Métro de Bucarest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métro de Bucarest
(ro)Metroul din București
Image illustrative de l'article Métro de Bucarest
Logo de l'exploitant.

Image illustrative de l'article Métro de Bucarest
Rames « Bombardier » à la station Piața Victoriei.

Situation Bucarest
Drapeau de la Roumanie Roumanie
Type Métro
Entrée en service 1979
Longueur du réseau 71 km
Lignes 4 en service
1 en construction
1 planifiée
Stations 52
Fréquentation 800 000 voyageurs par jour
Écartement des rails 1 435 mm
Exploitant Metrorex

Image illustrative de l'article Métro de Bucarest
Carte du réseau en 2011

Le métro de Bucarest (en roumain : Metroul din București) est un réseau ferroviaire urbain souterrain qui dessert Bucarest, la capitale de la Roumanie. Ce réseau est exploité par la Régie Metrorex. C'est l'un des moyens de transport en commun les plus utilisés de Bucarest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne rame arrivant en station

Les premiers plans de métro à Bucarest ont été dressés vers la fin des années 1930, à côté des plans généraux pour la modernisation urbaine de la ville. En 1938, les autorités locales ont assigné au S.A. Metropolitanul la charge de la planification et de la construction du réseau de transport souterrain, avec l'objectif de commencer la construction en mars 1941. La Seconde Guerre mondiale, suivie par la dictature communiste ont mis un terme aux plans.

En 1970, le réseau de transport en commun (ITB), bien qu'il fût alors le quatrième plus grand d'Europe, n'était plus proportionné au développement urbain rapide. Une commission fut réunie, et elle conclut à la nécessité d'un réseau de transport souterrain qui deviendrait le métro de Bucarest.

Le réseau n'a pas été établi sur le même modèle inspiré par Moscou que les autres métros d'Europe orientale. Les stations sur les lignes initiales étaient réalisées au moindre coût, sans décor ni suffisamment de sources lumineuses, de sorte que le métro paraissait sombre et sinistre aux étrangers. Les rames, fabriquées en Roumanie, ne sont pas du même modèle soviétique standard utilisé dans le reste de l'Europe orientale. Pour chaque station un unique thème de couleur était appliqué (généralement blanc - dans Unirii 2, Universitate, Victoriei 1, Politehnica, Armata Poporului, mais également bleu-clair - dans Obor et Gara de Nord, orange - dans Tineretului). Les stations sont construites selon des plans simples, de manière à éviter les recoins où des citoyens auraient pu se rassembler, murmurer ou s'abriter ; les couloirs d'accès étaient souvent très longs, avec de grandes distances entre l'accès au quai et l'ouverture en surface, dépourvus d'escalators et de facilités pour handicapés et de plus, les plans du réseau étaient schématiques au point qu'il était très difficile de les comparer aux plans de la ville, de toute manière à l'époque imprécis et difficiles à trouver : tous ces aspects sont liés à la nature dictatoriale et paranoïaque du régime de l'époque sous la présidence de Nicolae Ceaușescu, à ses drastiques économies d'énergie et à sa crainte des émeutes (justifiée comme le montre l'histoire).

La première ligne, M1, fut ouverte le 16 novembre 1979, fonctionnant de Timpuri Noi à Semănătoarea. Elle mesurait 8,63 km avec 6 stations. Après elle, d'autres lignes ont été ouvertes :

