 000 av. J.-C.
Code GVP 0803-141

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Tochigi

(Voir situation sur carte : préfecture de Tochigi)
Mont Nantai

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Mont Nantai

Le mont Nantai Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (男体山, Nantaisan?) est une montagne du Japon située à Nikkō, sur l'île de Honshū, au nord de l'agglomération de Tokyo. Ce stratovolcan haut de 2 486 mètres fait partie du complexe volcanique des monts Nikkō dans le parc national de Nikkō.

Avec le mont Nikkō-Shirane, le mont Nantai est le plus récent édifice volcanique des monts Nikkō dont l'activité a débuté il y a environ 560 000 ans. Les études scientifiques de sa structure géologique, commencées en 1957, ont établi qu'il est apparu il y a environ 23 000 ans et que sa dernière éruption remonte à environ 7 000 ans.

Depuis sa première ascension connue par le moine bouddhiste Shōdō Shōnin au VIIIe siècle, le volcan Nantai, montagne sacrée du bouddhisme et du shintoïsme, est un lieu de pèlerinage entretenu par les religieux du sanctuaire Futarasan de Nikkō, un site historique inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Des fouilles archéologiques, effectuées à son sommet à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle, ont exhumé des vestiges dont de nombreuses offrandes votives. Parmi ces objets anciens, datant de la fin de l'époque de Nara (710 – 794) à l'époque d'Edo (1603 – 1868), quelques-uns sont classés biens culturels importants du Japon.

Bien que moins connu que le mont Fuji, le mont Nantai est aussi classé parmi les 100 montagnes les plus célèbres du Japon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Littéralement, l'association des deux sinogrammes (« homme ») et signifie « forme d'homme ». Le mont Nantai serait la figure paternelle d'une famille de divinités du shintō dont le mont Nyōhō voisin serait la mère, et le mont Tarō le fils aîné[2],[B 1],[3]. Plus largement, avec les monts Ōmanago et Komanago, respectivement sœur aînée et sœur cadette, les trois volcans symboliseraient la structure type de la famille japonaise[4],[B 2].

Le mont Nantai, montagne sacrée de l'est de l'ancienne province de Shimotsuke (la préfecture de Tochigi depuis la fin du XIXe siècle), est aussi appelé « mont Futara » (二荒山, Futara-san?)[B 3],[5]. Le terme « 二荒 (Futara?) » est un raccourci pour « 二荒颪 (Futara-oroshi?, lit. « deux vents catabatiques violents ») », expression qui désigne un vent catabatique qui souffle dans la préfecture de Tochigi deux fois par an, au printemps et à la fin de l'automne (ou en début d'hiver)[B 3],[B 1]. À l'époque de Shōdō Shōnin (735 - 817), moine bouddhiste fondateur de la cité de Nikkō, ces vents saisonniers, venus du nord et dont la force s'amplifiait au pied du mont Nantai, constituaient des calamités climatiques pour Nikkō et au-delà[6]. En 820, Kūkai (774 - 835), saint fondateur de l'école bouddhiste Shingon et biographe de Shōdō, séjourna à Nikkō. Ses invocations des divinités bouddhiques au sommet du mont Nantai mirent fin aux turbulences venteuses. Pour marquer l'événement, relevant que « (二荒?) », suivant une lecture chinoise, se prononce aussi « Ni-Kō », prononciation très proche de celle de l'expression « 日光 (Nikkō?) » signifiant « lumière solaire », il désigna la montagne sous un nouveau nom : Nikkō-san (日光山?)[7],[B 3]. Ainsi, par un jeu de mots, la cité, fondée au VIIIe siècle au pied du volcan Nantai, est baptisée Nikkō[5].

D'autres interprétations du terme « (二荒?) » existent cependant. L'une d'entre elles rappelle que, bien avant l'arrivée des Japonais, le nord de l'île de Honshū était habité par une population aborigène : les Aïnous[8]. Dans la langue aïnou, le mot « futora (フトラ?) » désigne une espèce de bambou endémique du Japon et très répandue dans les monts Nikkō. L'ancien nom du volcan, mont Futara, selon une lecture japonaise altérée du terme aïnou « futora », rendrait compte du fait que ses pentes sont couvertes de bambous[B 3],[B 4],[9]. Une autre interprétation affirme que « (二荒?) » dérive de « 二現 (Futa ara?, lit. « deux manifestations ») ». Deux esprits divins de la mythologie shintō habiteraient, sous la forme de manifestations de bouddhas, l'une d'essence féminine l'autre masculine, les monts Nyōhō et Nantai, collectivement nommés monts Futaara (二現山, Futaara-yama?)[B 3],[9],[B 4]. De plus, dans ses écrits, le moine Kūkai nomme la montagne mont Fudaraku (補陀洛山, Fudaraku-san?), une dénomination qui fait référence au mont Potalaka, la demeure mythique d'Avalokiteśvara[10], déité du bouddhisme indien[B 5],[11]. Selon l'historien Tarō Wakamori (ja) (1915 - 1977), ce toponyme est antérieur au terme « Nantai », et était en usage avant l'arrivée du moine Shōdō, comme le laissent supposer des vestiges archéologiques du culte bouddhique découverts non loin de la rive nord du lac Chūzenji située au pied du versant méridional du volcan[B 5].

Le mont Nantai est aussi connu sous le nom de « mont Kurokami » (黒髪山, Kurokami-yama?, lit. « mont aux cheveux noirs »)[7],[12]. Cette autre appellation a été forgée par le poète Kawai Sora (1649 - 1710) lors de sa visite de la cité de Nikkō en [6]. Ce disciple de Bashō évoque dans un haïku une coutume japonaise, koromogae, qui consiste à marquer le passage des saisons par une nouvelle tenue vestimentaire comme le lui rappelle le sommet du volcan, blanchi par la neige en hiver et sombre en été. Cette image lui évoque aussi sa chevelure noire qui blanchit avec le temps qui passe[6].

Du fait de sa forme conique quasi-symétrique, le mont Nantai est aussi appelé « Nikkō Fuji » (日光富士?)[13], « Shimotsuke Fuji » (下野富士?)[14], ou encore « Fuji du Nord » (北ノ富士, Kita no Fuji?)[15], en référence au mont Fuji, symbole du Japon éternel[16],[17].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le mont Nantai est entièrement situé dans la ville de Nikkō (préfecture de Tochigi), sur l'île de Honshū, au Japon. Environ 120 km au nord de l'agglomération de Tokyo, il est un des sommets des monts Nikkō, un complexe volcanique dominé par le mont Nikkō-Shirane, son point culminant à 2 578 m d'altitude. À vol d'oiseau, il se trouve à équidistance (environ 105 km) de Kashiwazaki, ville de la préfecture de Niigata au bord de la mer du Japon, et de Hitachi, municipalité de la préfecture d'Ibaraki, en bordure de l'océan Pacifique.

Bordé au sud par le lac Chūzenji, un lac de montagne qui s'étend au pied de son versant sud sur une superficie de 11,9 km2, le haut plateau Senjō à l'ouest, le mont Ōmanago au nord et la plaine Kinomi[l 1] à l'est, il fait partie de la ceinture de feu du Pacifique sur l'arc volcanique du Japon dans le nord de la région de Kantō.

Le long du bas de son versant sud, s'étire la route nationale 120 qui relie le centre-ville de Nikkō à celui de Numata dans la préfecture voisine de Gunma.

Nantai
Tarō
Nyōhō
Akanagi
Ōmanago
Senjōgahara
Nikkō-Shirane
Komanago

Lac Chūzenji
Rivière Daiya
Voir l’image vierge
Le mont Nantai dans les monts Nikkō.
Mont Nantai

Lac Chūzenji
Voir l’image vierge
Vue aérienne du mont Nantai dans les monts Nikkō.

Topographie[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc d'un volcan vu du ciel.
Vue aérienne du volcan Nantai (1948).

La topographie du mont Nantai est dictée par le volcanisme dont il est né : de la forme d'un cône quasi-symétrique de 1 200 m de hauteur[B 6] qui culmine à 2 486 m au-dessus du niveau de la mer, ses pentes prononcées et régulières s'élèvent jusqu'à son sommet[1],[18]. Il est couronné par un cratère d'environ 1 km de diamètre[B 7] pour une profondeur de 200 m[19]. Sa base, suivant son plus grand axe, s'étend sur environ 5 km[B 6].

La seule véritable irrégularité d'envergure de ses pentes est constituée, sur sa face nord, à approximativement 2 270 mètres d'altitude, par une coulée de lave figée (« coulée Osawa[l 2] ») provenant d'un cratère d'explosion[20],[21]. Ce dernier brise la géométrie circulaire originelle du cratère du sommet et l'étire en forme de fer à cheval.

Photo noir et blanc de longues et larges entailles rocheuses le long d'un versant de volcan.
Nagi du versant sud-est.

