Punaise des lits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir punaise.
Punaise des lits
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Punaise des lits » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Cimex lectularius est l'espèce la plus répandue.

Taxons concernés

L'appellation « punaise des lits » peut désigner plusieurs espèces d'insectes hétéroptères de la famille des Cimicidae, selon les régions du monde où le terme est employé. Exclusivement hématophages, les mâles comme les femelles piquent et sucent (durant 10 à 20 mn) le sang de leur hôte, pouvant vivre sans manger jusqu’à 1 an et demie, voire 2 ans dans de bonnes conditions. Elles sont sources de fortes démangeaisons et de dermatites.

Au début du XXIe siècle, certaines espèces de punaises semblent de nouveau proliférer, y compris dans des hôtels, hôpitaux ou maisons de retraite[1]. Ce sont des insectes exclusivement nocturnes, mais lorsque la population augmente ils peuvent se promener même le jour.
La revue Nature a publié en février 2016 de premières données génomiques sur la punaise du lit, qui pourrait permettre d'affiner les méthodes de prévention et de lutte[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces punaises vivaient déjà aux dépens de l'homme dans l'antiquité (on en a retrouvé dans des tombes égyptiennes fermées il y a 3550 ans.
Elles faisaient des ravages dans les tranchées, et dans de nombreuses habitations jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où le DDT a permis, au moins provisoirement et dans les pays riches de les presque éliminer (années 1950)[3],[4], puis depuis la fin du XXème siècle, leurs populations se développent à nouveau[5],[6],[7], notamment dans les environnement urbains[8].

Espèces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cimex lectularius.
Un avant bras plein de pustules rougissantes, plus ou moins alignés
Piqûres de Cimex lectularius

Classiquement, la punaise des lits désigne :

  • Cimex lectularius, une punaise des lits très largement à nouveau répandue autour du monde.

Occasionnellement l'homme est aussi piqué par [9]

Parmi les autres espèces, on compte :

Les espèces du genre Oeciacus, bien que ne faisant pas partie de la famille des punaises des lits, possèdent beaucoup de points communs avec celles-ci, mais affectent surtout les oiseaux.

Pour étudier ces espèces et leur sexualité (insémination traumatique)[10], dès le début du XXème siècle, des méthodes d'élevage (avec nourriture artificielle) ont été mises au point[11],[12].

Reproduction et cycle de vie[modifier | modifier le code]

L'adulte peut vivre de 6 à 24 mois[13],[9]; lors de l'accouplement le mâle effectue une « insémination traumatique »[14] en transpercant la cuticule de l’abdomen de la femelle dans une zone dénommée "ectospermalège" pour y injecter son sperme ; il arrive qu'il manque cette cible, mais l’insémination peut ne pas échouer car un organe interne de la femelle (dit "mésospermalège") capte et drainer les spermatozoïdes jusqu’à la spermathèque. Le traumatisme de la reproduction va néanmoins tuer de nombreuses femelles (phénomène observé en élevage et en milieu naturel) car le mâle introduit ainsi des germes pathogènes dans l'organisme des femelles qu'il féconde.
Des comportements homosexuels sont aussi observés chez les mâles avec comme résultats que les spermatozoïdes de l'assaillant se mêlent à celui de l'assailli qui (s'il ne meurt pas) lors de sa prochaine insémination d'une femelle lui transfèrera deux souches de spermatozoïdes au lieu d'une

Les œufs (blanchâtres, très ovales, longs de 1 à 3 mm operculés) sont émis par paquets de 5 à 15, trois à dix jours après la fécondation au plus tard , si la température est comprise entre 14 et 27°C et un repas sanguin est nécessaire à leur maturation[9]. Une femelle peut être fécondée plusieurs fois et pondre de 200 à 500 œufs dans sa vie[9].

La nymphe passe par 5 stades de croissance pour devenir adultes, chaque stade nécessitant un repas sanguin et durant 3 à 15 jours[9]. À jeun la larve est presque translucide ce qui la rend souvent discrète[9].