  • Décembre 1981 : M1/M3 Timpuri Noi - Republica; 10,1 km, 6 stations.
  • Août 1983 : M3 ligne secondaire Eroilor - Industriilor (Preciziei); 8,63 km, 5 stations, la station Gorjului a été ajoutée en 1991.
  • Décembre 1984 : M1 Semănătoarea (Petrache Poenaru) - Crângași; 0,97 km, 1 station.
  • Janvier 1986 : M2 Piața Unirii - Depoul IMGB (Berceni); 9,96 km, 8 stations.
  • Octobre 1987 : M2 Piața Unirii - Pipera; 8,72 km, 6 stations.
  • Décembre 1987 : M1 Crângași - Gara de Nord 1; 2,83 km, 2 stations (Basarab ajoutée en 1990).
  • Août 1989 : M1 Gara de Nord 1 - Dristor 2; 7,8 km, 6 stations.
  • Janvier 1990 : M1/M3 Republica - Pantelimon; 1,43 km, 1 station (ligne simple, opérationnelle pour des événements ponctuels).
  • Mars 2000 : M4 Gara de Nord 2 - 1er mai; 3,6 km, 4 stations.
  • Novembre 2008 : M3 Nicolae Grigorescu 2 - Linia de Centură (Anghel Saligny); 4,7 km, 4 stations.

Les grandes stations qui relient plusieurs lignes (comme Victoriei) ont deux quais et chaque quai porte un nom différent (Victoriei 1 et Victoriei 2). Sur le plan officiel du réseau, elles sont montrées comme deux stations avec un raccordement entre elles, quoique, dans la pratique (et dans certains planificateurs de voyage), elles soient en fait une seule station avec des quais à des niveaux différents. Il existe une exception : Gara de Nord 1 et Gara de Nord 2 qui sont des stations séparées (bien que reliées par un passage souterrain, le voyageur doit sortir de la station proprement dite et payer à nouveau un titre de transport à l'autre station, quittant à cette occasion le réseau) ; pour éviter ces désagréments, les passagers sont invités à faire leur correspondance à Basarab.

Après la Libération de 1989, le métro a progressivement été modernisé et amené aux normes occidentales, avec depuis 2007 de nouvelles rames plus lumineuses aux sièges plus confortables (soit des rames roumaines requalifiées, soit des rames « Bombardier »), des accès améliorés, des escalators, de la lumière dans les stations et les couloirs, des plans et schémas du réseau clairs et lisibles, des décorations, et bien sûr également de la publicité, des petits commerces, des écrans de télévision. Le point faible reste la rareté des sièges le long des quais, et la nécessité d'attendre debout qui en découle pour de nombreux usagers.

Une cinquième ligne est en construction, selon l'axe Sud-Ouest/Nord-Est de la ville qui manquait cruellement de moyens de déplacement directs depuis les grands travaux de Ceaușescu qui ont supprimé l'interconnexion des tramways en centre-ville. Une sixième ligne est en projet : elle doit desservir l'aéroport de Bucarest « Henri Coandă », mais malheureusement au lieu d'être reliée à la Gare du Nord (lignes 1 et 4) ou à la Piața Victoriei (lignes 1 et 2), il est envisagé par les planificateurs de la faire aboutir en périphérie de la ville, et en connexion seulement avec la ligne 4 qui ne dessert pas directement le centre. La rumeur publique, invérifiable, affirme que c'est pour ménager les lobbies des cars et des taxis[1].

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

Aperçu général[modifier | modifier le code]

Carte du métro de Bucarest

Ligne M1
Entre Pantelimon et Dristor 2
Ouverte en 1979

Ligne M2
Entre Pipera et Berceni
Ouverte en 1986

Ligne M3
Entre Preciziei et Anghel Saligny
Ouverte en 1989

Ligne M4
Entre Gara de Nord et 1 Mai
Ouverte en 2000

Ligne M5
Entre Ghencea et Universitate
Ouverte en 2017

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Modèles de rames du métro de Bucarest
Image Constructeur Modèle Affectation Nombre Années de
livraison
Metrou - Crangasi.jpg Astra (ro) Astra IVA M1, M4 33 1976 - 1992
Bucharest Bombardier subway.jpg Bombardier Movia 346 M3 44 2002 - 2006
Metroul București - rame Bombardier, CAF și Astra IVA.jpg CAF  ? M2 16 (+8) 2013 - 2014
CAF  ? M5 43 2016 - 2017