Au fil des années, sur les pentes du volcan, des effondrements ont donné naissance à des encoches rocheuses radiales profondes qui partent principalement du sommet et s'étendent dans toutes les directions. Ces ravins, dont la profondeur peut atteindre 100 m, sont appelés bori [l 3] ou nagi[l 4] du fait de leur forme qui rappelle celle des incises produites par un naginata, une sorte de hallebarde[22]. Le ravinement de la face sud-est du volcan est particulièrement prononcé. Les principaux ravins répertoriés sur ce versant (Maenagi[l 5], Ōhiranagi[l 6], Shironagi[l 7], Nakanagi[l 8], Konagi[l 9] et Ōnagi[l 10], entaille rocheuse qui descend du sommet du volcan jusqu'à 1 075 m, et dont la largeur et la profondeur varient respectivement de 300 à 400 m et 70 à 100 m), menacent, comme une épée de Damoclès, le quartier Chūgūshi de Nikkō qui s'étend le long du bas du versant sud-est du volcan et comprend des habitations, une école, une clinique, des hôtels, des magasins, une portion de la route nationale 120 et le sanctuaire Futarasan Chūgū-shi[22],[23]. En 1902, une coulée de lave torrentielle sur le versant sud du volcan fait quatre morts, endommage l'école de Chūgūshi et le sanctuaire Futarasan Chūgū-shi (dont un bâtiment abritant une statue de Kannon, la déesse bouddhique de la miséricorde, est détruit). Le nagi résultant, nommé Kannonnagi[l 11], matérialise désormais la partie centrale du chemin de randonnée qui mène du Futarasan Chūgū-shi jusqu'en haut de la montagne[24],[B 8]. La plupart des nagi sont secs ; quelques-uns forment des chenaux torrentiels. Les torrents Konagihidari[l 12] et Konagimigi-zawa[l 13], par exemple, s'écoulent chacun dans une ramification supérieure du Konagi ; de même le torrent Yudono[25] dévale la pente du versant nord parallèlement au Yagenbori[l 14],[22],[23].

Panorama[modifier | modifier le code]

Le sommet du mont Nantai offre une vue panoramique sur les autres volcans des monts Nikkō au nord et à l'ouest, le lac Chūzenji, au pied de la montagne, le plateau Senjō, la zone d'habitation d'Imaichi (quartier de Nikkō) à l'est et, plus largement, la plaine de Kantō au sud-est.

Au loin, par temps très clair, il est possible de voir ou d'apercevoir le mont Hiuchi (2 356 m) du village de Hinoemata dans la préfecture voisine de Fukushima, la plus haute montagne de la région du Tōhoku, l'océan Pacifique, à l'est, le mont Akagi, le plus haut sommet de la préfecture de Gunma, le mont Kumotori, point culminant de la métropole de Tōkyō dans les monts Okuchichibu, les monts Tanzawa, 145 km au sud, et le mont Fuji, distant de 170 km au sud-ouest[27].

Lorsque le ciel est bien dégagé, le mont Nantai est visible du haut des immeubles élevés de la capitale japonaise, du dernier étage du Sunshine 60 par exemple, un gratte-ciel du quartier d'Ikebukuro, et aussi de l'île artificielle Umi-hotaru, une aire de repos de la Tokyo Wan Aqua-Line, en baie de Tokyo, 120 km au sud-est de Nikkō.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Altitude du mont Nantai[modifier | modifier le code]

Au sommet du volcan Nantai, un repère de triangulation et une carte gravée sur une borne en pierre et figurant le volcan et les montagnes visibles de sa cime indiquent une altitude de 2 484 m[n 1]. Cette mesure a été tenue pour l'altitude du mont Nantai jusqu'en 2003. Cette année-là, un alpiniste affirme dans une revue spécialisée qu'un rocher au bord du cratère est plus élevé que le point géodésique annonçant l'altitude de 2 484 m. En , l'Institut d'études géographiques du Japon confirme, après enquête, cette observation et porte officiellement l'altitude du mont Nantai à 2 486 m[28],[29].

Le point culminant du volcan Nantai est un bloc rocheux au sommet duquel une lame de katana d'environ 3,5 m de haut est enchâssée. Elle évoque le sabre au sommet d'une montagne que le jeune Shōdō aurait entrevu en rêve quelques années avant d'entreprendre l'ascension du volcan[30]. Pointant vers le ciel depuis la fin du XIXe siècle, ce symbole de la puissance divine du mont Nantai s'est brisé, en 2012, sous l'effet de la corrosion atmosphérique, et a été remplacé, la même année, par une lame en acier inoxydable[31].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie[modifier | modifier le code]

La base du mont Nantai s'étend sur une roche-mère composée de roches sédimentaires et de roches d'origine volcanique datant du Pléistocène supérieur (126 - 11 700 ans)[32],[B 9]. Du fait de sa structure résultant de la superposition de coulées de lave, de coulées pyroclastiques et de tephras, ce volcan se range parmi les stratovolcans[33]. Il est essentiellement composé de roches magmatiques et plus particulièrement d'andésite, de basalte et de dacite[33],[B 6],[B 10]. Les éruptions majoritairement explosives qui marquent sa période d'activité le classent, de plus, parmi les volcans gris[B 10].

Les études scientifiques du volcan, menées depuis 1957, établissent qu'au cours d'une première phase de formation le volcan Nantai résulte de l'émergence successive de trois édifices strato-volcaniques[B 11]. Le volcan Konagi, dôme d'andésite et de basalte haut de 800 m, constitue une grande partie du versant sud du volcan ; le Nantai-Kita, fait de couches de roches pyroclastiques, forme sa base nord et le Furunagi, issu d'un empilement de coulées de lave de basalte et d'andésite, son versant oriental et l'actuel cratère. Lors d'une deuxième phase d'activité, des couches de lave et d'autres produits d'éruptions, comme des pierres ponce et des pyroclastites, achèvent la formation du volcan[B 11],[B 6].

Climat[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'un sommet de montagne enneigé sous un ciel bleu avec un massif de collines boisées au premier plan.
Le mont Nantai sous la neige au mois d'avril.

Le climat du mont Nantai correspond à celui d'Oku-Nikkō[l 15], la partie Sud-Ouest de la ville de Nikkō. Il est du type continental humide. La température annuelle moyenne est d'environ °C et les précipitations annuelles sont de 2 169 mm. L'hiver le mercure peut descendre jusqu'à −9 °C et grimper jusqu'à 23 °C en été.

En hiver, un vent froid et humide venu de Sibérie, via la mer du Japon, apporte de la neige sur les sommets des monts Nikkō[34]. Pendant les deux premiers mois de l'année, la température au sommet du volcan Nantai varie dans la journée entre −20 °C et −5 °C. En juillet et août, elle s'étale de 10 °C à 20 °C[35].

Les précipitations annuelles moyennes sont de 1 141 mm au sommet du volcan et 1 835 mm à son pied (1 300 m d'altitude). Elles se concentrent pour les trois quarts durant la saison des pluies, de juin à septembre[36].

Relevé météorologique d'Oku-Nikkō[n 2] (1981-2010)[n 3]
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −8,1 −8,8 −5,1 0,1 5,1 10,1 14,4 15,3 11,6 5,1 −0,2 −5 2,9
Température moyenne (°C) −4,1 −3,9 −0,7 5 9,9 13,7 17,7 18,7 14,9 9,1 4 −1 6,9
Température maximale moyenne (°C) −0,4 0 3,6 10 14,8 17,7 21,6 22,6 18,6 13,2 8,2 −2,9 10,3
Ensoleillement (h) 170,2 162,1 188,1 185,9 167,8 107 108,3 128,3 100,4 128,9 152,7 164,7 1 764,4
Précipitations (mm) 52,3 58,8 109,4 157,8 174,6 220,9 277 394,2 363,2 201,8 107,6 51,4 2 169
dont neige (cm) 114 124 113 23 0 0 0 0 0 1 12 62 449
Nombre de jours avec précipitations 15 15 19 16 16 20 23 20 22 15 11 10 202
Humidité relative (%) 65 65 66 68 75 85 87 87 87 80 71 66 75
Nombre de jours avec neige 25,1 21,8 29,9 6,8 0,8 0 0 0 0 0,6 6,5 20 101,5
Nombre de jours avec brouillard 2,8 4,8 5,8 9,4 12,9 14,7 17,6 15,3 14,9 11,4 6,6 4,3 120,3
Source : Agence météorologique du Japon[38]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
−0,4
−8,1
52,3
 
 
 
0
−8,8
58,8
 
 
 
3,6
−5,1
109,4
 
 
 
10
0,1
157,8
 
 
 
14,8
5,1
174,6
 
 
 
17,7
10,1
220,9
 
 
 
21,6
14,4
277
 
 
 
22,6
15,3
394,2
 
 
 
18,6
11,6
363,2
 
 
 
13,2
5,1
201,8
 
 
 
8,2
−0,2
107,6
 
 
 
−2,9
−5
51,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Situé dans le Sud du parc de Nikkō, un parc national d'une superficie de 1 149,08 km2 administré par le ministère de l'Environnement du Japon depuis sa création en 1934[39],[40], le mont Nantai constitue l'habitat de nombreuses espèces d'oiseaux sauvages et ses pentes offrent un terrain fertile pour diverses variétés de plantes. Il fait partie d'une zone importante pour la conservation des oiseaux : Oku-Nikkō, le Sud-Est d'un site naturel protégé de 3 130 km2 qui recouvre une partie de chacune des quatre préfectures de Tochigi, Gunma, Niigata et Fukushima[41].

Faune[modifier | modifier le code]

Les pentes boisées du mont Nantai abritent des mammifères communs dans la région comme le cerf Sika (Cervus nippon), le macaque japonais (Macaca fuscata), le lièvre du Japon (Lepus brachyurus) et le tanuki (Nyctereutes procyonoides). Bien que devenus rares, la martre du Japon (Martes melampus), l'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus) et le saro du Japon (Capricornis crispus) peuvent être aperçus[42]. Des insectes coléoptères du genre Dorcus, Batocera lineolata, une espèce de capricornes endémique du Japon et le grand porte-queue (Papilio machaon) peuplent les forêts du volcan. La montagne est aussi l'habitat du serpent ratier du Japon (Elaphe climacophora), un reptile non venimeux[42].

