Dawson City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dawson.
Cité de Dawson
Dawson City
Le village de Dawson City et la rivière Yukon au début du mois de juin
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoire Drapeau du Yukon Yukon
Statut municipal village (town)
Maire Wayne Potoroka
Démographie
Population 1 319 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 64° 02′ 34″ nord, 139° 25′ 00″ ouest
Superficie 3 245 ha = 32,45 km2
Divers
Langue(s) anglais, français
Fuseau horaire Hiver : PST (UTC-8)
Été : PDT (UTC-7)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Cité de Dawson

Géolocalisation sur la carte : Yukon

Voir la carte administrative du Yukon
City locator 14.svg
Cité de Dawson

Géolocalisation sur la carte : Yukon

Voir la carte topographique du Yukon
City locator 14.svg
Cité de Dawson
Liens
Site web http://dawsoncity.ca/

Dawson City, officiellement en français Cité de Dawson[1] et couramment appelée Dawson par les francophones[2], est un village (town)[1] situé dans le territoire canadien du Yukon. Au recensement de 2011, Statistique Canada y a dénombré une population de 1 319 habitants[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tous les bâtiments de la ville ont un air d'il y a 100 ans. Il est interdit de construire une maison sans suivre cette politique.

La ville est fondée en par Joseph Ladue, qui la nomme ainsi en l'honneur du géologue canadien George Mercer Dawson à la demande de William Ogilvie[4]. George Dawson avait exploré la région en 1887. Dawson est choisie comme capitale du Yukon à sa création en 1898, et le demeure jusqu'en 1952, remplacée par Whitehorse.

La ruée vers l'or du Klondike a démarré en 1896, transformant un simple camp de pêcheurs d'été en une ville de 40 000 habitants en 1898. Rapidement, toutefois, la saturation des terrains et la découverte d'autres gisements aurifères en Alaska fait diminuer la population, qui tombe à 20 000 en 1902[5]. Rapidement, l'exploration minière deviendra l'affaire des grandes sociétés.

Le , tôt le matin, à la suite de la chute d'une lampe, un incendie se déclare dans la rue principale. Les pompiers sont en grève, et il fait tellement froid que les pompes ont gelé. Il faudra faire du feu sur la surface du fleuve Yukon afin de pouvoir récupérer de l'eau pour éteindre les flammes. Un brouillard dense de fumée et de givre mêlés empêchait les habitants de lutter contre l'incendie, à tel point qu'il fallut utiliser des explosifs pour en limiter l'envergure. La moitié de la ville, construite en bois, fut détruite. On raconte que la chaleur était telle que l'or conservé à la banque, fondit[6].

Un autre incendie avait ravagé la ville le [7].

Climat[modifier | modifier le code]

La température à Dawson City varie entre 22 °C en juillet et −32 °C en janvier. Les précipitations de neige annuelles sont de 164 cm et 232 cm de pluie. Dawson a une moyenne de 91 jours sans gelées[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

En tant que localité désignée dans le recensement de 2011, Dawson City a une population de 1 319 habitants dans 629 de ses 727 logements, soit une variation de -0,6% par rapport à la population de 2006. Avec une superficie de 32,45 km2, cette ville possède une densité de population de 40,7 hab/km2 en 2011[3].

Concernant le recensement de 2006, Dawson City abritait 1 327 habitants dans 599 de ses 768 logements. Avec une superficie de 32,45 km2, cette ville possédait une densité de population de 40,9 hab/km2 en 2006[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Le commerce actuel de Dawson City est principalement axé sur le tourisme et les mines d'or.

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Loi sur les municipalités », Gouvernement du Yukon, (consulté le 21 octobre 2015)
  2. Voir entre autres l'usage de l'Aurore boréale, journal local.
  3. a et b « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2011 et 2006 », sur Statistique Canada, (consulté le 21 octobre 2015)
  4. Renée Laroche et Cécile Girard, Un jardin sur le toit – La petite histoire des francophones du Yukon, Association franco-yukonnaise, Whitehorse (Yukon), 1991, p. 98.
  5. Renée Laroche et Cécile Girard, Un jardin sur le toit – La petite histoire des francophones du Yukon, Association franco-yukonnaise, Whitehorse (Yukon), 1991, p. 131.
  6. (en) Pierre Berton, The Klondike Quest, Boston Mills Press, 2005, (ISBN 1-55046-453-1)
  7. Renée Laroche et Cécile Girard, Un jardin sur le toit – La petite histoire des francophones du Yukon, Association franco-yukonnaise, Whitehorse (Yukon), 1991, p. 120.
  8. « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et subdivisions de recensement (municipalités), recensements de 2006 et 2001 - Données intégrales », sur Statistique Canada, (consulté le 21 octobre 2015)
  9. http://robertwservice.blogspot.fr/p/biographie.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]