Les trains utilisés sur le réseau se composent de plusieurs rames reliées ensemble. Chacune se compose de deux wagons reliés de façon permanente, qui ne peuvent rouler qu'ensemble. Sur les lignes M1 et M3, trois rames (six wagons au total) sont reliées ensemble, et peuvent atteindre jusqu'à 120 mètres de longueur, alors que dans la ligne M4, seules deux rames sont reliées ensemble (soit un total de quatre wagons). Les matériels de transport d'ASTRA Arad ont été construits entre 1978 et 1993 et approchent de la fin de leur exploitation, ils sont actuellement en phase de remplacement. Les rames « Bombardier » se composent de 6 voitures de manière permanente, formant un couloir ouvert pour la longueur entière du train. En 2015 il y a 99 rames ASTRA (198 wagons). Il existe en complément 44 rames « Bombardier », qui sont toutes en service quotidien, principalement sur les lignes M1 et M2, parfois sur M3.

La livrée du métro de Bucarest est soit blanche avec deux raies horizontales jaunes ou rouges au-dessous de la fenêtre pour des trains ASTRA, soit l'acier inoxydable noir et blanc pour les rames « Bombardier ».

Toutes les rames sont alimentées en 750 V par troisième rail et par caténaire dans les centres d'entretien où un troisième rail ne serait pas sûr. La vitesse maximum sur le réseau est de 80 km/h (50 mph), mais il existe des projets pour aller jusqu'à 100 km/h (60 mph) sur la ligne M5, une nouvelle ligne actuellement à l'étude.

En 2011, le réseau a commandé 16 rames à six caisses pour la ligne M2. Les premières livraisons ont lieu durant l'été 2014. Fin 2014, une option pour huit rames supplémentaires est levée[2].

Début 2015, 43 rames de six caisses sont commandées auprès de CAF pour la cinquième ligne, à ce moment-là en chantier[3].

Tarification[modifier | modifier le code]

Les transports publics de Bucarest sont largement subventionnés et ces subventions sont en augmentation car la Mairie désire réduire les embouteillages, la pollution et le stationnement en promouvant les transports publics. Dépendant de la RATB, le métro est saturé aux heures de pointe le matin et l'après-midi. Un point faible était que métro nécessite des cartes d'abonnement non-utilisables dans les tramways, les bus ou les trolleys (qui utilisent des tickets compostables) ; les correspondances étaient donc plus coûteuses. De plus il était nécessaire d'utiliser un ticket pour chaque trajet (ticket RATB - 1 voyage - 1.3 lei = 0,30 €). Heureusement depuis 2016, il y a de nouveau la possibilité d'utiliser une carte unique sur la RATB et le métro[4], qui a déjà existé en 2006[5] et 2012[6] mais sans suites pour des raisons d'imbroglio financier entre les régies.

Tarifs (en 2016):

  • Carte de 2 trajets (Cartela „2 călătorii” ) - 7 RON (1,57 €)
  • Carte de 10 trajets (Cartela „10 călătorii” ) - 27 RON (6,04 €)
  • Carte de transport mensuel avec 62 trajets (Cartela „abonament lunar” – 62 călătorii) – 50 RON (11,20 €)
  • Carte mensuelle étudiant avec 62 trajets (Cartela „abonament lunar – 62 călătorii – elev/student”) – 25 RON (5,60 €)
  • Carte de transport mensuel (plein tarif) (Cartela „abonament lunar”) - 80 RON (17,92 €)
  • Carte mensuelle étudiant (Cartela „abonament lunar elev/student cu număr nelimitat de călătorii”) - 50 RON (11,20 €)
  • Carte de transport 1 jour (Cartela „abonament 1 zi”) - 8 RON (1,79 €)
    • Carte pour les vétérans, invalides, veuves du guerre, personnes handicapées (enregistrées en Roumanie) (Cartela „Legitimație de Călătorie”) – Gratuit

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]