Le mont Nantai est surtout le « paradis des oiseaux »[43]. De nombreuses espèces de passereaux telles que le roitelet huppé (Regulus regulus), la mésange boréale (Poecile montanus), le cincle de Pallas (Cinclus pallasii), la sittelle torchepot (Sitta europaea), le grimpereau des bois (Certhia familiaris), le cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes), le gobemouche bleu (Cyanoptila cyanomelana), le bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), l'accenteur du Japon (Prunella rubida), le troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), le corbeau à gros bec (Corvus macrorhynchos), les rossignols bleus (Larvivora cyane), calliope (Calliope calliope) et à flancs roux (Tarsiger cyanurus), le pipit à dos olive (Anthus hodgsoni), la bouscarle chanteuse (Horornis diphone), le geai des chênes (Garrulus glandarius), le rougequeue aurore (Phoenicurus auroreus) et le pinson du Nord (Fringilla montifringilla) y font leurs nids. Le martinet de Sibérie (Apus pacificus), le coucou fugitif (Hierococcyx fugax), le coucou de l'Himalaya (Cuculus saturatus), le pic kisuki (Dendrocopos kizuki), l'engoulevent jotaka (Caprimulgus jotaka), l'aigle barbu (Haliaeetus albicilla) et le pygargue empereur (Haliaeetus pelagicus) habitent aussi la montagne et ses environs[43],[42].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Flore[modifier | modifier le code]

Les contreforts du mont Nantai sont couverts d'une forêt de hêtres du Japon (Fagus crenata) parsemée de mélèzes (Larix kaempferi) et de cèdres du Japon (Cryptomeria japonica), de cerisiers des montagnes d'Ezo (Prunus sargentii) et d'érables du Japon (Acer palmatum), une configuration végétale particulièrement appréciée des Japonais en automne lorsque les feuilles d'érables virent au rouge sang et celles des hêtres au jaune vif[42]. L'étage montagnard comprend aussi une sous-espèce du chêne de Mongolie (Quercus mongolica) endémique du Japon, des bambous (Sasa veitchii) et des sapins tels que le sapin de Nikkō (Abies homolepis) et le sapin de Veitch (Abies veitchii). Au printemps et en été, il s'anime de quelques couleurs à la suite de la floraison de colonies de Glaucidium palmatum, d'arabettes hirsutes (Arabis hirsuta), de séneçons de Nikkō (Nemosenecio nikoensis), de baguettes d'Aaron (Solidago virgaurea), de balsamines des bois (Impatiens noli-tangere) et de violettes de Corée (Viola grypoceras)[42].

À l'étage subalpin, apparaissent la savoyane (Coptis trifolia), la parnassie des marais (Parnassia palustris), l'immortelle d'argent (Anaphalis margaritacea), l'oseille des bois (Oxalis acetosella), le fraisier du Japon (Fragaria nipponica), la myrtille des marais (Vaccinium uliginosum) et diverses espèces de rhododendrons comme l'azalée à cinq pétales (Rhododendron quinquefolium)[42]. S'y épanouit aussi une espèce d'orchidée relativement rare : Orchis joo-iokiana, qui figure, depuis au moins la fin des années 2000, sur la liste rouge des plantes menacées de disparition du ministère de l'Environnement[44],[45]. Découverte au tout début du XXe siècle, sur les pentes du volcan Nyōhō, par Ioki Bunsai[l 16] (1863 - 1906), un artiste peintre de l'école Yō-ga[46] et un de ses amis, l'avocat Jō Kazuma[l 17] (1864 - 1924)[47], elle a été décrite et nommée, en 1902, par le botaniste japonais Tomitarō Makino[48].

Au-delà des 2 000 m, se prolonge le domaine du bouleau d'Erman (Betula ermanii). Jusqu'aux abords du sommet, les espèces du genre Rhododendron, Rhododendron brachycarpum et Rhododendron degronianum, cohabitent avec le cerisier alpin du Japon (Prunus nipponica), des sous-arbrisseaux comme Vaccinium vitis-idaea et une variété asiatique de la camarine noire (Empetrum nigrum)[42]. Quelques parois rocheuses hébergent une plante carnivore rare : la grassette du Japon (Pinguicula ramosa)[49].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

L'activité volcanique des monts Nikkō débute il y a environ 560 000 ans[n 4] par la formation des monts Nyōhō et Akanagi, sur l'arc volcanique Nord-Est de l'île de Honshū[B 13],[B 14]. Avec le mont Nikkō-Shirane, le mont Nantai est le plus récent édifice volcanique de ce groupe de volcans. Il prend place dans le Sud-Est des monts Nikkō, là où se tenait déjà le stratocône Tanze dont la formation, d'une durée d'environ 50 000 ans, a commencé il y a 100 000 ans[B 13]. Ce dernier est, de nos jours, un sommet d'altitude 1 398 m recouvert de bouleaux d'Erman, au pied du versant sud-est du mont Nantai[50].

Photo couleur d'un étendue forestière aux couleurs de l'automne au premier plan, d'une montagne boisée à droite, d'un lac et d'une chute d'eau au centre. Un ciel bleu, nuageux et lumineux, en arrière-plan.
Le volcan Nantai, le lac Chūzenji et les chutes de Kegon.

Les premières études géologiques du mont Nantai commencent en 1957[B 15]. Elles établissent qu'il y a environ 23 000 ans, le volcan Nantai émerge du sol de l'arc volcanique Nord-Est de l'île de Honshū par accumulation de coulées pyroclastiques successives[B 16],[B 17],[B 6]. La plupart des volcans des monts Nikkō sont déjà formés — les monts Nyōhō, Tarō, Ōmanago et Komanago notamment[B 16],[B 13] —, et les rivières Yu et Daiya ne forment qu'un seul cours d'eau qui s'oriente vers le nord-est aux environs de l'actuel emplacement des chutes de Kegon[33]. Des datations au 14C de fragments de bois brûlé extraits de dépôts de ponce, permettent, en 1979[n 5], de déterminer que cette première phase d'activité prend fin il y a 17 000 ans avec des éruptions particulièrement explosives dont les éjectas façonnent le relief environnant[B 16],[B 17],[B 15]. Au cours de cette brève période de formation et d'activité volcanique, un volume total équivalent en « roche dense » (DRE[n 6]) d'environ 17 km3 de roches magmatiques est expulsé du sous-sol vers la surface de la croûte terrestre[B 16]. Les épanchements magmatiques du mont Nantai interrompent le cours de la rivière qui serpente au pied de sa face sud. L'eau qui s'accumule le long de ce barrage naturel forme les plateaux marécageux : Senjōgahara et Odashirogahara, et le lac Chūzenji qui, par débordement, à l'est, de la dépression basaltique qui le contient, donne naissance aux chutes de Kegon puis à la rivière Daiya[33],[52]. Une section avale de la rivière Yu est transformée en cascade : les chutes Ryūzu, environ 1 km au nord-ouest du lac Chūzenji[B 6].

Photo noir et blanc d'une coulée de lave figée le long du versant nord-ouest d'un volcan depuis le cratère du sommet.
La « coulée de lave Osawa ».

Une étude stratigraphique et une datation au 14C de matériaux rocheux, récoltés au pied de l'édifice volcanique à la fin des années 2000[B 7], montrent qu'après une période de sommeil de 3 000 ans le mont Nantai est de nouveau entré en activité il y a 14 000 ans[B 16],[53]. Au début de cette seconde phase d'activité éruptive, une importante coulée de lave (« coulée Osawa »), émise d'un cratère d'explosion formé sur le bord nord du sommet du volcan, se fige le long de la face nord-ouest du volcan, déformant son cratère sommital[B 7],[21],[B 16]. Au bas du versant nord-est (« coulée pyroclastique Bentengawara[l 18],[54] »), des pyroclastes datant d'il y a 12 000 ans[B 10], des tufs et des brèches volcaniques d'il y a 8 000 ans, et des tephras âgés d'environ 7 000 ans, révèlent des éruptions de type phréato-magmatique plus récentes[B 15],[B 16],[55]. Bien que l'Agence météorologique du Japon, se conformant à des normes internationales depuis 2003, considère qu'un volcan est actif s'il est entré en éruption au cours de l'Holocène, soit depuis les 10 000 dernières années environ, ou s'il manifeste une activité géothermique importante, elle ne classe pas le mont Nantai dans sa liste des volcans actifs du Japon[56],[57].

Histoire humaine[modifier | modifier le code]

Photo couleur montrant, sur fond de ciel bleu, une statue en pied d'un homme chauve en tenue de moine itinérant sur un rocher gravé d'une inscription.
Statue de Shōdō Shōnin devant le Rinnō-ji à Nikkō.

Dans l'ancienne province de Shimotsuke, le volcan Nantai est, depuis des temps immémoriaux, un goshintai, la résidence d'une divinité vénérée par la population locale, suivant les croyances du shintō, religion autochtone, pour les cours d'eau qui naissent de ses pentes et alimentent en eau les rizières[58],[18]. Dès les temps préhistoriques, des hommes parcourent ses forêts en quête de gibier, comme l'attestent des pierres taillées en forme de pointe de flèche exhumées du sol des ses pentes[59].

En 782, Shōdō Shōnin réussit l'ascension du mont Nantai, après deux tentatives infructueuses[60],[B 18]. La révérence des villageois du voisinage à l'égard de l'esprit divin de la montagne leur interdisait d'envisager de pénétrer dans son domaine, considéré comme sacré. L'exploit de l'ascète montagnard heurtait leurs croyances. Il fut cependant reconnu comme tel, car motivé par une foi étrangère à la leur[B 19]. Kūkai rapporte, dans l'un de ses ouvrages (Shōryō-shū), que le moine Shōdō, partant de la rive gauche de la rivière Daiya, échoua à atteindre le sommet de la montagne en et à cause du mauvais temps et de la configuration rocheuse des pentes du volcan[B 1],[B 18]. Selon lui, la conquête du mont Nantai en fut réalisée à partir du lac Chūzenji, en plus de deux jours, après sept jours de prières et d'invocations des dieux protecteurs[B 18].