Interactions écologiques[modifier | modifier le code]

La Scutigère véloce est l'un des prédateurs de la punaise de lit.

Hématophage[modifier | modifier le code]

Elles sont des ectoparasites exclusivement hématophages, elles piquent et sucent le sang de leur hôte puis se cachent dix à douze jours pour le digérer.

Vecteur de maladies ?[modifier | modifier le code]

D'après le Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses (CCNMI), jusqu'à ce jour, il n'a pas été démontré que les punaises des lits pouvaient transmettre des maladies infectieuses comme peuvent le faire les moustiques. Mais elles restent considérées comme un problème de santé publique en raison des manifestations dermatologiques qu'induisent leurs piqures[9].

En 1979 Jupp et McElligott concluent que le risque de transmission vectorielle de l'hépatite B par Cimex lectularius n'existe pratiquement pas[15].

En 2014 alors que les populations de punaises de lit ont explosé et parce qu'elles partagent de nombreux traits importants avec les insectes triatomes (véhicules fréquent du parasite Trypanosoma cruzi, l'agent étiologique de la maladie de Chagas) l'hypothèse que la punaise de lit puisse aussi être vectrice de Trypanosoma cruzi a aussi été étudiée [16]. Ce travail montre qu'une transmission efficace (et bidirectionnelle) de T. cruzi d'hôtes à la punaise de lit est possible (en conditions de de laboratoire au moins : là, presque toutes les punaises de lit qui s'étaient nourri sur des souris expérimentalement infectées ont acquis le parasite. Ensuite une majorité de souris non-infectées ont acquis le parasite après une période de cohabitation avec des punaises de lit infectées. En outre le trypanosome (T. cruzi) a aussi été transmis aux souris après que seuls des excréments de punaises de lit infectées aient été appliqués sur la peau de l'hôte. Enfin, les mesures quantitatives de défécation des punaises de lit étaient similaires à celles des vecteurs importants de la triatomine. Les auteurs en concluaient que la punaise de lit commune pourrait être un vecteur compétent de T. cruzi, laquelle pourrait donc éventuellement transmettre la maladie de Chagas à l'Homme ou à d'autres animaux.

La puce de lit tropicale Cimex hemipterus (tout comme la puce et le pou) peut être porteuse (durant plusieurs semaines) de la bactérie Bartonella quintana (également retrouvée vivante dans ses excréments), ce qui en fait a priori un vecteur possible de la bartonellose autrefois dite fièvre des tranchées et considérée comme maladie réémergente. Ceci a été montré à partir de punaises de lit échantillonnées dans deux prisons du Rwanda[17],[18]. Des études immunohistochimiques ont montré que la bactérie est présente dans le tube digestif intestinal. Elle a aussi été trouvée dans les larves du 1er et du second stade ce qui peut laisser penser qu'elle puisse aussi être vecteur d'autres agents pathogènes.

Plus de 45 agents pathogènes ont ainsi été évoqués par la littérature scientifique, avec parfois des essais visant à évaluer la compétence (en laboratoire) et la capacité vectorielle (in vivo) de Cimex lectularius A la différence des moustiques, des tiques ou des puces, les punaises des lits semblent être de mauvais vecteurs de bactéries, champignons ou virus pour l'homme[19],[20],[21],[22].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Le plus grand prédateur naturel de la punaise des lits serait la Scutigère véloce (Scutigera coleoptrata), un petit arthropode myriapode. Il appartient au groupe des Chilopodes, c'est-à-dire des mille-pattes chasseurs : il est peu trapu et a de longues pattes.

Les punaises sont également attaquées par des réduvidés prédateurs, la fourmi pharaon, les araignées, les pseudoscorpions, les mites et les cafards[23].

