Jacques de Zébédée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint Jacques le Majeur)

Jacques de Zébédée
dit le Majeur
Saint chrétien
Image illustrative de l’article Jacques de Zébédée
Saint Jacques par Rembrandt en 1661.
apôtre et martyr
Naissance début du Ier siècle
(Galilée)
Décès v. 44 
Jérusalem
Vénéré à Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle
Vénéré par L'ensemble de la Chrétienté, sauf les protestants et les évangéliques
Fête (catholicisme)
(christianisme orthodoxe)
(rite mozarabe)
Attributs Coquille Saint-Jacques, bâton de pèlerin
Saint patron Pueblo Acoma, Santiago de Querétaro, Galice, Gréasque (France), Guatemala, Nicaragua, Espagne;
vétérinaires, cavaliers, tanneurs, fourreurs, pharmaciens, alchimie

Jacques, fils de Zébédée, ou Jacques le Majeur, ou saint Jacques (en grec : Ἰάκωβος, Iakôbos, de l'hébreu : יעקב, Ya'aqov) est un Juif de Galilée et l'un des Douze Apôtres de Jésus-Christ. Nommé « Jacques, fils de Zébédée » dans le Nouveau Testament, il est le frère de l'apôtre Jean. Tous deux sont des pêcheurs du lac de Tibériade.

Les « Jacques » du Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnages se prénomment Jacques dans le Nouveau Testament : Jacques fils de Zébédée, l'un des Douze, frère de l'apôtre Jean ; Jacques fils d'Alphée, un autre des Douze, souvent associé à Thaddée et surnommé Jacques le Mineur dans la tradition romaine ; Jacques, le père de l'apôtre Jude (mais il reste quasiment inconnu et la tradition ne l'a pas étudié) ; enfin, Jacques le Juste, frère (ou, selon l'Église latine, cousin) de Jésus, qui joue un rôle majeur dans l'Église de Jérusalem[1].

Il convient d'ajouter le rédacteur de l'épître de Jacques, qui semble ne pas correspondre aux personnes précédentes. Ce serait plutôt un « chrétien cultivé d'origine païenne de la deuxième ou de la troisième génération chrétienne », puisque le texte semble dater de la fin du Ier siècle ou du premier tiers du IIe siècle[2].

Jacques, fils de Zébédée dans le Nouveau Testament[modifier | modifier le code]

Jacques, fils de Zébédée, ou Jacques le Majeur, est mentionné dans les évangiles synoptiques (par exemple en Mc 3:17, Mt 10:2 et Lc 6:14) ainsi que dans les Actes des Apôtres (Ac 1:13)[1]. Il est le frère de l'apôtre Jean, et tous deux sont surnommés Boanerges, ce qui d'après l'évangile selon saint Marc veut dire « fils du tonnerre » (Mc 3,17). Le plus ancien évangile, celui de Marc, présente les deux frères comme des pêcheurs professionnels du lac de Tibériade, qui laissent leur barque pour suivre Jésus. Cet épisode est repris par Matthieu et Luc[1].

Saint Jacques par Albrecht Dürer (1516), galerie des Offices, Florence.

Avec Pierre et son frère André, Jacques est donc l'un des tout premiers disciples de Jésus. La tradition synoptique en fait un des trois principaux apôtres, puisqu'il est choisi avec Pierre et Jean comme témoin d'événements cruciaux de l'Évangile : la résurrection de la fille de Jaïre (le chef d'une synagogue), la Transfiguration sur une haute montagne et la prière de Jésus au mont des Oliviers[1]. Cependant, à l'instar des autres apôtres, il abandonne Jésus quand celui-ci est arrêté. Jacques est également cité parmi les disciples qui se trouvent dans la chambre haute lors de la descente de l'Esprit-Saint (Ac 1:13)[1].

Sa mort en martyr est rapportée dans le Nouveau Testament : « Il (Hérode) fit périr par le glaive Jacques, frère de Jean » (Ac 12:2), au moment de l'arrestation de Pierre[1], et il est donc décapité.

Légendes ultérieures[modifier | modifier le code]

Le voyage en Espagne[modifier | modifier le code]

Statue de Jacques de Zébédée (XVIe siècle, musée du Pays rabastinois)[3].

Selon La Légende dorée de Jacques de Voragine, Jacques serait parti avec quelques disciples pour l’Espagne, en particulier vers la cité de Gadès (l’actuelle Cadix). Selon une tradition chrétienne transmise à partir des Catalogues apostoliques, des textes apocryphes grecs rédigés vers le début du VIIe siècle et remaniés en latin dans le breviarium apostolorum (« l’abrégé » ou « bréviaire des Apôtres »), il ne réussit à convertir que neuf personnes. Pour Bernard Gicquel, l'histoire de cette prédication en Espagne serait en fait une confusion avec le voyage missionnaire en Espagne de Paul de Tarse, alors que les catalogues ne mentionnent jamais l'Espagne[4].

À la suite d'une persécution à Jérusalem, Jacques retourne dans cette ville avec sept disciples pour soutenir les croyants. C'est à cette occasion, selon la Légende dorée, qu'il affronte et convertit le magicien Hermogène. Il est tué dans un endroit inconnu de Palestine et son exécution provoque un soulèvement populaire. Ses dépouilles sont retenues par les persécuteurs. La supposée translation du corps de Jacques dans une barque amarrée dans la baie de Padrón est rapportée par le Codex Calixtinus, qui reprend un document du IXe siècle, la Lettre apocryphe du pape Léon[5]. Les Catalogues apostoliques placent le lieu d'inhumation de Jacques dans l’Achaia Marmarica, une expression grecque que l'on interprète comme la région égyptienne de Marmarique, confusion probable avec Jacques le Mineur, dont la tradition mentionne qu'il fut crucifié en Basse-Égypte[6]. Le nom aurait été déformé dans la traduction latine en arca marmorica », qui signifie « tombeau de marbre ». Or, la colline qui domine Compostelle et où le moine Pélage trouva vers 813 dans une nécropole chrétienne le supposé tombeau de Jacques s'appelait Arcis marmoricis[7].

État de la recherche[modifier | modifier le code]

L'état actuel des recherches montre qu'il n'y a en dehors du Nouveau Testament aucune preuve de l'existence historique de Jacques. De fait, il n'existe aucune indication à la présomption que Jacques ait effectivement séjourné dans la péninsule ibérique. La source la plus ancienne qui mentionne son séjour en Espagne est le Breviarium Apostolorum d'environ 600, où il est seulement affirmé qu'il avait prêché en Espagne et « en des lieux occidentaux ». Cette idée a été par la suite reprise par divers auteurs (dont Isidore de Séville, Aldhelm de Sherborne et Beatus de Liébana), mais pas développée[8]. C'est seulement dans l'hymne O dei verbum patris ore proditum de la fin du VIIIe siècle que Jacques est appelé saint et protecteur de l'Espagne[9]. L'affirmation selon laquelle les os de Jacques ont été apportés en Espagne apparaît pour la première fois dans des documents du IXe siècle. Ils se réfèrent à la découverte de la tombe présumée de l'apôtre sous le roi Alphonse II des Asturies (791-842) qui est à dater d'après 818[10]. Cette affirmation est peu crédible, car depuis la fin de l'Antiquité et pendant toute la période du royaume wisigoth en Ibérie, qui a duré jusqu'à la période 711-719, aucune sépulture de l'apôtre en Espagne n'est jamais mentionnée[11].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Saint Jacques et Saint Étienne,
Marx Reichlich.
Saint Jacques le Grand vainqueur des Maures, de Giambattista Tiepolo (1749-1750), musée des Beaux-Arts de Budapest[12].

L'apôtre est souvent représenté de trois façons :

  • en majesté, assis : c'est la figure auréolée du saint qui trône sur le maître autel de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle ;
  • en pèlerin, debout : à partir du XIIIe siècle, sous l’influence du pèlerinage de Compostelle, il porte la tenue traditionnelle du jacquet, avec le bourdon de pèlerin (le bâton), la besace, la calebasse (gourde), le mantelet (grande cape) et le chapeau de feutre à larges bords orné d'une coquille Saint-Jacques. Cependant, si cette représentation inclut un chien, il s'agit non de saint Jacques mais de saint Roch. Parfois aussi, il porte une épée en souvenir de son martyre ;
  • en tueur de Maures, armé d'une épée sur un cheval blanc appelé Jacques Matamore (en) (Santiago Matamoros).

