Selknam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ona et Onas.
Chasseur selknam (1904)

Les Selknam, aussi appelés Selk'nam, Shelknam ou Onas sont un petit peuple amérindien disparu depuis le milieu du XXe siècle. Ces chasseurs nomades habitaient la Grande Île de Terre de Feu. Le nom d’« Onas » s'applique aussi aux mánekenks ou hausch, étroitement apparentés aux Selknam.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue ona ou selknam était une langue amérindienne, andine méridionale qui se parlait en Patagonie. On la classifie aussi dans le groupe chon de la famille « mosetén-chonán » du tronc des langues « macro-pano ». C'était le rameau le plus austral du tehuelche et on le parlait en Terre de Feu, et en Patagonie argentine et Chilienne. Un dictionnaire selknam-français a été établi en 1898 par Émile Racovitza naturaliste de l'expédition antarctique Belgica[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de leur arrivée, en 1520, les Européens rencontrèrent les Selknam au nord-est de la Grande Île de Terre de Feu. Ce peuple aborigène était un rameau des « patagons » ou « Tehuelches » qui avaient pénétré dans l'île depuis le XIVe siècle, forçant ainsi les Yagans (ou yamanas) et les Kawéskar (ou Alakalufs) à se déplacer vers les côtes méridionales et occidentales.

Ils étaient chasseurs et cueilleurs et vivaient principalement du guanaco qu'ils chassaient avec de petits arcs et des flèches à pointe en pierre. En plus du guanaco, ils s'alimentaient de divers autres animaux : pinnipèdes, manchots, cétacés, mollusques, crustacés et cormorans. Ils consommaient aussi en abondance un champignon parasite du Nothofagus, le Cyttaria.

Selknam rassemblés sur l'île Dawson.

À partir de 1880 les estancieros ou propriétaires terriens d'estancia (ferme d'élevage), principalement d'origine britannique, commencèrent la colonisation des terres des Selknam. Celles-ci, qui étaient un espace libre pour ces chasseurs nomades, furent en grande partie clôturées par le développement de l'élevage des ovins. Beaucoup de Selknam brisèrent ces nouvelles clôtures afin de continuer à chasser librement pour se nourrir. Ils tuèrent des moutons importés, qu'ils appelèrent les « guanacos blancs ». Bénéficiant de la passivité, si ce n'est de la complicité des gouvernements chilien et argentin, des éleveurs firent de la réaction des indigènes un prétexte pour s'organiser en milices ou recruter des tueurs à gage, afin de les chasser et les assassiner. Inférieurs en nombre, disposant seulement d'arcs et de couteaux, ces Amérindiens se défendaient malgré tout ; des colons se concertèrent alors et projetèrent l'extermination des hommes et la déportation dans des réserves d'une partie des femmes et des enfants selknam.

Il existe des photos, bien ou mal, légendées Exposition Universelle de Paris, 1898, dans ou hors d'un zoo humain. Certaines photos ont été prises dans des villes occidentales[2],[3].

En 1905, il ne restait plus que 500 Selknam sur une population estimée à 4000 en 1880. Quelques-uns furent pris en charge et survécurent auprès de missions salésiennes de Terre de Feu, où ils furent sujets à des épidémies à la suite de maladies contractées auprès des colons. Parmi les derniers Selknam, Angela Loij est morte en 1974[4] ; Virginia Choinquitel, une Ona vivant en banlieue de Buenos Aires, est décédée en 1999[5].

L'extermination des Selknam, longtemps ignorée ou occultée par l'histoire nationale, fut reconnue comme un génocide en 2003 par une commission instituée par le gouvernement chilien, la « commission pour la vérité historique et un nouveau traitement des peuples indigènes », et des sénateurs chiliens proposèrent en 2007 de reconnaître officiellement le génocide[6],[7].

Distribution des populations pré-hispaniques au Chili

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Marinescu, Émile Racovitza et l'expédition Belgica, éd. All, 1998 (ISBN 973-9431-06-2).
  2. http://www.deshumanisation.com/phenomene/exposition.
  3. http://www.cairn.info/zoos-humains-et-exhibitions-coloniales--9782707169976-page-543.htm.
  4. Anne Chapman, « Angela Loij », sur www.thereedfoundation.org,‎ (consulté le 4 avril 2016).
  5. Le Peuple oublié d’Argentine, 22 janvier 2004.
  6. (en)Jérémie Gilbert , Nomadic Peoples and Human Rights, Routledge Research in Human Rights Law, 2014, (ISBN 9781136020162), 272 pages, p. 23-24.
  7. (es) « Informe Comisión Verdad Histórica y Nuevo Trato con les pueblos indígenas », 16 octobre 2008, 684 pages, texte intégral.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (es) Romina Casali, Conquistando el fin del mundo : La Misión La Candelaria y la salud de la población Selk'nam (Tierra del Fuego 1895-1931), Prohistoria, Rosario, 2013, 258 p. (ISBN 978-987-185565-0)
  • Anne Chapman, Quand le soleil voulait tuer la lune, Rituels et théâtre chez les Selk’nam de Terre de Feu, Métaillé, 2008, (ISBN 9782864246503)
  • Patricio Manns, Cavalier seul, Phébus, 1996
  • « L'histoire oubliée des Selk'nam », in Sciences Humaines, no 195, juillet 2008 (dont un article sur la cérémonie du Hain).
  • (es) Los Selknam (Onas) de Tierra del Fuego : muestra homenaje a la antropóloga Dra. Anne Chapman (1922-2010), Museo Mitre, Buenos Aires, 2010?, 32 p.
  • (es) Nelly Iris Penazzo de Penazzo et Guillermo Tercero Penazzo, Wot'n : documentos del genocidio Ona, Vol. 1, 2 et 3, Éditions Arlequín de San Telmo, 1995, notice Sudoc.
  • (en) Arnoldo Canclini, The Fuegian Indians : Their life, habits and history, Buenos Aires, Ediciones Monte Olivia, , 158 p. (ISBN 978-950-754-377-7)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le peuple Ona : vie et mort en Terre de Feu, film documentaire de Ana Montes de Gonzales, en collab. avec Anne Chapman, CNRS Audiovisuel, Meudon, 2009 (cop. 1977), 49 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]