Habitat[modifier | modifier le code]

Jacques-Christophe Valmont de Bomare liste les endroits où se trouvaient les punaises des lits au XVIIIe siècle[24] :

« Aussi naissent-ils abondamment dans les vieux bâtimens, dans les appartemens voisins des poulailliers, des colombiers, des cages de cailles & des fours, dans les vieilles solives des maisons, dans les lits, sur-tout dans ceux dont le bois est de sapin, où il y a de vieilles paillasses, ou dont la paille & les draps ne sont pas assez souvent renouvelés, ainsi que les matelas ; dans ceux qui sont proches de vieilles cloisons ou de vieilles murailles enduites de plâtre, ou près de vieux livres : on en voit une plus grande quantité aux chambres d'en haut, aux lieux secs & exposés au midi, principalement dans les grandes villes bien peuplées, & où les maisons sont à plusieurs étages, comme à Paris : elles sont moins communes à la campagne. »

Détection[modifier | modifier le code]

Avant de chercher à les éradiquer, il faut bien détecter les nids des punaises, souvent situés à quelques mètres d'un endroit où les hommes passent beaucoup de temps:

  • Lit ;
  • cordon de matelas ;
  • Meubles proche du lit, placard à linge, rideaux, fente de bois ou du plancher, cadre de tableaux, tringle à rideau...
  • conduites d'aération.

Les indices de présence des punaises sont :

  • les piqûres ;
  • des taches du sang sur les draps ;
  • des déjections, liquides au moment de l'émission, formant ensuite des points noirs (amas de 1 à 3 mm) éventuellement noyés dans les fibres du tissus du drap.

Pour détecter les nids de punaises, il est utile de passer les surfaces planes (murs, matelas, meubles) en lumière rasante (très prés d'un mur) d'une lampe de poche.

Éradication[modifier | modifier le code]

Bois de lit avec petites larves blanches et adultes rouges
Adultes (rouges) et larves (blanches) dans le bâti d'un lit infesté.

L'éradication des punaises de lit est difficile, même avec les techniques modernes[1].

Selon le Dr. Arezki Izri (entomologiste médical de l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, de Université Paris XIII), coauteur en 2015 d'un rapport sur les punaises de lit, « le recours aux insecticides demeure trop systématique et devance la lutte mécanique (aspiration, chaleur, froid, vapeur sèche) qui, à condition qu'elle soit bien menée, peut suffire »[2]. Et certaines entreprises de désinsectisation (activité non encadrée), ont parfois des méthodes peu rigoureuses, proposent des services à des prix parfois élevés (souvent plusieurs centaines d'euros, y compris pour de petites surfaces)[2]. Elles disposent généralement d'équipements et de produits plus efficaces que les particuliers, tels que des nébulisateurs électriques permettant de créer des nuages d'insecticide dans des endroits clos[25]. Les traitements professionnels les plus chers, mais aussi les moins toxiques, sont des traitements thermiques de l'habitation entière par la chaleur ou le froid [réf. nécessaire].

Un chien détecteur de punaises peut aider à précisément détecter les zones infestées et ainsi mieux cibler les traitements de désinsectisation. Très souvent utilisée aux États-Unis et au Canada, cette méthode existe aussi en France[26]. En revanche, cette technique n'a pas encore fait ses preuves[27].

Historique[modifier | modifier le code]

Valmont de Bomare décrit les méthodes d'éradication en vigueur au XVIIIe siècle[24] :

« Il est étonnant de voir la quantité de recettes que les Anciens & les Modernes nous donnent pour empêcher que ces vilains insectes ne troublent notre repos : huiles, graisses, onguents, lotions, fumigations, talismans, amulettes, ex voto &c. tout a été mis en usage ; mais les plus spécifiques sont l'huile de vitriol versée sur le sel marin, la fumée de tabac, de soufre, de mercure, de cuir brûlé, de poivre, & toutes autres drogues fortes : c'est la raison pourquoi l'on ne voit que peu ou point de cette vermine chez les Droguistes, les Apothicaires, & sur-tout chez les Corroyeurs. Aldrovande approuve fort l'usage des claies d'osier mises au chevet du lit, car les punaises s'y retirent volontiers quand elles voient le jour ; & il suffit de secouer ces nattes ou claies pour les écraser facilement. Plus ces nattes sont vieilles, & meilleures elles sont, parce que ces insectes ayant l'odorat très-fin, l'odeur de leurs semblables les y attire en foule ; les araignées les mangent quand elles en peuvent attraper. Un autre moyen pour ne pas avoir de punaises, est d'avoir soin de tenir ses apparteniens & ses meubles dans une grande proprété. »

