Saint-Michel-de-Double

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Michel-de-Double
Saint-Michel-de-Double
L'église Saint-Michel de Saint-Michel-de-Double.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Intercommunalité Communauté de communes Isle et Crempse en Périgord
Maire
Mandat
Serge Durant
2020-2026
Code postal 24400
Code commune 24465
Démographie
Population
municipale
236 hab. (2019 en diminution de 6,72 % par rapport à 2013)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 50″ nord, 0° 17′ 24″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 126 m
Superficie 29,48 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de la Vallée de l'Isle
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-Double
Géolocalisation sur la carte : Dordogne
Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-Double
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-Double
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-Double

Saint-Michel-de-Double est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Un étang à proximité du bourg
de Saint-Michel-de-Double.

À l'ouest du département de la Dordogne, la commune de Saint-Michel-de-Double, comme son nom le laisse deviner, se trouve dans la forêt de la Double. Son territoire, essentiellement forestier et parsemé d'étangs, est arrosé par deux petits affluents de l'Isle : le Farganaud (ou Fayoulet), qui prend sa source au nord de la commune et le Grolet qui lui sert de limite à l'est avec Saint-Étienne-de-Puycorbier, et au sud-est avec Saint-Martin-l'Astier.

L'altitude minimale, 47 mètres, se trouve au lieu-dit le Moulin du Bost, là où le Grolet quitte la commune pour servir de limite entre celles de Saint-Laurent-des-Hommes et Saint-Martin-l'Astier. L'altitude maximale avec 126 mètres est localisée au nord, en bordure de la commune d'Échourgnac, près du lieu-dit le Meylier.

Implanté sur une hauteur et traversé par les routes départementales 13 et 40, le bourg, se situe, en distances orthodromiques, huit kilomètres au nord-ouest de Mussidan et treize kilomètres au nord-est de Montpon-Ménestérol.

La commune est également desservie par la route départementale 38 qui passe au nord du bourg.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de Saint-Michel-de-Double et des communes avoisinantes en 2016, avant la création de la commune nouvelle de La Jemaye-Ponteyraud.

Saint-Michel-de-Double est limitrophe de sept autres communes, dont La Jemaye-Ponteyraud au nord, par un quadripoint.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 859 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Martin Rib. », sur la commune de Saint-Martin-de-Ribérac, mise en service en 1993[7] et qui se trouve à 17 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,3 °C et la hauteur de précipitations de 914,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bergerac », sur la commune de Bergerac, mise en service en 1988 et à 30 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[11], à 13,1 °C pour 1981-2010[12], puis à 13,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Michel-de-Double est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16]. La commune est en outre hors attraction des villes[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58,5 %), zones agricoles hétérogènes (28,2 %), prairies (11,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune se nomme Sent Micheu de Dobla[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cette commune de 2 948 hectares, présente des traces d’occupation gallo-romaine.

On trouve mention du village sous les noms Sanctus Michael in Honorio Montis-Pavonis au XIIIe siècle et de Saint-Michael de Dupla au XVe siècle.

Comme dans les communes voisines, on trouvait à Saint-Michel-de-Double de nombreuses verreries au XVIe siècle, à la Font du Chose, au Perrier ou aux Verrières.

Le « château » de Saint-Michel, des XVIIe et XVIIIe siècles, brûlé en 1945, était un ancien repaire noble, constitué d’un corps de logis flanqué de deux pavillons entourés de douves et couvert de tuiles grises. On y trouvait des cheminées de la fin du XVIe siècle.

XIXe et première moitié du XXe siècle : les métamorphoses architecturales du village[modifier | modifier le code]