Après son succès, Shōdō construit près du sommet de la montagne un sanctuaire auxiliaire du Futarasan-jinja et, en 784, le temple Jingū[l 19] sur la rive nord du lac Chūzenji[60]. Ainsi, le mont Nantai, objet de culte du shintō, devient aussi un lieu sacré du bouddhisme. Une forme originale de syncrétisme religieux mêlant philosophie bouddhique et spiritualité shintō émerge : le Nikkōsan shinkō[l 20],[61],[62], ou la « foi dans les montagnes de Nikkō ».

Photo couleur d'une stèle en pierre gravée d'une inscription en rouge et entourée d'autres pierres sur une étendue de verdure avec des arbres en arrière-plan.
La « pierre miko » (巫女石, miko ishi?), du sanctuaire Futarasan Chūgū-shi.

Le shintoïsme, tout comme le bouddhisme, impose des interdits en rapport avec tout ce qui touche au sang. Les femmes, par exemple, du fait de la menstruation, sont considérées comme impures. En conséquence, elles sont exclues des lieux saints des deux religions, en particulier des montagnes comme le mont Nantai[63]. Une légende locale raconte qu'un jour une miko, jeune femme gardienne d'un sanctuaire shintoïste, brava l'interdiction. Considérant qu'étant au service des dieux de la montagne elle n'avait pas à craindre leur colère, elle se travestit en jeune garçon et entreprit l'ascension du volcan. Mais à peine était-elle entrée dans le périmètre sacré du Futarasan Chūgū-shi, sanctuaire intermédiaire du Futarasan-jinja au bord du lac Chūzenji, qu'elle fut changée en pierre[B 20]. Cette dernière est exposée non loin du lac Chūzenji, à quelques mètres du grand torii qui marque l'entrée du domaine du sanctuaire.

À la fin de l'époque d'Edo (1603 – 1868), les autorités religieuses, soucieuses d'attirer davantage de croyants aux temples et sanctuaires, commencent à envisager la levée de l'interdiction faite aux femmes d'escalader les montagnes sacrées afin de favoriser leur visite des lieux saints construits au pied des montagnes ou sur leurs pentes[64]. En , dans le cadre de la loi de séparation du shintō et du bouddhisme, le gouvernement de Meiji lève par ordonnance l'interdiction dans tout le pays[65],[66]. Ce n'est cependant qu'à partir de 1878 que les premières grimpeuses font leur apparition sur les pentes du volcan sacré[67]. Le , à l'occasion des 1 250 ans de la fondation de Nikkō par Shōdō Shōnin[68],[16] et de l'entrée en vigueur du nouveau jour férié du calendrier japonais : yama no hi (le « jour de la montagne »), les prêtres du sanctuaire Futaransa organisent une journée spéciale d'ascension du volcan à destination des femmes. Ils prévoient la venue de 200 participantes ; quelque 370 représentantes de la gent féminine, âgées de 13 à 72 ans, répondent à l'invitation[69],[70].

La diffusion auprès du grand public de la liste des « 100 montagnes célèbres du Japon », à partir de la fin des années 1960, et l'essor du tourisme national au début des années 1980, entraînent l'augmentation non seulement du nombre de pèlerins mais surtout de touristes sur les pentes du mont Nantai[71].

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'objets anciens (poteries, outils, ornements religieux) exposés derrière une vitrine.
Futarasan Chūgū-shi : artéfacts extraits du sol de la cime du mont Nantai.

En 1877, le naturaliste américain Edward Sylvester Morse effectue l'ascension du mont Nantai. Au sommet, il remarque la présence de nombreuses lames de sabres brisées et rouillées[72],[73]. À la suite de ces observations, des fouilles du sol du sommet de la montagne exhument de nombreuses offrandes votives dont des miroirs en cuivre typiques d'un artisanat d'avant l'époque de Heian (794 – 1185), ce qui ouvre la possibilité que des hommes aient atteint le sommet de la montagne avant le moine Shōdō[B 21],[16].

En 1924 et 1959, de nouvelles fouilles archéologiques mettent au jour des milliers d'artéfacts : des pièces de monnaie[B 22], des sabres japonais, des armures, des outils agricoles, des poteries, de sceaux[B 22], du mobilier funéraire[B 22], des objets religieux comme des miroirs et des cloches en bronze[B 22]etc., datant pour la plupart de la fin de l'époque de Nara (710 – 794) et de l'époque d'Edo[B 4],[74],[75],[76]. Tous ces vestiges sont conservés dans le Futarasan Chūgū-shi et, depuis 1962, dans un musée dédié, bâtiment annexe du sanctuaire[77],[75],[78]. Parmi les œuvres déterrées au sommet du volcan Nantai, un kodachi signé Rai Kunitoshi[l 21] (époque Kamakura)[79],[80] et un ōdachi de 1366[81],[82], œuvre du maître forgeron Bishū Osafune Tomomitsu[l 22], sont classés trésors nationaux depuis le début des années 1950, par l'agence pour les Affaires culturelles[78]. En outre, plusieurs autres sabres, datant des époques de Heian et de Kamakura (1185 – 1333), sont répertoriés, depuis 1976, comme biens culturels importants du Japon[83],[84].

Des artéfacts similaires ont été extraits du sol du sommet des monts Tarō, Nyōhō, et, dans une moindre mesure, de la cime des volcans Ōmanago et Komanago[B 23],[85]. Le mobilier archéologique découvert comprend, entre autres, des uchigatana, de vieilles pièces de monnaie, des cloches cérémonielles, des idoles bouddhiques en pierre, des miroirs de différents styles, des porcelaines chinoises, et des terres cuites. Les objets les plus anciens remontent à la période Kofun (environ 250 - 538)[85].

La découverte, à son sommet, d'objets du culte bouddhique plus anciens que sa conquête par le moine Shōdō, incite des archéologues comme Tadashi Saitō (ja) (1908 - 2013), qui a dirigé les fouilles de 1959, à proposer l'hypothèse que des bouddhistes ont atteint la cime du mont Nantai avant le fondateur de la cité de Nikkō. L'archéologue Shinpei Ōwaku (1923 - ) met, de plus, en avant le fait établi que les hommes qui peuplaient Honshū durant la période Kofun pratiquaient des rituels funéraires tout en haut des montagnes comme l'attestent les vestiges trouvés au sommet d'autres volcans voisins et dans d'autres régions du pays[86].

Activités[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Photo couleur d'un torii en haut d'un escalier en pierre. Des arbres aux feuilles vertes forment l'arrière-plan.
Entrée du sentier de randonnée dans l'enceinte du Futarasan-jinja.

Un sentier de randonnée d'environ 6 km de long et 1 200 m de dénivelé mène jusqu'au sommet par la face sud du volcan depuis l'enceinte du sanctuaire Futarasan au bord du lac Chūzenji. Son entrée est marquée par une porte : Tohai-mon, au-delà d'un torii signifiant le caractère sacré du volcan ; un escalier en pierre matérialise ses premiers mètres, neuf bornes en pierre et quelques torii marquent son tracé[B 24].

Dessin en couleur d'un sentier de randonnée le long de la pente d'un volcan de couleur verte, avec un ciel bleu en haut et une étendue d'eau bleue en bas.
Principal sentier de randonnée du mont Nantai.

À l'altitude de 1 560 m, le chemin de randonnée est coupé par une route forestière, juste avant la quatrième borne[1].

Ce parcours de montagne est particulièrement rocheux ; chaque année les secours doivent intervenir pour évacuer des grimpeurs en difficulté.

Sections du sentier d'ascension du mont Nantai (versant sud).

Tous les ans, une première cérémonie religieuse publique marque l'ouverture du sentier, début mai, et une seconde, fin octobre, sa fermeture[B 24],[18].

L'ascension par la face nord, voie moins populaire que celle ouverte sur le versant opposé, est possible grâce à un chemin forestier étendu sur environ 4,5 km[27]. Son point de départ est une aire de stationnement située au col Shizu[l 23] (1 785 m[1]) : le lieu-dit Shizunokkoshi[l 24]. Il est accessible, par voie routière, depuis le lieu-dit Sanbonmatsu[l 25], une aire de repos sur la route nationale 120, à l'ouest de Senjōgahara[87],[1]. Les derniers hectomètres du parcours se déploient sur le bord oriental du cratère du sommet[27]. Pendant la période hivernale, de novembre à fin avril, le sommet du volcan Nantai n'est accessible que par la voie nord[88].

En 2012, 32 000 personnes ont effectué l'ascension du mont Nantai[89], soit une augmentation de 18,5 % par rapport à 2011. La fréquentation des pentes du volcan retrouve son niveau de 2007 (30 000 visiteurs) après l'impact négatif du séisme de [90]. En 2015, environ 35 000 grimpeurs ont entrepris d'atteindre le sommet de la montagne sacrée[16].

Gestion des risques naturels[modifier | modifier le code]

La prévention des risques éruptifs est assurée, sur tout le territoire japonais, par le Comité de coordination pour la prévention des éruptions volcaniques dépendant de l'Agence météorologique japonaise (AMJ) en ce qui concerne la prévision et le suivi sismique des évènements[91], le cabinet du Premier ministre en ce qui concerne la mise en place d'un plan d'évacuation[92] et le ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MTITT) pour la protection contre les risques de glissement de terrain[93].

Le mont Nantai, comme tous les volcans des monts Nikkō, est constitué de roches instables d'origine volcanique dont l'érosion par les intempéries provoque de fréquents glissements de terrains. L'Ōnagi de son versant sud-est, par exemple, est apparu en 1683, sous l'effet d'un tremblement de terre et de l'action érosive de l'eau de pluie[94]. Le , le passage du typhon Ashio sur la région de Kantō donne naissance à des pluies torrentielles[95] qui provoquent une crue de la rivière Daiya qui emporte le Shinkyō, un pont en bois laqué du centre-ville — un symbole historique de Nikkō —, et des écroulements sur les versants sud et sud-ouest du mont Nantai. Les avalanches rocheuses subséquentes font 4 victimes sur les berges du lac Chūzenji, endommage une école et, dans l'enceinte du Futarasan Chūgūshi, le temple Chūzen dont l'idole sacrée, une statue en bois de Jūichimen Kanzeon Bosatsu[l 26] — Avalokiteśvara aux 11 visages et 1 000 bras —, est emportée jusque dans le lac[22].

Après le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku, dont l'épicentre se situe dans l'océan Pacifique, à 130 km à l'est de Sendai (préfecture de Miyagi), ville située à environ 200 km au nord-est de Nikkō, le torii en granite du sommet du mont Nantai, en place depuis 1975, a été retrouvé brisé au sol. En 2012, il a été remplacé par un torii en bois de cyprès du Japon, à l'occasion des célébrations de la première ascension du mont Nantai par Shōdō Shōnin, 1 230 ans plus tôt[31],[96],[97].

Planche couleur rassemblant trois photos montrant la progression, au fil des années, du reboisement d'un versant de ravin de montagne.
Travaux d'afforestation sur un versant de l'Ōnagi, ravin de la face sud-est du mont Nantai.

Le bureau de contrôle de l'érosion de la ville de Nikkō, une antenne locale du MTITT, a construit et entretient à flanc de montagne des murs de soutènement conçus pour contrôler les flux de matières minérales produites par l'érosion des pentes du mont Nantai sous l'effet des pluies annuelles abondantes, de la fonte des neiges ou, plus rarement, de l'activité sismique souterraine. Ces travaux de géotechnique doivent assurer la protection des personnes et des biens[n 7], et permettre le reboisement de la montagne[94].

Festival d'été[modifier | modifier le code]

Chaque année, du au , se tient, au bord du lac Chūzenji et dans l'enceinte du sanctuaire Futarasan Chūgū-shi, un festival traditionnel : Nantaisan Tohai-sai (男体山登拝祭?, lit. « rituel d'ascension du mont Nantai »)[B 24].

Le premier jour, au bord du lac Chūzenji, un feu d'artifice est tiré[89], des yatai, stands ambulants proposant des mets typiques de la cuisine japonaise (yakitori, takoyaki, kakigōri, etc.) ou des jeux pour enfants, s'accumulent autour du sanctuaire ; des cérémonies religieuses sont organisées et, chaque soir, après minuit, a lieu une ascension de nuit du mont Nantai conduite par des prêtres shintō et des yamabushi[B 24],[58]. Ce dernier événement du festival, connu autrefois comme pratique du shugendō sous les noms de Nantaisan Zenshō[l 27] et Tanabata Zenshō[l 28],[98], se perpétue depuis la fin du VIIIe siècle. De nuit, sur le sentier du versant sud qui mène tout en haut du volcan, éclairé par endroits par des torches ou des lanternes, des centaines de simples grimpeurs et de pèlerins[89] munis de lampes torches se pressent ; il s'agit d'arriver au sommet avant l'aurore pour pouvoir prononcer quelques vœux au moment où le soleil se lève au-dessus de l'horizon et rejoint la lune dans le ciel matinal. Chaque jour que dure le festival, dans l'enceinte du sanctuaire, le départ de l'ascension est donné à minuit au son des taiko et des horagai[89].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Symbolisme religieux[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Le sanctuaire Futarasan et le temple Rinnō.
Photo couleur d'une montagne boisée sous un ciel bleu nuageux, avec, au premier plan, un portail traditionnel de sanctuaire shintō.
Torii du sanctuaire Futarasan au pied du mont Nantai.

Le territoire formé par les environs du lac Chūzenji, le cours de la rivière Daiya, les monts Nantai, Tarō, Nyōhō, Ōmanago et Komanago est une terre sacrée du shintoïsme, pour qui les montagnes incarnent des divinités[n 8], et du bouddhisme[n 9] qui trouve là une incarnation de la Terre pure de Kannon depuis le pèlerinage du moine Shōdō Shōnin dans la région. Et les trois montagnes vénérées par Shōdō Shōnin et ses disciples sont collectivement désignées sous le nom Nikkō-san[l 29], un terme générique pour désigner le massif montagneux formé par les trois volcans et ses environs[5],[B 25]. Les trois sommets sont à la fois les demeures de divinités du shintō et de manifestations de bouddhas (gongen). Ces derniers, collectivement nommés Nikkōsanzan[l 30], ou Nikkōsanja gongen[l 31],[99], et représentés par Futarasan Ōkami ou Futarasan daijin[l 32],[100], sont honorés au sanctuaire Futarasan, tandis que les trois bouddhas sont les idoles révérées au temple Rinnō[B 26].

Le sentier de randonnée qui mène au sommet du volcan depuis l'enceinte du sanctuaire Futarasan Chūgū-shi est avant tout un chemin sacré et historique de pèlerinage comme le rappellent les torii placés tout le long du parcours d'ascension. Dès la première station, un yōhaisho[l 33], structure en bois ouverte abritant un autel, permet aux pèlerins de prier les dieux de la montagne de leur accorder leur protection tout au long de l'ascension. Les cérémonies d'ouverture[l 34],[101] et de fermeture[l 35],[102] de l'accès au sentier se déroulent en ce lieu sous la direction d'un prêtre shintō.

Quelques mètres plus haut, à la hauteur de la stèle marquant la deuxième station, se dresse, sous un abri en bois, une statuette en pierre représentant Daikokuten, l'une des sept Divinités du Bonheur. Selon une légende locale, ce dernier serait apparu au moine Shōdō, sur les bords du lac Chūzenji, lors de ses tentatives pour atteindre le sommet de la montagne à la fin du VIIIe siècle[103].

À environ 2 200 m d'altitude, la borne annonçant la huitième station signale aussi un hokora installé sous un rocher. Ce sanctuaire miniature, auxiliaire du Takinoo-jinja situé dans le centre-ville de Nikkō, rappelle la connexion spirituelle du mont Nantai avec le mont Nyōhō voisin. De même, au bord du cratère du sommet, le petit sanctuaire Tarōsan symbolise le lien qui unit le volcan au mont Tarō[B 21].

Au sommet de la montagne, l'oku-miya[l 36], but final de tout pèlerinage au mont Nantai, honore la montagne elle-même, comme goshintai. Ce lieu saint, annexe du sanctuaire Futarasan, est une modeste structure en bois construite en 782 par Shōdō Shōnin[B 27]. Non loin de là, une statue de bronze représente Futarasan Ōkami, une image sainte réunissant, en une seule forme, les trois divinités vénérées aux trois sanctuaires qui composent le complexe religieux Futarasan-jinja. Le katana de la divinité, enchâssé dans une roche, marque le point culminant du volcan et une pierre sacrée de forme ovale : taimen ishi[l 37], indique le point précis où Shōdō Shōnin a rencontré les dieux[B 21].

Un bonshō, cloche de bronze propre aux temples bouddhiques, rappelle la nature syncrétique du shugendō dont le moine Shōdō est une figure iconique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Représentations artistiques[modifier | modifier le code]

Du fait de son profil montagneux symétrique, à l'image du mont Fuji, de son statut de lieu saint du bouddhisme et du shintoïsme, et de sa proximité avec le lac Chūzenji, le mont Nantai, vu du bord du lac Chūzenji, est devenu un paysage d'inspiration pour les artistes. Il apparaît dans de nombreuses représentations picturales comme des estampes ukiyoe, des cartes postales et des timbres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Littérature[modifier | modifier le code]

Décrivant son séjour à Nikkō, dans son carnet de voyage : Journal de voyage de Kawai Sora, le poète Kawai Sora exprime la fascination qu'exerce sur lui le mont Nantai qu'il nomme « mont Kurokami » et auquel il dédie un haïku[6].

Dans sa série de manga intitulée Outlaw Star (en) (1993-1995), Takehiko Itō, un mangaka, fait apparaître, sur une planète fictive appelée Tenrei, le mont Nantai, habité seulement par des femmes[104].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2014, la carte annonçait toujours une altitude de 2 484 m.
  2. La station météorologique d'Oku-Nikkō est située à 1 292 m d'altitude, dans le quartier Chūgūshi de Nikkō qui s'étend le long du bas du versant sud-est du volcan Nantai, au nord-est du lac Chūzenji[37].
  3. Le nombre de jours avec neige sont des données de l’agence météorologique du Japon établies de 1997 à 2010.
  4. 0,56 ± 0,04 Ma[B 12].
  5. Ce dernier résultat est confirmé au début des années 1990 et 2000 — voir Ishizaki et Okamura 2010, p. 215.
  6. Un volume équivalent en « roche dense » ou volume DRE, traduction de l'expression anglophone dense rock equivalent (en) ou DRE, est un volume estimé de magma expulsé de terre au cours d'une éruption volcanique, une fois déduit le volume de vide interstitiel du volume mesuré sur le terrain[51].
  7. Notamment les infrastructures touristiques autour du lac Chūzenji, les biens culturels comme le sanctuaire Futarasan au pied du volcan et les voies routières.
  8. Selon le shintō, les trois montagnes principales des monts Nikkō formeraient une famille dont le mont Nantai serait le père, le mont Nyōhō la mère et le mont Tarō le fils. Elles sont vénérées comme kami au sanctuaire Futarasan à Nikkō.
  9. La sacralisation de ce territoire conjointement par le shintoïsme et le bouddhisme est un exemple de syncrétisme propre au Japon appelé Shinbutsu shūgō.

