Ruée vers l'or de 1828 en Géorgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La ruée vers l'or de 1828 en Géorgie, premier mouvement de recherche aurifère aux États-Unis, a précédé de vingt ans la ruée vers l'or en Californie, permettant à de nombreux prospecteurs de se faire la main, mais entraînant la déportation du peuple Cherokee. La ruée a duré plus de quinze ans et culminé vers 1843[1]. Conséquence de cet engouement pour le métal fin, dès 1830, le Congrès des États-Unis vote le « Removal Act », qui autorise l'armée à les déporter de la Georgie vers l'Oklahoma.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ruée vers l'or des années 1830 se produisit dès 1828 dans le comté de Lumpkin, le premier touché, à Dahlonega et Auraria, sur façade ouest des Appalaches.

En 1827, les tribus d'indiens Cherokee, premiers occupants des lieux, adoptent une constitution calquée sur celle des États-Unis, mais elle est déclarée nulle par le corps législatif de Géorgie.

En 1830, plus de 300 onces par jour sont extraites dans une zone allant du nord de Blairsville au sud-est du territoire Cherokee. Une route, une poste, un journal et un hôtel appartenant au vice-président américain John C. Calhoun sont bâtis de toute pièces[2]. Un hôtel des monnaies s'installe dès 1830 et frappe 100 000 dollars la première année. Il produira 1,5 million de pièces d'or, pour une valeur totale de 6 millions de dollars, avant de fermer en 1861[3]. La plupart des colons blancs arriva dans les années 1832 et 1833, après avoir reçu des terres à l'occasion de loteries.

C'est lors de la ruée vers l'or de la Géorgie que s'est généralisé le « rocker », appareil inventé pour mieux rechercher l'or alluvionnaire : il est composé d'une caisse en bois sans fond, permettant d'évacuer l'eau, mais équipée d'un tamis pour retenir les cailloux et de taquets pour conserver l'or[4].

Le patrimoine historique de la ruée vers l’or est toujours célébré, par le biais d'un festival annuel à Dahlonega.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://freepages.history.rootsweb.ancestry.com/~cescott/jhgregory.html
  2. "About North Georgia"
  3. Encyclopédie de la Georgie
  4. "Villes fantômes de l'Ouest américain: Leur vie, leur mort, leur survie" par Marijke Roux-Westers, page 61 [1]