James Oliver Curwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Oliver Curwood
Description de cette image, également commentée ci-après
James Oliver Curwood
Naissance
Owosso, Michigan, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 49 ans)
Owosso, Michigan, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

James Oliver Curwood, dit Jim Curwood, né le à Owosso, au Michigan (États-Unis), et mort dans la même ville le , est un romancier américain. Avec Jack London, il est l'un des maîtres des récits du Grand Nord. On lui doit aussi des récits animaliers : Kazan (The Wolf Dog, 1914), Nomades du Nord (Nomads of the North, 1919), ou le célèbre Le Grizzly (Grizzly King, 1916) adapté au cinéma en 1988 par le réalisateur français Jean-Jacques Annaud sous le titre L′Ours, et dont le grand succès a suscité un regain d'intérêt pour l'auteur.

Biographie[modifier | modifier le code]

James-Oliver Curwood naît le à Owosso, petite ville du Michigan, de l'union de James Moran Curwood et de sa femme Abigail. Dernier d'une famille de quatre enfants, Curwood aurait eu, du côté maternel, une princesse mohawk pour aïeule. Son père était cordonnier et tenait une échoppe à Westtown. En 1884, alors qu'il a six ans, sa famille déménage dans l'Ohio, dans le comté d'Erie, où elle s'installe dans une ferme près de la ville de Vermilion. Il commence à écrire ses premières histoires vers l'âge de neuf ans. En 1891, la famille repart à Ossowo.

James-Oliver Curwood entre au lycée Central High School d'Owosso. Il en sera exclu au bout de deux à trois ans, probablement pour avoir passé davantage de temps en dehors de l'école que sur ses bancs. Le , le journal local The Argus publie une de ses premières histoires. La même année, il se lance dans un voyage à vélo dans les États du sud des États-Unis.

Il passe avec succès l'examen d'entrée à l'Université du Michigan en 1898, où il étudie le journalisme. Il quitte l'université après deux ans d'études et devient journaliste pour le Detroit News Tribune. Il en est renvoyé pour faute professionnelle après six mois de travail. Après avoir travaillé pour une entreprise pharmaceutique, Curwood est ré-embauché par le Detroit News Tribune en 1902. Il y restera cinq ans, occupant différents postes jusqu'à devenir rédacteur en chef.

À cette période, il rencontre Cora Leon Johnson, qu'il épouse en 1900. Le couple aura deux filles, mais se séparera en 1908.

En 1906, il décide de se lancer dans l'écriture de romans, mais la charge de son travail de journaliste l'empêche d'écrire comme il le souhaiterait. C'est la raison pour laquelle il démissionne de son emploi auprès du Detroit News Tribune en 1907. Il abandonne le journalisme et se consacre à l'écriture. Bobbs-Merrill publie son premier roman, L'Aventure du capitaine Plum (The Courage of Captain Plum), en 1908. Ce premier roman est suivi d'un second la même année, chez le même éditeur : Les Chasseurs de Loups (The Wolf Hunters), où il raconte les aventures de Roderick, un trappeur, et Mukoki, son guide indien, aventures qui se continueront avec la publication l'année suivante du roman Les Chasseurs d'or (The Gold Hunters).

Il part pour de longues vacances près de la Baie d'Hudson et commence à écrire à propos de cette région. Le gouvernement canadien, s'apercevant de la popularité grandissante de ses histoires, l'embauche afin d'explorer les provinces du Nord-Ouest du Canada. Curwood en retirait des idées et de la documentation pour ses histoires, lesquelles avaient pour ambition d'attirer de nouveaux colons dans cette partie du pays. Il a été le seul américain à être employé par le gouvernement du Canada comme explorateur et écrivain.

Il se remarie en 1909 avec Ethel Greenwood. De leur union naîtra un fils, James Curwood Junior. Il y retournera régulièrement pendant les dix-huit années suivantes. Il passe plus de six mois par an dans le Grand Nord où il vit dans une cabane et se nourrit des produits de sa chasse. Il publie son roman le plus connu, Kazan, en 1914, qui sera suivi de Bari, chien-loup en 1917. Il avait pour habitude d'écrire dans les bois ou bien dans des cabanes (dont certaines construites par lui-même), chez lui et dans son studio, une réplique d'un château normand qu'il appellera « Curwood Castle », aujourd’hui un musée.

En 1927, alors qu'il est en Floride, Curwood est mordu à la cuisse, prétendument par une araignée. Une réaction allergique violente s'ensuivit et prit des proportions inquiétantes, au point qu'une infection se développa. Il mourut des suites de cette infection à l'âge de 49 ans, à sa maison de Williams Street à Owosso. Après son décès, sa femme Ethel déménagea en Californie. Il est enterré au cimetière de Oak Hill, à Owosso, auprès de sa famille. Son autobiographie inachevée parait sous le titre Le Fils des forêts.

Relation à la nature[modifier | modifier le code]

Grand chasseur dans sa jeunesse, Curwood devint plus tard un fervent défenseur de la conservation de la nature, militant pour la protection de l'environnement et la limitation de la chasse. Il fut ainsi nommé à la Commission de Conservation du Michigan en 1926. Il explique son changement d'attitude envers la vie sauvage dans la préface de son roman Le Grizzly : « C'est en quelque sorte avec une confession que j'offre au public ce second livre sur la nature - une confession, et un espoir ; la confession de celui qui, pendant des années, a chassé et tué avant d'apprendre que la nature sauvage offre un sport plus excitant que le massacre - et l'espoir que ce que j'ai écrit puisse faire ressentir et comprendre à d'autres que le plus grand frisson de la chasse n'est pas dans l'acte de tuer, mais dans celui de laisser vivre. » Il faut préciser que la séquence finale du pardon de l'ours au chasseur au bord d'un ravin est authentique. Il la raconte dans son autobiographie.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Loin de la vision pessimiste que Jack London offre du Grand Nord, Curwood y voit une source de vie, de laquelle l'homme tire une puissance physique et morale qui en fait un être à part. Son primitivisme se traduit par des évocations lyriques de la nature sauvage, où le « détail vrai » le dispute à une volonté d'élever l'espace à une dimension mythique, une pensée proche de celles des écrivains Henry David Thoreau et Walt Whitman. En effet, l'écriture de Curwood favorise une contemplation de la nature plus qu'une appropriation ou une exploitation. Il est en cela, et malgré les contraintes inhérentes au genre de roman d'aventures, plus près de la pensée écologique que peut l'être, par exemple, un Jack London.

Notoriété[modifier | modifier le code]

Pendant sa carrière d'écrivain, il publie une bonne trentaine d'ouvrages qui rencontre un très grand succès, notamment en France. Plusieurs de ses romans d'aventures ont fait l'objet de nombreuses adaptations pour le cinéma, en fait, près d'une centaine de films sont basés sur ses écrits, notamment, de son vivant, L'Homme de l'Alaska (The Alaskan) en 1924 et La Vieille Route de Québec (The Ancient Highway) en 1925). À sa mort, il est l'auteur le mieux payé du monde par mot écrit.

En France l'œuvre de James Oliver Curwood a été largement popularisée par la Bibliothèque Verte, chez l'éditeur Hachette[1], une collection de livres destinées à la jeunesse. Cet éditeur publie d'ailleurs, en 1912, son premier roman traduit en langue française sous le titre de Melissa, repris en 1929 sous le titre plus accrocheur de La Piste dangereuse. La plupart des traductions sont le fait de Paul Gruyer et Louis Postif. En 1992, Francis Lacassin rend à Curwood son statut d'auteur pour tous, adultes comme adolescents, en publiant dans un volume de la collection Bouquins, chez Robert Laffont, douze de ses romans sous le titre Bêtes et gens du Grand Nord. Hugo Pratt, qui a découvert Curwood en Italie à l'âge de sept ans, s'en est inspiré pour camper certains de ses personnages[2]

Œuvre[modifier | modifier le code]

(liste exhaustive. La 1re date est celle de la 1re édition originale américaine, suivie du titre français si le roman a été traduit)

Première édition

américaine

Titre original

Titres français

Premières éditions

(traducteurs)

1907 Captain Kidd of the Underground
1908 The Courage of Captain Plum
L'Aventure du Capitaine Plum 1927 - éditions G. Crès et Cie, 231p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1908 The Wolf Hunters Suite : The Gold Hunters
Les Chasseurs de Loups 1923 - éditions G. Crès et Cie, 253p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1909 The Great Lakes
1909 The Gold Hunters Suite de : The Wolf Hunters
Les Chasseurs d'Or 1926 - éditions G. Crès et Cie, 227p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1910 The Danger Trail
Melissa 1912 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 284p. (Victor Forbin)
La Piste Dangereuse 1929 - éditions G. Crès et Cie, 266p. (Victor Forbin)
1911 The Honor of the Big Snows
Les Neiges du Grand Nord 1977 - éditions Hachette "bibliothèque verte", 188p. (Louis Postif), illustrations de Françoise Pichard.
L'Honneur des Grandes Neiges