Les symboles qui le représentent et qui permettent de le reconnaître sur les peintures et les sculptures :

Célébration[modifier | modifier le code]

Il est fêté le en Occident, le en Orient et le dans le rite mozarabe. L'islam le reconnaît également comme disciple de Jésus (ʿĪsā)[13].

Diffusion du culte de Jacques le Majeur[modifier | modifier le code]

Le culte de Jacques le Majeur s'est diffusé en Italie, mais aussi en Sardaigne, une île où elle pourrait remonter jusqu'au Xe siècle[14],[15], mais pas avant, selon les recherches universitaires récentes. Cette diffusion à travers la Méditerranée résulte assez probablement « d'intenses contacts politiques, culturels et économiques entre les royaumes de Calari, Torres, Gallura et Arborea et la ville de Pise et la Toscane, où le culte de Jacques était assez diffusé »[14]. Au cours de son histoire, la Sardaigne a vécu d'importantes traditions religieuses et culturelles, pour certaines liées à la période de domination de cette île par la Catalogne et l'Aragon, puis par le royaume d’Espagne, léguant un héritage culturel et linguistique qui s'est fondu dans la culture sarde, comme en témoignent les 34 églises de l'île dédiées à saint Jacques le Majeur[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f André Benoit, « Les personnages de l'Évangile nommés Jacques », dans Pierre Geoltrain (dir.), Aux origines du christianisme, coll. « Folio histoire », 2000 (ISBN 978-2-07-041114-6), p. 246-250.
  2. François Vouga, « L'Épître de Jacques », dans Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Labor et Fides, 2008 (ISBN 978-2-8309-1289-0), p. 438-440.
  3. Notice no PM81002043, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  4. Bernard Gicquel, Campus stellæ : les chemins de Saint-Jacques et la culture européenne, Klincksieck, , p. 20.
  5. Bernard Gicquel, La Légende de Compostelle : le Livre de saint Jacques, p. 46.
  6. (en) Philip Schaff, History of the Apostolic Church, Charles Scribner, .
  7. Pierre Macaire, Montpellier et Saint-Guilhem : sur le chemin de Saint-Jacques, S.l., Le plein des sens, coll. « Pas à pas », , 175 p., 20 cm (ISBN 87-90493-26-5, présentation en ligne, lire en ligne), p. 169 (consulté le 24 février 2018).
  8. (en) Jan van Herwaarden, « The origins of the cult of St James of Compostela », Journal of Medieval History, no 6, 1980, p. 3-7.
  9. Herwaarden, p. 7-18.
  10. Herbers, p. 196 ; Deswarte, p. 102.
  11. Herwaarden, p. 23-30.
  12. Musée de Budapest
  13. Historical Dictionary of Prophets In Islam And Judaism, Brandon M. Wheeler, Disciples of Christ : « Muslim exegesis identifies the disciples as Peter, Andrew, Matthew, Thomas, Philip, John, James, Bartholomew, and Simon ».
  14. a et b "L’institution du Chemin de Saint-Jacques dans la Sardaigne contemporaine : entre politique et associationnisme In : Politiques du pèlerinage : Du XVIIe siècle à nos jours", par Simonetta Sitizia, édité aux Presses universitaires de Rennes, en 2014 [1]
  15. a et b Présentation du Sentier de St jacques par Flavio Vandoni au nom de l'AdCSJ (amis du chemin de santu Jacu) [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Beylot, Jacques-Noël Pérès et Pierluigi Piovanelli, « Prédication de Jacques fils de Zébédée et Martyre de Jacques fils de Zébédée », dans Pierre Geoltrain, Jean-Daniel Kaestli, Écrits apocryphes chrétiens II, Paris, Gallimard, , p. 933-957.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]