Maladie de Chagas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maladie de Chagas
Description de cette image, également commentée ci-après
Trypanosoma cruzi.
Causes Trypanosoma cruziVoir et modifier les données sur Wikidata
Transmission Transmission par les insectes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Incubation min 5 jVoir et modifier les données sur Wikidata
Incubation max 14 jVoir et modifier les données sur Wikidata
Symptômes Chagome (en), signe de Romana (en), cardiomyopathie, myocardite, hépatomégalie, splénomégalie et mégacolonVoir et modifier les données sur Wikidata

Traitement
Médicament Benznidazole et NifurtimoxVoir et modifier les données sur Wikidata
Spécialité Infectiologie et parasitologieVoir et modifier les données sur Wikidata
Classification et ressources externes
CIM-10 B57
CIM-9 086
DiseasesDB 13415
MedlinePlus 001372
eMedicine 214581
MeSH D014355
Patient UK American-trypanosomiasis

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La trypanosomiase américaine (brésilienne) ou maladie de Chagas est une forme de trypanosomiase (comme la maladie du sommeil), une maladie parasitaire qui sévit dans les régions tropicales d'Amérique du Sud et centrale. Elle est provoquée par Trypanosoma cruzi, un trypanosome qui est transmis par des réduves, sorte de punaises hématophages de la sous-famille des Triatominae (genres Panstrongylus, Triatoma et Rhodnius), telles la vinchuca (Triatoma infestans, Triatoma protracta et Rhodnius prolixus (en)). Selon l'OMS près de 12 000 personnes meurent de la maladie de Chagas chaque année. Il s'agit d'une des vingt maladies tropicales négligées listées par l'OMS.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période précolombienne[modifier | modifier le code]

De nombreuses momies, bien conservées en raison d'une dessication en climat aride, ont été retrouvées dans la région de Tarapaca (nord du Chili), datées du Ier millénaire av. J.-C. Des études de paléopathologie, publiées à partir de 1985, montrent que plusieurs d'entre elles présentent un mégaœsophage avec cardiomégalie et mégacolon, ensemble caractéristique évoquant une maladie de Chagas[1].

En 1999, L'ADN du parasite a été retrouvé dans une momie vieille de 4000 ans de la même région[2]et en 2004 cela a été confirmé au Pérou et au Chili (désert d'Atacama) sur des momies de la culture chinchorro, datées de 7000 ans av.J.C[3], et des cultures qui ont suivi dans la même région jusqu'à la conquête espagnole du XVIe siècle[4].

L'hypothèse retenue est que la maladie de Chagas serait originaire des régions côtières des Andes, où se trouvait un cycle sauvage (entre parasite, vecteur et vertébrés sauvages). La maladie humaine apparait chez les chinchorros, le premier peuple amérindien à quitter la vie nomade des chasseurs-cueilleurs pour se sédentariser (villages de pêcheurs puis agriculture et élevage) avec début de déforestation. Ceci concorde avec le fait que la maladie était absente chez les autochtones d'Amazonie, toujours mobiles et sans domestication animale[4].

D'autres cas précolombiens ont été signalés au Texas (désert de Chihuahua), et au Brésil (Vallée du Rio Peruaçu (pt)). Des céramiques péruviennes datées du XIIIe au XVIe siècle seraient des représentations possibles de sujets atteints de maladie de Chagas[4].

Du XVIe au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Plusieurs chroniqueurs ou médecins signalent une maladie locale connue sous le nom de « bicho », une maladie qui frappe les indigènes comme les conquistadors et dont la description pourrait correspondre à la forme digestive chronique de maladie de Chagas[4].

Le cas le plus célèbre est celui de Charles Darwin (1809-1889) qui pourrait avoir souffert de cette maladie à la suite d'une piqûre d'un prétendu grand moustique noir de la pampa (vinchuca) (voir la maladie de Charles Darwin (en)). L'épisode a été rapporté par Darwin dans ses journaux intimes dans Le Voyage du Beagle comme étant survenu le 25 à l'est des Andes[4],[5] près de Mendoza.

Darwin était jeune et en bonne santé, bien que six mois auparavant il ait été malade pendant un mois près de Valparaíso. Cependant en 1837, presque un an après son retour en Angleterre, il a commencé à souffrir par intermittence d'une étrange association de symptômes, qui l'a frappé d'incapacité pratiquement pour tout le reste de sa vie. Les tentatives faites pour examiner les restes de Darwin conservés à l'abbaye de Westminster en utilisant les techniques modernes de PCR se sont heurtées à un refus du conservateur de l'abbaye[6].

La découverte de Chagas[modifier | modifier le code]

La maladie a été décrite pour la première fois en 1909 par le médecin brésilien spécialiste des maladies infectieuses Carlos Chagas, assistant d'Oswaldo Cruz, directeur-fondateur de l'institut de sérothérapie de Rio de Janeiro en 1900, qui deviendra l'institut Oswaldo Cruz en 1908[7].

Au cours de recherches sur le paludisme, Carlos Chagas découvre que les intestins de punaises Triatominea hébergent un protozoaire flagellé, une nouvelle espèce du genre Trypanosoma. Il adresse des spécimens à Oswaldo Cruz qui démontre expérimentalement que ce nouveau protozoaire pouvait être transmis aux singes marmousets piqués par l’insecte infecté[4],[8].

Carlos Chagas dans son laboratoire de Rio de Janeiro.

Chagas a appelé ce parasite pathogène Trypanosoma cruzi[9] pour honorer son maître. Plus tard la même année, il le nomme Schizotrypanum cruzi[10] (du grec schizo- séparer) car il a cru distinguer un dimorphisme sexuel du parasite, ce qui était inexact et le résultat d'une confusion avec un parasite accessoire du genre fongique Pneumocystis. Chagas a intégré à tort un nouveau fungi dans le cycle d'un nouveau protozoaire. Aussi, il reviendra à l'appellation T. cruzi[7],[11].

Il a aussi cru détecter T. cruzi dans les glandes salivaires de l'insecte, en faisant de la piqûre le mode dominant de transmission. En fait, les excréments de l'insecte représentent la principe source d'infection, ce qui sera démontré par son collègue Émile Brumpt en 1912[11].

Le , Chagas découvre T. cruzi dans le sang d'une petite fille de deux ans, prénommée Bérénice, présentant une fièvre avec adénopathie, gros foie (hépatomégalie) et grosse rate (splénomégalie). C'est le premier diagnostic d'un cas humain de maladie de Chagas[4].

Le travail de Chagas est unique dans l’histoire de la médecine. Il est le le seul chercheur à avoir décrit, en près d'un an, une nouvelle maladie infectieuse dans un système complet et cohérent : son agent pathogène, son vecteur, son hôte, ses manifestations cliniques et son épidémiologie. De plus, il le fait de façon inverse, en découvrant d'abord la cause (l'agent pathogène) puis l'effet (la maladie)[7],[8].

