Signe égal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la linguistique
Cet article est une ébauche concernant la linguistique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le symbole ou signe = possède plusieurs significations.

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Le signe égal (=) indique, en mathématiques, l'identité entre les expressions qu'il sépare. Il peut donc exprimer une idée de comparaison entre les expressions (vérification de leur égalité), d'affectation de la valeur de l'une à l'autre (afin qu'elles deviennent identiques), ou peut séparer les étapes d'un raisonnement ou d'un calcul, où l'on transforme progressivement, afin de démontrer leur égalité, une expression en une autre.

Le mot égale est tantôt une forme verbale (comme dans « deux plus deux égale quatre »), tantôt un adjectif (comme dans « cette valeur est égale à l'autre »). Sous sa forme verbale, Littré donne : « Deux multiplié par cinq égale dix. » (plutôt que « … égalent …»). Cet accord sylleptique est aussi recommandé par le Dictionnaire général (« Quatre plus quatre égale huit »), l'Académie, etc. On préférera[réf. nécessaire] l'accord grammatical strict avec le verbe faire (« deux et deux font quatre »).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'usage du signe « = » est attesté dès le début du XVIe siècle dans des manuscrits italiens[1]. Le livre The Whetstone of Witte du mathématicien gallois Robert Recorde[2] datant de 1557 contient aussi ce signe dans ce sens.

Variantes[modifier | modifier le code]

Informatique[modifier | modifier le code]

Dans les langages, le signe = peut prendre plusieurs significations selon l'opérateur auquel il appartient et le langage de programmation utilisé :

  • Tout seul, il peut être l'opérateur d'affectation ou bien l'opérateur de test d'égalité
  • Avec un autre signe égal accolé (==), il peut aussi être l'opérateur de test d'égalité (profonde ou pas)
  • Avec deux autres signes égal accolés (===), il peut aussi être l'opérateur de test d'égalité profonde
  • Avec un point d'exclamation accolé devant (!=), il peut être l'opérateur de test de non égalité
  • Avec un tilde accolé devant (~=), il peut également être l'opérateur de test de non égalité
  • Avec les chevrons accolés devant (<= et >=), il peut être l'opérateur de comparaison ou bien d'inégalité
  • Dans de nombreux langages de programmation, précédé d'un autre opérateur mathématique(Exemple : +=, il affecte à une variable sa valeur suite au calcul effectué par l'opérateur indiqué (Exemple : a+=b signifie en réalité a=a+b. On parle d'opérateur raccourci.

Exemples de différences entre == et === en PHP :

'A' == 'A'  // renvoie true
'2' == '3'  // renvoie false
'4' == 4    // renvoie true

'A' === 'A' // renvoie true
'2' === '3' // renvoie false
'4' === 4   // renvoie false

Langue[modifier | modifier le code]

Le signe égal est aussi utilisé pour indiquer le ton montant dans les orthographes des langues kroumen tépo (en) et muan, et le ton bas en dan. Le caractère Unicode ꞊ (U+A78A) est préféré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filippo Russo, « La constitution de l'algèbre au XVIe siècle : Étude de la structure d'une évolution », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, vol. 12, no 3,‎ , p. 193-208 (lire en ligne).
  2. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Robert Recorde », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  3. (en) Table du W3C.

Voir aussi[modifier | modifier le code]