Siège du fort Sans-Culotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Siège de Fort Sans-Culotte)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Siège du Fort Sans-Culotte
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Fort Penthièvre, renommé fort Sans-Culotte par les Républicains, vu du nord.
Informations générales
Date 1er - 3 juillet 1795
Lieu Presqu'île de Quiberon
Issue Victoire anglo-royaliste
Belligérants
Drapeau de la France République françaiseFlag of Royalist France.svg Armée des émigrés
Royal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Drapeau de la Grande-Bretagne. Grande-Bretagne
Commandants
• DéliseJoseph de Puisaye
Louis Charles d'Hervilly
John Borlase Warren
Forces en présence
700 hommes6 000 hommes
Pertes
700 prisonniersaucune ou faibles

Chouannerie

Coordonnées 47° 32′ 37″ nord, 3° 08′ 12″ ouest

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Siège du Fort Sans-Culotte

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Siège du Fort Sans-Culotte

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Siège du Fort Sans-Culotte

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège du Fort Sans-Culotte

La bataille de Quiberon ou Siège du fort Sans-Culotte se déroula pendant la Chouannerie, lors de l'expédition de Quiberon, en 1795.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le fort Sans-culotte était défendu par Délise et 700 hommes du 41e régiment d'infanterie de ligne.

Attaqués le par les troupes émigrées, 1 500 chouans, et 150 soldats anglais, les défenseurs du fort, à court de vivres, se rendirent le . Les émigrés proposèrent aux 700 soldats républicains de s'enrôler dans les forces royalistes, 400 acceptèrent les 300 autres furent embarqués sur les navires britanniques. Le fort Sans-culotte reprit ensuite son ancien nom de fort de Penthièvre.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, édition de 2009, p.1195-1197.