Dans les années 1920, et jusqu'à la mort de Chagas en 1934, la maladie a eu du mal à être reconnue, car Chagas considère sa maladie comme une « thyroïdite parasitaire » et la cause principale du crétinisme au Brésil : T. cruzi serait l'agent spécifique du « goitre du Minas Gerais ». En dehors des motivations de jalousie ou des rivalités d'influence et de pouvoir, des adversaires de Chagas ont pu, de bonne foi, critiquer les failles scientifiques du système de Chagas : par exemple la difficulté de trouver des T. cruzi chez les goitreux du Brésil, ou l'absence de goitreux en Argentine où l'on trouve facilement des punaises infectées par T. cruzi[7],[11].

La redécouverte de la maladie de Chagas[modifier | modifier le code]

Chagas a forgé une entité médicale en superposant deux affections concomitantes : une maladie infectieuse parasitaire (trypanosomiase américaine) et une maladie endocrinienne (crétinisme du goitre endémique). Ce qui peut se comprendre, non seulement par simultanéité de situation et d'apparence, mais aussi par simultanéité conceptuelle. Le passage au XXe siècle est marqué par la difficile séparation entre la Théorie des miasmes (qui expliquait à la fois les fièvres contagieuses et le crétinisme) et la microbiologie (le microbe comme miasme figuré), et par la naissance tout aussi difficile d'une nouvelle parasitologie qui doit trouver ses marques entre la protozoologie, l'entomologie et la microbiologie[7],[11].

En 1935, la maladie de Chagas est redécouverte par le médecin argentin Cecilio Romaña (en) dans une région sans goitre endémique. Romaña décrit, chez neuf malades porteurs de T. cruzi en phase aiguë, non pas un « myxœdème du visage » mais une conjonctivite avec œdème des paupières et adénopathies satellites ou « signe de Romaña ». Grâce à ce signe, la maladie de Chagas pouvait être diagnostiquée dès son début par tout médecin généraliste[8],[11].

Les progrès des examens médicaux des années 1940-1960 (immunologie, explorations cardiaques, digestives, neurologiques…) permettent de confirmer ou rectifier les formes chroniques décrites par Chagas. L'importance et la fréquence de la maladie, dans ses formes aiguës et chroniques, est désormais reconnue dans toute l'Amérique latine[4],[8].

En 2020, l'OMS inaugure la première journée mondiale de la maladie de Chagas, en choisissant le 14 avril, le jour anniversaire de la découverte par Chagas du cas Bérénice, premier cas humain de la maladie[12].

Modes de transmission[modifier | modifier le code]

Agent causal[modifier | modifier le code]

La maladie de Chagas est due au protozoaire flagellé Trypanosoma cruzi qui fait partie du même genre que l'agent infectieux responsable de la maladie du sommeil africaine, mais ses manifestations cliniques, sa répartition géographique, son cycle de vie et son insecte vecteur sont tout à fait différents.

Deux types de Trypanosoma cruzi, appelés I et II, sont décrits, avec une répartition géographique différente[13].

Insecte vecteur[modifier | modifier le code]

Habitat rural du département de Copán (Honduras) en 2004.

Le vecteur de la maladie est une punaise hématophage ailée ou réduve de la sous famille des triatominea. Ces insectes sont connus dans différents pays sous des noms populaires de vinchuca, de barbeiro (le barbier), de chipo, kissing bug (la punaise du baiser), killing bug (la punaise assassine) et d'autres noms, parce qu'ils sucent le sang en piquant le visage de ses victimes, la nuit[14],[15]. Leur piqûre est indolore et ne réveille pas le dormeur[16].

Plus de 130 espèces de triatominea ont été identifiées, mais seules une poignée d'entre elles sont des vecteurs compétents de T. cruzi en transmettant la maladie de Chagas. Les principales sont Triatoma infestans, Rhodnius prolixus (en) et Triatoma dimidiata[13].

Ces insectes vecteurs, d'une durée de vie de un à deux ans, ont de grandes facultés d'adaptation. Une fois qu'ils ont infesté une maison, ils développent un comportement domiciliaire et anthropophile[17], ils se cachent le jour dans les crevasses et les trous des murs de torchis et des toits de bambou ou de chaume des habitats précaires ou insalubres[18]. Une moustiquaire assure une protection contre les adultes volants, mais les juvéniles (dépourvus d'ailes) d'un des cinq stades larvaires peuvent grimper et piquer les personnes dormant sur un lit, surtout s'il est contre un mur.

Réservoirs[modifier | modifier le code]

Trois cycles épidémiologiques sont distingués[13],[16]:

  • Cycle sauvage ou sylvatique : T. cruzi circule entre insecte vecteur et mammifères sauvages. Ce réservoir sauvage est représenté par près de 150 espèces de 7 ordres différents : marsupiaux, rongeurs, chauve-souris, tatous, lagomorphes, carnivores et primates. La probabilité d'infection humaine est faible.
  • Cycle péridomestique : T. cruzi circule entre insecte vecteur et animaux péridomestiques et domestiques (rats, cochon d'inde, chats, chiens...). Le risque humain est plus élevé.
  • Cycle domestique : T. cruzi circule entre insecte vecteur et humains. Le réservoir est humain, le risque est maximum.

Les amphibiens et les oiseaux sont réfractaires (non parasités par T. cruzi), mais ils peuvent servir d'hôtes nourriciers pour l'insecte-vecteur.

Transmission vectorielle et cycles de vie[modifier | modifier le code]

L'agent causal T. cruzi se développe exclusivement dans le tube digestif de l'insecte sans jamais aboutir aux pièces buccales ou aux glandes salivaires. La forme infectante de T. cruzi ne se retrouve que dans les fèces.

Chez l'Homme[modifier | modifier le code]

La transmission à l'humain ne s'effectue pas lors d'une piqûre directe, mais par l'intermédiaire des déjections de l'insecte qui défèque alors qu'il est encore en train de piquer. T. cruzi présent dans ces déjections pénètre activement la peau de l'hôte, soit par la lésion de piqûre, par les lésions de grattage, ou par les muqueuses saines telles que la conjonctive. T. cruzi reste infectant très longtemps dans les déjections desséchées et pulvérulentes de l'insecte.

Les formes infectantes qui pénètrent l'hôte sont dites trypomastigotes, lorsqu'elles envahissent les cellules elles se transforment en amastigotes intracellulaires. Les amastigotes se divisent par scissiparité et se métamorphosent en trypomastigotes, puis sont libérés dans la circulation comme trypomastigotes circulants. Ces trypomastigotes infectent des cellules d'un type particulier et se transforment en amastigotes intracellulaires dans de nouveaux sites d'infection.