Notes lexicales bilingues[modifier | modifier le code]

  1. La plaine Kinomi (キノ三平, Kinomi-daira?).
  2. Coulée de lave Osawa (御沢溶岩流, Osawa yōganryū?).
  3. Bori (?, lit. « douve »).
  4. Nagi (?), un raccourci pour naginata (薙刀?).
  5. Maenagi (前薙?, lit. « avant-nagi »).
  6. Ōhiranagi (大平薙?, lit. « large nagi »).
  7. Shironagi (白薙?, lit. « nagi blanc »).
  8. Nakanagi (中薙?, lit. « nagi central »).
  9. Konagi (小薙?, lit. « petit nagi »).
  10. Ōnagi (大薙?, lit. « grand nagi »).
  11. Kannonnagi (観音薙?, lit. « nagi Kannon »).
  12. Torrent Konagihidari (小薙左沢, Konagihidari-zawa?).
  13. Torrent Konagimigi (小薙右沢, Konagimigi-zawa?).
  14. Yagenbori (薬研堀?), ravin situé le long de la face nord du volcan Nantai et dont le nom évoque une douve dont le fond a une forme triangulaire, rappelant celle d'un yagen, outil de broyage de la phytothérapie traditionnelle japonaise[26].
  15. Oku-Nikkō (奥日光?, lit. « intérieur de Nikkō ») est la zone géographique de l'Ouest de Nikkō qui comprend les monts Nikkō, le lac Chūzenji et le haut plateau Senjō.
  16. Ioki Bunsai (五百城 文哉?) est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), 五百城, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
  17. Jō Kazuma (城 数馬?) est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), , précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
  18. Coulée pyroclastique Bentengawara (弁天河原火砕流, Bentengawara kasairyū?).
  19. Le temple Jingū (神宮寺, Jingū-ji?), terme générique désignant un temple bouddhique associé à un sanctuaire shintō.
  20. Nikkōsan shinkō (日光山信仰?, lit. « foi dans les montagnes de Nikkō »).
  21. Le maître forgeron Rai Kunitoshi (来国俊?).
  22. Le maître forgeron Bishū Osafune Tomomitsu (備州長船倫光?).
  23. Le col Shizu (志津峠, Shizu-tōge?), entre les monts Nantai et Omanago.
  24. Shizunokkoshi (志津乗越?).
  25. Sanbonmatsu (三本松?).
  26. Jūichimen Kanzeon Bosatsu (十一面千手観世音菩薩?).
  27. Nantaisan Zenshō (男体禅定?).
  28. Tanabata Zenshō (七夕禅定?).
  29. Nikkō-san (日光山?).
  30. Nikkōsanzan (日光三山?, lit. « trois montagnes de Nikkō »).
  31. Nikkōsanja gongen (日光三社権現?).
  32. Futarasan Ōkami ou Futarasan daijin (二荒山大神?, lit. « grand kami Futarasan »), la divinité shintō des montagnes sacrées de Nikkō.
  33. D'une manière générale, un yōhaisho (遥拝所?) est un sanctuaire annexe du sanctuaire principal auquel il est affilié. Il constitue un lieu de culte pour les croyants loin du sanctuaire principal.
  34. Kaizan sai (開山祭?, lit. « cérémonie d'ouverture de la montagne »).
  35. Heizan sai (閉山祭?, lit. « cérémonie de fermeture de la montagne »).
  36. Oku-miya (奥宮?, lit. « sanctuaire du fond »), sanctuaire annexe d'un sanctuaire principal.
  37. Taimen ishi (対面石?, lit. « pierre de la rencontre »).