suivi de Le Cas d'André Beauvais

et Le Violonneux

1978 - G. P. "collection spirale" n°283, 315p. (Paul Gruyer, Louis Postif), illustrations Daniel Billon.
1911 Steele of the Royal Mounted
Philippe Steele de la Police Montée 1933 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 223p. (Louis Postif)
1912 The Flower of the North
Fleur du Nord 1936 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 252p. (Louis Postif)
1913 Isobel: A Romance of the Northern Trail
Les cœurs les plus Farouches 1926 - éditions G. Crès et Cie, 238p. (Léon Bocquet)
1914 Kazan: Wolf-Dog of the North Suite : Baree, Son of Kazan
Kazan 1925 - éditions G. Crès et Cie, 242p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1915 God's Country and the Woman
1916 The Hunted Woman
La Voyageuse Traquée 1931 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 267p. (Louis Postif)
1916 The Grizzly King
Le Grizzly 1922 - éditions G. Crès et Cie, 224p. (Midship)
1917 Baree, Son of Kazan Suite de : Kazan: Wolf-Dog of the North
Bari, Chien-Loup 1935 - éditions G. Crès et Cie, 276p. (Léon Bocquet)
1918 The Courage of Marge O'Doone
La Fugitive 1935 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 256p. (Louis Postif)
1918 Wapi, the Walrus
1919 Nomads of the North
Nomades du Nord 1925 - éditions G. Crès et Cie, 237p. (Louis Postif)
1919 The River's End
Le Bout du Fleuve 1926 - éditions G. Crès et Cie, 245p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1920 Back to God's Country and Other Stories
L'instinct qui veille Recueil de nouvelles dans lequel figue "Wapi The Walrus"
1920 The Valley of Silent Men
La Vallée du Silence 1930 - éditions Plon "bibliothèque reliée" n°63, 253p. (Louis Postif)
1921 God's Country - The Trail to Happiness
1921 The Golden Snare (résumé en bas du tableau)
Le Piège d'Or 1924 - éditions G. Crès et Cie, 242p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1921 The Flaming Forest
La Forêt en Flammes 1934 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 256p. (Louis Postif)
1922 The Country Beyond
La Piste du Bonheur 1937 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 255p. (Louis Postif)
1923 The Alaskan
L'Homme de l'Alaska 1933 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 256p. (Louis Postif)
1924 A Gentleman of Courage
Un Gentleman Courageux 1931 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 256p. (Louis Postif)
Le Bord du Lac 1978 - Paris, J. Tallandier "les romans du grand Nord", 249p. (Paul Gruyer, Louis Postif)
1925 The Ancient Highway
La Vieille Route de Québec 1938 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 255p. (Louis Postif)
1926 Swift Lightning
Rapide-Éclair 1934 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 253p. (Louis Postif), préface par André Demaison.
1926 The Black Hunter
1928 The Plains of Abraham
1928 The Glory of Living
1929 The Crippled Lady of Perinbonka
Carla (The Crippled Lady of Perinbonka) 1936 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 170p. (Louis Postif)
1930 Green Timber
1930 Son of the Forests
Le Fils des Forêts 1938 - éditions Hachette "les meilleurs romans étrangers", 190p. (Louis Postif)
1931 Falkner of the Inland Seas
  • Résumé du roman Le Piège d'or :

1916. Bram Johnson, quarteron Esquimau, a tué le caporal Lee, un policier canadien, et a pris la fuite dans le Grand Nord, où il est à la tête d'une meute de loups. Quatre années après, vers 1920, le capitaine Philip Brant, de la Police montée canadienne, à sa recherche, découvre un « piège d'or » perdu par Johnson. Il s'agit d'un piège à collet tressé avec les cheveux blonds d'une femme ! Après enquête, le policier découvre Johnson, mais celui-ci le fait prisonnier. Le policier rencontre Célie Armin, une jeune danoise faite elle aussi prisonnière par Johnson. Pendant que Johnson va chasser le caribou, Philip et Célie sont attaqués par des Esquimaux de la tribu des Kogmollocks, qu'ils repoussent avec leurs armes à feu. Ils s'enfuient, échappant aux Kogmollocks et à Johnson, et rencontrent Blake, un bandit qu'ils font prisonnier. Ils continuent leur chemin et se réfugient dans un petit fortin, dans lequel se trouve un homme, Olaf Anderson, ainsi que le père de Célie ! Philip et Célie découvrent qu'ils sont tombés amoureux l'un de l'autre... Hélas, ils sont tous quatre attaqués par Blake et des Kogmollocks, qu'ils repoussent difficilement. Mais les Esquimaux sont attaqués à revers par Bram Johnson, qui leur sauve ainsi la vie, tandis que Blake est tué. Le roman se termine par la révélation des pérégrinations de Célie, qui se révèle être une princesse qui a connu les vicissitudes du XXe siècle, avec Raspoutine, Nicolas II, la Révolution russe, la nécessité de fuir, etc. Bram Johnson, en raison de l'aide qu'il a apportée aux quatre assiégés, est gracié et laissé libre de parcourir désormais à sa guise le Grand Nord avec ses loups.

Adaptations au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Les romans et nouvelles de James Oliver Curwood ont été très souvent adaptés, surtout au cinéma.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de Pierre Lebedel, journal La Croix, 22-23 mars 1992 : J.-O. Curwood prince des neiges.
  2. Pierre Lebedel, Le Souffle du Grand Nord, in Hugo Pratt, écrivain du grand large, L'Express BD, N° 2, juillet 2015.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]