Bandeirante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bandeirante (homonymie).
Le bandeirante Domingos Jorge Velho représenté par Benedito Calixto (1903)

Les bandeirantes sont les hommes de terrain qui, à partir du XVIIe siècle, pénétrèrent à l'intérieur du Brésil à la recherche de richesses minérales ou d'indigènes à réduire en esclavage.

Présentation[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les expéditions des bandeirantes étaient appelées entradas (entrées) lorsqu'elles étaient d'origine officielle ou bandeiras (drapeaux) lorsqu'elles étaient d'ordre privé. Ce dernier terme est à l'origine du nom "bandeirante" qui, d'un point de vue sémantique, est donc « l'homme qui suit un drapeau ».

Historique[modifier | modifier le code]

Les plus fameux, normalement, étaient originaires de São Paulo (paulistes), État qui avant la création de Santa Catarina s'étendait à tout le sud du pays. Les bandeirantes étaient du point de vue ethnique descendants de Portugais avec presque toujours un peu de métissage indigène[1].

Ils furent les principaux artisans de la conquête de l'intérieur et de l'augmentation des limites territoriales du Brésil au-delà de celles définies par le traité de Tordesillas — accord entre le Portugal et l'Espagne pour définir les limites entre les possessions portugaises et espagnoles dans le nouveau monde. Les bandeirantes ont étendu les frontières du Brésil au Sud, au-delà du méridien de Tordesillas qui passe à Laguna, presque jusqu'au Rio de la Plata, à l'Ouest par le Mato Grosso et presque à proximité des Andes.

Ils sont les responsables de la capture d'au moins 60 000 indigènes, de la mort de beaucoup d'autres et de la destruction des missions jésuites du Guaira, du Tapé et du Rio Grande do Sul, au Brésil. Cependant, les bandeiras connurent des résistances comme par exemple celle de Pedro Leite Pais qui fut vaincue par trois cents guerriers défendant la mission Jésus Maria. La fourniture d'armes à feu par les jésuites aux Indiens et une formation militaire permit la victoire indienne sur les bords du Rio Mboréré en 1641 sur une bandeira composée de 300 paulistes et 600 Tupis.

Bandeirantes célèbres[modifier | modifier le code]

Afonso Sardinha, Antônio Dias Adorno, Antônio Dias de Oliveira, Bartolomeu Bueno da Silva, ou Anhangüera, Belchior Dias Moréia, Manuel de Borba Gato, Domingos Jorge Velho, Fernandes Tourinho, Fernão Dias Pais, Francisco Dias Velho, Henrique da Cunha Gago, Lourenço Castanho Taques, Manuel Preto, Pascoal Moreira Cabral, Antonio Raposo Tavares, Simão Álvares.

Hommage[modifier | modifier le code]

Le Monument aux Drapeaux de São Paulo est un hommage rendu aux Bandeirantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir caboclo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BRUNO, Ernani Silva. História do Brasil (geral e regional). São Paulo: Cultrix, 1967, 2ª ed., v. 4.(Histoire du Brésil)
  • BARBOSA, Waldemar de Almeida. Dicionário histórico-¦geográfico de Minas Gerais. Belo Horizonte: Itatiaia, 1995.(Dictionnaire historico-géographique du Minas Gerais)
  • CÓDICE Costa Matoso. Coleção das notícias dos primeiros descobrimentos das minas da América que fez o doutor Caetano da Costa Matoso sendo ouvidor-geral das de Ouro Preto, de que tomou posse em fevereiro de 1749 & vários papéis. Belo Horizonte: Fundação João Pinheiro, 1999. Collection des connaissances des premiers découvreurs des mines d'Amérique. Collection faite par le Dr Caetano da Costa Matoso qui était l’inspecteur général des mines d'Ouro Preto, charge dont il a pris possession en février 1749 et d'autres documents
  • COSTA, Joaquim Ribeiro. Toponímia de Minas Gerais. Belo Horizonte: Itatiaia, 1993.(Toponymie du Minas Gerais)
  • HOLANDA, Sergio Buarque de. Raízes do Brasil. Brasília: UnB, 1963, 4ª ed.(Racines du Brésil)
  • LEITE, Mario. Paulistas e mineiros, plantadores de cidades. São Paulo: Edart, 1961.(Paulistes et habitants du Minas Gerais, planteurs de villes)
  • PARANHOS, Paulo. Primeiros núcleos populacionais no Sul das Minas Gerais, Artigo publicado na edição nº 7 de dezembro de 2005 da HISTÓRICA - Revista Eletrônica do Arquivo do Estado. Premiers noyaux de population au Sud du Minas Gerais
  • REZENDE, Francisco de Paula Ferreira de. Minhas recordações. Belo Horizonte: Imprensa Oficial, 1987( Mes souvenirs)
  • BENNASSAR Bartolomé et MARIN Richard. Histoire du Brésil 1500-2000 Fayard 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]