Sophie Trébuchet, la mère de Victor Hugo, qui accompagnait son mari le général Hugo alors en campagne en Espagne dans les années 1810, se bat quant à elle contre les punaises de lit[28] :

« Quand elle arrivait, elle faisait enlever tous les meubles qui étaient dans la chambre où elle allait coucher ; elle la faisait nettoyer ; et elle faisait dresser le lit qu'elle avait apporté. Elle se réveillait couverte de punaises. À la couchée suivante, elle s'imagina de mettre les quatre pieds du lit dans des seaux d'eau. Elle se croyait entièrement à l'abri : comment les punaises auraient-elles pu arriver ? Elle se réveilla couverte de punaises. Les punaises grimpaient au plafond, et se laissaient tomber du plafond sur le lit. Elle finit par coucher dans les cours — les cours en Espagne sont presque toutes en marbre. Eh bien, dans ce marbre, elle en avait encore. Les enfants[Note 1] couchaient comme tout le monde dans l’intérieur. Leur lit se composait, en général, d'une couchette de bois et d'une paillasse de maïs. Les punaises fourmillaient ; mais les enfants dorment malgré tout. »

Méthodes thermiques[modifier | modifier le code]

Froid[modifier | modifier le code]

On peut utiliser le froid par congélation à −22 °C pendant 48h[1]. La plupart des congélateurs n'atteignent cependant pas une température assez basse pour être efficaces[23].
Certains professionnels proposent un traitement par l'azote liquide −196 °C, ce qui constitue probablement un moyen au moins aussi efficace que la forte chaleur.

Chaud[modifier | modifier le code]

Un chauffage à plus de 65 °C pendant 5 h détruit les punaises à tous les stades de leur développement. Il est important de s'assurer que la température requise est atteinte en profondeur de l'objet en cours de désinsectisation. Par exemple, un oreiller mis en machine à laver à plus de 55 °C[9] (certains par sécurité recommandant 95 °C pour des objets de type oreiller/coussins) . L'ébullition durant 10-30 min dans une marmite est plus efficace, mais abîme certains objets désinsectisés. Le repassage scrupuleux avec un fer à repasser vapeur est un moyen efficace contre les œufs et les punaises de lit adultes cachés dans le linge ou vêtements (à condition que celles-ci ne s’échappent pas en cours de procédure). Le nettoyage-vapeur tue instantanément les œufs, larves et adultes (120°C)[9] dans les recoins ou tissus d’ameublement.

Méthodes chimiques[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs décennies des souches de punaises des lits se sont adaptées au DDT et à divers insecticides (phénomène de résistance aux pesticides)[29],[30]. Ainsi les produits qui peuvent être achetés dans des grandes surfaces sont généralement très peu efficaces contre les souches de punaises de lit devenues résistantes, et des produits efficaces il y a quelques années peuvent ne plus l'être [31],[32].
De plus certains insecticides détruisent les adultes et nymphes mais pas les œufs, ce qui implique de les réutiliser à un intervalle de 2 à 3 semaines afin d'empêcher que les larves issues des œufs ne deviennent adultes [réf. nécessaire]. Enfin certains insecticides (tels le DDT ou l'ivermectine[33], parmi de nombreux d'autres) ont des effets secondaires et écologiques problématiques.

Dans le cas où un recours à un professionnel s'avère trop cher, il est possible de trouver dans des drogueries ou sur les sites web spécialisés les mêmes produits professionnels dédiés à l'éradication de ces insectes, mais ces produits chimiques peuvent être dangereux pour la santé si l'utilisateur ne respecte pas les consignes d'utilisation et de sécurité [réf. nécessaire]. Le seul moyen chimique relativement fiable est la fumigation du bâtiment / voiture entière sous bâche au fluorure de sulfuryle. Ce gaz est commercialisé sous le nom de Vikan aux États-Unis et Profume en Europe, mais n'est pas homologué en France pour la désinsectisation des habitations [réf. nécessaire].

Méthodes mécaniques[modifier | modifier le code]

Aspiration[modifier | modifier le code]

Une aspiration scrupuleuse des sols, plinthes, recoins peut ralentir la progression d'une infestation. Souvent il est préférable de désassembler les meubles avant de passer l'aspirateur sur chaque pièce du meuble, séparément.

Isolation[modifier | modifier le code]

Une autre solution consiste à empêcher le contact entre la punaise et sa victime : en enveloppant le matelas et les oreillers d'un emballage de qualité et en tapissant les murs de papier collant[1]. Cette méthode possède l'avantage de ne pas présenter de risque grave pour la santé de l'homme. Les punaises de lit adultes parvenant à traverser les surfaces du papier collant bureautique, l'utilisation du papier collant spécial contre les insectes s'impose. Une variante plus efficace de la méthode consiste à mettre les pieds du lit dans des récipients glissants pour les punaises ou des coupelles remplies d'eau, ou à les enduire de vaseline. Pour juger de l'efficacité de telles isolations, il ne faut pas oublier que les punaises peuvent tomber du plafond sur le lit, si elles trouvent un moyen d'y monter[34].

Enfin, les punaises se cachant dans des recoins ou fissures durant le jour, il convient de reboucher fentes et jointures du logement, y compris dans le mobilier, et de limiter le nombre d'objets dans l'espace infesté pour permettre un nettoyage parfait[34].

Les sacs plastiques étanches peuvent également être utiles (voir la section "Après une décontamination" plus bas).

Substances coupantes[modifier | modifier le code]

Terre de diatomée[modifier | modifier le code]

Les dessécher avec de la terre de diatomée : une solution ancestrale consiste à répandre de la terre de diatomée autour du lit[1] et même dans le lit (version alimentaire), ainsi que dans le reste du logement. C'est un insecticide mécanique inoffensif pour les animaux domestiques et les hommes, peu coûteux à l'usage et qui se nettoie d'un simple coup d'aspirateur.

À noter qu'après quelques jours, la terre de diatomée absorbe de l'eau et de la poussière et perd son efficacité. Donc la poudre est à aspirer et à renouveler régulièrement.

Une exposition prolongée peut cependant exposer à un risque de pneumoconiose, comme la silicose, du fait de sa teneur en silice cristalline (variable selon les terres de diatomée utilisées). La terre de diatomée n'agit que sur les punaises adultes, il faut donc en répandre régulièrement tant qu'il reste des œufs à éclore. Son efficacité s'applique à tous les insectes, même bénéfiques, en absorbant la couche de cire qui leur permet de conserver leur hydratation corporelle, ce qui les dessèche en quelques jours. Il vaut donc mieux éviter d'en répandre à l'extérieur du logement[34].

Feuilles fraîches de haricot vert[modifier | modifier le code]

Une méthode ancestrale récemment redécouverte consiste à disposer des feuilles fraîches de haricot vert autour de son lit. Ces végétaux sont porteurs de sortes de poils acérés (des trichomes) qui agissent comme une planche à clous pour les punaises qui s'y empalent les pattes. Comme les feuilles se fanent vite, les chercheurs essaient de mettre au point une surface comparable pour piéger ces punaises[35],[36].

Après une décontamination[modifier | modifier le code]

Une fois désinsectisés, les objets doivent être préservés de la recontamination. Pour cela, les sacs plastiques transparents à fermeture étanche sont bien adaptés (sacs de congélation pour petits objets ou similaires pour des objets plus grands). Pour protéger les objets de façon efficace, il est nécessaire de faire un test de fuite de l'air au préalable, de fermer des trous éventuels avec du ruban adhésif, et évidemment de bien fermer les sacs. Un marquage des sacs : objets propres / objets infestés peut également être utile.

Les meubles infestés jetés doivent être déposés directement aux déchetteries ou au moins marqués comme infestés par punaises de lit et donc dangereux, afin de prévenir la contamination de ceux qui pourraient éventuellement les reprendre.

Résurgence[modifier | modifier le code]

Les punaises de lit ont resurgi dans les années 1980 pour des raisons qui ne sont pas claires, mais les facteurs qui y ont contribué peuvent être la résistance aux pesticides, l'interdiction de certains pesticides jugés dangereux pour l'homme et l'augmentation des échanges mondiaux.

La National Pest Management Association a signalé une augmentation de 71 % de la population entre 2000 et 2005 aux États-Unis. Le nombre d'incidents signalés à New York seul est passé de 500 en 2004 à 10 000 en 2009. En outre, les punaises de lit ont atteint des régions où elles ne s’étaient jamais établies avant, comme en Amérique du Sud.

Une théorie récente sur la réapparition de la punaise de lit aux États-Unis est que celle-ci n’avait jamais vraiment disparu, mais parasitait d'autres hôtes. Les enquêteurs ont trouvé ainsi de fortes populations de punaises de lit dans les élevages de volaille en Arkansas[37]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Victor Hugo et ses frères Abel et Eugène.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Yannick Tenet, Gilles Clémençon, Pierre-Alain Jaussi, Briag Bouquot, Beat Lambert, Élodie Steen, Maya Schmid, Didier de Giorgi, Benoît Mayer, « L’invasion des punaises de lit », RTS Un, Radio télévision suisse « MAP [mise au point] »,‎ (lire en ligne [[vidéo] présentation : Catherine Sommer])
    « Elles colonisent bureaux, appartements, cinéma et même la classe affaire de certains avions... »
  2. a b et c Sylvie Riou-Milliot (2018) [SEAActu17h-20180924 'enfer des punaises de lit : comment les identifier et les éradiquer ?]|Sciences et Avenir |publié 12.01.2018
  3. Usinger RL (1966) Monograph of Cimicidae (Hemiptera–Heteroptera), Vol 7. College Park, MD: Entomological Society of America; p. 50.
  4. Gbakima AA, Terry BC, Kanja F, Kortequee S, Dukuley I, Sahr F. (2002) High prevalence of bedbugs Cimex hemipterus and Cimex lectularius incamps for internally displaced persons in Freetown, Sierra Leone : a pilot humanitarian investigation. West Afr J Med ; 21:268–271
  5. Berenger JM, Delaunay P, Pagès F (2008 ). Bedbugs (Heteroptera, Cimicidae): biting again. Med Trop ; 68:563–567.
  6. Paul J, Bates J (2000 ) Is infestation with the common bedbug increasing? BMJ ; 320:1141.
  7. Anderson AL, Leffler K (2005) Bedbug infestations in the news: a picture of an emerging public health problem in the United States. J Environ Healt. 2008 ; 70:24–27, 52–53
  8. Hwang SW, Svoboda TJ, De Jong LJ, Kabasele KJ, Gogosis E. Bed bug infestations in an urban environment. Emerg Infect Dis ; 11:533–538
  9. a b c d e f g h et i Pascal Delaunay, Jean-Michel Berenger, Arezki Izri, Olivier Chosidow (2010) Les punaises de lits Cimex lectularius et Cimex hemipterus Biologie, Luttes et Santé Publique|Extrait de «Riviéra Scientifique» année 2010 Association des naturalistes de Nice et des Alpes Maritimes
  10. Stutt A.D, Siva-Jothy M.T (2001) Traumatic insemination and sexual conflict in the bed bug Cimex lectularius. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A 98, 5683-5687
