Villetoureix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villetoureix
Le bourg de Villetoureix et son église.
Le bourg de Villetoureix et son église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Ribérac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Patrick Lachaud
2014-2020
Code postal 24600
Code commune 24586
Démographie
Gentilé Villetoureicois
Population
municipale
897 hab. (2014)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 47″ nord, 0° 21′ 48″ est
Altitude Min. 56 m – Max. 161 m
Superficie 16,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Villetoureix

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Villetoureix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villetoureix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villetoureix
Liens
Site web www.villetoureix.com

Villetoureix est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Dronne en limites de Villetoureix et Ribérac.

Dans le quart nord-ouest du département de la Dordogne, en Ribéracois, la commune de Villetoureix s'étend sur 16,40 km2. Elle est bordée par la Dronne qui limite le territoire communal au sud, ainsi que par ses affluents : au nord-ouest le Boulon, au sud-est le Tournevalude, et à l'est le Meyré, affluent du Tournevalude. Deux autres affluents de la Dronne, le ruy Bagner et le ruisseau de la Barde arrosent également le territoire communal.

L'altitude minimale, 56 mètres, se trouve au sud-ouest, au lieu-dit la Rivière, là où la Dronne quitte la commune et sert de limite entre celles d'Allemans et de Ribérac. L'altitude maximale avec 160 ou 161 mètres[Note 1] est localisée au nord-est, au puy de la Garde.

Au pied des coteaux nord de la Dronne, le bourg de Villetoureix est desservi par la route départementale (RD) 99. Il se situe, en distances orthodromiques, trois kilomètres au nord-est de Ribérac et dix kilomètres à l'ouest de Tocane-Saint-Apre.

Au niveau géologique, le sol se compose essentiellement de calcaires du Crétacé, hormis en vallée de la Dronne recouverte d'alluvions holocènes[1].

Le territoire communal est également desservi par les RD 708 et 709.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villetoureix est limitrophe de cinq autres communes.

Communes limitrophes de Villetoureix
Bertric-Burée
Allemans Villetoureix Celles
Ribérac Saint-Méard-de-Drône

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu date du XIIIe siècle sous la forme Villatores[2]. Ce nom correspond à un village (vila en occitan) et un bâtiment défensif (torre)[2].

En occitan, la commune porte le nom de Vila Torrés[3].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune est constituée d'un bourg principal situé sur une colline au-dessus de la Dronne et de plusieurs villages ou hameaux épars, ainsi que de lieux-dits[4].

les Baraques ( 45° 16′ 41″ N, 0° 20′ 49″ E ) · les Boiges · Bonafon (ou Bonnafont) ( 45° 15′ 43″ N, 0° 21′ 03″ E ) · la Borie ( 45° 15′ 48″ N, 0° 20′ 35″ E ) · les Bourdalais Nord ( 45° 16′ 27″ N, 0° 20′ 39″ E ) · les Bourdalais Sud ( 45° 16′ 07″ N, 0° 20′ 33″ E ) · le Bourdaleix ( 45° 16′ 16″ N, 0° 20′ 36″ E ) · le Bourg ( 45° 15′ 45″ N, 0° 21′ 52″ E ) · les Brousses ( 45° 16′ 20″ N, 0° 21′ 45″ E ) · le Caillou ( 45° 16′ 37″ N, 0° 21′ 07″ E ) · Champagnou ( 45° 16′ 10″ N, 0° 19′ 49″ E ) · Combe du Maine ( 45° 16′ 41″ N, 0° 21′ 36″ E ) · la Courberie ( 45° 16′ 00″ N, 0° 23′ 12″ E ) · à la Crouzille ( 45° 17′ 12″ N, 0° 21′ 31″ E ) · la Dérame ( 45° 16′ 56″ N, 0° 22′ 18″ E ) · Domaine de Fayolle ( 45° 16′ 48″ N, 0° 20′ 28″ E ) · Gagnepot ( 45° 16′ 09″ N, 0° 20′ 54″ E ) · la Gare · les Gémories · le Grand Pont · les Grands Bois · Grands Champs ( 45° 15′ 46″ N, 0° 22′ 09″ E ) · Grands Prés ( 45° 15′ 42″ N, 0° 21′ 26″ E ) · aux Grèzes ( 45° 16′ 13″ N, 0° 20′ 14″ E ) · la Guionie ( 45° 16′ 23″ N, 0° 22′ 48″ E ) · la Haute Rigale · l'Île d'Amour · chez Lafond ( 45° 16′ 36″ N, 0° 21′ 28″ E ) · les Lattes · les Lieuges ( 45° 16′ 33″ N, 0° 22′ 27″ E ) · à Madrix · le Maine du Bost ( 45° 17′ 06″ N, 0° 21′ 16″ E ) · le Maine Pautard · Maison Blanche ( 45° 17′ 17″ N, 0° 21′ 01″ E ) · Maison Neuve · chez Marty ( 45° 16′ 17″ N, 0° 21′ 02″ E ) · Mayac ( 45° 17′ 21″ N, 0° 21′ 58″ E ) · le Moulin de Larcy · le Moulin de Puyrousse · les Mourreix · les Perrières · la Petite Renaudie ( 45° 16′ 36″ N, 0° 22′ 10″ E ) · aux Petites Fontaines · la Pinière · chez Pinquet · le Pont · la Pouyade ( 45° 16′ 01″ N, 0° 21′ 53″ E ) · Prés des Faures · Prés des Joncs · Puy Barry ( 45° 16′ 57″ N, 0° 20′ 36″ E ) · Puy de la Garde · Puyrousse ( 45° 15′ 50″ N, 0° 22′ 25″ E ) · Puy Tutaud · chez Raynaud ( 45° 16′ 20″ N, 0° 19′ 57″ E ) · les Rebeyrolles · la Renaudie · la Rigale ( 45° 15′ 42″ N, 0° 22′ 40″ E ) · la Rivière · le Roc · la Rode · Rossignol ( 45° 16′ 56″ N, 0° 21′ 40″ E ) · le Syndic ( 45° 16′ 26″ N, 0° 21′ 55″ E ) · Thauriac ( 45° 16′ 08″ N, 0° 21′ 20″ E ) · la Thonie ( 45° 16′ 25″ N, 0° 21′ 25″ E ) · chez Tuilet ( 45° 15′ 55″ N, 0° 20′ 17″ E ) · chez Tutaud ( 45° 16′ 00″ N, 0° 20′ 34″ E ) · chez Varailhon ( 45° 15′ 48″ N, 0° 21′ 28″ E ) · la Vigerie ( 45° 16′ 02″ N, 0° 21′ 06″ E )

Depuis le début des années 1990, la commune voit, par ailleurs, se construire des habitations le long des routes qui la traversent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'habitation correspondent à la période gallo-romaine[2] avec en bord de Dronne la tour de la Rigale[5], vestige d'un temple du IIe siècle[6], mais le bourg de Villetoureix s'est vraiment développé après le XVIIe siècle et la construction du château de la Rigale.

Le , une météorite tombe en partie sur la commune. On en retrouvera huit fragments, répartis d'est en ouest depuis Villetoureix jusqu'à Saint-Séverin (Charente) pour un total de 271 kg, dont deux à Villetoureix : un de 5,2 kg trouvé dans l'ouest, au Puy Barry, et un autre de 350 grammes trouvé au nord-est à la Dérame[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Villetoureix est rattachée au canton de Ribérac qui dépend du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l'arrondissement de Ribérac jusqu'en 1926, date à laquelle cet arrondissement disparaît, ses cantons étant alors rattachés à l'arrondissement de Périgueux[8].

