Bannack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bannack
Bannack.jpg
Géographie
Pays
État
Comté
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Mine d'or, ville fantôme, quartier historique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
National Historic Landmark (), inscrit au National Register of Historic Places (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
GNIS
Site web
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Montana
voir sur la carte du Montana
Red pog.svg

Bannack est une ville fantôme (Ghost Town en anglais) fondée en 1862 dans le Montana, aux États-Unis, qui a conservé une soixantaine de structures historiques en bois empilé, la plupart en bon état et pouvant être visitées[1].

Nommée d'après les Bannocks, une tribu indienne locale, c'était l'emplacement de la première mine d'or principale du Montana, lors de la Ruée vers l'or du Montana.

De l'or avait été découvert dans le Montana dès 1852, par Francois Finlay, venu de Californie[2], mais sans être suivi par d'autres prospecteurs. Le 28 juillet 1862, des prospecteurs menés par John White découvrent de l'or dans une rivière, près de Bannack, qui est fondée comme première capitale territoriale du Montana, qui n'est alors pas encore un Etat[1], en 1864, avant d'être remplacée par la ville de Virginia City. Bannack est alors devenue une ville minière, mais avec une population de moins en moins nombreuse. Les derniers habitants sont partis dans les années 1970. Elle est actuellement conservée dans le Bannack State Park et inscrite sur la liste du National Historic Landmark.

Le nombre maximal d'habitants était de 3 000 personnes. Il y avait trois hôtels, trois boulangeries, trois forgerons, deux écuries, deux boucheries, une épicerie, un restaurant, une brasserie, un hall de billard, et quatre saloons.

Selon une légende, le shérif de Bannack, Henry Plummer, était le chef d'une bande meurtrière responsable d'une centaine de crimes à la suite desquels 22 hommes furent pendus pour leurs crimes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "The abandoned Gold Rush town in Montana that once bustled with 100,000 prospectors now lies empty in all its ghostly glory", par JAMES NYE, dans le Daily Mail de 2013 [1]
  2. Prospectors and the Montana Gold Rush

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aude de Tocqueville et Karin Doering-Froger, Atlas des cités perdues, Arthaud, , 143 p. (ISBN 9782081314689), p. 32

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :