Marque de référence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Marque de référence
Image du caractère
Unicode
Code U+203B
Nom Marque de référence
Bloc Ponctuation générale
(U+2000 à U+206F)
Voir , *, ٭, , , ,



Le caractère de marque de référence ‹ ※ ›, aussi appelée astérisque de note ou komé[1], est un symbole typographique composé d’une croix formée de lignes diagonales et de quatre points chacun dans une région de cette croix.

Aujourd'hui, l'emploi de ce symbole s'est généralisé dans la plupart des langues, qui l'utilisent pour introduire une note directement à la suite d'un contenu textuel. Anciennement, l'emploi de ce symbole était restreint aux traditions grecques et latines (qui le désignent sous le nom d’astérisque de note) ou à la tradition japonaise (qui le désigne sous le nom de komé).

Utilisation dans les typographiques grecques et latines traditionnelles[modifier | modifier le code]

Dans les manuscrits grecs et latins, l’astérisque a la forme de deux traits croisés à angle droit diagonalement ‹ ※ ›, analogue à la croix de saint André, ou verticalement ‹ ⁜ ›, pointés dans chaque angle[2],[3]. Il a différentes significations : fin d’un poème, autre occurrence du même vers ailleurs, réparation d’une omission (chez Homère), signalement de vers authentiques, signalement de ce qui manque[2] ou de l’ellipse[3].

Utilisation dans la typographie japonaise traditionnelle[modifier | modifier le code]

En japonais, le komejirushi (« symbole de riz ») ou kome (« riz ») ‹ ※ ›, nommé par analogie au kanjikome (« riz »), est utilisé pour indiquer une note dans le texte même, sans renvoi en pied de page. Par exemple :
動物の性はオスとメスがある. — Il y a des animaux mâles et femelles.
※ただし両性の動物も存在する. — ※ Il y a aussi des animaux hermaphrodites.

Utilisation dans la typographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'usage japonais traditionnel s'est aujourd'hui généralisé dans la plupart des langues. Il est toutefois possible d'observer que certains usages plus spécifiques du symbole. Par exemple, dans la documentation du standard Unicode, la marque de référence est utilisée lorsque le nom d’un caractère, qui ne peut être modifié, est incorrect. L’alias normatif est précédé par la marque de référence. Par exemple :

01A2 Ƣ LATIN CAPITAL LETTER OI
       ※ LATIN CAPITAL LETTER GHA

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dugas, Jean-Yves et Gabriel Martin, Répertoire des gentilés officiels du Québec, Sherbrooke, Éditions du Fleurdelysé, coll. « Renardeau arctique » (no 3), 2016, p. 10.
  2. a et b Bobichon 2008, p. 57, s.v. « Astérisque ».
  3. a et b Gatterer 1798, s.v. « Abschnitt 2. Zeichenkunde: 2.4 Kreuzzeichen-Lehre, S. 111 (§ 88) ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Philippe Bobichon, Mise en page et mise en texte des manuscrits hébreux, grecs, latins, romans et arabes, Paris, IRHT, coll. « Ædilis, Publications pédagogiques, 5 », (lire en ligne)
  • (en) (ja) こめじるし【※, 米印】 19 juin 2000
  • (de) Johann Christoph Gatterer, Abriß der Diplomatik, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht,