Saint-Méard-de-Drône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Méard-de-Drône
Saint-Méard-de-Drône
L'église Saint-Méard de Saint-Méard-de-Drône.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes du Périgord Ribéracois
Maire
Mandat
Gérard Caignard
2020-2026
Code postal 24600
Code commune 24460
Démographie
Gentilé Saint Méardais
Population
municipale
498 hab. (2018 en augmentation de 2,89 % par rapport à 2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 57″ nord, 0° 25′ 19″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 145 m
Superficie 8,95 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Ribérac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ribérac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Drône
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Drône
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Drône
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Méard-de-Drône

Saint-Méard-de-Drône est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Peychay près des Bigoussies

À l'ouest du département de la Dordogne, la commune de Saint-Méard-de-Drône, essentiellement située en rive gauche de la Dronne, a cependant une partie en rive droite vers les lieux-dits le Port et le Breuil. Elle est bordée à l'ouest par la Peychay qui, sur trois kilomètres, la sépare de Saint-Martin-de-Ribérac puis de Ribérac.

Son altitude minimale, 59 mètres[1], se situe à l'extrême nord-ouest de la commune, là où la Dronne quitte le territoire communal et sert de limite entre Villetoureix et Ribérac. Le point culminant avec 145 mètres se trouve au sud, près du lieu-dit les Places, en limite de la commune de Saint-Pardoux-de-Drône.

Le village de Saint-Méard-de-Drône est établi en rive gauche de la Dronne. Il est situé, en distances orthodromiques, six kilomètres à l'est de Ribérac et autant à l'ouest de Tocane-Saint-Apre, à l'intersection des routes départementales 104 (axe nord-sud) et 710 (axe est-ouest).

La commune est également desservie au nord-est par la route départementale 104E, en rive droite de la Dronne.

Jadis, la ligne ferroviaire Périgueux - Ribérac, aujourd'hui démantelée, traversait la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Borie Porte
  • Fompie
  • Fontenille
  • Grande Métairie
  • la Peychay
  • la Pichardie
  • la Tour
  • le Breuil
  • le Goût
  • le Gros Bost
  • le Moulin des Bigoussies
  • le Moulin Neuf
  • le Port
  • le Puy
  • le Syndic
  • le Toillard
  • les Barthoumeries
  • les Bigoussies
  • les Boursiers
  • les Chabroulies
  • les Fontenilloux
  • Mareuil
  • Moulin de la Pause
  • Nouveau

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Méard-de-Drône est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Ribérac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Prévention des risques[modifier | modifier le code]

Un plan de prévention du risque inondation (PPRI) a été approuvé en 2014 pour la Dronne — qui traverse la commune d'est au nord-ouest — à Saint-Méard-de-Drône, impactant ses rives, pouvant atteindre une largeur de 800 mètres sur l'ensemble des deux rives au nord du bourg, ainsi que la partie aval de ses affluents le Jalley (les 400 derniers mètres) et la Peychay (les 1 800 derniers mètres)[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune fait référence à saint Médard, évêque de Noyon au VIe siècle, et à la Dronne, rivière qui arrose le territoire communal[8].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Meard de Drona[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu figure dans un pouillé du XIIIe siècle[10], sous la forme Sanctus Medardus[8].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de « Saint Médard de Dronne »[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[12],[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 mars 2008 Jean-Claude Fallacher    
mars 2008 mars 2014 Marie-Thérèse Segonzac SE[14] Cadre retraitée
mars 2014[15]
(réélu en mai 2020)
En cours Gérard Caignard    

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Saint-Méard-de-Drône relève[16] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Méard-de-Drône se nomment les Saint Méardais[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 498 habitants[Note 3], en augmentation de 2,89 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590480436656616654593671620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
630628598587587603634600583
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
565599551516531536503455434
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
379327364403451433461465485
2017 2018 - - - - - - -
497498-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sport[modifier | modifier le code]

En juillet concours hippique de saut d'obstacles (40e édition en 2019)[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[23], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 206 personnes, soit 42,2 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-trois) a légèrement diminué par rapport à 2010 (vingt-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte quarante-sept établissements[24], dont vingt-quatre au niveau des commerces, transports ou services, huit dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, sept dans l'industrie, six dans la construction, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « altitude 59 » sur Géoportail (consulté le 14 mai 2011).
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 1er décembre 2020)
  6. PPR inondation - 24DDT20120001 - Dronne, DREAL Aquitaine, consulté le 14 avril 2019.
  7. [PDF] Rivière la Dronne - Saint-Méard-de-Drône - Plan de prévention du risque inondation, p. 14, DREAL Aquitaine, consulté le 14 avril 2019.
  8. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord,éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 348
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 21 novembre 2013.
  10. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 249-250.
  11. « St Médard de Dronne » sur Géoportail (consulté le 13 mai 2011).
  12. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 septembre 2020.
  13. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 18 novembre 2020.
  14. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 19.
  15. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 29 août 2014.
  16. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 16 janvier 2021).
  17. Fiche commune Saint-Méard-de-Drône, Union des maires de la Dordogne, consultée le 24 novembre 2016.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « La 40e édition du concours hippique », Sud Ouest édition Périgueux, 30 juillet 2019, p. 19.
  23. Dossier complet - Commune de Saint-Méard-de-Drône (24460) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 21 janvier 2019.
  24. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 21 janvier 2019).
  25. Dossier complet - Commune de Saint-Méard-de-Drône (24460) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 21 janvier 2019.
  26. « Église Saint-Méard », notice no PA24000027, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 mai 2011.
  27. « Église paroissiale », notice no IA24000570, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 mai 2011.
  28. Bernard Gillibert, « Un trésor du XIVe siècle dévoilé », Sud Ouest édition Périgueux,‎ , p. 20 (lire en ligne)