Bouygues Construction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouygues (homonymie).
Bouygues Construction
Image illustrative de l'article Bouygues Construction

Création 1952
Fondateurs Bouygues
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan « Shaping a Better Life »
Siège social Drapeau de la France Challenger à Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines) Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Philippe Bonnave, PDG
Actionnaires BouyguesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité BTP
Société mère Bouygues
Filiales Bouygues Entreprises France-Europe, Bouygues énergies & services, Bouygues Bâtiment Île-de-France, Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, DTP Terrassement, VSL
Effectif 54 000 (2012)
Site web bouygues-construction.com

Chiffre d’affaires 10 640 M€ (2012)
Résultat net 267 M€ (2012)

Bouygues Construction est une filiale à 100 % du groupe Bouygues présente dans 80 pays.

Histoire[1][modifier | modifier le code]

  • 1952 : Francis Bouygues crée l’Entreprise Francis Bouygues, spécialisée dans les travaux industriels et le bâtiment en région parisienne, qui deviendra le groupe Bouygues.
  • 1963 : création de l'Ordre des Compagnons du Minorange pour promouvoir l'élite des chantiers.
  • 1970 : introduction de Bouygues en bourse
  • 1972-74 : Début de l'activité Internationale avec le complexe Olympique de Téhéran en Iran.
  • Années 1990 : forte croissance de l’activité Bâtiment et Travaux Publics à l’international.
  • 1990 : acquisition de Losinger, troisième groupe suisse de BTP, dont la filiale VSL est le leader mondial de la précontrainte.
  • 1997 : création du CFA (Centre de Formation des Apprentis) Gustave Eiffel à Chilly-Mazarin (Essonne).
  • Juin 1999 : l’Assemblée Générale des actionnaires de Bouygues approuve la filialisation des activités Bâtiment et Travaux Publics, regroupées désormais au sein de la société Bouygues Construction.
  • Décembre 1999 : Bouygues cède à Bouygues Construction 100 % d’ETDE (acquise en 1984) et 51 % de Bouygues Offshore.
  • Juillet 2002 : cession par Bouygues Construction à Saipem de sa participation majoritaire dans Bouygues Offshore.
  • Février 2003 : nouvelle organisation opérationnelle de Bouygues Construction en huit grandes entités : Bouygues Bâtiment Île-de-France, Bouygues Entreprises France-Europe (régions en France, Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Espagne), Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL, DTP Terrassement, le pôle Concessions et ETDE .
  • 2004 : VSL et DTP Terrassement sont regroupées au sein d’un pôle Entreprises spécialisées Travaux publics.
  • 2005 : ETDE poursuit sa croissance externe en acquérant David Webster, troisième entreprise de travaux et de maintenance d’éclairage public au Royaume-Uni.
  • En 2007,acquisition de Warings à Portsmouth (Royaume-Uni)
  • En 2008, acquisition de Miraglia (Alpes-Maritime) via sa filiale GFC Construction.
  • En 2009, remporte un contrat de 950 M€ au Qatar, la construction de QP District un vaste complexe immobilier de 9 tours.
  • En 2010, acquisition de Leadbitter à Oxford (Royaume-Uni), signature du premier contrat de performance énergétique (CPE) dans le logement social en France[2]. Signature du plus important PPP d’équipement sportif au monde pour le Sports Hub de Singapour (pour un montant de 770 M€).
  • En 2011 : livraison de la tour First (Paris, La défense), plus haute tour de France. Création d’EMBIX, une société de services de gestion et de pilotage de l’énergie destinés aux éco-quartiers, cofondé entre ETDE (filiale de Bouygues Construction), Bouygues Immobilier et Alstom.
  • En 2012 : signature du contrat du Futur Palais de Justice de Paris, du Contournement Nîmes-Montpellier et du premier tronçon du pont Hong Kong-Macao. Acquisition de la société Thomas Vale au Royaume-Uni.

Les métiers de Bouygues Construction[modifier | modifier le code]

Le Groupe intervient à toutes les étapes de la réalisation d'un projet : la conception, le financement, la réalisation et l’exploitation/maintenance. Bouygues Construction est un spécialiste de la gestion de projets, quelles qu'en soient la taille et la complexité.

Le développement de projet[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction élabore les montages fonciers, financiers et juridiques pour tous les types d’ouvrages publics ou privés : immeubles de bureaux, logements sociaux, ouvrages dédiés aux loisirs et à la culture, locaux d’activités et industriels, projets d’aménagement, équipements publics, infrastructures de transports

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction conçoit, construit, rénove et réhabilite tous les types de locaux nécessaires aux activités humaines : habitats individuels et collectifs, bâtiments industriels et commerciaux, hôpitaux, bureaux, hôtels ou musées

Les travaux Publics[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction intervient sur tous les types de projets de travaux publics : travaux souterrains, projets de génie civil complexes, ouvrages d’art, infrastructures routières, portuaires et de transport en commun...

L'énergie et les services[modifier | modifier le code]

Le Pôle Bouygues énergies & services de Bouygues Construction (anciennement ETDE) est un ensemblier-intégrateur de solutions techniques au service des sociétés publics ou privés, dans les domaines de l'énergie, de l'industrie, du tertiaire, des transports, de l'environnement et des télécommunications.

