Hôpital Avicenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôpital Avicenne
Présentation
Type
Propriétaire
Établissement public
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
125 rue de StalingradVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg

L’hôpital Avicenne, en référence à Avicenne, médecin et philosophe persan des Xe – XIe siècles, est un hôpital faisant partie des 37 hôpitaux de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Il est situé à Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Il a été fondé en 1935 sous le nom d'hôpital franco-musulman qu'il a gardé jusqu'en 1978.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

En juillet 1926, le président Gaston Doumergue inaugure la grande mosquée de Paris en présence du sultan du Maroc,Youssef ben Hassan . Dans son discours, Doumergue rappelle le sacrifice des Nord-Africains lors de la première guerre mondiale, et souligne la protection accordée par l'État français à toutes les croyances sur ses territoires.

Dans le prolongement direct de cette inauguration, un médecin d'Alger, Amédée Laffont, lance publiquement l'idée d'un hôpital réservé aux musulmans, résidents ou de passage, de la région parisienne. Il se forme ainsi un « Comité Laffont » patronné par des personnalités politiques et religieuses[1].

Le projet sera mené à terme par André-Pierre Godin (1875-1954)[2], conseiller municipal de Paris, et ancien administrateur colonial en Algérie. Ce dernier était le fondateur du Service de surveillance et de protection des indigènes nord-africains visant à surveiller une population toujours plus nombreuse, embauchée dans les usines de la région parisienne et composée alors majoritairement de kabyles[1].

L'idée de Godin est de contrôler et surveiller la protection sanitaire d'une population en état de santé précaire. Sous couvert de soins gratuits, l'hôpital devient le fer de lance d'un dispositif policier. Dans la France coloniale des années 1930, la construction d'un hôpital franco-musulman répondait ainsi à un double objectif : sanitaire et de contrôle policier (identification éventuelle de maghrébins nationalistes)[1].

Inauguration et période coloniale[modifier | modifier le code]

Un terrain bon marché de Bobigny est retenu, malgré l'opposition du maire communiste et de la population, devant cet hôpital auquel ils n'auront pas accès[3].

Salle de prière du cimetière musulman de Bobigny.

L'hôpital est inauguré le sous le nom d'Hôpital franco-musulman de Paris. Il est alors réservé aux patients musulmans de Paris et du département de la Seine. L'hôpital est placé sous l'autorité de la préfecture de police de Paris et rattaché au Service de surveillance et de protection des indigènes nord-africains (SSPINA)[4].

Dans les premiers temps, tous les musulmans présents dans les autres hôpitaux parisiens y sont emmenés de force en car de police[5]. Adolphe Gérolami, ancien administrateur principal des communes mixtes d’Algérie, qui dirigeait ce service (rue Lecomte à Paris) fut le premier directeur de l’hôpital franco-musulman et de l’école d’infirmières (nommé en 1932).

Architecture[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un hôpital pavillonnaire conçu par les architectes Maurice Mantout (1886-1953), l'un des architectes de la grande mosquée de Paris, et Léon Azéma, qui prend place dans un parc de huit hectares.

À l'origine, en 1935, il était composé d'un bâtiment principal, le bâtiment Larrey, en longueur, avec un corps central doté de deux ailes de part et d'autre. L'ensemble adopte une silhouette moderne (volumes parallélépipédiques, horizontalité soulignée des niveaux, toits-terrasses). Du point de vue de l'architecture hospitalière, il fait partie des « édifices de transition » de l'entre-deux guerre, où la construction utilise le béton armé en intégrant des fonctions modernes (monte-charge, ascenseur...), permettant des pavillons hospitaliers à deux ou trois étages[6].

En région parisienne, l'hôpital franco-musulman est ainsi de la même période que l'hôpital américain, l'hôpital Foch, l'hôpital Raymond-Poincaréetc. Sa particularité est d'intégrer des éléments décoratifs d'architecture orientale : colonnades et arcs brisés, enduits blancs, revêtement de céramique jaune, vert ou bleu[6].

L'accès depuis la rue se fait par une porte monumentale à travers un mur d'enceinte. C'est un porche néo-mauresque décoré, où l'on peut lire dans les mosaïques hôpital franco-musulman en français d'un côté et hôpital musulman en arabe de l'autre. Cette entrée est un hommage, directement inspiré de la porte de Meknès[6], Bab Mansour el Aleuj.

L'entrée de la morgue est pavée de vert et de blanc, couleurs symboliques du deuil musulman. Le cimetière musulman de Bobigny créé en 1937 jouxte l'établissement. Il est rattaché à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris en 1961, qui en assure la gestion jusqu'au milieu des années 1990[3].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le professeur Ali Sakka, chef du service des tuberculeux de l'hôpital franco-musulman.

L'hôpital, de 300 lits à l'origine, est destiné aux pathologies spécifiques de l'Afrique du nord. Le corps central du bâtiment principal a une fonction administrative et de services généraux. L'aile gauche est celle des tuberculeux, l'aile droite celle de médecine générale et de chirurgie. L'ensemble est complété par un important laboratoire annexe consacré aux maladies exotiques, et jouant aussi un rôle de recherches[6].

Durant cette période, une grande partie du personnel infirmier parle l'arabe ou le kabyle, et la plupart des médecins sont liés à l'Afrique du Nord. Les élèves infirmières reçoivent une formation spécifique à la culture et la géographie arabes. L'hôpital devient une référence pour les étudiants en médecine d'Afrique du Nord, accueillant stagiaires et internes provenant du Maroc, d'Algérie et de Tunisie[3].

Résistance sous l'occupation[modifier | modifier le code]

En novembre 1940, l'hôpital est réquisitionné par l'armée allemande, car il est neuf et doté de matériel de pointe de l'époque. Le professeur Ali Sakka, chef du service des tuberculeux démissionne avant l'arrivée des occupants. Son interne Ahmed Somia, avec la complicité de la mairie de Bobigny, « déménage » des appareils médicaux dans une annexe de la mairie. Dans le laboratoire même de l'hôpital, la pharmacienne Alice Rollen réalise des analyses illégales au profit de la population de Bobigny[7].

En mars 1941, l'occupant rend l'hôpital au régime de Vichy. Ce dernier accepte une ouverture progressive des soins à la population non-musulmane, compte tenu du coût économique de l'occupation allemande, mais en renforçant aussi le contrôle policier (création d'une section anticommuniste dans la surveillance des indigènes nord-africains)[7].

À partir de 1942, une résistance s'organise par le biais d'hébergement (le concierge Abdhelafid Haffa partage sa loge) et de soins clandestins (les blessés par balle sont opérés la nuit). Cela est rendu possible par la complicité passive du personnel. Les clandestins (résistants ou aviateurs alliés) nécessitant des soins prolongés sont hospitalisés dans le service des tuberculeux, car il n'est guère vérifié par la police allemande ou vichyste par crainte de la contamination[7].

Période post-coloniale[modifier | modifier le code]

Après 1945, l'hôpital s'ouvre progressivement à toute la population, et les musulmans ne sont plus dirigés obligatoirement vers Bobigny. Le département de la Seine devient l'unique gestionnaire de l'hôpital qui abandonne toute relation avec la préfecture de police de Paris.

De nouveaux bâtiments voient le jour : pavillon Charcot en 1969, pavillon Lavoisier en 1980, SAMU / SMUR en 1993...

En 1978, l'hôpital a adopté le nom d'Avicenne, en arabe Abu 'Ali al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina, l'un des grands personnages du monde musulman. À la fois, médecin, philosophe, poète et musicien, Avicenne est l'auteur du Canon de la médecine (Qanûn), qui est resté un traité de référence en médecine jusqu'au XVIIe siècle en Europe[8].

En 2005, à l'occasion du 70e anniversaire de son ouverture, l'hôpital fait l'objet au musée de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris d'une exposition intitulée « 1935-2005. L'hôpital Avicenne : une histoire sans frontières »[9].

En 2006, le porche d'entrée dans son ensemble, les façades (y compris la colonnade) et toitures de la partie centrale du bâtiment Larrey, le hall d'entrée et la salle du conseil, et la chapelle funéraire de la morgue, ont été inscrits au titre des monuments historiques par un arrêté du 25 janvier[10].

Selon Katia Kukawka, ancienne conservatrice du musée de l'Assistance publique, le nom prestigieux d'Avicenne est bienvenu : « Il permet de ne pas nier l'histoire tout en s'en dégageant avec force, au profit d'une figure tutélaire dont on retient l'immensité du savoir et la grande tolérance[1]

Organisation[modifier | modifier le code]

Il constitue avec d'autres hôpitaux de la Seine-Saint-Denis et du nord de Paris, le groupement hospitalier universitaire Nord.

L'hôpital répond aux besoins de soins de la population locale (bassin de vie no 11 rattaché au secteur sanitaire 4 Paris-Nord), mais c'est également un hôpital universitaire, organisant recherche et enseignement dans le cadre de la faculté de médecine de Bobigny (université Paris-XIII).

En 1997, l'hôpital compte 530 lits d'hospitalisation à temps plein de court-séjour, et trente-cinq lits de soins à temps partiel.

L'hôpital abrite une Permanence d'accès aux soins de santé (PASS) qui a donné lieu en 2016 à un documentaire de la réalisatrice Alice Diop[11].

Intérêt archéologique[modifier | modifier le code]

De 2002 à 2003, l'Institut national de recherches archéologiques préventives met au jour, à l'occasion de fouilles préventives à la construction d'un nouveau bâtiment, la plus importante nécropole connue en Europe pour la période gauloise[12].

Il était déjà connu que l'hôpital étend son emprise sur une partie des vestiges d'un village d'artisans, occupé de 350 av. J.-C. à 110 apr. J.-C.. En effet, en 1992, lors de la construction d’un nouveau bâtiment, le Bureau du patrimoine archéologique du département de la Seine-Saint Denis constate que le sol présente des signes d’anthropisation. Des fouilles révèlent des traces d’une occupation gauloise. Puis, en 1995, dans la ZAC de la Vache à l’Aise, est découvert un habitat gaulois du IIe siècle av. J.-C., couvrant cinquante hectares[13].

Les objets découverts comprennent, entre autres, 40 000 morceaux de vases, 10 panoplies de guerriers, plus de 200 bracelets en lignite, verre ou métal, des colliers en fer, des perles d'ambre, 140 pièces de monnaies et bien sûr des fibules (25 dans l'habitat et 410 dans les tombes)…

Une partie des objets est présentée jusqu'au début 2009 dans le hall central de l'hôpital.

C'est la découverte de 521 tombes qui fait de ce lieu un site archéologique majeur. En effet, on ne compte en Europe que douze nécropoles de plus de 200 tombes pour cette période de l'âge du fer récent.

La forte proportion d'inhumations est assez unique par rapport au faible nombre d'incinérations.

Le plateau technique de l'hôpital (radiologique), mis à la disposition du chantier archéologique, facilite la restauration des objets et permet de constater que les individus étaient en relative bonne santé, bien davantage que, plus tard, les populations du Moyen Âge plus couramment exhumées en Île-de-France.

Accès[modifier | modifier le code]

  • Tramway : La station Hôpital Avicenne de la ligne de tramway T1 est située devant l'entrée.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Exercent ou ont exercé à l'hôpital Avicenne :

  • Serge Lebovici (pédopsychiatre et psychanalyste).
  • Ali Magoudi (psychanalyste et écrivain)
  • Marie Rose Moro (pédopsychiatre et psychanalyste).
  • Tobie Nathan (psychologue et ethnopsychiatre).
  • Le professeur Emmanuel Martinod y a réalisé les premières greffes de trachée[14].
  • Ahmed Somia (1910-1993), interne puis médecin-chef, membre d'un réseau de résistance parvenant à héberger et soigner résistants et aviateurs alliés en 1943-1944[15].

Décès à l'hôpital :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Katia Kukawka, « Avant Avicenne, l'hôpital franco-musulman de Bobigny », La Revue du Praticien, vol. 56, no 10,‎ , p. 1154-1156.
  2. « André-Pierre Godin (1875-1954) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 7 mars 2018)
  3. a b et c Kukawka 2006, op. cit., p. 1156-1157.
  4. Emmanuel Blanchard, « La dissolution des Brigades nord-africaines de la Préfecture de police : La fin d'une police d'exception pour les Algériens de Paris (1944-1953) ? », Bulletin de l'IHTP, Institut d'histoire du temps présent, no 83 « Répression, contrôle et encadrement dans le monde colonial au XXe siècle »,‎ (lire en ligne).
  5. « Musulmans de France », documentaire de Karim Miské, Emmanuel Blanchard et Mohammed Joseph.
  6. a b c et d Pierre-Louis Laget, L'Hôpital en France, Histoire et architecture, Lieux Dits, (ISBN 978-2-36219-054-4), p. 401-403.
  7. a b et c « Résistance Avicenne » (consulté le 8 mars 2018)
  8. B. Ben Yahia « Avicenne médecin. Sa vie, son œuvre » Revue d'histoire des sciences et de leurs applications 1952, Tome 5 no 4, p. 350-358.
  9. « 1935-2005. L'hôpital Avicenne : une histoire sans frontières », sur le site du musée de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris. Consulté le 26 septembre 2012.
  10. Notice no PA93000021, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. Christophe Lehousse, « Alice Diop, la caméra à fleur de peau », sur seinesaintdenis.fr, article du (consulté le 9 avril 2018).
  12. Stéphane Marion, Yves Le Bechennec et Cyrille Le Forestier, « Nécropole et bourgade d'artisans : L'évolution des sites de Bobigny (Seine-Saint-Denis), entre La Tène B et La Tène D », Revue archéologique du centre de la France, nos 45-46,‎ 2006-2007 (lire en ligne).
  13. « La force du service d’archéologie ? 25 ans d’investissements sans à-coups : Entretien avec Claude Héron », sur Seine-Saint-Denis, Le magazine, article du (consulté le 26 mars 2018).
  14. « Greffe de trachée: réussite française après le fiasco tragique d'un chirurgien italien », sur parismatch.com, article du (consulté le 25 août 2018).
  15. « Ressource «Hôpital Avicenne, ancien hôpital franco-musulman (Bobi... », sur Mnesys (consulté le 7 mars 2018).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]