Ruée vers l'or de 1828 en Géorgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La ruée vers l'or de 1828 en Géorgie, premier mouvement de recherche aurifère aux États-Unis, a précédé de vingt ans la ruée vers l'or en Californie, permettant à de nombreux prospecteurs de se faire la main, mais entraînant la déportation du peuple Cherokee. La ruée a duré plus de quinze ans et culminé vers 1843[1]. Conséquence de cet engouement pour le métal fin, dès 1830, le Congrès des États-Unis vote l'« Indian Removal Act », qui autorise l'armée à déporter les peuples amérindiens de la Géorgie vers l'Oklahoma.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ruée vers l'or des années 1830 se produisit dès 1828 dans le comté de Lumpkin, le premier touché, à Dahlonega et Auraria, sur la façade ouest des Appalaches.

En 1830, plus de 300 onces par jour sont extraites dans une zone allant du nord de Blairsville au sud-est du territoire Cherokee. Une route, une poste, un journal et un hôtel appartenant au vice-président américain John C. Calhoun sont bâtis de toute pièces[2]. Un hôtel des monnaies s'installe dès 1830 et frappe 100 000 dollars la première année. Il produira 1,5 million de pièces d'or, pour une valeur totale de 6 millions de dollars, avant de fermer en 1861[3]. La plupart des colons blancs arriva dans les années 1832 et 1833, après avoir reçu des terres à l'occasion de loteries.

C'est lors de la ruée vers l'or de la Géorgie que s'est généralisé le « rocker », appareil inventé pour mieux rechercher l'or alluvionnaire : il est composé d'une caisse en bois sans fond, permettant d'évacuer l'eau, mais équipée d'un tamis pour retenir les cailloux et de taquets pour conserver l'or[4].

Le patrimoine historique de la ruée vers l’or est toujours célébré, par le biais d'un festival annuel à Dahlonega.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://freepages.history.rootsweb.ancestry.com/~cescott/jhgregory.html
  2. "About North Georgia"
  3. Encyclopédie de la Georgie
  4. Marijke Roux-Westers, Villes fantômes de l'Ouest américain : leur vie, leur mort, leur survie, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, , 332 p. (ISBN 978-2-86272-395-2, OCLC 255237153, lire en ligne), p. 61.