Des manifestations cliniques et la mort des cellules des tissus cibles peuvent se produire en raison de ce cycle infectieux. Par exemple, il a été montré par l’anatomopathologiste autrichien et brésilien, le Dr Fritz Köberle (en) dans les années 1950 à l’école de Médecine de l'université de São Paulo à Ribeirão Preto, au Brésil, que les amastigotes intracellulaires détruisent les neurones intra-muraux du système nerveux autonome de l'intestin et du cœur, ce qui conduit respectivement au mégacôlon et à l’anévrisme.

Chez la punaise réduve[modifier | modifier le code]

Les trypomastigotes circulants ne peuvent pas se diviser (contrairement de ceux du trypanosome africain). La multiplication du parasite reprend seulement quand il envahit une autre cellule ou est ingéré par un autre vecteur. L'insecte vecteur s’infecte en se nourrissant de sang humain ou animal qui contient des parasites en circulation. D'ailleurs les insectes pourraient répandre l'infection entre eux par leur comportement prédateur et cannibale. Les trypomastigotes ingérés se transforment en épimastigotes dans l’intestin du vecteur. Les parasites se multiplient et se différencient dans l’intestin et deviennent des trypomastigotes métacycliques infectieux dans l’intestin de l’insecte.

Cycle de vie de Trypanosoma cruzi. Source : CDC
Cycle de vie de Trypanosoma cruzi. Source : CDC

Transmissions non vectorielles[modifier | modifier le code]

Les transmissions non vectorielles prennent une importance croissante, surtout dans les pays non endémiques, avec expansion mondiale de la maladie de Chagas.

Transmissions par donneur[modifier | modifier le code]

Trypanosoma cruzi peut être transmis par des transfusions sanguines et lors de greffes. En 2023, le risque de transmission par unité de sang provenant d'un donneur infecté est estimé de 10 à 25 %. La transfusion de plaquettes serait plus à risque que celle de sang total[15].

Un mode proche de transmission est celui des accidents de laboratoire et des infections nosocomiales.

Transmission verticale[modifier | modifier le code]

La transmission verticale est celle de la mère à l'enfant. Les enfants peuvent contracter la maladie de Chagas in utero par voie transplacentaire durant la grossesse, ce risque a été évalué à 4,7 % pour les enfants nés de mères atteintes de Chagas[15]. T. cruzi peut aussi être transmis par le lait maternel[19], mais ce risque n'a pas été bien évalué[15].

Selon l'OMS, plus d'un million de femmes en âge de reproduction sont infectés par T. cruzi en Amérique Latine[20].

Transmission orale[modifier | modifier le code]

La transmission orale a été d'abord observée chez l'animal en laboratoire en 1913, les premiers cas humains sont décrits à partir de 1968[20], mais la voie orale a été longtemps considérés comme accessoire ou anecdotique[21], quoique relativement commune dans le cycle sauvage (petits mammifères ingérant des insectes contaminés, carnivores dévorant une proie parasitée).

Après la mise en œuvre des mesures d'élimination des insectes-vecteurs et une forte réduction de la transmission vectorielle, la voie orale alimentaire humaine a pris de plus en plus d'importance. En 1991, les chercheurs notent la présence d'un certain nombre de micro-épidémies dont celle de l'État de Paraíba en 1991 où des ouvriers agricoles de l'État de Paraíba ont été apparemment infectés par la consommation de nourriture contaminée par des déjections d’opossum[22]. De même en 1997 à Macapá, dans l'État d’Amapá, 17 membres de deux familles ont été probablement infectés en buvant du jus de fruit de palmier Euterpe oleracea contaminé par des insectes vecteurs écrasés[23].

La plus grande épidémie par voie orale est survenue en 2007 à Caracas (Vénézuéla) avec 103 cas aigus par jus de goyave contaminé, avec des répercussions internationales[24]. Au Vénézuéla, entre 2007 et 2014, on compte 249 cas et 10 décès, et au Brésil, de 2000 à 2010, 776 cas transmis par voie alimentaire[15].

Les trois types de transmission orale sont[21] :

  • nourriture contaminée par des insectes-vecteurs. C'est surtout le cas des jus de fruits artisanaux, car l'insecte entier est incorporé dans la préparation (des larves contaminantes de 2 mm peuvent passer inaperçues parmi les fruits). Les autres produits, contaminés par des fecès d'insectes sont le jus de canne à sucre, les crèmes glacées, les soupes et les crevettes.
  • viande saignante crue ou insuffisamment cuite, notamment le sang d'animaux sauvages (comme le tatou) consommé lors de rituels religieux ou de médecine traditionnelle.
  • nourriture contaminée par des marsupiaux contaminés comme les oppossums qui ont accès à des cuisines.

Épidémiologie et distribution géographique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, des études suggèrent que les campagnes de lutte antivectorielle et le développement économique et social pourraient être suffisants pour contrôler la maladie, celle-ci ayant la réputation, depuis Chagas, d'être une maladie de la misère et du sous-développement[25].

Au tournant du XXIe siècle, ces mesures ont pu réduire l'incidence de la maladie de 70 % en Amérique du sud (période 1980-2010)[20], et à zéro le nombre de nouvelles infections dans trois pays de la région (Uruguay 1997, Chili 1999, Brésil 2006)[24].

Malgré ces résultats, la maladie de Chagas chronique reste un problème de santé publique important dans 21 pays pays d’Amérique latine. La maladie est toujours endémique avec possibilité de réinfestations à partir de foyers sauvages, du fait des capacités d'adaptations du vecteur, particulièrement dans les zones de déforestation à savane ouverte où s'intercalent de nouvelles habitations humaines[26].

En plus de l'urbanisation croissante et des mouvements de populations, les transmissions non vectorielles posent de nouveaux défi. La maladie de Chagas n'est plus confinée aux zones rurales pauvres d'Amérique latine, elle est devenue une maladie urbaine mondiale, présente dans 44 pays[14].

Pays endémiques[modifier | modifier le code]

Distribution de la maladie de Chagas en Amérique latine en 2012 (zones d'endémie)

En 2024, la maladie de Chagas affecte entre 6 et 7 millions de personnes, et en tue environ 12 000. Selon l'OMS, 75 millions de personnes vivent dans une zone à risque[14]. La maladie est présente dans presque toutes les Amériques, du sud des États-Unis au nord de l’Argentine, classiquement dans des zones rurales pauvres, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud[27].