Les principales réalisations[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction a réalisé entre autres :

Les chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 54 000 collaborateurs en mars 2012
  • 10,6 milliards d'euros de chiffre d’affaires en 2012.
Données financières en millions d'euros[4]
Années 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Chiffre d'affaires 6 100 6 900 8 340 9 497 9 546 9 200 9 802 10 640
Résultat d'exploitation 314 308 335 315 353 364
Résultat net (part du groupe) 286 297 240 201 226 267
Marge Opérationnelle 3,5 % 3,2 % 3,5 % 3,4 % 3,6 % 3,4 %
Effectifs 49 800 53 700 52 600 54 100 52 000 54 000

Répartition du chiffre d’affaires par secteur d'activité[modifier | modifier le code]

  • 83 % BTP
  • 17 % Électricité/Maintenance

Contribution des entités au chiffre d’affaires[modifier | modifier le code]

Ventilation géographique du chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

L'entreprise est présente dans 80 pays et réalise une importante part de son chiffre d'affaires à l'étranger :

  • 55 % France ;
  • 16 % Europe de l'Ouest ;
  • 9 % Afrique - Moyen-Orient ;
  • 13 % Asie - Pacifique ;
  • 4 % Europe de l'Est  ;
  • 3 % Amériques - Caraïbes.

Filiales de Bouygues Construction[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction est composée de sept filiales[5], agissant dans les domaines de la construction, la conception, l'exploitation, la maintenance ou le financement d'ouvrages et d'infrastructures :

  • Bouygues Bâtiment Île-de-France [6]
    • Bouygues Bâtiment Île-de-France Rénovation Privée
    • Bouygues Bâtiment Île-de-France Construction Privée
    • Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Résidentiel
    • Bouygues Bâtiment Île-de-France Ouvrages Publics
    • Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social
    • Ballestrero
    • Bâti-Renov
    • Brézillon
      • Brézillon réhabilitation
      • Brézillon bâtiment, génie civil industriel et environnement
    • Sodéarif
    • Élan
  • Bouygues Entreprises France-Europe [7]
    • Acieroïd (Espagne)
    • Bouygues Bâtiment Centre-Sud-Est
    • Bouygues Bâtiment Centre-Sud-Ouest
    • Bouygues Bâtiment Grand Ouest
    • Bouygues Bâtiment Nord-Est
    • Losinger Marazzi (Suisse)
    • VSL (Suisse)
  • Bouygues Bâtiment International [8]
    • Bouygues UK (Royaume-Uni)
    • Warings (Royaume-Uni)
    • Leadbitter (Royaume-Uni)
    • Bymaro (Maroc)
    • Aéroports de Chypre
    • Bouygues Turkmen
    • AsiaWorld-Expo (Hong Kong)
    • Bouygues Romania (Roumanie)
    • Bouyguesstroi (Russie)
    • Dragages Hong Kong
    • BYME Hong Kong
    • VCES
    • Karmar
  • Bouygues Travaux Publics[9]
    • Dragages Hong Kong
    • Dragages Singapour
    • Prader Losinger (Suisse)
  • Pôle Entreprises spécialisées TP[6]:
    • VSL
    • DTP Terrassement
  • Pôle Concessions [10]
    • Aka (entreprise) (Hongrie)
    • Autoroute d'Istrie, Bina Istra (Croatie)
    • Tunnel de Rostock, Warnowquerung (Allemagne)
    • Highway 2000, TJH (Jamaïque)
    • Autoroute A28, Alis (France)
    • Autoroute A41, Adelac (France-Suisse)
    • RER Gautrain Rapid Rail Link, Bombela (Afrique du Sud)
    • Tramway de Reims, mars (France)
    • Tyne Tunnels Newcastle, TT2 (Royaume-Uni)
  • ETDE
    • ETDE Logistique Service
    • Exprimm
    • Exprimm'iT
    • Axione
    • ETDE UK (Royaume-Uni)
    • MIBAG (Suisse)
    • ETDE Hungary (Hongrie)

Critiques de Bouygues Construction[modifier | modifier le code]

Corruption dans l’attribution du chantier des locaux du Ministère de la Défense[modifier | modifier le code]

Depuis février 2011, Bouygues Construction est l’objet d’une enquête judiciaire concernant d’éventuels faits de corruption active et passive, trafic d’influence et atteinte à l’égalité des candidats dans les marchés publics dans le cadre de l’attribution du chantier des nouveaux locaux du Ministère de la Défense dans le quartier Balard à Paris[11].  Selon des révélations du Canard Enchaîné, un militaire haut placé aurait transmis le cahier des charges de ce projet de « Pentagone français » à un cadre dirigeant de Bouygues avant que les concurrents du groupe n’aient eu l’occasion de le consulter[12].

En juillet 2015, trois personnes avaient été mis en examen dans cette affaire dont un chef de service du Groupe Bouygues[13].

Conditions de travail sur les chantiers au Qatar[modifier | modifier le code]

Le groupe Bouygues est actif sur le marché qatari depuis 1993 et a remporté d’importants chantiers dans l’émirat. Ainsi, Bouygues Travaux Publics a érigé les systèmes de stockage de gaz liquéfié complétés en 1996 à Ras Laffan, dans le nord du pays. Par ailleurs, Bouygues Bâtiment International a construit à Doha le Qatar Petroleum District, un énorme complexe immobilier comprenant neufs tours de bureaux, un hôtel de luxe et un centre de conférences[14]. En 2015, Bouygues s’est vu attribuer le contrat pour la réalisation des tunnels d’assainissement des eaux pour la ville de Doha, d’une valeur d’environ 285 millions d’euros[15].

Tout comme d’autres grands groupes de construction et de travaux publics tels que son concurrent français Vinci, Bouygues a fait l’objet de vives critiques dans les médias occidentaux du fait des conditions de travail des travailleurs migrants sur les chantiers au Qatar[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]