Lors de l'importante réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014 et supprimant la moitié des cantons du département, la commune reste attachée au même canton qui devient plus étendu[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1998, Villetoureix intègre dès sa création la communauté de communes du Ribéracois. Celle-ci est dissoute au et remplacée au par la communauté de communes du Pays ribéracois.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[10],[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1981 juin 1995 Gabriel Chauvet   Retraité du secteur bancaire
juin 1995 mars 2008 Claude Laprade PCF  
mars 2008 avril 2014 Rolland Torres DVG Retraité de l'enseignement
avril 2014[12] en cours Patrick Lachaud    

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Villetoureix relève[13] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Villetoureix se nomment les Villetoureicois[14].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Villetoureix depuis 1793. La commune a connu une forte baisse de population au cours des années 1890 à 1960, lors de l'exode rural. Elle est alors passée du millier d'habitants à moins de 700. Mais depuis, la population est repartie à la hausse.

À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Villetoureix[15]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Villetoureix comptait 897 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 879 809 975 1 000 1 048 1 106 1 073 1 092
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 029 1 070 1 086 1 038 1 056 989 1 036 958 965
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
863 870 844 724 729 741 765 745 701
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
705 677 728 750 779 762 823 872 897
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Ancien moulin à eau sur l'attier (bras secondaire) de la Dronne.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 374 personnes, soit 42,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quarante-quatre) a augmenté par rapport à 2007 (vingt-neuf) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 11,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 87 établissements[18], dont quarante-neuf au niveau des commerces, transports ou services, quatorze dans la construction, dix relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et sept dans l'industrie[19].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Dans le secteur des services, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, la société Valade (transports routiers de fret interurbains), implantée à Villetoureix, se classe 33e avec 5 218 k€, en termes de chiffre d'affaires hors taxes en 2012-2013[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000 et ZNIEFF[modifier | modifier le code]

L'attier (bras secondaire) de la Dronne à Villetoureix.

À Villetoureix, la vallée de la Dronne fait partie à la fois du réseau Natura 2000[28],[29] et d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type II[30].

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Deux sites de la commune sont inscrits : l'allée de platanes que forme la route départementale 708 entre les deux bras de la Dronne (lieux-dits le Pont et le Grand Pont)[31], et le site de la Rivière, partagé avec les communes d'Allemans et de Ribérac[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon l'IGN : 160 mètres sur la carte de randonnée 1734 E et 161 pour les données géographiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  2. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 429-430.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 26 avril 2014.
  4. Cartes de randonnée 1734 E et 1834 O, IGN.
  5. a et b « Tour du château de la Rigale », notice no PA00083069, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  6. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 304.
  7. [PDF] Jean Orcel, Benjamin David, François Kraut, Daniel Nordemann, Jacques Tobailem, Météorite de Saint-Séverin, t. 264, Comptes-rendus de l'Académie des sciences de Paris, (lire en ligne), p. 1556-1560
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 24 avril 2017).
  10. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 23 avril 2017.
  11. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 23 avril 2017.
  12. À Villetoureix, Sud Ouest édition Périgueux du 9 avril 2014, p. 19.
  13. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 23 avril 2017).
  14. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 23 avril 2017.
  15. « Calendrier de recensement », sur Insee (archive) (consulté le 23 avril 2017)
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 14 décembre 2015.
  18. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 14 décembre 2015).
  19. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 14 décembre 2015.
  20. « Services : les 50 premières », Sud Ouest éco édition Dordogne, 13 novembre 2014, p. 28.
  21. « Château de la Rigale », notice no IA24000592, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  22. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 110.
  23. « Chapelle de Fayolle », notice no IA24000626, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 71.
  25. « Demeure dite Château de Champagnou », notice no IA24000604, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  26. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA24000591, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  27. « Presbytère, actuellement maison », notice no IA24000627, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 23 avril 2017.
  28. Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 23 avril 2017.
  29. [PDF] Arrêté du 20 novembre 2014 sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 23 avril 2017.
  30. Vallée de la Dronne de Saint-Pardoux-la-Rivière à sa confluence avec l'Isle sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 23 avril 2017.
  31. [PDF] Allée d'arbres - Villetoureix sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 23 avril 2017.
  32. [PDF] Site de la Rivière sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 23 avril 2017.