  11. Montes C, Cuadrillero C, Vilella D (2002) Maintenance of a laboratory colony of Cimex lectularius (Hemiptera: Cimicidae) using an artificial feeding technique. J Med. Entomol. 39, 675-679
  12. Rivnay E (1930).Techniques in artificial feeding of the bed bug, Cimex lectularius L. Parasitol. 16, 246-249.
  13. Reinhardt K, Siva-Jothy MT (2007) Biology of the bed bugs (Cimicidae). Annu Rev Entomol ; 52:351–374.
  14. Stutt AD & Siva-Jothy MT (2001) Traumatic insemination and sexual conflict in the bed bug Cimex lectularius. Proc Natl Acad Sci USA ; 98:5683–5687
  15. Jupp PG, et McElligott SE (1979) Transmission experiments with hepatitis B surface antigen and the commonbedbug (Cimex lectularius L). S Afr Med J 56: 54–57. PMID 573506 (résumé)
  16. Salazar, R., Castillo-Neyra, R., Tustin, A. W., Borrini-Mayorí, K., Náquira, C., & Levy, M. Z. (2015). Bed bugs (Cimex lectularius) as vectors of Trypanosoma cruzi |The American journal of tropical medicine and hygiene, 92(2), 331-335.
  17. Leulmi H, Bitam I, Berenger J.M, Lepidi H, Rolain J.M, Almeras L, Raoult D, Parola P (2015) Competence of Cimex lectularius Bed Bugs for the Transmission of Bartonella quintana, the Agent of Trench Fever.| PLoS. Negl. Trop. Dis. 9, e0003789
  18. Leulmi H (2015) Étude des relations entre arthropodes et bactéries: épidémiologie moléculaire et modèles expérimentaux (Doctoral dissertation, Aix-Marseille)|28 septembre 2015.
  19. Delaunay P, Blanc V, Del-Giudice P, Levy-Bencheton A, Chosidow O, Marty P, Brouqui P. (2010) Bed bugs and infectious diseases. Clinical Infectious diseases
  20. Burton GJ (1963 ) Bedbugs in relation to transmission of human diseases. Review of the literature. Public Health Rep ; 78:513–524
  21. Klempner MS, Unnasch TR, Hu LT (2007) Taking a bite out of vector-transmitted infectious diseases. N Engl J Med ; 356:2567–2569.
  22. Reinhardt K, Naylor RA & Siva-Jothy MT (2005 ) Potential sexual transmission of environmental microbes in a traumatically inseminating insect. Ecological Entomology ; 30:607–611
  23. a et b Taz Stuart, « L'ABC des punaises de lit ».
  24. a et b Jacques-Christophe Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné d’histoire naturelle, t. 7, Paris, Brunet, , p. 407.
  25. « Exemple de nébulisateur », sur www.hyprodis.fr, (consulté le 26 janvier 2014)
  26. Voir sur punaises.fr.
  27. (en) Richard Cooper, Changlu Wang et Narinderpal Singh, « Accuracy of Trained Canines for Detecting Bed Bugs (Hemiptera: Cimicidae) », Journal of Economic Entomology, vol. 107, no 6,‎ , p. 2171–2181 (DOI 10.1603/ec14195, lire en ligne).
  28. Extrait de Victor Hugo raconté par Adèle Hugo, Plon avec le concours du Centre national des lettres, 864 pages, 1985 (ISBN 2259012884). Initialement publié en 1863, sans nom d'auteur, sous le titre Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, par les éditions Lacroix selon Annie Ubersfeld et Guy Rosa dans la présentation de l’ouvrage (page 55), et par la librairie internationale selon la BnF (notice BnF no FRBNF36418248).
  29. (en) Jerome Goddard & Richard deShazo (2009). « Bed bugs (Cimex lectularius) and clinical consequences of their bites ». Journal of the American Medical Association 301 (13): 1358–1366. doi:10.1001/jama.2009.405. PMID 19336711.