  • Nouveau cimetière :
En 1855, Georges Flouret, maire de Saint-Michel-de-Double, fait don d’un terrain à la commune pour servir à l’établissement d’un nouveau cimetière en périphérie du village et répondre ainsi aux nouvelles règles d’hygiène en la matière, tout en contribuant à l’amélioration du paysage villageois. En effet, le puits communal, installé dans une zone basse près du cimetière, puise l’eau dans la nappe qui en traverse le sous-sol.
Dès 1856, le cimetière alors situé autour de l’église, est déplacé à l’extérieur du village. Le mur qui l’entoure est construit en 1913. Le cimetière est agrandi en 1931.
L’ancien cimetière est devenu une place publique où se tiennent les foires au début du XXe siècle.
  • Écoles-mairie :
 : Construction du groupe scolaire École-mairie, l’école se tenant jusqu’alors dans une maison louée par la municipalité. Le conseil municipal se tenait généralement chez le maire.
1927 : Construction d’un mur autour des écoles « pour éviter les accidents qui pourraient arriver aux élèves » (délibération du conseil municipal, ).
1933 : Les instituteurs demandent la création d’une cantine scolaire « afin que les enfants des villages éloignés qui ne peuvent prendre le repas du midi chez eux trouvent une soupe chaude pendant les mauvais mois de l’hiver » (Délibération du conseil municipal du  : le CM vote 500 francs).
  • Église :
Certaines parties de l’église, dans le chœur, datent du XIIe siècle.
1839 : Commande d’une nouvelle cloche pour l’église.
1896 : Construction du nouveau clocher néo-gothique de l’église, de 28 mètres de haut.
  • Les foires :
Vers 1892 sont créées deux foires annuelles à Saint-Michel-de-Double, le 3e vendredi de mars et le lundi de la fête patronale. On y échange bœufs, moutons, porcs, vaches et veaux. Elles disparaissent dans l’entre-deux-guerres.
  • PTT :
1912 : Installation d’un bureau de poste et télégraphe dans une maison acquise à cet effet par l’administration des Postes, télégraphes et téléphones. La commune est reliée au téléphone depuis 1911.
Le conseil municipal de Saint-Michel-de-Double décide en 1934 la construction d’un bâtiment de poste fort imposant pour la commune, situé face à l’église. Une annexe de ce bâtiment sert à la permanence hebdomadaire de la caisse locale de Crédit agricole de la commune. Il servira par la suite et sert encore de foyer municipal.
  • Monument aux morts :
115 habitants de la commune se sont cotisés pour payer ce monument, érigé devant l’école-mairie en 1922.
  • Cinéma :
À Saint-Michel, comme dans de nombreux villages, des propriétaires de cinémas itinérants projettent des films dans les auberges ou les cafés. Ainsi, dans les années 1930, grâce à une importante publicité par voie d’affiche, chaque séance mensuelle attire une bonne trentaine de personnes dans l’auberge Rey de Saint-Michel-de-Double.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, Saint-Michel-de-Double intègre dès sa création la communauté de communes du Mussidanais en Périgord. Celle-ci disparaît au , remplacée au par la communauté de communes Isle et Crempse en Périgord.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2017, onze conseillers municipaux ont été élus en 2020[21],[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1830 1836 Chevalier    
1836 1843 Élie Dumouly-Beler    
1843 1847 Fougeront Defayot    
1847 1848 Deffarges    
1848 1855 Faurie    
1855 1865 Georges Flouret    
1865 1870 Jean-Pierre Deffarge    
1870 1878 Louis Deffarge    
1878 1892 Jean Montillaud Bonapartiste  
1892 1896 Léon Desplat Républicain  
1896 1912 François Rousseau Républicain de gauche  
1912 1919 Adrien Mallard Radical socialiste  
1919 1925 Paul Durand Républicain de gauche  
1925 1929 Clément Malecot    
1929 ? Henri Lespinasse    
    Roger Tamarel    
  1994 René Martrenchard    
1994[23]
(réélu en mai 2020)
En cours Serge Durant SE[24] Agriculteur

Juridictions[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, Saint-Michel-de-Double relève[25] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2019, la commune comptait 236 habitants[Note 6], en diminution de 6,72 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,88 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 025594729517864832793794742
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
736759781669731706755711686
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
662659648591582540510488447
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
419338263260285272278280265
2014 2019 - - - - - - -
247236-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[30], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 112 personnes, soit 45,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (dix-huit) a augmenté par rapport à 2010 (dix) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,7 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte vingt-cinq établissements[31], dont douze au niveau des commerces, transports ou services, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, deux dans la construction, et un dans l'industrie[32].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Saint-Martin Rib. - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Saint-Michel-de-Double et Saint-Martin-de-Ribérac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Saint-Martin Rib. - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Saint-Michel-de-Double et Bergerac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Bergerac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. Le nom occitan des communes du Périgord - Sent Micheu de Dobla sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le .
  21. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 septembre 2020.
  22. Résultats des élections municipales et communautaires 2020 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 18 novembre 2020.
  23. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 29 août 2014.
  24. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 16.
  25. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Dossier complet - Commune de Saint-Michel-de-Double (24465) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 22 janvier 2019.
  31. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le ).
  32. Dossier complet - Commune de Saint-Michel-de-Double (24465) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 22 janvier 2019.