Henri Maigrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henriot.
Henri Maigrot
Maigrot, Henry.jpg

Henriot en 1897.

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
caricaturiste +

Henri Maigrot, né le [1] à Toulouse, mort le à Nesles-la-Vallée[1], est un littérateur, dessinateur et caricaturiste français connu sous le pseudonyme d’Henriot ou de Pif[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

« Le catéchisme de demain » (Le Pèlerin, 1902).

Il est le père du poète Émile Henriot[1].

Après des études de droit, il se destine à la fonction publique. En 1875 il collabore, aux côtés de Laurent Tailhade, à L'Écho des Trouvères, un hebdomadaire littéraire de Toulouse.

Le 1er avril 1899, il succède à Pierre Véron en tant que directeur du journal Le Charivari puis remplace Draner à L'Illustration, où il collaborera jusqu'en 1931. Il fournit également des dessins au Triboulet, au Journal amusant, au Bon Vivant, au Pèlerin et à l'Almanach Vermot.

Proche d’amis musiciens, il composera des poèmes comme Lettre à Ninon mis en musique par Paul Delmet ou Chanson pour elle par Jules Massenet. Il collabore à la Revue Pleyel à partir de février 1925 en fournissant une rubrique avec dessins, La Musique anecdotique, qui devient en 1926 Le mois musical

Le 23 janvier 1915 il crée le journal satirique À la baïonnette.

Il est l'auteur de l’immortel « Comment vas-tu yau de poêle ? » paru dans l'Almanach Vermot.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Napoléon aux enfers
  • Les Régiments de France, histoire des Zouaves, Paris, vers 1900
  • L'Année parisienne éditions Conquet 1894
  • Aventures prodigieuses de Cyrano de Bergerac, Pellerin, Épinal, 1900
  • Histoire d'un vieux chêne. Texte et illustration d'Henriot imagerie d'Épinal série supra
  • Paris en l’an 3000 Henri Laurens, Paris, 1910. Science-fiction, où les grandes villes, dont Paris, sont recouvertes d'une épaisse couche de glace suite au passage d'un météore. Réédition Phébus 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Henriot, sur le site babelio.com, consulté le 8 juin 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :