Chauffage central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant l’énergie
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme et l’énergie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le chauffage central désigne un mode de chauffage avec lequel on peut chauffer les différentes pièces d'une maison, d'un immeuble, ou d'une ville, à partir d'un seul générateur de chaleur communément nommé chaudière, ou chauffage urbain. La chaleur est acheminée au moyen d'un fluide caloporteur, dans des tuyaux, vers les radiateurs, ou directement au moyen d'air chaud, dans des gaines, vers les différentes pièces, comme c'est le cas pour les calorifères.

La source de chaleur peut être la combustion de (bois, charbon de bois, houille, gaz, fioul) ou l'électricité mais aussi la géothermie.

Principe[modifier | modifier le code]

Pour ce faire, on installe dans la chaufferie une ou plusieurs chaudières, selon les besoins de l'immeuble ; une maison unifamiliale n'ayant, en général, besoin que d'une chaudière. Dans la majorité des cas, la chaudière est reliée par des tuyaux à des radiateurs, ou des convecteurs, qui sont placés dans les différentes pièces devant être chauffées.

Ce principe peut être développé à grande échelle, telle que le chauffage de plusieurs immeubles, voire d'une ville.

Chauffage urbain, de district ou à distance[modifier | modifier le code]

Tubes utilisés pour le transport de la vapeur des réseaux de chauffage urbain
Article détaillé : Réseau de chaleur.

Pour un système de chauffage central à l'échelle d'une ville ou d'un quartier, on utilisera plutôt les termes de « chauffage urbain », « chauffage de district » ou « chauffage à distance ». L'industrie qui utilise beaucoup d'énergie peut avoir de tels surplus et/ou résidus d'énergie qu'elle peut en vendre à des industries périphériques ou même à des villes très proches ; c'est souvent le cas de la cogénération avec les centrales électriques à énergie thermique ou nucléaire.

Le chauffage urbain et le chauffage de district ont généralement une distribution de l'énergie par un réseau de conduites de vapeur d'eau. Cette vapeur peut être produite par de grosses centrales dotées de chaudières à vapeur. Certains réseaux sont alimentés avec la chaleur produite par une centrale d'incinération des ordures ménagères, généralement située à l'extérieur du centre-ville, ou même à l’extérieur de la ville pour éviter les nuisances (bruit, odeurs, etc.).

Le principe de la distribution de la chaleur dans le bâtiment reste le même sauf qu'à l'intérieur du bâtiment la chaufferie voit les chaudières remplacées par des échangeurs de chaleur. Les échangeurs transfèrent la chaleur de la vapeur fournie par la ville ou l'industrie (réseau primaire) au réseau secondaire de chauffage qui lui alimente les radiateurs de la bâtisse. Ce circuit secondaire contient de l'eau dont la température est sans danger pour les usagers mais suffisante pour réchauffer l'ensemble du bâtiment, alors que la vapeur initiale atteint 110° voire plus.

Les villes de New York, Lausanne, Montréal, Metz et Paris ont des systèmes de chauffage urbains ou de district.

La vapeur vendue aux abonnés passe par les compteurs chez les clients qui sont facturés en fonction de la consommation du nombre de mètres cubes de vapeur utilisés par chacun d'eux.

Le chauffage de district permet de diminuer la concentration des sous-produits de la combustion dans les centres-villes. Il offre en prime l'occasion de récupérer des énergies qui seraient autrement gaspillées.

Facturation[modifier | modifier le code]

La facturation est souvent réalisée en fonction du débit d'eau chaude qui est utilisé, mais cela ne représente que très approximativement la quantité de chaleur réellement utilisé[1]. Le répartiteur de frais de chauffage est prévu pour pallier cette approximation.

La facturation couvrent les différents postes de dépense de l'ensemble du réseau[2] :

  • l'amortissement et le renouvellement des équipements ;
  • Les dépense de fonctionnement et d'entretien (personnel, réseau, distribution, etc.);
  • l'achat du combustible.

Le prix pratiqué dépend du nombre d'utilisateur, de l'age de l'équipement, de l'ampleur du réseau de distribution, de son isolation thermique, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La température de l'eau chaude n'étant pas constante dans tout le circuit.
  2. Le prix de la chaleur payé par l’abonné à l’exploitant du réseau, sur le site cerema.fr de décembre 2014, consulté le 6 février 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]