En Amérique latine, les pays endémiques peuvent être répartis en quatre groupes selon le cycle de transmission et le type de cas humains de maladie de Chagas[20],[28] :

  1. Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Equateur, Paraguay, Pérou et Venezuela. Ces pays se caractérisent par un cycle sauvage, péridomestique et domestique avec prédominance de malades chroniques atteints de complications cardiaques. Les transmissions vectorielle et transfusionnelle sont sous contrôle.
  2. Colombie, Costa Rica et Mexique. Le cycle est péridomestique et domestique, avec malades chroniques cardiaques. Les risques vectoriel et transfusionnel sont mal contrôlés.
  3. Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama et Salvador. Le cycle est sauvage, péridomestique et domestique, avec peu d'informations sur la maladie. Le contrôle vectoriel est en cours.
  4. Antilles, Bahamas, Belize, Cuba, Guyana, Guyane, Haïti, Jamaïque et Suriname. Les cas humains surviennent surtout chez les migrants en provenance de régions endémiques où le cycle sauvage est prédominant. Depuis 1990, la maladie de Chagas est plus souvent présente en Guyane Française avec des cas humains autochtones et des cas canins en zone résidentielle[29].

Pays non endémiques[modifier | modifier le code]

Les flux de migrants légaux ou illégaux, ont provoqué une mondialisation de la maladie de Chagas. Les nouveaux problèmes créés en pays non endémiques sont : le risque transfusionnel (contrôle des donneurs), le risque congénital (surveillance des femmes enceintes), dépistage, prise en charge et traitement des personnes atteintes (alors que la maladie est mal connue du personnel médical)[28].

Le nombre estimés de personnes atteintes de Chagas chronique (sans ou avec symptômes) en dehors d'Amérique latine est estimée à plus de 400 000, dont les trois-quarts ont migré aux États-Unis.

Amérique du nord[modifier | modifier le code]

Flux migratoires à partir des pays endémiques à transmission vectorielle (en rouge). En jaune : pays avec zones endémiques à transmission vectorielle occasionnelle. En bleu : les pays non-endémiques avec risque transfusionnel ou par greffes médicales.

Dans le sud des États-Unis (particulièrement au Texas, et jusqu'en Caroline du Nord) il existait déjà un cycle endémique sauvage où T.cruzi infectait l'opossum sauvage et le raton laveur, avec transmission occasionnelle à l'humain (23 cas autochtones signalés entre 1955 et 2012)[28],[30].

Depuis les années 1980, le risque de transmission par transfusion sanguine est devenu réel aux États-Unis[31]. Dans les années 2010, le nombre des personnes infectées (maladie chronique de Chagas) est estimée autour de 300 000, principalement d'origine mexicaine[13]. Des études de séroprévalence (2007-2013) ont identifiés plus de 1700 donneurs de sang positifs à T. cruzi. De plus, 0,25 % des femmes enceintes d'origine hispanique sont infectées, et 30 à 45 000 personnes résidant aux États-Unis présenteraient des complications cardiaques de la maladie de Chagas[28].

En 2006, le Canada compte plus de 150 000 migrants d'Amérique latine (surtout de Colombie, puis d'Argentine et du Salvador), dont plus de 5500 seraient infectés, et plus de mille nécessitant des soins médicaux[20].

Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, le nombre de personnes risquant de développer des complications cardiaques de Chagas est estimée à plus de 54 000 (jusqu'à 123 000), dont 29 000 en Espagne[4],[28]. L'Espagne est le deuxième pays (après les États-Unis) en nombre de migrants infectés, ceux-ci proviennent pour la plupart de l'Équateur, d'Argentine, de la Bolivie et du Pérou[13],[32]. Près de 95% des cas ne seraient pas diagnostiqués[20].

En France, les cas importés diagnostiqués étaient très rares avant les années 2000 (un seul cas rapporté en 1988). En 2008, l'émergence de la maladie se confirme en métropole avec 18 cas importés signalés depuis 2004[33]. En 2019, les migrants d'Amérique latine résidant en métropole étaient 157 000, le nombre réel de cas infectés étant estimés autour de 1500 dont quelques centaines susceptibles d'avoir des complications cardiaques[34], ce qui peut avoir son importance en politique transfusionnelle (évaluation du risque)[35].

Pacifique ouest[modifier | modifier le code]

En 2007, les migrants d'Amérique latine au Japon représentent 370 000 personnes avec une prévalence de plus de 4000 cas infectés, principalement d'origine brésilienne[20] (immigration japonaise au Brésil à la fin du XIXe siècle).

À moindre échelle, une situation analogue se présente en Australie et en Nouvelle-Zélande[20].

Manifestations cliniques[modifier | modifier le code]

La maladie humaine se développe en deux phases : la phase aiguë dans les deux mois après l’infection, et la phase chronique. Cette phase chronique peut être silencieuse (sans symptômes) ou symptomatique (apparition de complications) et s’étendre sur plusieurs années, voire toute la vie. Des auteurs décrivent trois phases, selon qu'ils distinguent une phase de début dans la phase aiguë, ou une phase de complications tardives dans la phase chronique[36],[37].

Phase aiguë[modifier | modifier le code]

Enfant au visage bouffi avec signe de Romaña à l'œil droit.

Début[modifier | modifier le code]

La phase de début correspond à une incubation de une à deux semaines (passage des parasites dans le sang circulant). Elle peut être asymptomatique, passant inaperçue, ou se résumer à des symptômes peu spécifiques : fièvre, anorexie, lymphadénopathie, légère hépatosplénomégalie[36].

Lorsque l'infection s'est faite par voie transcutanée, elle peut se manifester par un chancre d'inoculation ou nodule cutané isolé ressemblant à un furoncle, appelé « chagome », qui apparaît au point d’inoculation[36].

Quand le site d'inoculation est conjonctival et muqueux (20 % des cas), le patient peut développer une conjonctivite unilatérale et un œdème périorbitaire, ainsi qu’une lymphadénite pré-auriculaire. Cette constellation de symptômes, constituant un signe pathognomonique[38], est appelée « signe de Romaña[39] », fréquemment retrouvé chez l'enfant[36].

État[modifier | modifier le code]

Cette période correspond à la primo-invasion des organes. En sus des troubles précédents, de rares cas de myocardite ou de méningo-encéphalite peuvent se produire chez l'adulte et surtout chez l'enfant (2 à 5 % des enfants de moins de 2 ans, atteints de Chagas, en meurent), notamment lors d'infections par voie orale[36].

Au bout de deux mois environ, tous les symptômes disparaissent spontanément. Mais en l'absence de traitement efficace, une phase chronique asymptomatique peut durer, dans près de deux tiers des cas, de plusieurs années à toute la vie, ou se manifester par des complications tardives d'organes dans un tiers des cas environ[36],[37].

Phase chronique[modifier | modifier le code]

Dans la phase chronique symptomatique, des complications tardives se produisent dans les années, voire les décennies qui suivent l'infection initiale. Ces atteintes, de gravité variable, concernent le cœur, le système digestif et le système nerveux.

L'atteinte cardiaque la plus sévère est celle du muscle cardiaque : une cardiomyopathie avec insuffisance cardiaque et troubles du rythme, potentiellement mortelle[37]. L'atteinte cardiaque repose sur plusieurs mécanismes : altération du système nerveux végétatif, troubles de la microcirculation, attaque directe du parasite et par l'intermédiaire du système immunitaire[40], avec intervention du TNF-alpha[41]. Il existe également une susceptibilité génétique[42].

