Bouygues Construction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouygues Construction
logo de Bouygues Construction
Logo de Bouygues Construction

Création 24-03-1955
Fondateurs Francis Bouygues
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan « Shared innovation »
Siège social Challenger à Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines)
Drapeau de la France France
Direction Pascal Minault, PDG
Actionnaires BouyguesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction
Société mère Bouygues
Filiales Bouygues Bâtiment France-Europe, Bouygues Energies & Services, Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL
Effectif 52 800 en 2021
SIREN 552 045 999
Site web bouygues-construction.com

Chiffre d'affaires 12,8 Mds € en 2021
Résultat net 274 M € en 2021[1]

Bouygues Construction est une entreprise de construction, filiale à 100 % du groupe Bouygues présente dans 60 pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1952, Francis Bouygues crée l’Entreprise Francis Bouygues, spécialisée dans les travaux industriels et le bâtiment en région parisienne, qui deviendra le groupe Bouygues. En 1963, l'Ordre des Compagnons du Minorange est créé pour promouvoir l'élite des chantiers[non neutre],[2].

En 1970, le groupe Bouygues est introduit en bourse.

En 1972, le groupe Bouygues se lance à l’international, en Iran avec la construction du Stade de Téhéran. En 1978, le groupe Bouygues arrive en Afrique et réalise l'École Nationale Supérieure de Travaux Publics à Abidjan (Côte d’Ivoire).

La fin des années 1980 est un coup d’accélérateur pour la mondialisation : elle voit notamment l’expansion du groupe Bouygues en Asie. Le groupe fait l’acquisition de Dragages Hong Kong. Sur le continent africain, le groupe construit en 1990 près de 10 000 salles de classe dans l’État du Lagos, au Nigéria.

Dans les années 1990, le groupe connait une forte croissance de l’activité Bâtiment et Travaux Publics à l’international. En 1990, Bouygues acquiert Losinger, troisième groupe suisse de BTP, dont la filiale VSL est le leader mondial de la précontrainte.

En 1991 débute la construction de la mosquée Hassan II, et Bouygues crée sa filiale marocaine BYMARO.

En 1997, le CFA (Centre de Formation des Apprentis) Gustave Eiffel est créé à Chilly-Mazarin (Essonne).

En juin 1999, l’assemblée générale des actionnaires de Bouygues approuve la filialisation des activités Bâtiment et Travaux Publics, regroupées désormais au sein de la société Bouygues Construction. En décembre 1999, Bouygues cède à Bouygues Construction 100 % d’ETDE (acquise en 1984) et 51 % de Bouygues Offshore.

En juillet 2002, Bouygues Construction cède à Saipem sa participation majoritaire dans Bouygues Offshore.

En 2003, une nouvelle organisation opérationnelle de Bouygues Construction est mise ne place en huit grandes entités : Bouygues Bâtiment Île-de-France, Bouygues Entreprises France-Europe (régions en France, Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Espagne), Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL, DTP Terrassement, le pôle Concessions et ETDE. La même année, Bouygues Construction se renforce en Angleterre, et est choisi pour concevoir et construire en trois ans le nouveau ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni[3]. En 2007, Bouygues Bâtiment International acquiert la société anglaise Warings[4], puis 51% d'un autre constructeur britannique, Leadbitter, pour 45 millions d'euros en 2012[5].

En 2004, VSL et DTP Terrassement sont regroupées au sein d’un pôle Entreprises spécialisées Travaux publics. En 2005, ETDE poursuit sa croissance externe en acquérant David Webster, troisième entreprise de travaux et de maintenance d’éclairage public au Royaume-Uni.

En 2007, Bouygues acquiert Warings à Portsmouth (Royaume-Uni). En 2008, Bouygues acquiert Miraglia (Alpes-Maritime) via sa filiale GFC Construction. En 2009, Bouygues remporte un contrat de 950 M€ au Qatar, la construction de QP District un vaste complexe immobilier de 9 tours.

En 2010, Bouygues acquiert Leadbitter à Oxford (Royaume-Uni). L'entreprise signe la même année le premier contrat de performance énergétique (CPE) dans le logement social en France[6] et signe le plus important PPP d’équipement sportif au monde pour le Sports Hub de Singapour, pour un montant de 770 M€.

En 2011, Bouygues livre la tour First (Paris, La défense), plus haute tour de France. La même année, Bouygues créé EMBIX, une société de services de gestion et de pilotage de l’énergie destinés aux écoquartiers, cofondé entre ETDE (filiale de Bouygues Construction), Bouygues Immobilier et Alstom. Bouygues Construction et ses filiales Bouygues Bâtiment International et Bouygues Energies & Services livrent l’établissement médical Jim Pattison Care & Surgery Centre au Canada[7].