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (ja) Institut d'études géographiques du Japon, « GSI Maps », sur www.gsi.go.jp (consulté le 24 avril 2017).
  2. (ja) The japanese Alpine Club, « たろうやま » [« Mont Tarō »],‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  3. (ja) Sanctuaire Nikkō Futarasan, « 由緒 » [« Ascendance spirituelle »], sur www.futarasan.jp,‎ (consulté le 18 avril 2017).
  4. (ja) KankouFan.com, « 大真名子山 » [« Mont Ōmanago »], sur kankoufan.com (consulté le 7 janvier 2017).
  5. a, b et c (ja) Zuisōsha Co., Ltd., « 日光に関する基礎用語の解説 » [« Étymologie des termes de base concernant Nikkō »], sur www.zuisousha.co.jp,‎ (consulté le 29 mars 2016).
  6. a, b, c et d (en) Dennis Kawaharada, Kapi'olani Community College, « Summer Grasses, Autumn Wind » [« Herbe d'été, vent d'automne »], (consulté le 3 mai 2016).
  7. a et b Michiko Ishiguro, « Chemin du sanctuaire shintō Futara-jinja », Albums de Moritomi Saegusa, Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées, (consulté le 6 mai 2017).
  8. Chantal Deltenre et Maximilien Dauber, Japon : miscellanées, Cork, Primento Digital Publishing, , 3e éd. (1re éd. 2011), 345 p. (ISBN 9782511006887, OCLC 914149685), p. 19-20.
  9. a et b (ja) Mairie de Nikkō, « 二荒山神社 »,‎ (consulté le 5 mai 2017).
  10. Philippe Paquet, L'ABC-daire du Tibet, Arles, Éditions Philippe Picquier, coll. « Reportages », , 247 p. (ISBN 9782809701548, OCLC 690385551), p. 140.
  11. (en) Masataka Suzuki, « Nikkōsan shinkō », dans Encyclopedia of Shinto, Tokyo, Université Kokugakuin, (lire en ligne).
  12. (ja) Préfecture de Tochigi, « 男体火山とその噴出物 » [« Les éruptions du volcan Nantai »], sur www.pref.tochigi.lg.jp,‎ (consulté le 21 avril 2017).
  13. (ja) Asahi Shinbun, « 日光富士 » [« Nikkō Fuji »], sur Kotobank,‎ (consulté le 6 mai 2017).
  14. (ja) Asahi Shinbun, « 下野富士 » [« Shimotsuke Fuji »], sur Kotobank,‎ (consulté le 6 mai 2017).
  15. (ja) Asahi Shinbun, « 北ノ富士 » [« Fuji du Nord »], sur Kotobank,‎ (consulté le 6 mai 2017).
  16. a, b, c et d (en+ja) Shimotsuke Shimbun, « History continues to worship the mountain » [« L'histoire continue de vénérer les montagnes »], (consulté le 8 janvier 2017).
  17. (ja) Préfecture de Shizuoka, « 日光富士/下野富士[男体山] », sur www.pref.shizuoka.jp,‎ (consulté le 6 mai 2017).
  18. a, b et c Préfecture de Tochigi, « La route Nikkō-Romantic : le mont Nantai », sur achikochi-kanko.jp, (consulté le 19 avril 2017).
  19. (ja) Préfecture de Tochigi, « 男体山 » [« Le mont Nantai »],‎ (consulté le 1er février 2017).
  20. (en) Institut d'études géographiques du Japon, « Nantai-GSI Maps », sur www.gsi.go.jp (consulté le 1er mai 2016).
  21. a et b (ja) Comité d'éducation de la préfecture de Tochigi, « 火山の活動による地形 » [« Relief résultant de l'activité volcanique »] (consulté le 1er mai 2016).
  22. a, b, c et d (ja) Préfecture de Tochigi, « 男体山の治山 » [« Préservation de la forêt du mont Nantai »],‎ (consulté le 1er février 2017).
  23. a et b (ja) Ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, « 完了後の評価個表 » [« Bilan des travaux »] [PDF],‎ (consulté le 1er février 2017), p. 4.
  24. (ja) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme, « 大薙山腹工 » [« Aménagement de l'Ōnagi »] [PDF],‎ (consulté le 2 février 2017), p. 2.
  25. Torrent Yudono (湯殿沢, Yudono-zawa?).
  26. (en) Japanese Architecture and Art Net Users System, « Yagenbori », sur www.aisf.or.jp, (consulté le 31 janvier 2017).
  27. a, b et c (ja) Yama-kei Publishers co., Ltd., « 男体山 » [« Mont Nantai »], sur Yamakei-Online,‎ (consulté le 8 mai 2017).
  28. (ja) Sanctuaire Futarasan, « 男体山の標高について » [« À propos de la hauteur du mont Nantai »],‎ (consulté le 22 mai 2016).
  29. (ja) Institut d'études géographiques du Japon, « 栃木県の主な山岳 » [« Principales montagnes de la préfecture de Tochigi »],‎ (consulté le 22 mai 2016).
  30. (en) Robert charles Hope, Temples and Shrines of Nikko, Yokohama, Kelly & Walsh, , 1e éd., 119 p. (OCLC 799045), p. 9.
  31. a et b (ja) Mainichi Shinbun, « 東日本大震災:被災の石鳥居と大剣、復活 » [« Résurrection de victimes du séisme du Tohoku »], sur Internet Archive,‎ (consulté le 22 mai 2016).
  32. (en) « Southern Tohoku, Northern Kanto » [« Sud du Tōhoku et Nord du Kantō »], Seamless digital geological map of Japan 1: 200,000, The Geological Survey of Japan, AIST, (consulté le 22 avril 2017).
  33. a, b, c et d (en) Smithsonian Institution, « Nantai », sur www.volcano.si.edu, (consulté le 22 avril 2017)
  34. (ja) Mairie de Nikkō, « 風水害等対策編 » [« Mesures à prendre en cas de catastrophes naturelles »] [PDF], sur www.city.nikko.lg.jp,‎ (consulté le 5 février 2017), p. 185.
  35. (ja) Sanctuaire Futarasan, « 男体山山頂定点カメラ » [« Caméra fixe au sommet du mont Nantai »] (consulté le 24 mai 2016).
  36. (ja) Mutsujiro Iida, The Meteorological Society of Japan, « 日本の山岳気象 » [« Climat des montagnes du Japon »], Tenki 日本気象学会機関誌, vol. 29, no 1,‎ , p. 100 (ISSN 0546-0921, lire en ligne [PDF]).
  37. (ja) Agence météorologique du Japon, « 地点の選択 » [« Choisir sur une carte »], sur www.jma.go.jp (consulté le 11 avril 2017).
  38. (ja) Agence météorologique du Japon, « 奥日光(日光) 平年値(年・月ごとの値) 主な要素 » [« Oku-Nikkō (Nikkō) : principaux éléments et valeurs mensuelles et annuelles »], sur www.jma.go.jp (consulté le 21 mai 2016).
  39. Jean-Paul Harroy, Union internationale pour la conservation de la nature, Liste des Nations unies des parcs nationaux et réserves analogues, vol. 11, Bruxelles, Hayez, coll. « International Union for Conservation of Nature and Natural Resources », , 1e éd., 550 p. (OCLC 912749), p. 293.
  40. (en) Ministère de l'Environnement (Japon), « Nikko National Park : Characteristics » [« Caractéristiques du parc national de Nikkō »], (consulté le 16 avril 2017).
  41. (ja) Wild bird society of Japan, « 福島県・新潟県・栃木県・群馬県 : 奥只見・奥日光・奥利根 » [« Préfectures de Fukushima, Niigata, Tochigi et Gunma : Oku-Tadami, Oku-Nikkō et Oku-Tone »], sur www.wbsj.org,‎ (consulté le 9 avril 2017).
  42. a, b, c, d, e, f et g (ja) Nikkō Natural Science Museum, « 男体山 » [« Mont Nantai »] (consulté le 24 mai 2016).
  43. a et b (ja) NHK, « 奥日光 冬 » [« Oku-Nikkō l'hiver »],‎ (consulté le 24 mai 2016).
  44. (ja) 鈴木文益, Préfecture de Tochigi, « ニョホウチドリ » [« Nyōhōchidori »],‎ (consulté le 18 avril 2017).
  45. (ja) Ministère de l'Environnement du Japon, « 植物I:レッドリスト » [« Liste rouge des plantes »],‎ (consulté le 15 avril 2017).
  46. (ja) Musée préfectoral des Beaux-arts de Tochigi, « 五百城文哉 » [« Ioki Bunsai »],‎ (consulté le 15 avril 2017).
  47. (ja) Toshiyuki Nagata, « 日光植物園は創立100年を迎える » [« Centenaire du jardin botanique de Nikkō »], sur www.koishikawa.gr.jp,‎ (consulté le 15 avril 2017).
  48. (en) Tomitarō Makino, « Observations on the Flora of Japan » [« Observations sur la flore du Japon »], The botanical magazine, Tokyo, The Botanical Society of Japan, vol. 16, no 181,‎ , p. 57-58 (ISSN 2185-3835, OCLC 904503915, DOI 10.15281/jplantres1887.16.181_49, lire en ligne [PDF]).
  49. (ja) Ministère de l'Environnement du Japon, « コウシンソウ » [« Grassette du Japon »],‎ (consulté le 15 avril 2017).
  50. (ja) Yama-kei Publishers co., Ltd., « 丹勢山 » [« Mont Tanze »], sur Yamakei-Online (consulté le 8 mai 2016).
  51. (fr+en) Magdeleine Moureau et Gerald Brace (préf. Jean Dercourt), Dictionnaire des sciences de la terre : anglais-français, français-anglais, Paris, Éditions Technip & Ophrys, (1re éd. 1999), 1096 p. (ISBN 2710807491 et 9782710807490, OCLC 421774140, notice BnF no FRBNF34284878), p. 131.
  52. (ja) Shizuoka Prefecture, « 日光富士/下野富士[男体山] » [« Nikko Fuji/Shimo Fuji (mont Nantai) »],‎ (consulté le 6 mai 2016).
  53. (ja+en) Yasuo Ishizaki, Takami Morita, Yuko Okamura et al., « Eruption History of Nantai Volcano During the Last 17,000 Years » [« Histoire éruptive du mont Nantai : d'il y a 17 000 ans à nos jours »], Bulletin de la société de volcanologie du Japon, vol. 59, no 3,‎ , p. 186-191 (ISSN 0453-4360, DOI 10.18940/kazan.59.3_185, lire en ligne).
  54. (en+ja) Yasuyuki Miyake, Teruki Oikawa et al., « A newly found pyroclastic flow deposit around 10ka at Nikko Nantai Volcano, Northeast Japan » [« Nikkō (Nord-Est du Japon), volcan Nantai : nouvelle coulée pyroclastique âgée d'environ 10 000 ans »], Bulletin de la société de volcanologie du Japon, vol. 54, no 4,‎ , p. 163 (ISSN 0453-4360, lire en ligne [PDF]).
  55. (ja) Faculté des sciences de l'université de Toyama (département de la formation doctorale en sciences physiques), « 日光男体山が活火山の可能性 » [« Possibilité que le mont Nantai soit un volcan actif »], sur www.sci.u-toyama.ac.jp,‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  56. (ja) Agence météorologique du Japon, « 活火山とは » [« Volcans actifs »], sur www.jma.go.jp.
  57. (ja) Mairie de Nikkō, « 男体山の活火山選定について » [« À propros de l'inscription du mont Nantai sur la liste des volcans actifs »], sur www.city.nikko.lg.jp,‎ (consulté le 25 mai 2017).
  58. a et b (ja) 日光二荒山神社, « 男体山登拝大祭 (Nantaisan Tohai Taisai) »,‎ (consulté le 22 septembre 2016).
  59. Fédération nationale des associations UNESCO du Japon, « 日光歴史年表 » [« Chronologie historique de Nikkō »], sur www.unesco.or.jp,‎ (consulté le 23 avril 2017).
  60. a et b (ja) Mairie de Nikkō, « 旧日光市歴史年表 (古代~鎌倉) » [« Chronologie historique : de l'Antiquité à l'époque de Kamakura »], sur www.city.nikko.lg.jp (consulté le 7 janvier 2017).
  61. (en) Masataka Suzuki, « Nikkōsan shinkō », dans Encyclopedia of Shinto, Tokyo, Université Kokugakuin, (lire en ligne).
  62. (ha) Office du tourisme de Nikkō, « 日光二荒山神社|traduction titre=Nikkō Futarasan-jinja » (consulté le 18 avril 2017).
  63. (en) Naoko Takemaru, Women in the language and society of Japan : the linguistic roots of bias, Jefferson, McFarland & Company, , 230 p. (ISBN 0786456108, OCLC 615600422), p. 126.