Il existe parfois une dilatation du tube digestif, comme le mégaœsophage (avec achalasie et troubles de la déglutition) et le mégacôlon (avec constipation pouvant évoluer vers un syndrome de type occlusif), conduisant à une malnutrition et une perte de poids[36].

Les troubles neurologiques sont plus rares : ce sont des méningo-encéphalites fébriles[36] pouvant conduire jusqu’à la démence.

Formes cliniques[modifier | modifier le code]

Une femme atteinte de Chagas peut donner naissance à un enfant infecté in utero à chacune de ses grossesses. Cette infection peut être mortelle pour le fœtus et provoquer un avortement. La maladie peut être découverte à la naissance (prématurité et petit poids) ou se développer quelques semaines après l'accouchement (fièvre, anémie, hypotonicité, gros foie et grosse rate).

Chez les patients immunodéprimés (infection à VIH, greffés, sous immunodépresseurs, les réactivations aiguës, notamment neurologiques, de phase chronique sont plus fréquentes[36],[37].

Diagnostic de laboratoire[modifier | modifier le code]

La mise en évidence de l'agent causal est la procédure de diagnostic utilisée dans la phase aiguë de la maladie de Chagas. Elle donne presque toujours des résultats positifs, et peut être réalisée par :

a) De sang frais prélevé sur anticoagulant ou culot globulaire, pour les parasites mobiles ;

b) Un étalement de sang contaminé sur lame fixé au colorant de Giemsa, pour la visualisation du parasite ; il peut être confondu avec Trypanosoma rangeli, 50 % plus long qui n'est pas considéré comme pathogène pour l'homme.

  • Isolement de l'agent par :

a) Inoculation à la souris ;

b) Culture sur milieu spécial (par exemple : NNN, LIT, etc.) ;

c) Xénodiagnostic, un test au cours duquel les Réduves, des insectes non infectés sont nourries par le sang du patient, et le contenu de leur intestin est testé pour une recherche de parasites pendant les 4 semaines qui suivent.

  • Tests variés de diagnostic immunologique ; (en essayant également de distinguer les souches de (zymodemes) des T.cruzi qui ont une pathogénicité différente).
  • Diagnostic par des techniques de biologie moléculaire.
    • PCR, réaction en chaîne de polymérase, une technique prometteuse mais manque de sensibilité en raison d'une charge parasitaire souvent trop faible ou uniquement tissulaire.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Un indice pour l'évaluation du pronostic des patients qui ont la maladie de Chagas a été publié dans l'édition du du New England Journal of Medicine[43].

Basé sur l'étude de plus de 500 patients, cet indice inclut des aspects cliniques, radiographique, électrocardiographiques, échocardiographique et des résultats d’enregistrement Holter et permet d'évaluer le pronostic de survie à dix ans des patients.

Facteurs de risques dans la maladie de Chagas
Facteur de risques points
classe NYHA III ou IV 5
Cardiomégalie 5
Anomalies de mobilité de la paroi 3
Tachycardie ventriculaire non-soutenue 3
Bas voltage de l’ECG 2
Sexe masculin 2


Nombre total de points Risque de mort dans les dix ans
0-6 10 %
7-11 40 %
12-20 85 %


Pour un patient atteint d'une infection chronique, le risque de développer une atteinte cardiaque est d'environ 25 % à 10 ans[44] et de 30 % après des décennies. La maladie évolue vers l'insuffisance cardiaque, les accidents cardiovasculaires et la mort subite[15].

Environ 10 % des patients chroniques présentent des complications digestives après des années ou des décennies d'évolution[15].

Traitement[modifier | modifier le code]

Les médicaments utilisés pour traiter la maladie de Chagas ne sont habituellement efficaces que s’ils sont administrés pendant la phase aiguë de l'infection. Les molécules de choix sont l’azole ou les dérivés nitrés comme le benznidazole[45] ou le nifurtimox (un nouveau protocole thérapeutique est en cours d'investigation par le service pharmacologique du CDC), mais des résistances à ces molécules ont déjà été rapportées[46].

En outre, ces substances sont très toxiques et ont de nombreux effets secondaires, et ne peuvent pas être administrés sans surveillance médicale. L'agent antifongique nommé amphotéricine B a été proposé comme traitement de deuxième intention, mais le coût et la toxicité relativement élevée de cette molécule ont limité son utilisation. D'ailleurs, une étude sur l'administration prolongée de drogues pendant dix ans au Brésil a indiqué que la chimiothérapie courante ne supprimait pas totalement la parasitémie[47].

Ainsi, la décision d’administrer une thérapie antiparasitaire devrait être individualisée après consultation avec un spécialiste.

Dans la phase chronique, le traitement a pour but de contrôler les manifestations cliniques de la maladie, par exemple : drogues pour stimuler le cœur, pour éviter la défaillance cardiaque et les troubles du rythme, traitement chirurgical pour le mégacôlon, etc., mais la maladie elle-même n'est pas curable dans cette phase. Les manifestations cardiaques chroniques provoquées par la maladie de Chagas sont maintenant une indication courante de transplantation cardiaque. Jusqu’à récemment, cependant, la maladie de Chagas était considérée comme une contre-indication à la transplantation, puisque les lésions cardiaques pouvaient récidiver lorsque le parasite saisirait pour se développer l'opportunité fournie par le traitement immunosuppresseur qui suit l’intervention chirurgicale. La recherche qui a changé l’indication de la transplantation pour les patients atteints de la maladie de Chagas a été conduite par l’équipe du Dr Adib Jatene à l’institut du cœur de l'université de São Paulo, au Brésil[48].

La recherche a montré que les taux de survie chez les patients atteints de maladie de Chagas pouvaient être sensiblement améliorés en utilisant des doses plus faibles d'immunosuppresseur ciclosporine. Récemment, la transplantation de moelle osseuse et l’injection dans le muscle cardiaque de cellules souches s’est montrée efficace pour réduire nettement les risques d'arrêt cardiaque chez les patients atteints de Chagas[49].

Des patients ont également tiré des bénéfices de la prévention stricte de la réinfection, bien que la raison de ce phénomène ne soit pas encore clairement élucidée.

Quelques exemples de la lutte pour des avancées thérapeutiques :

  • l’utilisation des inhibiteurs de l’oxydosqualène cyclase et des inhibiteurs de protéases à cystéine s'est avérée efficace pour traiter les infections expérimentales chez les animaux[50] ;
  • les Dermaseptines provenant d’une grenouille de l’espèce Phyllomedusa oreades et P. distincta. Activité Anti-Trypanosoma cruzi sans cytotoxicité pour les cellules de mammifères[51] ;
  • synthèse d’inhibiteurs des enzymes impliquées dans le métabolisme de la trypanothione qui est propre au groupe des parasites flagellés[52] ;
  • le déshydroleucodine sesquiterpène lactone (DhL) affecte la croissance des cultures d’epimastigotes de Trypanosoma cruzi[53].
  • le génome de Trypanosoma cruzi a été séquencé[54].

Des protéines qui sont produites par la maladie mais pas par des humains ont été identifiées comme cibles possibles pour des médicaments contre la maladie[54].

Prévention[modifier | modifier le code]

Contrôle du vecteur[modifier | modifier le code]

Insecte vecteur Triatoma infestans (Kissing Bug).

La prévention est basée sur la lutte contre le vecteur (Triatoma) en utilisant des aérosols et des peintures contenant des insecticides (pyréthrinoïdes de synthèse), et en améliorant le logement et les conditions sanitaires dans les zones rurales. Pour les habitants des villes, il peut être dangereux de passer des vacances et de camper en plein air, dans les zones désertiques ou de dormir dans des hôtels ou des maisons en pisé dans des zones d’endémie, une moustiquaire est recommandée. Si le voyageur a l'intention de voyager dans une zone à risque il devrait pouvoir obtenir une information sur les zones d’endémie de la maladie de Chagas dans des bulletins de renseignements pour les voyageurs, tels que les CDC.

Dans la plupart des pays où la maladie de Chagas est endémique, les tests sanguins sont déjà obligatoires pour les donneurs de sang, puisque la transfusion peut être une voie importante de transmission.

Dans le passé, le sang des donneurs était mélangé à 0,25 g L−1 de violet de gentiane pour mettre en évidence les parasites.

Avec toutes ces mesures, quelques résultats ont été atteints dans le combat contre la maladie de Chagas en Amérique latine : une réduction de 72 % de l'incidence de l'infection humaine chez les enfants et de jeunes adultes des pays de l'initiative du cône méridional, et au moins deux pays (l’Uruguay, en 1997, et le Chili, en 1999), ont été déclarés exempts de toute transmission par un vecteur et par transfusion. Au Brésil, où vit la plus grande partie de la population exposée au risque, 10 États sur les 12 au stade endémique ont été également déclarés exempts de la maladie.

Quelques points de repère pour le contrôle du vecteur :

  • Un piège à levure a été testé pour surveiller les infestations par certaines espèces d’insectes : « Efficacité des pièges à levure avec Triatoma sordida, Triatoma brasiliensis, Triatoma pseudomaculata, et Panstrongylus megistus dans des essais en laboratoire »[55]
  • Des résultats prometteurs ont été obtenus avec le traitement des habitats du vecteur avec le champignon Beauveria bassiana, (qui est également en cours d’évaluation pour la prévention du paludisme) : « Activité d’une préparation d’huile de Beauveria bassiana contre le Triatoma sordida dans des zones péridomestiques au centre du Brésil. » [56]
  • Ciblage du symbiote des Triatominae[57].

Recherche vaccinale[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de vaccins disponibles contre la maladie de Chagas. La recherche de vaccins efficaces s'est d'abord porté vers des vaccins inactivés (parasites tués par des moyens physico-chimiques) avec l'idée de cibler des antigènes à tous les stades du parasite, puis sur des vaccins vivants (parasites atténués ou plus ou moins génétiquement modifiés), et des vaccins utilisant des protozoaires similaires à T. cruzi, mais non pathogènes pour l'humain[58].

Ces études menées sur des modèles souris, chien, et primate non-humain, ont pu montrer un certain degré d'efficacité, mais elles sont difficilement comparables, difficiles à évaluer et extrapoler à l'homme, et elles n'ont pas dépassé le stade préclinique[59].

Plus récemment des vaccins potentiels (vivants atténués, par ADN recombinant, par protéines recombinantes, par vecteur viral...) sont étudiés par plusieurs groupes de recherche. Les premiers résultats sur les modèles animaux sont encourageants, mais de nombreux problèmes restent à résoudre (comme la durée de protection ou son efficacité sur la diversité des souches de parasites). En 2021, seuls deux candidats-vaccins (un vivant atténué, et un à protéines recombinantes) pourraient progresser vers les phases 2 et 3 des essais cliniques[59].

Les analyses économiques montrent qu'un vaccin, même d'une faible efficacité de 25 % contre la maladie de Chagas, pourrait rester avantageux en termes de coût-efficacité pour réduire la transmission congénitale au cours de la grossesse. La maladie de Chagas reste une des plus négligée des maladies tropicales négligées, et un défi demeure : le besoin de volonté politique et d'investissement économique[59].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kenneth F. Kiple (dir.) et Marvin J. Allison, The Cambridge World History of Human Disease, Cambridge, Cambridge University Press, , 1176 p. (ISBN 0-521-33286-9), chap. VIII.25 (« Chagas' Disease »), p. 636-638.
  2. Guhl F, Jaramillo C, Vallejo GA, Yockteng R, Cárdenas-Arroyo F, Fornaciari G, Arriaza B, Aufderheide AC. Isolation of Trypanosoma cruzi DNA in 4,000-year-old mummified human tissue from northern Chile, Am J Phys Anthropol, 1999;108:401–407
  3. Arthur C. Aufderheide, Wilmar Salo, Michael Madden et John Streitz, « A 9,000-year record of Chagas' disease », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 101, no 7,‎ , p. 2034–2039 (ISSN 0027-8424, PMID 14766963, DOI 10.1073/pnas.0307312101, lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d e f g h et i Dietmar Steverding, « The history of Chagas disease », Parasites & Vectors, vol. 7,‎ , p. 317 (ISSN 1756-3305, PMID 25011546, PMCID 4105117, DOI 10.1186/1756-3305-7-317, lire en ligne, consulté le )
  5. R. E. Bernstein, « Darwin's illness: Chagas' disease resurgens », Journal of the Royal Society of Medicine, vol. 77, no 7,‎ , p. 608–609 (ISSN 0141-0768, PMID 6431091, PMCID 1439957, DOI 10.1177/014107688407700715, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Adler D, « Darwin's Illness », Isr J Med Sci, vol. 25, no 4,‎ , p. 218-21 (PMID 2496051).
  7. a b c d et e Matthias Perleth, « The Discovery of Chagas' disease and the formation of the early Chagas' disease concept », History and Philosophy of the Life Sciences, vol. 19, no 2,‎ , p. 211–236 (ISSN 0391-9714, lire en ligne, consulté le )
  8. a b c et d Chen Chao, José L. Leone et Carlos A. Vigliano, « Chagas disease: Historic perspective », Biochimica Et Biophysica Acta. Molecular Basis of Disease, vol. 1866, no 5,‎ , p. 165689 (ISSN 1879-260X, PMID 32001300, DOI 10.1016/j.bbadis.2020.165689, lire en ligne, consulté le )
  9. (en) C. Chagas, « Neue Trypanosomen », Vorläufige Mitteilung. Arch. Schiff. Tropenhyg., vol. 13,‎ , p. 120-122.
  10. (en) Chagas C, « Nova tripanozomiase humana : Estudos sobre a morfolojia e o ciclo evolutivo do Schizotrypanum cruzi n. gen., n. sp., ajente etiolojico de nova entidade morbida do homem [New human trypanosomiasis. Studies about the morphology and life-cycle of Schizotripanum cruzi, etiological agent of a new morbid entity of man] », Mem Inst Oswaldo Cruz, vol. 1, no 2,‎ , p. 159-218.
  11. a b c d et e Dominique Lecourt (dir.) et François Delaporte, Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, Quadrige / PUF, , 1270 p. (ISBN 2 13 053960 2), p. 1163-1167.
    Article Trypanosomiase américaine : Maladie de Chagas
  12. Simone Petraglia Kropf et Nísia Trindade Lima, « The history of Chagas disease: reflections on science in action », Memorias Do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 117,‎ , e200372 (ISSN 1678-8060, PMID 35584507, PMCID 9113750, DOI 10.1590/0074-02760200372, lire en ligne, consulté le )
  13. a b c d et e (en) Rassi A Jr, Rassi A, Marin-Neto JA, « Chagas disease » Lancet 2010;375:1388–1402 PMID 20399979.
  14. a b et c « Maladie de Chagas (ou trypanosomiase américaine) », sur www.who.int (consulté le )
  15. a b c d e f et g Natasha S. Hochberg et Susan P. Montgomery, « Chagas Disease », Annals of Internal Medicine, vol. 176, no 2,‎ , ITC17–ITC32 (ISSN 1539-3704, PMID 36780647, DOI 10.7326/AITC202302210, lire en ligne, consulté le )
  16. a et b A. Duvignaud et D. Malvy, E. Pilly CMIT, Paris, Alinéa Plus, , 720 p. (ISBN 978-2-916641-68-3), chap. 112 (« Trypanosomoses humaines »), p. 534-535.
  17. (en) Grijalva MJ, Palomeque-Rodriguez FS, Costales JA. et al. « High household infestation rates by synanthropic vectors of Chagas disease in southern Ecuador » J Med Entomol. 2005 Jan;42(1):68-74. PMID 15691011.
  18. Y.-J. Golvan, Éléments de parasitologie médicale, Paris, Flammarion, , 571 p. (ISBN 978-2-257-12589-7, BNF 34722836), p. 270.
  19. (en) Santos Ferreira C, Amato Neto V, Gakiya E. et al. « Microwave treatment of human milk to prevent transmission of Chagas disease » Rev Inst Med Trop São Paulo. 2003 Jan-Feb;45(1):41-2. PMID 12751321
  20. a b c d e f g et h Kárita Cláudia Freitas Lidani, Fabiana Antunes Andrade, Lorena Bavia et Flávia Silva Damasceno, « Chagas Disease: From Discovery to a Worldwide Health Problem », Frontiers in Public Health, vol. 7,‎ , p. 166 (ISSN 2296-2565, PMID 31312626, PMCID 6614205, DOI 10.3389/fpubh.2019.00166, lire en ligne, consulté le )
  21. a et b Lucy J. Robertson, Arie H. Havelaar, Karen H. Keddy et Brecht Devleesschauwer, « The importance of estimating the burden of disease from foodborne transmission of Trypanosoma cruzi », PLoS neglected tropical diseases, vol. 18, no 2,‎ , e0011898 (ISSN 1935-2735, PMID 38329945, DOI 10.1371/journal.pntd.0011898, lire en ligne, consulté le )
  22. (en) Shikanai-Yasuda MA, Marcondes CB, Guedes LA. et al. « Possible oral transmission of acute Chagas disease in Brazil » Rev Inst Med Trop São Paulo. 1991 Sep-Oct;33(5):351-7. PMID 1844961.
  23. (en) da Silva Valente S, de Costa Valente V, Neto H. « Considerations on the epidemiology and transmission of Chagas disease in the Brazilian Amazon » Mem Inst Oswaldo Cruz 1999;94 Suppl 1: 395-8. PMID 10677763.
  24. a et b José Rodrigues Coura, « The main sceneries of Chagas disease transmission. The vectors, blood and oral transmissions--a comprehensive review », Memorias Do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 110, no 3,‎ , p. 277–282 (ISSN 1678-8060, PMID 25466622, PMCID 4489464, DOI 10.1590/0074-0276140362, lire en ligne, consulté le )
  25. João Carlos Pinto Dias, « Evolution of Chagas disease screening programs and control programs: historical perspective », Global Heart, vol. 10, no 3,‎ , p. 193–202 (ISSN 2211-8179, PMID 26407516, DOI 10.1016/j.gheart.2015.06.003, lire en ligne, consulté le )
  26. (en) Teixeira AR, Monteiro PS, Rebelo JM. et al. « Emerging Chagas Disease : Trophic Network and Cycle of Transmission of Trypanosoma cruzi from Palm Trees in the Amazon » Emerg Infect Dis. 2001 Jan-Feb ; 7(1):100-12. PMID 11266300 PDF full text..
  27. (en-US) CDC-Centers for Disease Control and Prevention, « CDC - Chagas Disease - Epidemiology & Risk Factors », sur www.cdc.gov, (consulté le )
  28. a b c d et e José Rodrigues Coura, Pedro Albajar Viñas et Angela Cv Junqueira, « Ecoepidemiology, short history and control of Chagas disease in the endemic countries and the new challenge for non-endemic countries », Memorias Do Instituto Oswaldo Cruz, vol. 109, no 7,‎ , p. 856–862 (ISSN 1678-8060, PMID 25410988, PMCID 4296489, DOI 10.1590/0074-0276140236, lire en ligne, consulté le )
  29. « Emergence de la maladie de Chagas en Guyane française : évaluation en 2005 et perspectives », sur vie-publique.fr,
  30. (en) Karsten V, Davis C, Kuhn R. « Trypanosoma cruzi in wild raccoons and opossums in North Carolina » J Parasitol. 1992 Jun;78(3):547-9. PMID 1597808.
  31. L. V. Kirchhoff, « American trypanosomiasis (Chagas' disease)--a tropical disease now in the United States », The New England Journal of Medicine, vol. 329, no 9,‎ , p. 639–644 (ISSN 0028-4793, PMID 8341339, DOI 10.1056/NEJM199308263290909)
  32. (en) J. Gascon, C. Bern et M.-J. Pinazo, « Chagas disease in Spain, the United States and other non-endemic countries », Acta Trop, vol. 115,‎ , p. 22–27 (lire en ligne [PDF]).
  33. SPF, « L'émergence de la trypanosomose humaine américaine (maladie de Chagas) se confirme en France métropolitaine. Numéro thématique. Santé des voyageurs et des expatriés », sur www.santepubliquefrance.fr (consulté le )
  34. SPF, « Maladie de Chagas en France : estimation du nombre de personnes infectées et d'atteintes cardiaques en 2009, selon les groupes à risque », sur www.santepubliquefrance.fr (consulté le )
  35. SPF, « Maladie de Chagas et risque transfusionnel en France. Journées de veille sanitaire, Paris, 29 et 30 novembre 2007 », sur www.santepubliquefrance.fr (consulté le )
  36. a b c d e f g h et i Jean-François Pays, « Maladie de Chagas : quand y penser en France ? », La Revue du Praticien, vol. 63,‎ , p. 913-918.
  37. a b c et d E. Pilly, Maladies Infectieuses et Tropicales, Alinéa Plus, (ISBN 978-2-916641-66-9), chap. 111 (« Trypanosomoses humaines »), p. 533-534.
  38. Jean-François Pays, « Chagas a-t-il vraiment découvert la maladie de Chagas ? », La Revue du Praticien, vol. 50,‎ , p. 1053-1056.
  39. il s'agit du médecin argentin Cecilio Romaña (en) (1899-1997).
  40. (en) Marin-Neto JA, Cunha-Neto E, Maciel BC, Simões MV, « Pathogenesis of chronic Chagas heart disease » Circulation 2007;115:1109–1123
  41. (en) C.W. Pissetti, D. Correia, R.F. de Oliveira et al., « Genetic and functional role of TNF-alpha in the development Trypanosoma cruzi infection », PLoS Negl Trop Dis, vol. 5,‎ , e976 (DOI 10.1371/journal.pntd.0000976).
  42. (en) Torres OA, Calzada JE, Beraún Y, Morillo CA, González A, González CI, Martín J, « Role of the IFNG +874T/A polymorphism in Chagas disease in a Colombian population » Infect Genet Evol. 2010;10:682–685. PMID 20359550.
  43. (en) Rassi A Jr, Rassi A, Little W, Xavier S, Rassi S, Rassi A, Rassi G, Hasslocher-Moreno A, Sousa A, Scanavacca M, « Development and validation of a risk score for predicting death in Chagas' heart disease », N Engl J Med, vol. 355, no 8,‎ , p. 799–808 (PMID 16928995).
  44. (en) Sabino EC, Ribeiro AL, Salemi VMC. et al. « Ten-year incidence of Chagas cardiomyopathy among asymptomatic Trypanosoma cruzi-seropositive blood donors » Circulation 2013;127:1105–1115. PMID 23393012.
  45. (en) Garcia S, Ramos CO, Senra JF, et al. « Treatment with benznidazole during the chronic phase of experimental Chagas disease decreases cardiac alterations » Antimicrob Agents Chemother. 2005 Apr;49(4):1521-8. PMID 15793134 Online.
  46. (en) Buckner FS, Wilson AJ, White TC, Van Voorhis WC. « Induction of resistance to azole drugs in Trypanosoma cruzi » Antimicrob Agents Chemother. 1998 Dec;42(12):3245-50. PMID 9835521 Online.
  47. (en) Lauria-Pires L, Braga MS, Vexenat AC, et al. « Progressive chronic Chagas heart disease ten years after treatment with anti-Trypanosoma cruzi nitroderivatives » Am J Trop Med Hyg. 2000 Sep-Oct;63(3-4):111-8. PMID 11388500 PDF Full text.
  48. (en) Bocchi EA, Bellotti G, Mocelin AO, Uip D, et al. « Heart transplantation for chronic Chagas' heart disease » Ann Thorac Surg. 1996 Jun;61(6):1727-33. PMID 8651775 Résumé en ligne.
  49. (pt) Vilas-Boas F, Feitosa GS, Soares MB, Mota A, et al. « [Early results of bone marrow cell transplantation to the myocardium of patients with heart failure due to Chagas disease] » Arq Bras Cardiol. 2006 Aug;87(2):159-66. PMID 16951834 PDF Full text. Accessible également ici..
  50. (en) Engel JC, Doyle PS, Hsieh I, McKerrow JH. « Cysteine protease inhibitors cure an experimental Trypanosoma cruzi infection » J Exp Med. 1998 Aug 17;188(4):725-34. PMID 9705954 Résumé en ligne..
  51. G.D. Brand, J.R.S.A. Leite, L.P. Silva et al., « Dermaseptins from Phyllomedusa oreades and Phyllomedusa distincta. Anti-Trypanosoma cruzi activity without cytotoxicity to mammalian cells », J Biol Chem,‎ (DOI 10.1074/jbc.M209289200).
  52. (en) Fairlamb AH, Cerami A. « Metabolism and functions of trypanothione in the Kinetoplastida » Annu Rev Microbiol. 1992;46:695-729. PMID 1444271.
  53. (en) Brengio SD, Belmonte SA, Guerreiro E, et al. « The sesquiterpene lactone dehydroleucodine (DhL) affects the growth of cultured epimastigotes of Trypanosoma cruzi » J Parasitol. 2000 Apr;86(2):407-12. PMID 10780563.
  54. a et b (en) El-Sayed NM, Myler PJ, Bartholomeu DC, et al. (2005). « The genome sequence of Trypanosoma cruzi, etiologic agent of Chagas disease » Science 309 (5733): 409-15. PMID 16020725.
  55. (en) Pires HH, Lazzari CR, Diotaiuti L, Lorenzo MG. « Performance of yeast-baited traps with Triatoma sordida, Triatoma brasiliensis, Triatoma pseudomaculata, and Panstrongylus megistus in laboratory assays » Rev Panam Salud Publica. 2000 Jun;7(6):384-8. PMID 10949899.
  56. (en) Luz C, Rocha LF, Nery GV, Magalhaes BP, Tigano MS. « Activity of oil-formulated Beauveria bassiana against Triatoma sordida in peridomestic areas in Central Brazil » Mem Inst Oswaldo Cruz. 2004 Mar;99(2):211-8. PMID 15250478 En ligne..
  57. (en) Recherche PubMed au sujet de la symbiose aux Triatominae.
  58. (en) Expedito José de Albuquerque Luna et Sérgio Roberto de Souza Leão da Costa Campos, « Vaccine development against neglected tropical diseases », Cadernos de Saúde Pública, vol. 36,‎ (ISSN 0102-311X et 1678-4464, DOI 10.1590/0102-311X00215720, lire en ligne, consulté le )
  59. a b et c (en) Eric Dumonteil et Claudia Herrera, « The Case for the Development of a Chagas Disease Vaccine: Why? How? When? », Tropical Medicine and Infectious Disease, vol. 6, no 1,‎ , p. 16 (ISSN 2414-6366, DOI 10.3390/tropicalmed6010016, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]