En 2012, Bouygues signe le contrat du Futur Palais de Justice de Paris, du Contournement Nîmes-Montpellier et du premier tronçon du pont Hong Kong-Macao. La même année, Bouygues acquiert la société Thomas Vale au Royaume-Uni.

En 2013, ETDE et ses filiales sont regroupées sous la marque Bouygues Energies & Services. La même année, l'entreprise finalise la construction du Cruise Terminal Building à Hong Kong conçu par l'architecte Norman Foster[8],[9].

En 2014, la filiale livre à Singapour le Sports Hub, fruit du plus important partenariat public-privé sportif au monde. Situé sur une surface de 35 hectares au bord de la mer, son toit rétractable est l’une de ses particularités. Le projet remporte plusieurs prix notamment le Prix Green Mark Gold Plus 2012 de la BCA (Building and Construction Authority)[10].

En 2015, les filiales de développement immobilier sont regroupées sous une seule marque internationale : Linkcity

En 2016, sa filiale Bouygues Thai réalise à Bangkok le plus haut bâtiment de Thaïlande[11],[12],[13]; la tour MahaNakhon. Célèbre pour son design architectural en forme de pixels, l’édifice atteint les 314m et demeure l’ouvrage le plus haut du groupe[14].

En 2017, Bouygues Bâtiment International livre le nouveau terminal international de l’aéroport de Zagreb[15],[16],[17], inauguré par le premier ministre croate. À la fin de la même année, l'entreprise livre le Morpheus Hotel[18],[19] à Macao, conçu par Zaha Hadid.

En 2018, Bouygues acquiert dans le secteur de l'énergie et des services d'Alpiq InTec, en Suisse (devenue Bouygues Energies & Services InTec) et Kraftanlagen Gruppe en Allemagne, et dans le secteur du bâtiment AW Edwards en Australie[20],[21],[22].

Fin août 2019, Bouygues obtient un contrat d'une valeur de plus de 258 millions d'euros pour la construction d'Issy Cœur de Ville, un écoquartier situé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et qui sera exclusivement piéton[23],[24]. La même année, sa filiale Dragages Singapour finalise la construction de Clement Canopy à Singapour. Composé de deux tours de 140m chacune, il s’agit des plus hautes tours réalisées en béton modulaire au monde[25],[26],[27],[28].

En avril 2021, Bouygues Construction vient de nouer un partenariat avec Dassault Systèmes afin d’accélérer la transformation numérique de la construction[29].

En juillet 2021, Bouygues Construction lance la création d’une Chaire de recherche « Jumeaux numériques de la construction et des infrastructures dans leur environnement »[30] en partenariat avec l'ESTP, Egis, Schneider Electric, le BRGM, SNCF Réseau et Arts et Métiers.

En novembre 2021, Engie annonce choisir l'offre de Bouygues pour la vente de Equans pour 7,1 milliards d'euros[31].

Métiers[modifier | modifier le code]

Le Groupe intervient dans la conception, le financement, la réalisation et l’exploitation/maintenance des projets de construction.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction a notamment réalisé :

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 58 149 collaborateurs en 2021
  • 12,8 milliards d'euros de chiffre d’affaires en 2021
Données financières en millions d'euros[36]
Années 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2018 2019 2020 2021
Chiffre d'affaires 9 497 9 546 9 200 9 802 10 640 11 111 11 726 11 965 11 815 12 400 13 355 12 000 12 800
Résultat d'exploitation 308 335 315 353 364 437 335 349 326 368 378 171 342
Résultat net (part du groupe) 297 240 201 226 267 277 254 276 320 296 325 152 274
Marge Opérationnelle 3,2 % 3,5 % 3,4 % 3,6 % 3,4 % 3,9 % 2,9 % 2,9 % 2,8 % 3 % 2,8 % 1,4 %
Effectifs 53 700 52 600 54 100 52 000 54 000 52 200 53 500 50 000 50 100 56 980 58 149 58 709 52 800

Répartition du chiffre d’affaires par secteur d'activité[modifier | modifier le code]

Sur l'année 2021 :

  • 46 % Bâtiment
  • 15% Travaux Publics
  • 29 % Électricité et Maintenance

Ventilation géographique du chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

L'entreprise est présente dans plus de 60 pays et réalise une importante part de son chiffre d'affaires à l'étranger :

  • 42 % France ;
  • 34 % Europe hors France ;
  • 15 % Asie - Pacifique ;
  • 3 % Afrique - Moyen-Orient ;
  • 6 % Amériques - Caraïbes.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2020, Bouygues Construction déclare en propre à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France, pour un montant inférieur à 10 000 euros[37]. Le groupe Bouygues déclare pour l'ensemble de ses métiers des dépenses d'un montant inférieur à 50 000 euros en France[38], et des dépenses de lobbying inférieures à 600 000 euros auprès des institutions de l'Union européenne[39]..