  64. (ja) Bibliothèque nationale de la Diète, « 新しい登山の姿 » [« Aspects du renouveau de l'alpinisme »],‎ (consulté le 16 mai 2016).
  65. (en) Philip L. Nicoloff, Sacred Koyasan : a Pilgrimage to the Mountain Temple of Saint Kobo Daishi and the Great Sun Buddha [« Kōyasan, une montagne sacrée »], Albany, State University of New York Press, , 430 p. (ISBN 9780791472590 et 0791472590), p. 8.
  66. (ja) 北川村役場, « 旧日光市歴史年表 (明治・大正) » [« Chronologie historique : de l'ère Meiji à l'ère Taishō »], sur www.city.nikko.lg.jp (consulté le 15 mai 2016).
  67. (ja) 今市市史編さん委員会, いまいち市史 [« Histoire de la ville d'Imaichi »], vol. 5, Nikkō, Imaichi city,‎ , 1e éd. (1re éd. 1980), 454 p. (OCLC 297651244), p. 183.
  68. (en) Norbert C Brockman, Encyclopedia of sacred places [« Encyclopédie des lieux sacrés »], vol. 1, Santa Barbara, Abc-clio, , 2e éd. (1re éd. 1998), 681 p. (ISBN 9781598846546, OCLC 903907111), p. 385.
  69. (ja) Shimotsuke shimbun, « 「山の日」記念し女人登拝 にぎわう男体山 » [« Afflux de grimpeuses au mont Nantai à l'occasion de yama no hi »],‎ (consulté le 8 janvier 2017).
  70. (ja) The Asahi shimbun company, « 「山の日」の男体山、「女人」歓迎 かつては禁制 » [« Yama no hi du Mont Nantai : les femmes, autrefois interdites d'accès à la montagne sacrée, sont les bienvenues »], sur Asahi shimbun digital,‎ (consulté le 9 janvier 2017).
  71. (en) Jan Mosedale (dir.), Richard Sharpley et Janet Momsen, Political economy of tourism : A critical perspective, Londres, Routledge, coll. « Contemporary geographies of leisure, tourism and mobility », , 260 p. (ISBN 0415548020), p. 132-133.
  72. (en) Edward Sylvester Morse, Japan Day by Day : 1877, 1878-79, 1882-83, vol. 1, Boston, Houghton Mifflin Riverside Press, , 441 p., p. 91-94.
  73. (en) Dorothy G. Wayman, Edward Sylvester Morse : a biography, Cambridge, Harvard University Press, , 457 p. (ISBN 9780674366558 et 0674366557, OCLC 979629468), p. 234.
  74. (ja) Asahi Shinbun, « 日光男体山遺跡 » [« Nikkō : les vestiges du mont Nantai »], sur Kotobank (consulté le 27 avril 2017).
  75. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 男体山頂遺跡 » [« Vestiges du sommet du mont Nantai »], sur Kotobank,‎ (consulté le 27 avril 2017).
  76. (ja) Comité d'éducation de la préfecture de Tochigi, « 下野国男体山頂出土品 » [« Artefacts exhumés du sommet du mont Nantai »] (consulté le 6 janvier 2017).
  77. (ja) Kokugakuin University, « 日光二荒山神社・宝物館 » [« Hall du trésor du Futarasan-jinja »],‎ (consulté le 7 janvier 2017).
  78. a et b (ja) Sanctuaire Nikkō Futarasan, « 日光二荒山神社宝刀展 » [« sanctuaire Nikkō Futarasan : exposition de sabres précieux »], sur www.futarasan.jp,‎ (consulté le 27 avril 2017).
  79. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 小太刀〈銘来国俊/〉/黒漆蛭巻太刀拵 » [« Kodachi signé Rai Kunitoshi »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 6 janvier 2017).
  80. (ja) Comité d'éducation de la préfecture de Tochigi, « 小太刀 銘 来国俊 黒漆蛭巻太刀拵 » [« Kodachi signé Rai Kunitoshi »],‎ (consulté le 28 avril 2017).
  81. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 大太刀〈銘備州長船倫光/貞治五年二月日〉 » [« Ōdachi signé Bishū Osafune Tomomitsu »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 6 janvier 2017).
  82. (ja) Comité d'éducation de la préfecture de Tochigi, « 大太刀 銘 備州長船倫光貞治五年二月日 附 野太刀拵 » [« Ōdachi signé Bishū Osafune Tomomitsu »],‎ (consulté le 28 avril 2017).
  83. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 下野国男体山頂出土品 » [« Shimotsuke : artefacts du sommet du mont Nantai »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 6 janvier 2017).
  84. (ja) Sanctuaire Nikkō Futarasan, « 宝刀出品目録 » [« Catalogue de l'exposition de sabres précieux »], sur www.futarasan.jp,‎ (consulté le 28 avril 2017).
  85. a et b (ja) Shinkai Sugawara (ja), 日本人の神と仏 : 日光山の信仰と歴史 [« Bouddhas et divinités japonais : histoire et foi dans les montagnes de Nikkō »], Kyoto, Hōzōzan (ja),‎ , 259 p. (ISBN 4831856762 et 9784831856760, OCLC 50115798), p. 146-147.
  86. (ja) Zōjin Kobayashi, « 日光開山・沙門勝道の人物像 » [« La vie du moine itinérant Shōdō, fondateur de Nikkō »], Bulletin de l'institut Renge-ji de Bouddhologie (蓮花寺佛教研究所紀要), Tokyo, Institut Renge-ji de Bouddhologie (蓮花寺佛教研究所), vol. 2,‎ , p. 55-56 (ISSN 1882-8175, OCLC 5173368313, lire en ligne [PDF]).
  87. (ja) Yama-kei Publishers co., Ltd., « 志津峠 / 三本松 » [« Col Shizu / Sanbonmatsu »], sur Yamakei-Online,‎ (consulté le 25 mai 2017).
  88. (ja) « 冬山情報についてのお知らせ » [« Note d'information concernant l'alpinisme en période hivernale »] [PDF], sur www.jma-sangaku.or.jp,‎ (consulté le 25 mai 2017), p. 8.
  89. a, b, c et d (ja) « 登る 祈る 夜の男体山 » [« Le mont Nantai de nuit : grimper, prier »], Yomiuri Online, Japon, The Yomiuri Shimbun,‎ (lire en ligne).
  90. (ja) Tochigi Television, « 男体山の開山祭 » [« Mont Nantai : kaizan matsuri »],‎ (consulté le 23 mai 2016).
  91. (ja) Agence météorologique du Japon, « 火山の監視 » [« Surveillance des volcans »], sur www.jma.go.jp,‎ (consulté le 8 mai 2016).
  92. (en) Cabinet du Japon (direction générale de la gestion des catastrophes), « Disaster management : protecting citizens from disasters » [« Gestion des catastrophes : protection des citoyens »], sur www.bousai.go.jp, (consulté le 25 mai 2017).
  93. (en) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme, « Preface », sur www.mlit.go.jp, (consulté le 25 mai 2017).
  94. a et b (ja) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (bureau du Kantō), « 事業紹介 » [« Présentation du projet »],‎ (consulté le 20 février 2017).
  95. (ja) 国土交通省, « 災害史(江戸~明治) » [« Histoire des catastrophes (Edo-Meiji) »],‎ (consulté le 26 avril 2016).
  96. (ja) Shimotsuke Shimbun, « シンボルの大剣復活 男体山山頂で奉納奉告祭 » [« Hōnōhōkokusai au sommet du mont Nantai : résurrection du sabre symbole »],‎ (consulté le 22 mai 2016).
  97. (ja) Futarasan-jinja, « 男体山奥宮 » [« Oku-miya du mont Nantai »] (consulté le 24 avril 2017).
  98. (ja) Tochigi Prefecture, « 男体山登拝祭 »,‎ (consulté le 2 mai 2016).
  99. (ja) Comité d'éducation de la préfecture de Tochigi, « 日光二荒山神社 : 日光二荒山神社にはどのような祭神がまつられているか » [« Sanctuaire Nikkō Futarasan : quelle sorte de divinité y vénère-t-on ? »] (consulté le 29 avril 2017).
  100. Préfecture de Tochigi, « La route Nikkō-Romantic : le sanctuaire Nikkō Futarasan », sur achikochi-kanko.jp, (consulté le 29 avril 2017).
  101. (ja) Nikko Kanko Live Johokyoku, « 男体山開山祭 » [« Fête d'ouverture de la saison d'escalade du mont Nantai »], sur Nikko4Seasons.jp (consulté le 23 mai 2016).
  102. (ja) Nikko Kanko Live Johokyoku, « 閉山祭 » [« Fête de clôture de la saison d'escalade »], sur Nikko4Seasons.jp (consulté le 23 mai 2016).
  103. Musée d'ethnographie de Genève, « Le panthéon japonais » (consulté le 22 septembre 2016).
  104. (en) Lynzee Loveridge, Anime News Network, « 7 Best Vacation Spots » [« Les sept meilleurs lieux de vacances »], (consulté le 3 mai 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Kyūya Fukada (trad. du japonais par Martin Hood), One Hundred Mountains of Japan [« 日本百名山 »], University of Hawaii Press,‎ , 1e éd., 246 p. (ISBN 0824847520, OCLC 881204742).
  • (ja) Masaki Takahashi, Takeshi Yoshida, Toshinari Igarashi et Tatsuo Kanamaru, « 日光男体火山噴出物の全岩化学組成とマグマ供給システム : Whole-rock Chemistry for the Eruptive Products of Nikko-Nantai Volcano, Central Japan, and its Implications for the Magmatic Plumbing System. » [« Chimie des produits d'éruptions et système d'écoulement du magma du volcan Nikkō-Nantai »], Proceedings of the Institute of Natural Sciences, Tokyo, Université Nihon, vol. 44,‎ (ISSN 1343-2745, OCLC 3158134, lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ja) Masaki Takahashi et Kohei Hirano, « 日光男体火山最末期噴出物の斑晶鉱物化学組成とマグマ溜りプロセス » [« Chemical composition of phenocrysts in products of the last eruption of Nikko-Nantai Volcano, central Japan, and its implications for the processes in magma chamber »], Proceedings of the Institute of Natural Sciences, Tokyo, Université Nihon, vol. 41,‎ (ISSN 1343-2745, lire en ligne [PDF]).
  • (en) Yasuo Ishizaki, Teruki Oikawa et Yuko Okamura, « AMS 14C dating of lacustrine and pyroclastic deposits in summit crater of Nantai volcano, NE Japan : Evidence of Holocene eruption » [« Datation radiocarbone par spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) de dépôts pyroclastiques et de sédiments lacustres du cratère sommital du volcan Nantai (Nord-Est du Japon) »], Journal of Mineralogical and Petrological Sciences, vol. 105, no 4,‎ (ISSN 1349-3825, DOI 10.2465/jmps.090218, lire en ligne [PDF]).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ja) Takahiro Yamamoto, Geological survey of Japan, « 日本の主要第四紀火山の積算マグマ噴出量階段図 : 日光火山群 » [« Diagrammes de l'évolution du volume de magma d'éruption des principaux volcans du Japon : le groupe volcanique de Nikkō »] [PDF], sur www.gsj.jp,‎ (consulté le 13 avril 2017).
  • (ja) Masaki Takahashi et Tetsuo Kobayashi, 関東・甲信越の火山 1 : 日光男体山・日光白根山・赤城山・榛名山・浅間山・草津白根山・妙高山 [« Volcan des régions de Kantō et Kōshinetsu 1 : monts Nikkō-Nantai, Nikkō-Shirane, Akagi, Haruna, Asama, Kusatsu-Shirane et Myōkō »], Tokyo, Tsukiji Shokan,‎ , 166 p. (ISBN 9784806711568 et 480671156X, OCLC 170203811).
  • (en) Japan Travel Bureau, Inc., Must-See in Nikko [« Les « incontournables » de Nikkō »], Tokyo, JTB, coll. « Japan in your Pocket » (no 6), , 4e éd. (1re éd. 1985), 191 p. (ISBN 4533005292).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ja) 日光市史編さん委員会, 日光市史 [« Histoire de Nikkō »], vol. 1, Nikkō, Shimotsuke Shimbun,‎ , 1e éd. (1re éd. 1979), 1101 p. (OCLC 835695408).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (ja) Kiyoka Kitagawa et Tadashi Saitō, Futarasan-jinja, 日光男體山 : 山頂遺跡發堀調查報告書 [« Nikkō Nantaisan : rapport d'excavation de vestiges du sommet »], Tōkyō, Kadokawa Shoten,‎ , 437 p. (OCLC 645461065).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :