Diplomatie du panda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le panda géant Ling Ling, donné par la Chine au Japon.

La diplomatie du panda est une pratique éponyme utilisée par la Chine consistant à offrir des pandas géants en cadeau afin de sceller ou améliorer des relations diplomatiques avec un autre pays. Cette pratique, née sous la dynastie Tang (618907) a connu un renouveau remarquable sous la République populaire de Chine maoïste[1].

La « diplomatie du panda » est un concept tout autant pragmatique qu'équivoque.

En effet, dans la Culture Chinoise le paisible panda est considéré comme un « trésor national », symbole d'équilibre entre la force et la sagesse, dont la forme et les couleurs rappellent le rapport entre yin et yang.

Cependant, cette notion est bien différente de l'approche materialiste qu'ont les occidentaux d'un « trésor national ». C'est pourquoi il est diplomatiquement clair, qu'un tel cadeau ne peut pas être refusé par le destinataire sans immanquablement le rendre responsable de provoquer une tension interétatique. Ainsi, sa « valeur immaterielle » mais non moins émotionnelle a-t-elle été utilisée même indirectement par la Chine pour amadouer les antagonismes ou attirer les investisseurs occidentaux par le biais de l'émotion, tout en limitant les "appétits affairistes" d'entrée de jeu. Rares ont été les échecs.[2],[3],[4]

Dans la Culture Occidentale, les grands yeux ou plus exactement, les grandes tâches noires, confèrent à l'animal l'aspect d'une douce peluche aux grands yeux de bébé — un être par definition inoffensif puisque dénué de toute autonomie — cependant que, rationnellement, ce corps de carnassier au régime paradoxalement bamboovore, n'en reste pas moins un animal sauvage, en tant que tel, parfaitement capable d'attaquer avec une détermination sans faille quiconque remet en question ce qu'il considère comme étant sien et inaliénable, que ce soit sa progéniture, sa nourriture ou son territoire.

Dans les rapports politiques interculturels, le message a visiblement parfaitement été compris puisque depuis des siècles, aucun état ne l'a jamais remis en cause de quelque manière que ce soit.

En revanche, écologistes et environnementalistes, guidés par de bien différentes valeurs morales et préoccupations matérielles, l'ont « naturellement » mis en question, si bien que la politique chinoise du don de l'animal a officiellement cessé en 1984. Mais aussi cynique que résiliente, la Chine a opéré un changement de forme de cette « Diplomatie du panda», remplaçant le don par de bien plus lucratifs prêts à long terme (généralement 10 ans) accordés à des zoos étrangers pour quelques millions de dollars par an et par animal[5],[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Après avoir été apprécié pour ses vertus nourrissantes pendant la préhistoire, le panda entame une carrière politico-diplomatique au plus tard au II siècle av. JC.

En effet, lorsque l'Impératrice Dowaga Bo, mère de Wen Di (quatrième Empereur de la Dynastie Han), mourut, entre 179 et 163 avant Jésus-Christ, elle fut enterrée dans le Mausolée royal de Nangling, près de Xi'an, avec un crâne de panda.

Sous les Jin, au IIIe siècle après Jésus-Christ, le panda, paisible et vegetarien, devint symbole de paix: hisser un étendard à son effigie lors d'un affrontement était le signe qu'un armistice était demandé.

Le panda permettait également le témoignage d'estime. Lors d'un banquet dans la ville de Xi'an, aujourd'hui capitale de la province du Shaanxi, Li Shimin, Empereur de la Dynastie Tang (de 618 à 907 après Jésus-Christ) aurait fait cadeau de peaux de panda à quatorze de ses sujets. De même, Wu Zetian, Impératrice de 690 à 705 après Jésus-Christ, aurait offert deux pandas géants vivants et soixante-dix peaux de panda géant à l’Empereur Japonais comme marque d'amitié. C'est là le premier cas rapporté où le panda géant est utilisé comme cadeau diplomatique[7].

La « Diplomatie du panda » est ainsi dénommée à partir de 1949, c'est-à-dire à l'avêment de la Chine Communiste. L'initiative en revient directement à Mao Zedong, visiblement convaincu par l'efficacité des méthodes de l'imperatrice Wu Zetian.

Parallèlement, en 1961 le panda devient le logo de la plus célèbre organisation de défense de la Nature, le WWF[8]

Entre 1957 et 1982, la Chine a donné 23 pandas à neuf pays [6],[9] et son succès le plus retentissant est la consécration de la reprise des relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis en 1972 lors de la visite de Richard Nixon en Chine: Ling-Ling et Hsing-Hsing ont alors été offerts au zoo de Washington mettant fin à 25 ans de rupture diplomatique.

À partir de 1984, la Chine cesse officiellement la pratique du don de panda[6].

En 2016, la population de pandas survivants à l'état naturel est estimée à 1864[10], vivant principalement dans des réserves naturelles des provinces du Sichuan, Gansu et du Shaanxi[5]. Le don de Panda est donc remplacé par des prêts pour une durée de 10 ans, dans le but de conduire des études scientifiques ; ces prêts ne se font pas sans contrepartie et les zoos recevant les animaux doivent payer une somme qui dépend de plusieurs facteurs, dont le nombre de visiteurs. Pour certains zoos américains ou japonais, la somme peut atteindre un million de dollars par an et plus en cas de naissance[5].

Les évènements liés aux pandas sont décryptés et analysés du fait de cette « politique du panda ». Par exemple, en janvier 2006, le Secrétaire d'État adjoint américain, Robert Zoellick, a été photographié embrassant un bébé panda de 5 mois lors de sa visite à la province du Sichuan. L'image a été largement diffusée par les médias chinois et a été prétendument interprétée comme un signe que Zoellick soutenait de meilleures relations entre la Chine et les États-Unis[11],[12]

Selon le protocole chinois, les Premières dames des pays concernés jouent le rôle de marraine de ces animaux prêtés par la Chine[13].

Prêts[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Wang Wang et Funi.

Belgique[modifier | modifier le code]

Hao Hao et Xing Hui, accueillis le par le Premier ministre belge Elio Di Rupo, et hébergés depuis au parc animalier Pairi Daiza. Le couple donne naissance à un jeune mâle en 2016, puis à deux nouveaux jeunes, un mâle et une femelle, en 2019[14],[15].

Canada[modifier | modifier le code]

Er Shun et Ji Li sont hébergés aux zoos de Toronto et Calgary depuis 2013[16].

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Panda géant mâle au ZooParc de Beauval à Saint-Aignan-sur-Cher, en France.

Durant le mandat du président Georges Pompidou, la France accueille un couple de pandas qui lui ont été offerts en cadeau en 1973[17]. Le dernier des deux, Yen Yen, meurt en 2000 au zoo de Vincennes[18].

Le zoo de Beauval accueille depuis le un couple de pandas, Yuan Zi (rondouillard) et Huan Huan (joyeuse)[19],[20]. Selon les mots de l'ambassadeur de Chine en France, il s'agit de deux « émissaires d'amitié »[20]. Cette fois-ci, ils seront prêtés moyennant un certain nombre de conditions. Le transfert a coûté 750 000 euros, et un don d'un million et demi d'euros a été fait à l'association chinoise des zoos[20],[21]. Débutées en 2006, les négociations avaient été perturbées par une rencontre entre Carla Bruni et le dalaï-lama en 2008[22].

« Vous n'imaginez pas ce que représentent les pandas pour le gouvernement et pour le peuple chinois. On leur réserve un tel accueil parce que c'est le trésor national chinois. Quand la Chine accepte de prêter des pandas à un pays, c'est une immense preuve de confiance et d'amitié. »

— Rodolphe Delord, directeur du zoo-parc de Beauval[23]

Deux pandas naissent au zoo en août 2017, dont un seul survit, puis deux autres en août 2021.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

La femelle Wu Wen (Magnifique et puissant nuage) et de son compagnon Xing Ya (Étoile élégante).

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Chi Chi (1957-1972), panda femelle mascotte du zoo de Londres dans les années 1960-70.

Tian Tian et Yáng Guāng, pandas du zoo d'Édimbourg arrivés en décembre 2011.

Japon[modifier | modifier le code]

Ling Ling (décédé) fut le dernier panda offert en cadeau au Japon. Les autres pandas présents au Japon sont désormais des prêts (moyennant compensation financière).

Une polémique a été déclenchée après que Shintaro Ishihara, le gouverneur de Tokyo, a proposé le 28 juin 2012 de nommer du nom des îles Senkaku, au cœur d'une dispute entre les deux pays, un bébé panda à naître de Zhen Zhen et Li Li. Il retourne ainsi la tradition chinoise de jouer sur les noms des pandas prêtés pour y inclure une charge symbolique et nationaliste. Le gouvernement chinois a émis des protestations officielles[24].

Taïwan[modifier | modifier le code]

Tuan Tuan et Yuan Yuan sont deux pandas géants qui furent offerts par la République populaire de Chine (Chine continentale) à la République de Chine (Taïwan) en 2008. Les pandas ont été proposés en 2005, mais l'administration précédente à Taïwan avait refusé de les accepter. Après les élections qui eurent pour résultat un changement de président en 2008, Taipei accepta les pandas, qui arrivèrent à Taïwan le 23 décembre 2008[25].

Thaïlande[modifier | modifier le code]

Chuang Chuang et Lin Hui.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) China's panda ambassadors, BBC News, .
  2. Ainsi en 1958, du fait de l'embargo commercial qu'ils decretèrent, les États-Unis refusèrent d'accueillir la femelle Panda Chi Chi (1957-1972) née ne Chine. L'animal fut alors loué à un Zoo du Royaume-Uni. lire l'article Chi Chi (panda)
  3. En 1972, Ling-Ling et Hsing-Hsing ont été offerts au zoo de Washington après la visite de Richard Nixon en Chine mettant fin à 25 ans de rupture diplomatique.
  4. lire aussi https://www.lejdd.fr/International/pourquoi-la-chine-prete-t-elle-ses-pandas-3998558
  5. a b et c (en) 1,300 years of global diplomacy ends for China's giant pandas, The Guardian, .
  6. a b et c « Entre Paris et Pékin, la diplomatie passe par le panda », Le Point, .
  7. lire aussi https://www.panda.fr/ancetres-et-histoire.html
  8. re leaussi WF https://www.marcelgreen.com/le-panda-wwf-histoire-du-logo-le-plus-celebre-de-la-planete/ i
  9. lire aussi (en anglais) https://www.theguardian.com/world/2007/sep/14/china.conservation
  10. « Le sort du panda géant s'améliore », sur wwf.fr, (consulté le )
  11. « U.S. Envoy Engages In Panda Diplomacy », sur The Washington Post (consulté le ).
  12. Lire aussi https://www.lefigaro.fr/sciences/2017/06/22/01008-20170622ARTFIG00360-cinq-raisons-de-mepriser-les-pandas.php
  13. Marcelo Wesfreid, « Brigitte Macron se prépare à jouer le rôle de marraine », Le Figaro, samedi 5 / dimanche 6 août 2017, page 8.
  14. « Belgique. Naissance exceptionnelle de deux bébés pandas géants au zoo de Pairi Daiza », (consulté le )
  15. « Le Panda géant : Le symbole des animaux en péril », sur Pairi Daiza, (consulté le ).
  16. « Harper et la diplomatie des pandas », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Chine-France : la diplomatie du panda, au prix fort, Rue89, publié le 7 décembre 2011.
  18. « La France accueille en grande pompe deux pandas chinois, un “trésor national” », France Info, 14 janvier 2012.
  19. « La diplomatie du panda », LaMontagne.fr, publié le 14 janvier 2012.
  20. a b et c « Des pandas stars d'un jour », Metro, lundi 16 janvier 2012, page 4.
  21. « La diplomatie du panda », ledauphine.com, 14 janvier 2012.
  22. Simon Leplâtre (Shanghaï correspondance), « Le panda, ambassadeur du « soft power » chinois », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  23. « Les “Very Important Panda” sont en France ! », lci.tf1.fr
  24. Philippe Mesmer, Couac japonais dans la diplomatie du panda avec la Chine, Le Monde, 7 juillet 2012.
  25. (en) http://www.dailymail.co.uk/news/article-1100559/Panda-diplomacy-charms-Taiwan-Tuan-Tuan-Yuan-Yuan-jet-Taipei.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles académiques
  • (en) Kathleen Carmel Buckingham, Jonathan Neil William David et Paul Jepson, « Environmental Reviews and Case Studies: Diplomats and Refugees: Panda Diplomacy, Soft “Cuddly” Power, and the New Trajectory in Panda Conservation », Environmental Practice, vol. 15, no 3,‎ , p. 262–270 (ISSN 1466-0466 et 1466-0474, DOI 10.1017/S1466046613000185, lire en ligne).
  • (en) Jonathan Harrington, « Panda Diplomacy’: State Environmentalism, International Relations and Chinese Foreign Policy », dans Paul G. Harris, dir., Confronting Environmental Change in East and Southeast Asia: Eco-politics, Foreign Policy, and Sustainable Development, Londres, Earthscan / United Nation University Press, (ISBN 9280811134 et 9789280811131), p. 102-118.
  • (en) Zhao Alexandre Huang et Rui Wang, « ‘Panda engagement’ in China’s digital public diplomacy », dans Asian Journal of Communication (Journal Article), , 118-140 p. (lire en ligne).
  • Gauthier Mouton, « La "diplomatie du panda" : des ursidés au service du soft power chinois », Les Grands dossiers de diplomatie, Areion, no 45 « Géopolitique de la Chine »,‎ , p. 59-61 (ISSN 2115-256X, lire en ligne).
Vulgarisation grand public

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]