Filiales de Bouygues Construction[modifier | modifier le code]

Bouygues Construction est composé de six filiales[40], agissant dans les domaines de la construction, la conception, l'exploitation, la maintenance ou le financement d'ouvrages et d'infrastructures.

Condamnations et controverses[modifier | modifier le code]

Attribution du chantier des locaux du Ministère de la Défense[modifier | modifier le code]

En 2011, Bouygues Construction a été l’objet d’une enquête judiciaire concernant d’éventuels faits de corruption active et passive, trafic d’influence et atteinte à l’égalité des candidats dans les marchés publics dans le cadre de l’attribution du chantier des nouveaux locaux du Ministère de la Défense dans le quartier Balard à Paris[45]. Selon des révélations du Canard Enchaîné, un militaire haut placé aurait transmis le cahier des charges de ce projet de « Pentagone français » à un cadre dirigeant de Bouygues avant que les concurrents du groupe n’aient eu l’occasion de le consulter[46].

En juillet 2015, trois personnes ont été en examen dans cette affaire dont un cadre du Groupe Bouygues[47]. En août 2019, un non-lieu a été prononcé par le juge d'instruction le concernant[48].

Projets réalisés au Qatar[modifier | modifier le code]

Le groupe Bouygues est actif sur le marché qatari depuis 1993 et a remporté d’importants chantiers dans l’émirat. Ainsi, Bouygues Travaux Publics a érigé les systèmes de stockage de gaz liquéfié complétés en 1996 à Ras Laffan, dans le nord du pays. Par ailleurs, Bouygues Bâtiment International a construit à Doha le Qatar Petroleum District, un énorme complexe immobilier comprenant neufs tours de bureaux, un hôtel de luxe et un centre de conférences[49]. En 2015, Bouygues s’est vu attribuer le contrat pour la réalisation des tunnels d’assainissement des eaux pour la ville de Doha, d’une valeur d’environ 285 millions d’euros[50].

Tout comme d’autres grands groupes de construction et de travaux publics tels que son concurrent français Vinci, Bouygues a fait l’objet de vives critiques dans les médias occidentaux du fait des conditions de travail des travailleurs migrants sur les chantiers au Qatar[51].

Travail non déclaré sur le chantier de Flamanville[modifier | modifier le code]

Bouygues a été accusé d'avoir fait travailler au moins 460 travailleurs détachés roumains et polonais entre 2008 et 2012. Le groupe est condamné en appel à verser 29 950 euros d'amende alors que le montant des cotisations sociales non versées sont estimées à plus de 10 millions d'euros. Le président de la cour d'appel de Caen signale qu'une amende supérieure à 30 000 euros leurs aurait interdit l'accès aux marchés publics[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2022/02/le-communique-de-presse.pdf
  2. « Les Compagnons du Minorange : l’excellence partagée | Bouygues Bâtiment Ile-de-France, groupe Bouygues Construction », sur www.bouygues-batiment-ile-de-france.com (consulté le )
  3. (en) « Bouygues hands over Home Office PFI », sur building.co.uk, (consulté le )
  4. « Acquisition outre-Manche pour Bouygues Construction », sur La Tribune (consulté le )
  5. « Bouygues acquiert un constructeur britannique », sur Les Echos, (consulté le )
  6. Première signature d'un CPE pour la rénovation thermique en logement social
  7. « Bouygues : Acquisition du canadien Plan Group », sur BFM Bourse, (consulté le )
  8. (en) « Bouygues Wins EUR490m Hong Kong Metro Contract », sur www.constructionglobal.com (consulté le )
  9. « Deux tunnels de plus pour Bouygues Construction à Hong-Kong », sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  10. (en-US) « S’pore Sports Hub a pioneer in using BIM », sur Coliseum, (consulté le )
  11. « Encore une année record pour les gratte-ciels en 2017 Architecture », sur www.batirama.com (consulté le )
  12. « La Tour Pixel de Bangkok : pas que de la frime - Cyberarchi », sur www.cyberarchi.com (consulté le )
  13. « MahaNakhon, Bangkok - Verdict Designbuild », sur designbuild-network.com (consulté le )
  14. « En vidéo : la tour MahaNakhon, le plus haut gratte-ciel jamais bâti par Bouygues Construction », sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  15. « L'aéroport de Zagreb a pris du galon », sur www.constructioncayola.com (consulté le )
  16. « L’aéroport de Zagreb rentre dans l’escarcelle d’ADP | Air Journal » (consulté le )
  17. Mathieu Bouchard, « Bientôt un nouveau terminal pour l’aéroport de Zagreb », sur Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée (consulté le )
  18. Batiactu, « Le nouvel hôtel signé Zaha Hadid s'élèvera bientôt à Macao », sur Batiactu, (consulté le )
  19. (en) « zaha hadid architects opens morpheus hotel in macau », sur designboom | architecture & design magazine, (consulté le )
  20. « Bouygues Construction rachète la société australienne AW Edwards », sur Investir (consulté le )
  21. Augustin Flepp, « Bouygues Construction finalise l’acquisition de l'australien AW Edwards », sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  22. « Bouygues Construction acquiert la société australienne AW Edwards », sur www.constructioncayola.com (consulté le )
  23. « Bouygues obtient un contrat à 258 millions d'euros pour construire un quartier en banlieue parisienne », sur FIGARO, (consulté le )
  24. « Issy-les-Moulineaux : Altera Cogedim confie à Bouygues la construction d’Issy Cœur de ville », sur Le journal du Grand Paris - L'actualité du développement économique d'Ile-de-France, (consulté le )
  25. (en) « World's tallest modular tower is now Clement Canopy in Singapore », sur Dezeen, (consulté le )
  26. « La construction modulaire gagne les tours de logements de grande hauteur », sur Les Echos, (consulté le )
  27. Adrien Pouthier, « A Singapour, Bouygues Construction amène la construction modulaire au sommet », sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  28. Virginie Pavie, « Bâtir des tours en modulaire », sur .cahiers-techniques-batiment.fr, (consulté le )
  29. Emmanuel Egloff, « Bouygues et Dassault Systèmes révolutionnent la construction », sur https://www.lefigaro.fr/,
  30. https://www.lemoniteur.fr/article/l-estp-lance-une-chaire-sur-les-jumeaux-numeriques.2154444
  31. « Le choix d’Engie pour la vente d’Equans se porte sur Bouygues » Accès libre, sur Le Monde,
  32. Bouygues chargé de la salle philharmonique de Paris - Europe1
  33. « Bymaro signe le musée Yves Saint Laurent à Marrakech », sur www.constructioncayola.com (consulté le )
  34. (en) « zaha hadid architects opens morpheus hotel in macau », sur designboom | architecture & design magazine, (consulté le )
  35. « Bouygues va construire neuf tours au Qatar », sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  36. Synthèse des comptes de Bouygues (PDF)
  37. « Fiche Bouygues Construction », sur HATVP (consulté le )
  38. « Fiche Bouygues », sur HATVP (consulté le )
  39. « Registre des représentants d'intérêts - Rechercher dans le registre », sur ec.europa.eu (consulté le )
  40. Les filiales
  41. Bouygues Bâtiment Ile-de-France
  42. Bouygues Bâtiment International
  43. Bouygues Travaux Publics
  44. Pôle Concessions
  45. « Construction du «Pentagone» français : Bouygues nie toute corruption », sur leparisien.fr (consulté le )
  46. « "Pentagone français" : enquête pour corruption sur le chantier attribué à Bouygues », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  47. lefigaro.fr, « Pentagone français : mise en examen d'un salarié de Bouygues », sur Le Figaro (consulté le )
  48. Le Point magazine, « Deux hommes jugés à partir de lundi sur l'attribution du marché du "Pentagone français" », sur Le Point, (consulté le )
  49. Prisma Media, « BOUYGUES Construction décroche un contrat au Qatar », sur www.capital.fr (consulté le )
  50. « Bouygues TP réalisera des tunnels d’assainissement au Qatar - Entreprises de BTP », sur www.lemoniteur.fr, (consulté le )
  51. Qatar: les chantiers meurtriers du Mondial de foot 2022. Les Échos, 27 septembre 2013.
  52. « Bouygues définitivement condamné pour le chantier de l’EPR Flamanville - Article Médiapart », (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]