Bouaflé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouaflé
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Sassandra-Marahoué
Région Marahoué
Maire Lehie Bi Kribou Lucien
Démographie
Population 68 108 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 6° 59′ 00″ nord, 5° 45′ 00″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Bouaflé

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Bouaflé

Bouaflé est une ville de Côte d'Ivoire de la région de la Marahoué. La ville est proche






du Lac Kossou.

Administration[modifier | modifier le code]

Une loi de 1978[1] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1980 PDCI-RDA Homme politique élu
1985 PDCI-RDA Homme politique élu
1990 PDCI-RDA Homme politique élu
1995 PDCI-RDA Homme politique élu
2001 Adie Dominique align="center"| RDR Homme politique élu
2013 Lehie Bi Kribou Lucien PDCI-RDA Homme politique élu

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population est composée de Baoulé,Gouro et Yohouré.

Évolution démographique
1920 1946 Rec. 1975 Rec. 1988 1998 Est. 2010
17 188 34 562 68 108


Nombre retenu à partir de 1920 : Population sans doubles comptes

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement professionnel
Public

Enseignement secondaire
Lycée Public

  • Lycée moderne
  • Lycée municipal

Collège public

  • Collège moderne

Langues[modifier | modifier le code]

Article connexe : Langues en Côte d'Ivoire.

Depuis l'indépendance, la langue officielle dans toute la Côte d'Ivoire est le français. La langue véhiculaire, parlée et comprise par la majeure partie de la population, est le dioula mais la langue vernaculaire de la région est le Gouro suivi du Yohouré et enfin du Baoulé. Le français effectivement parlé dans la région, comme à Abidjan, est communément appelé le français populaire ivoirien ou français de dago[Note 1] aux accents africains, au vocabulaire spécifique et à la prononciation typique. Une autre langue parlée est le nouchi, un créole basé sur le français et les langues locales (principalement le djoula) parlé surtout par les jeunes et qui est aussi la langue dans laquelle sont écrits 2 magazines satiriques, Gbich! et Y a fohi. Le département de Bouaflé accueillant de nombreux ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont pratiquées.

Religion[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'une paroisse catholique, la paroisse Saint-Augustin, au sein du diocèse de Daloa.

Sports[modifier | modifier le code]

Les compétitions sportives se déroulent exclusivement au chef-lieu du département, les autres localités ne disposant d'aucune infrastructure dédiée : la ville dispose de 2 clubs de football, le Club Omnisports de Bouaflé, vainqueur de la Coupe de Côte d'Ivoire de football en 2004 et qui évolue en MTN Ligue 2 et le St-Raphaël FC de Bouaflé, qui évolue en Championnat de Division Régionale, équivalent d'une « 4e division » [2]. Comme dans la plupart des villes du pays, il est organisé, de façon informelle, des tournois de football à 7 joueurs qui, très populaires en Côte d'Ivoire, sont dénommés Maracanas.

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si, à Abidjan et dans le nord, on parle de français de Moussa, dans l'ouest du pays, on parle de français de Dago

Références[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la région[modifier | modifier le code]