  30. (en) Steelman, C. Dayton; Allen L. Szalanski, Rebecca Trout, Jackie A. McKern, Cesar Solorzano, and James W. Austin. « Susceptibility of the Bed Bug Cimex lectularius L. (Heteroptera: Cimicidae) Collected in Poultry Production Facilities to Selected Insecticides ». J. Agric. Urban Entomol 25 (1): 41–51. Retrieved 21 December 2012.
  31. Moore D.J, Miller D.M (2006) Laboratory evaluations of insecticide product efficacy for control of Cimex lectularius.| J Econ Entomol. 99, 2080-2086
  32. Moore DJ, Miller DM (2009) Field evaluations of insecticide treatment regi-mens for control of the common bed bug, Cimex lectularius (L.). Pest Manag Sci ; 65:332–338
  33. Sheele J.M, Anderson J.F, Tran T.D, Teng Y.A, Byers P.A, Ravi B.S, Sonenshine D.E (2013) Ivermectin causes Cimex lectularius (bed bug) morbidity and mortality. J Emerg. Med. 45, 433-440.
  34. a b et c Questions et réponses au sujet des punaises des lits, décembre 2010, sur le site Santé et Service sociaux du Canada.
  35. Agnès Roux, « Des feuilles de haricot pour capturer les punaises de lit » sur le site Futura-sciences, consulté le 21 décembre 2013.
  36. « Un vampire de lit mis au pieu par une feuille de haricot » sur le site Le Monde, consulté le 21 décembre 2013.
  37. « oh-punaises.fr »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Araujo R.N, Costa F.S, Gontijo N.F, Goncalves T.C, Pereira M.H (2009) The feeding process of Cimex lectularius (Linnaeus 1758) and Cimex hemipterus (Fabricius 1803) on different bloodmeal sources. J Insect Physiol 55, 1151-1157
  • (en) McKenny-Hughes A.W et JohnsonC.G (1949) The bed-bug : its habits and life-history and how to deal with it, British Museum, Londres, (6e éd.), 18 p. (brochure)
  • (fr) Doby J/M, Des compagnons de toujours : puce, pou, morpion, punaise et autres parasites de notre peau, dans l'histoire, l'art, la littérature, la chanson, le langage, les traditions populaires, vol. III : Punaise des lits, moustiques, gale et son acarien, L'Hermitage, 1997, 236 p.
  • (fr) Foret S (2005) « La punaise des lits : cimex lectularius », université de Strasbourg 1, 60 p. (thèse de pharmacie)
  • (en) Girault A.A (1910) Preliminary studieson on the biology of the bed bugs, Cimex lectularius Linn. J. Econ. Biol 5, 88-91
  • (en) Goddard J & deShazo R (2009) « Bed bugs (Cimex lectularius) and clinical consequences of their bites ». Journal of the American Medical Association 301 (13): 1358–1366. doi:10.1001/jama.2009.405. PMID 19336711
  • (en) Lee I.Y, Ree H.I, An S.J, Linton J.A, Yong T.S (2008) Reemergence of the bedbug Cimex lectularius in Seoul, Korea. | J. Parasitol. 46, 269-271
  • (fr) Leulmi H (2015) Étude des relations entre arthropodes et bactéries: épidémiologie moléculaire et modèles expérimentaux (Doctoral dissertation, Aix-Marseille)|28 septembre 2015.
  • (en) Reinhardt K, Siva-Jothy M.T (2007) Biology of the bed bugs (Cimicidae). Annu Rev Entomol ; 52:351–374.
  • (en) Steelman C Dayton ; Allen L. Szalanski, Rebecca Trout, Jackie A. McKern, Cesar Solorzano, and James W. Austin (2012) « Susceptibility of the Bed Bug Cimex lectularius L. (Heteroptera: Cimicidae) Collected in Poultry Production Facilities to Selected Insecticides ». J. Agric. Urban Entomol 25 (1): 41–51. consulté 21 décembre
  • (en) Wintle K & Reinhardt K (2008) Temporary feeding inhibition caused by artificial abdominal distension in the bedbug, Cimex lectularius. J Insect Physiol 54, 1200-1204.

Liens externes[modifier | modifier le code]